Mercredi 23 mai 2012 3 23 /05 /Mai /2012 17:45

1. Que sont les Arcana Arcanorum ?

Rappelons l'itinéraire du Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm. Dans les années 1740, en Italie, un Rite de Misraïm rassemble des Maçons égyptophiles amateurs d'alchimie et de théurgie. En 1788, Cagliostro y dépose des secrets qu'il prétend détenir de la plus haute antiquité égyptienne, ce sont les Arcana Arcanorum dont nous allons parler plus bas. Le Rite de Misraïm est introduit en France par les frères Bédarride en 1814-15, mais ils réécrivent la nomenclature des grades en diminuant l'influence égyptienne, et en insistant sur sa dimension hébraïque et kabbalistique. Il va servir de lieu de diffusion de la Charbonnerie et va vite se politiser, ce qui déplaît au Grand Orient de France, alors légitimiste, qui le fait interdire en 1822 pour anti-royalisme et anti-catholicisme. Entre temps, Marconis de Nègre produit un plagiat du Rite de Misraïm, le Rite de Memphis, en lui ajoutant une dimension plus chevaleresque. Le Rite, recrutant plutôt dans des Loges militaires hostiles au régime, est interdit à son tour en 1841. Il s'expatrie alors vers l'Angleterre, où il devient le Rite des occultistes et des proscrits républicains, de communards, et de révolutionnaires. Puis il s'éteindra doucement avec le retour de la République. Pendant près d'un siècle, ces deux Rites ont essuyé les descentes de police, la clandestinité. Le combat contre l'Ancien régime leur a coûté cher : à la fin du siècle, Memphis a disparu du sol français ; et il n'existe plus qu'une Loge de Misraïm, qui rassemble les derniers Maçons parisiens déçus de la ligne laïque et matérialiste.
Les Rites seront unifiés par l'Angleterre, sous la férule de Garibaldi, puis des patentes seront accordées à Papus, qui procédera à la diffusion du Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm en France à partir du début du siècle dans les milieux occultistes dont il était le centre.

Que sont donc les Arcana Arcanorum ? De très hauts grades, qui sont conservés dans un Souverain Sanctuaire par les Grands Conservateurs du Rite, et qui chapeautent l'édifice d'une Maçonnerie, qui en plus de posséder les 33 degrés supérieurs de l'écossisme, adjoint ces quelques degrés supplémentaires... Il y serait question d'enseignements concernant la survie de l'âme conformément à l'antique pneumatologie néoplatonicienne, et des principes d'alchimie interne y seraient développés .

2. Les Arcana Arcanorum recrutent-elles pour l'ordre de Malte ?

Au 18ème siècle, Malte, qui était le dernier bastion catholique devant l'avancée mahométaine, se perdait dans les voluptés des maisons de plaisirs ; un vent de libération soufflait sur Malte et la première Loge maçonnique porteuse de ces idéaux de tolérance et de relativisme de la morale chrétienne s'ouvrit en 1738 . La rigueur militaire des premiers chevaliers du Christ était perdue et, craignant l'affadissement de la morale, Clément XII fit interdire en 1740 la Maçonnerie sur l'île. Le ver était dans le fruit, à telle enseigne que certains auteurs n'ont pas hésité à considérer que la Maçonnerie à Malte jouait le rôle d'un Etat dans l'Etat. Mais, malgré tous les efforts des papes, il semble bien que les Grands Maîtres successifs, conformément à la supposition de Broadley, aient donné l'impression de vouloir poursuivre la Maçonnerie pour donner le change à Rome, mais qu'ils l'aient protégée et encouragée - mieux, qu'ils y aient émargé tout au long de leur magistère au sein de l'Ordre de Malte. Il aurait existé une Maçonnerie occulte de Malte dont les Grands Maîtres auraient eurent la charge d'années en années, sans que Rome n'en put savoir grand chose. Ainsi Manuel Pinto de Fonseca - Grand Maître de 1741 à 1773, qui donne le change en expulsant six chevaliers qui maçonnaient clandestinement - est soupçonné d'avoir " dissipé des sommes immenses à la recherche de la pierre philosophale " . Quant au grand Maître Emmanuel de Rohan - qui eut le magistère de 1775 à 1797 et fut le neveu du cardinal de Rohan -, il est soupçonné par Broadley de ne pas être membre de la Loge, mais d'être Maçon " …mais les impératifs politiques et les préjugés l'empêchaient de le déclarer ouvertement " .

En 1764 fut fondée à Malte la nouvelle Loge Saint John's of Secrecy and Harmony. On y trouve la présence du marchand danois Kolmer qui y fait tant de prosélytisme pour son rite maçonnique pétri de théurgie et de kabbale , qu'à la fin la Loge est mise en sommeil en 1771. Or ce Kolmer est, selon certains auteurs , l'initiateur maçonnique de Cagliostro , dans les années 1766-1767 . Dans cette Maçonnerie maltaise, Cagliostro œuvre au laboratoire alchimique du Grand Maître de l'Ordre de Malte, Pinto de Fonseca. Puis lorsque la main est donnée au Grand Maître Emmanuel de Rohan, en 1775, ce dernier suit l'enseignement de Cagliostro. C'est la date à laquelle Cagliostro revient sur l'île, où il retrouve un autre chevalier de l'ordre de Malte, Luigi d'Aquino di Caramanico. A cette époque il semble bien que d'Aquino et Cagliostro aient un projet spécial. Cagliostro se déplace vers Naples où il reste plusieurs mois, " à professer la chimie et la kabbale " . D'Aquino di Caramanico fait de même, s'intalle à Naples, où il dépose trois degrés secrets dans la Maçonnerie : les Arcana Arcanorum , plus tard agrégés au rite de Misraïm sous l'autre appellation du Régime de Naples. Plus tard encore, les contacts entre Cagliostro et les chevaliers de l'ordre de Malte sont maintenus, puisque, dix ans après la création des Arcana Arcanorum, la Loge Saint John's of Secrecy and Harmony est recomposée en 1785. Le député Grand Maître de la Loge en était un chevalier de l'ordre de Malte, le bailli Charles-Abel de Loras. Or celui-ci fut, quatre ans plus tard, Vénérable de la Loge romaine La réunion des amis sincères, lorsqu'il reprit contact avec Cagliosto sur le continent. A cette même époque, vers 1788, toujours selon Reghellini de Schio , Cagliostro s'est rendu à Rovereto, une bourgade non loin de Venise, pour y établir une Loge. C'est donc peut-être dans cette Loge que s'opère le transfert des Arcana Arcanorum dans le Rite de Misraïm. Il est donc possible que le Rite ait reçu un héritage gnostique ou égyptien. Si c'est le cas, il l'a reçu de Cagliostro et c'est pourquoi l'importance (réelle ou fictive) du personnage ne doit pas être mésestimée .

Quels étaient les traits de cette Maçonnerie maltaise ? Elle défendait un idéal aristocratique et pratiquait l'occultisme, principalement la théurgie et l'alchimie. Quelle est sa postérité ? D'avoir créer, grâce au concours de Cagliostro les hauts grades de Misraïm, appelés aussi Régime de Naples, ou encore Arcana Arcanorum. En conséquence de quoi, si l'on suppose réelle la continuation d'une filiation d'une Maçonnerie qui soit l'ordre interne et directeur de l'ordre de Malte celle-ci doit être, sur le plan maçonnique, misraïmite et travailler aux Arcana Arcanorum, et sur le plan politique, maintenir d'étroits contacts avec les milieux aristocratiques, antirépublicains apostoliques et romains. Car c'est un fait que l'ordre de Malte a certaines connotations douteuses avec les puissances de ce monde, tant financières que religieuses et politiques . Ainsi, lors du démantèlement de la Loge P2, une trentaine de chevaliers de l'ordre de Malte figuraient sur les Colonnes de cette structure maçonnique, fasciste et affairiste.
Il semble, au regard des quelques éléments que nous avons pu collecter, que l'action caritative passe après l'engagement religieux, ou mieux, qu'elle soit la caution morale d'un militantisme religieux singulier qui fait que l'on retrouve les chevaliers aux noirs manteaux dans toutes les manifestations religieuses intégristes. Un nom a été donné par le cardinal Ratzinger dans son Entretien sur la foi à cette tendance lourde dans le catholicisme apostolique romain : il est dit " restaurateur ". Le fait que le mot même de la Restauration soit employé en Histoire pour qualifier le retour de la royauté et de l'Ancien Régime après la République n'est pas un hasard, comme cette mouvance n'est pas que religieuse, elle est aussi politique et cache à peine son hostilité à la République et ses sympathies pour feu le Comte de Paris…
Il nous semble donc que la stratégie de l'ordre de Malte est de prendre des initiatives dans quatre champs d'interventions distincts mais concentriques. Le premier cercle, le plus extérieur, c'est l'action humanitaire, qui lui donne une bonne image aux yeux de l'opinion publique et des Etats, qui, de plus lui permet certainement de donner une caution financière à ses opérations de budget . Sous cette caution caritative, l'ordre peut alors figurer aux côtés des intégristes catholiques - c'est le second cercle - et fréquenter cette mouvance chrétienne qui encombre l'épiscopat parce que, d'une part elle remet en cause le courant libéral qui s'établit dans le clergé depuis trente ans, et parce que d'autre part, elle se refuse à la scission à la manière de Saint-Nicolas-du-Chardonneret et conserve la protection du pape actuel, dont on connaît le caractère réactionnaire des réformes. Enfin, plus profondément, - c'est le troisième cercle - les liens établis avec les nouveaux mouvements catholiques restaurateurs leur permettent d'établir aussi des connexions avec un espace politique anti-républicain, qui va des partis d'extrême droite déclarés comme tels (Le Pen) à la droite extrême villiériste tout en maintenant le contact avec les royalistes. Nous avons traité de la question des liens entre Franc-Maçonnerie de Misraïm, Arcana Arcanorum et ordre de Malte. Cela pourrait être le quatrième cercle, le plus occulte, mais le centre réel du pouvoir de l'ordre de Malte. A l'heure qu'il est, la seule certitude que nous avons de ces connexions, ce sont les trente Chevaliers de l'ordre de Malte qui émargeaient à la Loge P2. La supposition que nous faisons, qui n'est pas certifiée mais vraisemblable, c'est que les derniers degrés de Misraïm, ou Régime de Naples furent historiquement un lieu de recrutement extrêmement fermé au sein de l'ordre de Malte. Nous ne disposons pas de pièces avérées qui confirme l'existence actuelle, encore aujourd'hui, de connexion entre Misraïm (le régime de Naples) et l'ordre de Malte ou son catholicisme intégriste et antirépublicain.
Néanmoins, si c'était le cas, il serait alors certain que l'actuelle Maçonnerie du Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm, continuatrice de Misraïm, serait infiltrée par l'ordre de Malte. Or comme l'ordre de Malte établit des contacts maintenus avec le courant catholique restaurateur et le courant politique anti-républicain, alors des agents du Vatican, antidémocrates et antilaïcs, se seraient infiltrés dans le Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm, par le biais des Arcana Arcanorum.

3. Les Arcana Arcanorum recrutent-elles pour la révolution ?

Pourtant quelques indices doivent nous mettre la puce à l'oreille et modérer notre propos. D'abord, il est étrange que Cagliostro se soit acoquiné avec l'ordre de Malte comme il l'a fait. On peut en effet tenir mille propos contradictoires sur le bonhomme, car il jouait à l'envi de l'ambiguïté et de la dissimulation, mais on ne peut lui retirer ces deux qualités, d'avoir été ami de la révolution française et ennemi du pape. L'affaire du collier de la reine lui vaut l'embastillement pour dix mois et le soutien du peuple, - même s'il ne paraît pas avoir été vraiment coupable -, et il écrit en juin 1786 une Lettre au peuple français, où il se déclare nettement révolutionnaire. Condamné à mort en 1789 puis à la perpétuité par Rome, les agents du pape brûlent ses décors maçonniques et ses ouvrages de théurgie.

D'autre part, trente ans après la création et le dépôt des Arcana Arcanorum dans Misraïm, ce Rite est entièrement reconstruit en réaménagé par quelques frères. On se souvient que le Rite est d'inspiration égyptophile. Lorsqu'il passe entre les mains de ces frères français installés en Italie, le voilà re-kabbalisé, hébraïsé à l'envi. Le résultat, c'est un Rite de 100 degrés qui prétend boire à la même source juive que l'écossais mais dont il entend faire la concurrence. Dans cette échelle de grades, le plus haut auquel on puisse prétendre, c'est le 77ème degré. Les autres grades n'ont qu'une fonction administrative. Les trois derniers sont interdits d'accès car réservés pour les Supérieurs Inconnus. En 1814-15, le Rite s'installa en France par les Frères Bédarride, qui ne cache pas l'indifférence qu'ils ont pour les Arcana Arcanorum. L'affaire n'est pas un secret puisque le Tuileur de Vuillaume de 1820 déclare au sujet des Arcana Arcanorum : " Nous savons au surplus que ces quatre degrés ne sont pas adoptés par la Puissance qui gouverne le Rite Egyptien en France" . Et Marc Bédarride, dans son texte de 1845 sur L'Ordre maçonnique de Misraïm, minore et déconsidère l'apport de Cagliostro en ces termes : " [il] avait acquis en Egypte quelques degrés maçonniques, les altéra et en forma un soi-disant Rite Egyptien selon son bon plaisir" très certainement parce que son apport, en des termes quantitatifs reste minimes. Le Rite, de plus de 90 degrés, n'aurait en effet bénéficié que de six ou sept grades cagliostriens qu'ils fussent venus de la Stricte Observance Templière ou du propre Rite Egyptien que Cagliostro avait mis au point.

Mais alors, par où sont donc passés les Arcana Arcanorum et quand arrivèrent-ils alors chez les Misraïmites français ? Cagliostro a pu les déposer dans les chapitres de hauts grades de la Loge Della Vittoria à Naples qui devint Joseph le Juste en 1806, puis La Constellation Napoléon, puis redevint Vittoria en 1812. Dans celle-ci, on trouve le Frère Briot. En 1815, il fut nommé Grand maître ad vitam de Misraïm, et fonda la Loge mère Arc-en-Ciel première Loge du Rite de Misraïm à l'Orient de Paris. C'est peut-être par ce biais que les Arcana Arcanorum ont pu être conservés dans la Maçonnerie française de Misraïm. En effet, Briot s'affilia au Rite de Misraïm en 1810 et il lui est fait référence chez Marc Bédarride . Le personnage est hors-norme et mériterait qu'on lui consacre un bel essai, car il semble avoir conjugué admirablement le souci initiatique (il fut Grand Maître ad vitam de Misraïm au 90ème) et la volonté d'extériorisation sociale (importateur via le Jura d'une Charbonnerie politisée). L'ésotérisme et le socialisme eurent leurs heures de gloire pendant toute la fin du XIXème siècle, et Briot semble en être l'un des types les plus représentatifs.

A côté de la filiation D'Aquino, maltaise et aristocratique, il y aurait donc eu une seconde filiation, la filiation Briot, française et révolutionnaire. L'idée est d'ailleurs partagée par beaucoup d'historiens des Arcana . Elle laisse entendre que l'orientation aristocratique n'est pas la seule, et que les misraïmites français, pépinières de carbonari et d'insurgés au régime de la royauté, pratiquaient d'autres Arcanes. Il est certain en effet que dans tous le début du 19ème siècle, les degrés de Misraïm sont doublés de ceux du carbonarisme par quoi une éducation républicaine, démocratique et insurrectionnelle se fait jour. Plus on avance dans les grades, plus se fait jour le vrai visage de cette maçonnerie égyptienne, un visage barré de la suie des charbonniers ou de la poudre des fusils des insurgés. Le but de cette Maçonnerie dans la Maçonnerie ? Selon ce qu'en dit le fonctionnaire de la police politique Simon Duplay : " La société de Misraïm est organisée sur un plan beaucoup plus vaste que la maçonnerie ordinaire. Elle est subdivisée en quatre séries, lesquelles se subdivisent en dix-sept classes qui comprennent quatre-vingt-dix sept degrés. Le Conseil Suprême est formé d'adeptes parvenus au 90ème degré… On doit attribuer les progrès [de l'ordre] à la doctrine antimonarchique et antireligieuse qu'elle professe. " Et, au sommet de la pyramide, les Arcana Arcanorum devaient être le Directoire de cette Maçonnerie noire, s'opposant à la Maçonnerie blanche de l'ordre de Malte. La chose est confirmée par le célèbre conspirateur Witt von Döring qui déclare le 11 avril 1824 à la police de Bayreuth à propos des Arcana Arcanorum que le Rite de Misraïm " dans ses trois derniers grades supérieurs (grades voilés) qu'une véritable Charbonnerie ".

4. Les Arcana Arcanorum aujourd'hui

On peut donc dire, pour reprendre la métaphore platonicienne de la dialectique ascendante et de la dialectique descendante, qu'il existe deux courants traditionnels qui maintiennent vivant l'héritage des Arcana. L'un, - travaillant en dialectique ascendante - se veut aristocratique, et vise à l'incarnation et à la descente de l'Esprit. L'autre - dialectique descendante - se veut populaire, transgressif, et cherche la montée de la matière, la sacralisation des corps, donc l'assomption du peuple. L'un est pris de la nostalgie réactionnaire quand l'autre veut la réforme des temps nouveaux. L'un méprise le peuple tandis que l'autre veut le sublimer.
Or nous voudrions insister sur deux points : Premièrement, comme nous venons de le démontrer, il a existé plusieurs Arcana, ou plus exactement, plusieurs interprétations et plusieurs rituels différents sous une même dénomination , et sous les mêmes degrés. Secondement, ces différents courants d'Arcana sont représentatifs de deux sensibilités métaphysiques et politiques différente. La chose n'est pas nouvelle en Maçonnerie, où l'on sait que l'apparition de nouveaux rituels, leur réécriture ou leur disparition sont liées à des enjeux autant spirituels que politiques. Ainsi pourrait-on parler du caractère aristocratique et crypto-catholique de la Stricte Observance Templière au moment de sa constitution, et de ses attachements aux archétypes templiers et christiques. On voit qu'au Convent de Wilhelmsbad, en 1782, les enjeux autour de la Stricte Observance Templière ne sont pas que rituéliques, mais renvoient aussi à une conception du politique où ses principaux adversaires sont dans le camp protestant et rationaliste. On est donc en mesure de supposer qu'il en est de même à propos des Arcana maltais et des Arcana carbonaristes.
Mais la coutume veut qu'en Maçonnerie du Rite Ancien et Primitif de Memphis-Misraïm, les plus hauts degrés, les Arcana Arcanorum soient détenus par des Grands Conservateurs du Rite qui jouent analogiquement le rôle de sages et de conseillers. Et, même s'ils n'ont pas de rôle effectif dans l'organisation administrative du Rite, ils n'en demeurent pas moins qu'ils ont une autorité réelle, au moins symbolique et morale. L'organisation qui les abrite porte le nom de Souverain Sanctuaire.

Source : http://glsf1.perso.worldonline.fr/doc/glsf-52.htm

Par RAPMM - Publié dans : hauts grades
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 23 mai 2012 3 23 /05 /Mai /2012 12:57

Secrets oraux du 89e.°. Degré de Naples

89-a : Heureusement toute la Nature est peuplée d'une Hiérarchie de créatures et l'homme n'est pas perdu ni isolé dans le pullulement des Etres.

Il y a sa place déterminée, ni en haut, ni en bas, mais vers le milieu car il est un être double, à la fois matière et esprit. Il en résulte que de même que l'homme peut aider les créatures qui lui sont inférieures, de même il peut

recevoir de l'aide de la Hiérarchie des Etres qui lui sont supérieurs.

89-b : Il y a d'abord des Instructeurs dans l'Invisible. Il y en a plusieurs. Il en est de diverses nations, notamment un Instructeur noir. Chacun agit par induction sur une partie de l'humanité et donne à certaines races certains courants de pensées.

Cette chaîne d'Instructeurs a inspité des prophètes, des sages, des législateurs à toutes les périodes cruciales de l'histoire. Elle est permanente dans l'Invisible, on peut donc la percevoir facilement par la voie de la Méditation profondeet en recevoir impulsions et lumières intérieures. Il y a ainsi une sorte de doctrine initiatique universelle et elle s'exprime par la voie du symbolisme universel.

89-c : Attention cependant, il est de tradition certaine et de pratique courante que des échanges de pensées et de puissances peuvent avoir lieu à l'occasion de cérémonies rituelles. Nos ancêtres égyptiens disaient que les rites sacrés faisaient "descendre les Dieux, qui se mouvaient dans les Temples et venaient animer leurs images".

C'est là le privilège des Initiés véritables de relier le Ciel à la Terre. Leur prière a des effets immédiats: l'Echelle de notre Grand Sceau le rappelle.

Cela exige une grande pureté de coeur, une grande foi et une grande confiance et aussi un corps pur detout alimentcarné. Ces "contacts" ne peuvent se faire que dans une ambiance céleste. Toute peur physique doit être absente: "mon coeur ne tremble pas" disait l'Initié à ce degré.

Pourquoi redouter la présence d'un ami, d'un protecteur, d'un guide bienfaisant ? La foi est nécessaire, c'est-à-dire un désir, une volonté, un appel de l'Etre invisible.

On n'a rien sans peine, rien sans effort, rien sans émission de volonté et d'énergie. Il faut donc appeler et désirer.

89-d : On obtient alors:

a) ou bien une Illumination personnelle : l'entrée en son coeur d'une joie céleste, d'une Sagesse illuminante, d'une divine présence d'un hôte divin; c'est l'extase, le ravissement, la suavité de l'Union;

b) ou bien une sensation collective d'une présence invisible, qui apporte aux assistants, aide, amour, illumination. Le chant collectif, la chaîne favorisent le phénomène.

89-e : Ces contacts rares mais puissants s'accompagnent parfois de troubles physiques: la terre tremble ou bien la foudre brille et tombe, les vitres se brisent, les murs oscillent.

En effet l'économie et l'équilibre du monde sont troublés par tout phénomène exceptionnel.

89-f : Le végétarisme et la continence de l'officiant sont des facteurs de succès en ce domaine particulier.

89-g : Un entraînement personnel de l'adepte est également nécessaire. Sa vie doit être une prière permanente. Les exercices respiratoires ou la pratiquedite de la "boule blanche", favorisent la maîtrise parfaite de l'esprit sur le corps et le dédoublement de nos facultés et de nos puissances. Un serpent de feu court alors du coccyx à la racine du nez.

89-h : Il est téméraire de quitter sa place pendant une expérience de Théurgie.

89-i : On peut en arriver à s'identifier avec lefeu secret, moteur de l'Univers vivant, et ce, sans danger et sans dommage. C'est le sens du cordon du grade: rouge feu bordé de noir.

Conclusion du Grade 89

Des contacts sont possibles entre l'homme de désir, l'Initié, l'ami de Dieu et les Puissances spirituelles, qui le dépassent par leur nature et leurs possibilités. Mais ils sont difficiles à établir; c'est la récompense d'un long entraînement. Une grâce exceptionnelle récompense les coeurs persévérants.

Secrets oraux du 90e.°. Degré de Naples

90-a : Le dernier degré de l'Ordre confère à l'Initié une sorte de sagesse cosmique. Il plane, il domine le monde, il juge de façon sereine. Il remplit ainsi une sorte de royauté sociale consciente symbolisée par le sceptre de notre cordon.

Il se rend compte du Devoir des Initiés d'éclairer et de guider leurs semblables, les malheureux profanes, si souvent victimes de mauvais bergers.

Quel est le devoir le plus urgent, le plus essentiel ? Apporter aux hommes et leur enseigner la paix. Tel est l'Idéal imprescriptible de l'Initié, Paix aux hommes (formule propre au Rite de Misraïm).

Cette Paix est à la fois intérieure (chaque être étant éclairé sur son propre mystère et son grandiose destin) et extérieure (la collectivité des hommes devant organiser la vie sociale sur la collaboration pacifique de tous, à l'exclusion de tout moyen de coercition militaire).

Qu'il en soit ainsi : Fiat !

90-b : L'Initié doit également se rendre compte des grands obstacles que la rivalité commerciale des nations met à l'entente universelle.

Il doit même prévoir des périodes d'épreuves et d'obscurcissement: de guerres, de rapines, de destructions, de crimes, de déchaînements de la haine, sous la pression de nationalismes aveugles.

Il doit prévoir que les sages ne seront plus en sécurité, mais connaîtront la persécution, la prison, les tortures et la mort. Prévoyant ces heures de douleur et de régression sociale, le Maître initié devra beaucoup insister pour que les Ordres initiatiques en reviennent au secret traditionnel, aux plus sévères disciplines du travail collectif souterrain, à l'adoption de noms mystiques pour cacher les noms et les identités profanes: à l'enseignement rigoureusement verbalà l'exclusion de tout écrit quelconque.

Mais jamais il ne devra désespérer de l'humanité, ni de la lente progression de ses destinées.

Peser sereinement toute chose, c'est là la Sagesse (Sophia).

90-c : Jamais l'Initié ne doit perdre sa confiance en lui-même. Il a en lui une parcelle de Divinité, un feu secret d'éternité (c'est bien cette parcelle de divinité, le Corps solaire ou Hermès qui s'exprime dans toutes ses potentialités dans la voie alchimique interne). Il doit à la fois (cf. son tablier) donner des fruits spirituels et se rendre humainement et socialement utile et ne jamais perdre le contact avec la Puissance Suprême: de là, sur son tablier, l'arbre chargé de fruits, à gauche, et l'échelle mystique à droite.

Conclusion du 90e.°.Degré de Naples

Le Sage est le possesseur et l'initiateur de la Paix.

Note générale: Le 90ème degré est l'aboutissement logique de toute notre étude initiatique. Il donne des leçons philosophiques de la maç.°. une admirable synthèse, une claire conclusion. L'initié connaît sa vraie place au sein de l'Univers vivant; il en sait les limites, les servitudes et les grandeurs; il n'a point à modifier ce qui est, en dehors de sa volonté: il doit s'incliner devant le plan cosmique où il est intégré. Il en percevra alors l'aimantation secrète, la vie occulte, la joie spirituelle, ce que Pythagore appelait "l'Harmonie des Sphères". N'est-ce pas là, enfin, le seul, l'admirable, le but réel de toute Initiation ?

 

Par Armand ROMBAUTS, 33.’. 66.’. 90.’. - Publié dans : hauts grades
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 23 mai 2012 3 23 /05 /Mai /2012 12:51

I. Introduction

 Les derniers degrés de Notre Rite Occultiste comportent une Tradition verbale secrète, que le Gr.°. Hiéroph.°. communique aux divers chefs de l'Ordre par la voie traditionnelle des Mystères c.à.d. "de bouche à oreille".C’est ainsi que je les ai recus ; que je les transmets à mon tour.

Ils se rapportent: à la constitution occulte de l'homme; à _son destin posthume; à l'existence d'un monde astral et aux rapports permanents existant entre l'Etre Suprême et le monde.

 

Secrets oraux du 87e.°. Degré de Naples

87-a : Nous ne voyons qu'une partie de l'Univers. Le cadre vivant du Cosmos nous échappe. Nous sommes entourés et baignés d'influx extérieurs, qui agissent sur nous à notre insu. L'éveil de notre conscience d'Initié se fait

par stades successifs

1) On s'intéresse à l'Univers, à sa vie cachée, à son harmonie mathématique; on perçoit celle-ci; on jouit des beautés de la Nature: ciel étoilé, paysages, mer agitée, montagnes, forêts, fleurs, etc.

2) On découvre l'unité de tout ce qui vit; on se prend d'affection pour toute forme de vie: plante, insecte, animal, et on comprend le devoir de la solidarité envers la Vie: il faut augmenter et défendre le potentiel de Vie en toutes choses; s'opposer à la souffrance qui la diminue; à la mort qui la supprime; à toutes formes de cruauté envers les vies inférieures.

3) Au fur et à mesure que l'on avance sur le chemin de la compréhension de la Vie universelle et de notre respect de tout ce qui vit, on se dépouille du vieil homme c.à.d. de l'égoïsme humain, et on se préoccupe du bonheur de nos semblables. On devient de plus en plus altruiste et désintéressé.

Telle est la Pierre de Touche de l'Initié.

87-b : Un second stade dans notre avancement intérieur consiste dans la perception de l'Oeuvre d'un Grand Architecte dans la Nature entière.

Bien qu'Il demeure pour nous incompréhensible et transcendant, il existe; Il est là; on Le perçoit indirectement par son Oeuvre; celle-ci est éternelle comme Lui; elle est comme son reflet permanent. Il en résulte qu'il est légitime d'avoir en nous un sentiment d'admiration et d'affection envers le Père de toutes choses que Notre Rite appelle très justement d'ailleurs le Tout­ Puissant.

87-c : Un troisième stade de notre évolution consiste dans un regret de plus en plus vif et dans une affliction de plus en plus grande devant l'aveuglement et l'incompréhension de nos semblables.

Egarés par les passions les plus déréglées; prisonniers de leurs coques d'idées-fixes, que sont les préjugés; victimes des appétits les plus grossiers et des sophistes les plus perfides, les hommes s'enlisent dans l'égoïsme et l'indifférence.

Ils tournent le dos à la Lumière; ce sont de malheureux profanes, qui vivent au jour le jour; qui n'ont que des activités animales (manger, boire, coïter) et disparaissent sans avoir rien compris au sens de la vie et au destin de leur âme, dont ils ignorent jusqu'à l'existence.

Ce sont les doctrines déprimantes du matérialisme et de l'athéisme qui causent ces ravages universels et le désordre des sociétés humaines. Logiquement, elles conduisent à tous les abus, à tous les excès, à la suppression de toute hiérarchie dans l'homme, à la négation et au rejet de toute discipline, de toute autorité, au plus affreux égoïsme. L'homme devient un loup pour l'homme et seuls les plus rusés et les plus dépourvus de scrupules s'emparent des pouvoirs terrestres et des richesses qui en sont les conséquences.

L'Initié ne permet pas à ce qui est bas de dominer ce qui est en haut. La tête domine le bas-ventre et celui-ci ne peut dominer la tête.

Notre Rite est ouvertement tourné vers le Spirituel. Il est donc à la fois irréaliste, altruiste, généreux et dynamique. Mais son action doit être graduée, la Lumière doit se donner par degrés successifs; il ne faut donc pas aller trop vite.

87-d : Comme l'affirme une tradition antique et comme le rappelle l'Ypsilon de notre Grand Sceau, il y . a- deux voies, celle qui mène à la négation, au désespoir, à l'anéantissement de l'être, et .l'autre qui est la Lumière, qui répond à notre élan spontané, qui nous relie au Cosmos vivant et nous y assure notre place heureuse; cette voie est celle de la Vérité. Elle ne peut se concevoir que par une osmose avec les plans supérieurs de l'Univers qui existent bel et bien, en dehors de notre volonté et malgré les dénégations des ignorants. Toute l'Egypte enseigne, pour l'éternité, cette sorte de mariage entre le Ciel et la Terre.

Conclusion du Grade 87

Le Monde est autre chose qu'un simple amas de nébuleuses. Il est un Etre harmonieux, intelligent. Il est l'émanation d'une Suprême Intelligence, qui le régit en permanence. L'homme y a sa place légitime et a donc un destin spirituel auquel il ne peut rester indifférent.

 

Secrets oraux du 88e.°. Degré de Naples

88-a : Soumission à la Nature, symbolisée dans le Grand Sceau par les Tables de la Loi. Certains se révoltent contre la mort physique. Ils oublient que l'homme, force intelligente intégrée dans la nature, est implacablement soumis aux Lois de celle-ci. La Sagesse consiste à déceler les Lois naturelles et à s'y soumettre avec bonne volonté.

La première Loi naturelle est celle d'un séjour limité dans le temps et dans l'espace sur le globe terrestre. Notre âme y reçoit un vêtement passager de chair. Elle doit restituer son enveloppe charnelle à la terre qui l'a formée. Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se renouvelle. Il y a donc une économie cosmique entre le nombre des incarnations et le nombre des morts physiques. Il est donc obligatoire et légitime de rendre à la terre l'enveloppe qu'elle nous a donnée. Il est donc anti-naturel de retarder ou de contrarier ce retour à l'équilibre. Il en résulte qu'embaumer les morts est une erreur grossière car elle consiste en fait à troubler l'économie universlle en interrompant le courant des âmes en fixant dans le corps modifié pour une longue période de temps le courant des âmes dans un territoire déterminé; l'embaumement empêche le retour des corps à la Terre Mère.

Sans doute l'Egypte ancienne momifiait les cadavres, précisément pour y fixer les âmes et empêcher leur envol dans le courant des âmes libérées. Le résultat de cette pratique est effarant, l'ancienne Egypte a ainsi interrompu le courant, la boucle des âmes montantes et descendantes; aussi l'histoire nous la montre telle qu'elle a été envahie et occupée par d'autres peuples, par des barbares qui n'avaient ni ses traditions ni ses secrets et actuellement ce sont des âmes étrangères à la Tradition authentique du sol égyptien qui y descendent et y remontent.

Seconde conséquence de cette soumission aux Lois naturelles: le corps humain doit se dissoudre en terre. Il faut 9 mois pour le défaire; il est donc tout aussi anormal de précipiter cette dissolution lente et graduée, imposée par la Nature, en brûlant les cadavres. Les anciens Egyptiens trouvaient abominable de brûler un cadavre.

88-b : Il faut également se soumettre aux Lois naturelles relatives au destin posthume des âmes. A la mort physique, l'âme subit un choc car elle doit s'adapter à une situation nouvelle. Elle subit les stades suivants:

a) Cohabitation momentanée avec le cadavre

Il est faux qu'elle se libère en un éclair. Cette libération est lente et graduée. L'âme ne se rend pas compte de la mort: pendant tout un temps elle flotte dans un demi-sommeil avec toutes les pensées conscientes de ses derniers moments terrestres. Elle demeure reliée au corps, au décor familier où elle a vécu, elle a encore des soucis terrestres. On peut activer sa libération en pratiquant sur elle des rites libératoires

b) Séparation d'avec son support terrestre

Elle erre alors dans l'atmosphère terrestre, puis tombe dans le cône d'ombre de la terre, qui est le séjour des âmes désincarnées. Mais tous les mois la Lune traverse ce cône d'ombre et emporte avec elle les âmes en souffrance. Il est donc néfaste et mauvais de tenter de retenir égoïstement une âme aimée dans le décor terrestre, qu'elle est appelée à abandonner pour son propre bien.

Le Spiritisme est une pratique néfaste de ce genre. L'évocation des morts est tout aussi nuisible et inadmissible.

c) Les Initiés savent que l'âme doit passer par les quatre éléments pour

avoir la plénitude de sa destinée. Or le corps humain est surtout formé d'Eau,

le destin posthume des âmes se passe donc dans les trois autres éléments:

1) la Terre : pendant le stade de cohabitation avec le cadavre;

2) l'Air : pendant le stade de séjour dans le cône d'ombre de la terre;

3) le Feu : après sa libération par la Lune et son entrée dans la joie du rayonnement solaire (Apulée de Madaure).

88-c : Il y a autour de la Terre un cimetière astral où errent non seulement les âmes très matériellesencore attachées par un cordon ombilical à leur dépouille physique, mais aussi les "doubles" des animaux tués dans les abattoirs et des bêtes fauves qui peuplent la terre et l'entoure d'un essaim agressif, féroce et malfaisant. Ce sont ces forces maléfiques que perçoivent les mourants effrayés, les expérimentateurs téméraires des pratiques de basse magie, les êtres anormalement sensibles à des ambiances magnétiques.

Les folklores des divers peuples donnent des noms divers à ces réalités éthériques. L'âme libérée doit fatalement traverser ce nuage délétère, cette sorte de purgatoire.

Seul, celui qui, pendant sa vie terrestre, a été bon, compréhensif et compatissant envers les animaux traverse aisément et sans peur, ni danger, ce premier élément de ce que l'on appelle: les Gardiens du Seuil.

88-d : Il faut donc retenir que notre âme, chargée du poids de nos actes, entre dans un domaine nouveau, qu'elle doit conserver en celui-ci toute sa personnalité, toute sa conscience, sinon il lui serait impossible de se poser, de se juger, et de progresser.

Nos fautes et nos bonnes actions nous suivent; c'est là ce qu'on appelle le jugement des actes. La balance de notre-Grand Sceau le rappelle.

88-e : Il en résulte qu'il existe encore une possibilité de contact entre les morts et les vivants. Les morts ont sur nous cet avantage: une possibilité plus éminente, car débarrassés des entraves charnelles, ils agissent par images mentales, qu'ils peuvent projeter en notre subconscient et nous donner ainsi avertissements, prémonitions, avis télépathiques, voire même une forme éthérique de leur présence passagère.

Mais tout contact cesse automatiquement dès que l'âme libérée est sortie du cadre terrestre.

Il a été observé en effet que ce sont les semaines qui suivent le décès qui sont les plus propices à des communications télépathiques entre les désincarnés et les incarnés. Dès qu'une âme retombe dans la chair, reçoit un autre corps et s'y réincarne, elle ne peut plus se manifester pendant cette période.

88-f : Les morts ne voient de nous que notre double. Ils sont entourés d'une coque de pensée éveillant des résonances.

Conclusion du Grade 88

La mort n'est pas une simple dissociation de nos éléments constitutifs. Elle est le passage par des états successifs de notre conscience qui persiste. On conçoit donc que survivre puisse être en certains cas un vrai châtiment pour un coupable, qui perçoit le fruit de ses actes.

Elément de la Nature consciente et impérissable, l'âme humaine doit suivre les Lois naturelles et rejoindre le torrent des âmes qui parcourt l'Univers de même que la goutte d'eau de pluie qui s'évapore au soleil remonte obligatoirement vers le Ciel pour y rejoindre le torrent des autres gouttes, qui forment de nouveaux nuages destinés à de nouvelles pluies. C'est la même eau qui sert indéfiniment.

 

 

Par Armand ROMBAUTS, 33.’. 66.’. 90.’. - Publié dans : hauts grades
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 23 mai 2012 3 23 /05 /Mai /2012 11:24

Note Générale : L'enseignement initiatique se transmet traditionnellement "de bouche à oreille" et par le moyen de symboles ésotériques. De même que l'écriture égyptienne comportait divers degrés de signification en allant de la rédaction démotique à celle par hiéroglyphes, de même certains symboles traditionnels sont susceptibles de plusieurs significations. C'est évidemment la plus secrète de toutes qu'enseignent les Ordres initiatiques.    

L'histoire nous montre l'origine égyptienne de la plupart des traditions grecques. D'une part, tous les guides et instructeurs sociaux des diverses communautés grecques se rendent préalablement en Egypte pour y être initiés" et formés à leur mission (ex. Solon, Lycurgue, Thalès, Pythagore, Platon, Plutarque, etc.); et d'autre part la partie essentielle des Traditions ésotériques est rigoureusement d'origine égyptienne comme le dit Plutarque et l'affirme Hérodote.    

Il en résulte qu'il existe un fond commun de Traditions égypto­helléniques qui forment l'Initiation véritable.

Dans le développement des civilisations, ce courant se retrouve en divers pays: soit par la voie du Pythagorisme et du Néo-Pythagorisme, soit par la voie de l'Essénisme ou du syncrétisme alexandrin, soit même par certains philosophes arabes.    

MISRAIM n'est donc pas un élément nouveau dans l'histoire de l'initiation antique traditionnelle. Il est uniquement l'une des branches de cette Tradition, dont les racines sont égyptiennes et le tronc hellénique.    

Très malheureusement pour ce Rite, ce n'est que dans ses 4 derniers degrés du Régime de Naples (87, 88, 89 et 90) que ce courant traditionnel authentique se perçoit de façon irréfutable. Bien que s'intitulant "Rite d'Egypte", l'Ordre de Misraïm classique est, dans ses autres degrés, essentiellement kabbalistique et Ragon l'intitule pour cette raison: "Ordre

judaïque de Misraïm".    

La plupart de ses propagateurs étaient des israélites pratiquants et ont donné un développement, qui peut se comprendre, à la partie kabbalistique. Mais ils ont oublié que la Kabbale est dans l'histoire, un élément relativement récent, postérieur à la Tradition égypto-hellénique, dont les secrets sont millénaires et se retrouvent dans la Kabbale de façon évidente.    

On peut en déduire que dans la plupart des degrés inférieurs au 87ème.°., beaucoup de traditions kabbalistiques sont en réalité une redite ou une amplification d'enseignements antérieurs égypto-helléniques.

 

Notes sur la Tradition égypto-grecque du 87ème degré

 

 

Tradition égypto-grecque sur l'histoire du Kosmos vivant et sur l'origine de notre monde

 

1) Il existe dans la tradition égyptienne primitive diverses légendes symboliques sur l'origine du Cosmos.

 

Le papyrus magique Harris narre (6, 10 ss) qu'il y eut d'abord une eau obscure et primordiale, le NOUN. Il en sortit une île et sur celle-ci un oeuf mystique, dont il sortit une oie solaire; la lumière naquit avec elle. L'Oiseau divin s'envole en piaillant, il prend sa place au ciel, inonde le monde de ses rayons, aussitôt l'obscurité primitive fait place au jour, le silence du monde cesse; le Soleil va féconder la Terre.    

Une autre version de cet événement cosmique nous est donnée par une traduction de Kees (Zeitschrift für âgyptische Sprache und Altertumskunde, 57, 116 ss): c'est d'une "fleur de lotus" que le jeune Soleil serait sorti de l'Eau primordiale.

 

2) Toute une évolution se déroule alors: le Chaos primitif fait place à un univers organisé; le ciel et la terre qui ne faisaient qu'un, se séparent; la déesse du ciel, NOUT, qui était couchée sur son époux GEB, dieu de la terre, est soulevé par le dieu de l'air, SHOU, qui est leur père, scène qui est souvent représentée par les artistes de l'Ancien Empire.

 

3) Le Soleil devient alors le triomphateur universel: son oeil de feu dissout toute ténèbre et toute existence rebelle. On lui élève des Temples élémentaires, lors des premières dynasties: ces temples sont ouverts; un obélisque y attire la force divine (cf. temples solaires d'Héliopolis, des pyramides, etc.).

 

Il y a donc 3 phases dans cette évolution du Cosmos vivant.

Le 87ème degré correspond très exactement , à ces 3 stades; ses 3 temples successifs sont rigoureusement conformes- à la légende traditionnelle: le temple noir est à peine éclairé d'une seule bougie, enfermée dans une lanterne sourde, qui en atténue la faible lumière: c'est là l'image sensible du Chaos obscur, mais où il y a déjà une espérance, un germe de vie. Le temple vert montre l'essor de la végétation, le temple rouge, le triomphe des formes de la vie universelle, grâce à l'action bienfaisante des vivants rayons solaires. [On retrouve aussi les 3 couleurs alchimiques: noire (putréfaction), verte (végétation), rouge (rubification).]

Ces décors sont donc authentiquement égyptiens et il y a lieu de noter ici que lorsque ces rituels sont établis, les hiéroglyphes ne sont pas encore connus ni déchiffrés; il est donc impossible d'attribuer le rite de Misraïm à de simples vulgarisateurs, postérieurs à la géniale découverte de Champollion.    

L'antiquité et la réalité de la tradition égypto-grecque à travers les âges est ainsi lumineusement démontrée. Lorsque l'alphabet égyptien sera déchiffré, on verra avec surprise, lors du premier examen des papyrus authentiques, que la tradition exacte de l'Egypte antique se retrouve dans le Rite de Misraïm, qui est donc réellement un rite d'Egypte puisque sa tradition orale correspond fidèlement à la traduction manuscrite qui ne sera révélée que beaucoup plus tard.    

Notons encore que la Grèce qui a reçu, elle aussi, la tradition égyptienne, l'a répétée et amplifiée sous une forme imagée dans le Timée de Platon, où est décrite mathématiquement l'action divine faisant passer le monde, du chaos à l'Ordre. Peu de maçons, même instruits, savent que leur devise "Ordo ab chao" est bien antérieure au christianisme, puisqu'elle a pour auteur Platon lui-même (Timée, 29e - 30a).

D'autre part, l'homme est né pour connaître l'essence de la nature, a écrit le pythagoricien Archytas de Tarente, qui fut le professeur de Platon (Fragment métaphysique N° 6). Voir et connaître ce qui nous entoure, voilà le propre de notre sagesse (même fragment). De là les mots sacrés: Nature­Vérité et Je suis-Nous sommes; c'est la conclusion de l'étude de la Nature, basée sur ces principes.    

Quant au carré, symbole important de la tradition égypto-grecque, il porte,-dit Philolaos de Tarente, pythagoricien notoire, en son fragment N°20, l'image de l'essence divine. Il exprime l'ordre parfait. Il est à angles droits ce qui manifeste l'immutabilité; ses côtés égaux assurent sa permanence. Nous retrouvons ce carré non seulement dans le sceau de Misraïm mais encore dans les attouchements des grades 87 et 88, où, en se prenant soit les mains, soit les bras, on dessine un carré, puisqu'on a pour ce faire, les bras préalablement croisés.

Le violet du cordon est la couleur de la spiritualité, née du mariage du bleu céleste et du rouge-du-feu. Son bord amarante rappelle la couleur des rubans portés par les mystes grecs participant à la procession d'Eleusis. Le violet est la couleur du manteau du dieu solaire Appolon (Portai : p.237).

 Le triangle du sceau avec un point au centre nous rappelle que Dieu est la cause qui engendre toutes choses en permanence et dont tout émane (Proclus, ad Lucl. Elementa, I, 36), vieille idée reprise à Philolaos (frgmt. 20). Dieu agit ici sur le corps comme sur l'âme du néophyte, symbolisés chacun par un carré. Il les illumine en-dedans.  Aussi le signe traditionnel de la prière grecque (prier en Y) complète-t-il parfaitement le caractère hellénique et égyptien de ce degré important.

 

 Notes sur la Tradition égypto-grecque du 88ème degré

 

 

Complément du grade précédent, ce dernier insiste encore sur la floraison des formes de vie dans le monde.       

La couleur verte des tentures est, traditionnellement, celle de la Nature, de la végétation; c'est pourquoi Apulée nous rappelle au Xlème Livre de ses métamorphoses, que ce sont obligatoirement des couronnes de feuillages verts qui étaient délivrés aux mystes lors de leur initiation.    

La couleur bleue du Manteau est ici volontairement négative car ce grade indique la rentrée en soi-même, la passivité du myste, qui doit recevoir du dehors les influx célestes qu'il fera germer en lui.    

C'est là la seconde partie du secret traditionnel d'Eleusis: Kyé, c.à.d. germe, enfante, après que la rosée céleste est descendue (Hyé: descends, pleus, tombe). Ici l'initié est réceptif, tout se passe en lui-même, le microcosme.    

C'est la méthode de la méditation profonde, de la "nuit obscure des sens" qui attend la descente du rayon illuminateur.    

C'est la position de l'homme de désir, qui attend la venue de l'Un, si brillamment décrite par Plotin, dans ses Ennéades.    

Et qui finit par percevoir- en lui le battement de la vie universelle. Bien des méthodes orientales tendent au même but par divers artifices respiratoires (yoga).

   

Notes sur La Tradition égypto-grecque du 89ème degré,

 

     

Tout est rouge ici: décors, cordon, chaleur du coeur. Seul l'adepte porte un Manteau immaculé.

Le rouge est à la fois la couleur du feu et celle de la Hiérarchie (rois, sénateurs romains, Grands Pontifes, actuellement cardinaux). C'est aussi la couleur du manteau du Maître-Instructeur, qui est Lumière et Amour (le Bouddha, Pythagore).    

Le blanc est la couleur sacerdotale par excellence. Car, pour entrer en contact avec les Puissances angéliques, qui servent d'intermédiaires, de Médiateurs, entre les Hiérarchies d'esprits célestes et les hommes, encore incarnés dans la matière, l'impétrant doit être pur de corps, pur de vêture, pur de coeur et de pensée. Pythagore imposait cette couleur à ses prêtres; il l'avait vu faire en Egypte.    

Pour tenter d'approcher l'Invisible, l'initié du 89ème degré doit donc se présenter en vêtements immaculés devant le seuil de l'Ineffable. le premier des médiateurs est l'habitant du feu, symbolisé par les mots: Ouriel ou Héphaïstos.    

Tout vit dans la Nature: l'AIR est animé par des millions de germes que les anciens pythagoriciens voyaient danser dans le rayon solaire; l'EAU est peuplée de milliers de créatures élémentaires (amibes); la TERRE recèle en son sein toutes les semences, tous les germes, tous les êtres. Le FEU, lui aussi, est habité et animé par des êtres invisibles à notre oeil mais perceptibles à un Initié, qui les appelle: Pré-Adamites ou Salamandres ou encore: Génies du Feu.    

C'est là le premier médiateur; il en résulte qu'il faut un certain nombre de feux vivants lors de toute réunion de ce grade. Mais le rituel n'en parle pas; il est essentiellement variable, selon. les qualités personnelles de l'opérateur. Il faut toujours un nombre IMPAIR. Car ce qui est pair est divisible; or, l'opération d'appeler à soi les Forces d'EN-HAUT exclut toute possibilité d'imperfection ou de division.    

Comparons ici notre Rite avec celui de Cagliostro, qui introduisit un Rite Evocatoire Egyptien à Lyon et y obtint devant de nombreux témoins des phénomènes incontestables de contact avec l'Invisible. Ici encore, les manteaux sont blancs et le feu sacré doit brûler en permanence pendant l'Invocation des Puissances Médiatrices.    

Peu importe quelle Puissance bénéfique joue ce rôle, que ce soit un Sage égyptien, grec ou hébreu, l'essentiel est qu'il y ait un contact, une aide.

"Mon coeur ne tremble point" car l'Invisible est notre ami, notre protecteur, notre sauveur, notre aide permanente, grâce à une osmose ineffable. Un enfant ne doit jamais redouter l'arrivée de ses pères, matériels ou spirituels. Ces mots d'ordre sont donc rigoureusement authentiques et ne peuvent avoir été donnés que par des initiés, qui avaient obtenu ce précieux contact.

 

Notes sur la tradition égypto-grecque du 90ème degré

 

Si l'Ouroboros grec est peint sur les décors des dignitaires de ce grade, c'est que toute la philosophie de ce dernier degré ferme le cercle de l'initiation maç.°..

    Etonnante synthèse: l'on en revient ici au premier degré de l'échelle. On voit ainsi que la fin rejoint le commencement, le serpent éternel se mord la queue: tout dans la Nature est un éternel recommencement.    

Le Janus peint sur le cordon représente, comme le Soleil et la Lune, les 2 polarités du monde: nous retrouvons ainsi les 2 col.°. de l'Appr.°. qui nous sont si familières: B.°. et J.°..    

Mais en leur donnant deux noms égyptiens grécisés: OSIRIS et ISIS (qu'il faut lire en égyptien: OUSEREW et ESETH), on remplace la tradition hébraïque par la tradition plus antique égypto-grecque, où ces deux aspects de la Vie Universelle sont religieusement définis et honorés.    

Toute la vie de l'initié oscille entre ces 2 pôles: Matière et Esprit; Bien et Mal; Bonheur et Souffrance.    

Toute l'initiation doit nous conduire de la Lune au Soleil, d'Isis à Osiris, de la Matière à l'Essence divine.    

Tout est là, il n'est pas d'autre initiation. La conclusion du grade est double:

 

a) sur le plan spirituel, il existe une échelle mystique qu'il faut gravir, degré par degré, pour rejoindre l'Ineffable.

 

b) sur le plan matériel, il existe un devoir pur: celui d'être un homme socialement utile, rayonnant sur autrui la lumière et la chaleur qu'il a reçues. C'est la négation de la plaie de notre temps: L'égoïsme.

 

De là cet admirable salut "Paix aux hommes"; on ne peut rien leur souhaiter de meilleur: paix intérieure de leur conscience, paix extérieure dans leurs rapports avec leurs semblables.    

L'initiation n'est donc pas une égoïste collation de secrets individuels donnant à celui qui les possède un ascendant sur autrui, dont il pourrait d'ailleurs faire un mauvais usage.    

L'initiation véritable est au contraire: la communication de secrets traditionnels, rendant l'homme meilleur, lui montrant sa place dans l'ensemble du monde et lui imposant en conséquence de jouer son rôle bienfaisant pour ne pas déparer l'harmonie de l'ensemble.

MISRAIM remplit ce rôle, mais a été mal compris. Ce Rite a cependant en lui un enseignement non équivoque d'universel amour, de paix sociale, d'élévation spirituelle, de collaboration avec le Ciel.    

Il appartient à ses fils fidèles de vivre cette leçon permanente de la Sagesse antique et de remplir ainsi leur devoir cosmique.

Par Armand ROMBAUTS, 33.’. 66.’. 90.’ - Publié dans : Rites et rituels
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 23 mai 2012 3 23 /05 /Mai /2012 11:11

 

Comme le dit très justement le F.°.Ragon, les 4 derniers degrés du Rite de Misraïm forment une synthèse de toute la maç.°. et sont de nature à satisfaire l'esprit de tout maçon instruit. Ils n'ont rien de commun avec les 4 derniers degrés du système de Bédarride, qui n'apporte aucune révélation systématique et ordonnée des Mystères cosmiques.

 

Grade 87

 

A ) Les 3 temples successifs vont de l'obscurité à la lumière.

 

a) Le premier est noir car il rappelle les origines de la vie sur notre globe, où le Chaos portait en lui les germes de toutes les créatures. Le Soleil va peu à peu féconder ce chaos obscur et en faire jaillir les premières formes de la vie.

 

N.B.: L'initié a passé aussi par cette première phase d'obscurité car il a d'abord été contenu et caché dans le ventre de sa mère pendant sa vie foetale et, pour venir au jour, il a dû, à un moment donné, sortir de cette obscurité première.

 

b) Le second est vert car il rappelle les premières végétations qui ont apparu sur les terres émergées lorsque le chaos fit place à un Cosmos organisé.

 

Vert est la couleur de l'espérance car la végétation porte en elle l'espérance des moissons d'été et des fruits de l'automne.

 

N.B.: L'initié est un "homme de désir" c.à.d. d'espérance en un juste destin de sa vie. Notons que les 3 flambeaux symbolisent l'efflux vivificateur qui parcourt tout le Cosmos sur les 3 plans: matériel, astral et spirituel.

 

c) Le troisième est rouge-violacé: Car l'oeuvre cosmique est accomplie quand le feu cosmique génère en permanence ses germes de vies et lance les âmes sur la terre.

 

N.B.: Une fois éclairé, l'initié devient rayonnant et déverse sur autrui une radiation bienfaisante. Il brûle de bonté, de charité, d'altruisme. "Zelus tuus devoravit me".

 

B ) La batterie n'a qu'un seul coup car il n'est qu'une seule harmonie cosmique, perceptible par la lecture du Livre de la Nature, qui nous révèle le plan divin, son harmonie, son rayonnement d'amour. On s'identifie alors avec tout ce qui vit. Nature donne Vérité et celle-ci donne ce sentiment d'unité: Je suis - Nous sommes.

 

C ) L'âge est le premier du monde car il rappelle l'origine de notre vie cosmique : Ordo ab chao.

 

D ) L'heure, la première, rappelle aussi cette "genèse", ce début, ce point de départ.

 

E ) Pour l'homme, il y a le domaine matériel et le domaine spirituel, étroitement unis et inséparablement conjugués en lui: de là ces 2 carrés symboliques, avec un point au centre, indiquant l'unité de notre être, fait à la fois de chair et d'esprit.

 

F ) Le signe est strictement pythagoricien: former par les bras tendus vers le haut une lettre majuscule YPSILONN, appelant l'infini par les 2 bras levés. C'est la position classique de la prière la plus efficace (cf. bronzes grecs montrant un éphèbe en prière).

 

G ) Les 72 bougies forment 2 groupes de 36 feux. Car il y a deux carrés à illuminer: celui qui représente le corps et celui qui représente l'âme. 36 est le chiffre de la Grande-Tétraktys pythagoricienne, car il comporte le cube de 1 (=1), le cube de 2 (=8) et le cube de 3 (=27); (1 + 8 + 27 = 36).

 

Note générale : Le 87ème degré apprend à l'initié de se placer dans son cadre naturel: le Macrocosme; d'en percevoir l'évolution (du chaos à l'ordre et du noir au rouge en passant par le vert); d'en saisir l'Unité et de vivre en Unité avec tout ce qui vit autour de nous et en nous. Il faut tendre les bras à la Lumière et résonner sur la Vie Divine dans l'Univers.

 

Grade 88

 

A ) Le Soleil brillant au centre d'un monde ovale nous rappelle notre place dans la Nature manifestée. Tout y germe, tout y est vert, tout est appelé à une perfection plus grande; mais attention cependant, il ne faut pas être ébloui par une lumière trop vive; la Vérité ne brille pas en un seul éclair fulgurant; elle est au contraire une science progressive que l'on assimile doucement et avec prudence et sagesse. De là le signe de réflection, qui protège l'oeil sensible contre une lumière trop vive. Les Illuminés de Bavière adoptent également ce signe symbolique à l'ouverture de leur grade de Minerval et ce signe est la première partie du signe secret des Martinistes.

C'est une clé universelle, qui nous rappelle efficacement la modestie du Sage, la simplicité de coeur de l'initié qui progresse pas à pas vers la Lumière, sans témérité et sans jactance.

 

B ) Le mot sacré "Zao", mot grec signifiant "je vis", a donc une profonde signification: beaucoup croient vivre mais en réalité ne vivent pas réellement car ils passent sur cette terre sans la voir et sans la comprendre. L'initié au contraire n'est plus un profane, plus un aveugle; il voit toutes choses, il perçoit les aimantations les plus secrètes du Cosmos et il "vit" en harmonie avec lui.

 

C ) Très intéressant est le symbole du Manteau-azuré que l'adepte revêt en ce degré. C'est à la fois une barrière protectrice contre les assauts du dehors et à la fois la coque d'un Oeuf mystique où l'initié se replie sur lui-même, reçoit les ondes cosmiques et fait germer en lui la moisson spirituelle; la tradition du Manteau est hellénique et pythagoricienne; c'est le vêtement classique du philosophe. En lui vibre le courant solaire et son

peplos est bleu car il perçoit l'harmonie des sphères, cachées dans l'azur des cieux. Eliminons en nous toutes obscurité; par la méditation profonde, écoutons parler en nous l'Invisible.

 

Note générale : Le 88ème degré nous fait participer intérieurement à l'onde vitale du Cosmos ou macrocosme. Ouvrons nos yeux intérieurs et nous percevrons ce que le profane ignorera toujours.

 

Grade 89

 

Ici, le myste troque son manteau azuré contre un Manteau entièrement blanc car il va cette fois toucher et percevoir le Monde angélique, qui prolonge notre monde dans l'Invisible et le relie au Centre Ineffable de toute existence. Ouriel, qui est une paraphrase d'Hèphaistos, est l'ange du feu car le feu est le grand lien entre l'Invisible et- le visible. D'abord par les feux sacrés, flammes vivantes qui animent une tenue rituelle; ensuite par le feu spirituel, qui atteint l'âme et la transporte des délices de l'Union avec sa Source ineffable. Cette Osmose entre les mondes spirituels et nous existe: le disciple qui y participe n'a rien à redouter d'elle; de là le mot d'ordre "Mon coeur, ne tremble point". Mais malheur au profane, à l'apprenti sorcier qui essaierait de mettre en branle les puissances qu'il devine et n'a pas le droit d'asservir: il sera broyé comme Prométhée. Le cordon a la couleur du feu; son bord est noir car le feu spirituel vient visiter notre être matériel, encore rattaché au cycle de la matière.

 

Note générale : Ragon a très justement dit de ce degré: "C'est le plus étonnant et le plus sublime de tous; il exige la plus grande force d'esprit, la plus grande pureté de moeurs et la foi la plus intrépide".

 

Grade 90

 

Le dernier degré du régime de Naples de la maç.°. égyptienne forme un Consistoire de la Sagesse.

 

Il est la conclusion, l'aboutissement de toute une évolution intérieure, le couronnement de tout le labeur initiatique.

 

Le mot de passe le dit: Sophia, nom grec signifiant "sagesse"; c'est là le but atteint en fin de travail par l'initié véritable. Il a scruté, pesé, étudié, comparé, expérimenté et compris.

 

Il perçoit à la fois :

 

1) La vie cosmique où il est intégré; de là le décor astronomique du grade.

 

2) La dualité de l'univers, symbolisée au premier degré par les colonnes B.°. et J.°. et au dernier degré par les 2 polarités cosmiques symbolisées par la Lune (Isis) et le Soleil divin (Osiris).

 

3) La seule condition essentielle du bonheur humain: la PAIX entre les hommes (de là le rituel d'ouverture et l'acclamation "FIAT", que ce souhait de paix se réalise).

 

"Paix aux hommes - FIAT". L'initié est persuadé de cette nécessité et collabore à tout ce qui peut amener les humains à une compréhension mutuelle et à une entente fraternelle.

 

Harmonie dans le Ciel, harmonie dans les coeurs, paix sur cette terre: telle est la philosophie du rite.

 

4) L'interdépendance de tout ce qui existe : de là le merveilleux Sceau secret du Rite, où sont rappelés à la fois

- la radiation divine sur nous (triangle avec point),­

- les 2 voies de l'homme (Ypsilonn en rayons);

- les oeuvres de la matières et celles de l'esprit (2 carrés emboîtés),­

- l'intime interpénétration des 3 mondes (les 3 cercles concentriques).

 

C'est un symbole complet, rationnel, riche en révélations.

 

Le Tablier authentique du grade est bien révélateur lui aussi : l'oeuf ailé enseigne à la fois notre propre génération : un ovule sorti des ailes de l'âme immortelle; et l'origine de notre monde : le chaos, si bien décrit déjà dans les traditions sacerdotales de l'Egypte antique. Faut-il rappeler ici la sortie de l'oeuf solaire hors des eaux de l'abîme primitif et cette naissance d'un monde organisé hors du chaos "ancien et primitif' selon la théologie d'Hermopolis ?

 

L'échelle montant vers le Soleil nous donne les degrés de l'ascèse personnelle, qui doit aboutir à l'Union avec l'Ineffable.

 

Le palmier lourd de fruits regarde vers la lune car il est le symbole des fruits de la terre, nés de l'oeuvre fécondante du soleil.

 

Quant à l'Ouroboros hellénique, il rappelle l'unité du monde : en to pan (un le tout).

 

 

Par Armand ROMBAUTS, 33.’. 66.’. 90.’. - Publié dans : hauts grades
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 23 mai 2012 3 23 /05 /Mai /2012 07:25

Rituel Secret de Thoth.

 

« Salut, Thoth, messager divin, inventeur de l’écriture, arbitre de la lutte entre Horus et Seth, qui ce manifeste sous l’aspect d’un ibis et d’un babouin.

 

Thoth, Maître du Livre des respirations, prête moi ta bonne encre, pour que mon Nom soit grandi par les écrits.

 

Je suis entre ceux qui sont à Ounout lors de la fête de Thoth, le beau mâle de Nehemuait.

 

Thoth est à l’avant de la barque de Rhâ, lui, qui est Scribe Divin, Thoth qui purifie mes mains et ma bouche.

 

Thoth prend possession pour moi de l’œil d’Horus, il emporte au loin tout ce que j’ai en horreur, il emporte au loin celui qui vilipende mon Nom.

 

Voici venir Thoth.

 

Il reprend l’œil d’Horus des mains de l’ennemi.

 

Qu’aucun perturbateur mâle ou femelle n’entre dans ce Temple.

 

Thoth est la protection de mon corps, de mes Ames, de Nom.

 

O Thoth, je suis ton bien-aimé et tu as apposé ton sceau sur ma tête.

 

Si je suis purifié, Thoth est purifié.

 

Si Thoth est purifié, je suis purifié.

 

Je suis Thoth deux fois Grand, Maître d’Hermopolis, Thoth qui discerne ce qui est juste, Seigneur du Savoir Sacré et du Verbe Magique, Thoth qui sépare les Deux Combattants, Thoth qui complète l’œil-oudjat, Thoth qui écrit les paroles et les formules magique d’Isis-Hathor, la très puissante magicienne, Thoth qui n’a pas de mère.

 

 Celui qui sortit de l’œil de Rhâ dans un moment d’amertume, le Cœur de Rhâ.

 

 Celui qui naquit du front de Seth, Thoth dans l’ombre de son buisson, dont le couteau affilé tranche les têtes et perce les cœurs.

 

Thoth donne l’immortalité, grâce aux formules magiques qui émanent de ma bouche.

 

Je suis le Maître de Cérémonie, avec le rouleau du rituel dans ses mains.

 

Celui qui demeure à Ounou, le Hiérogrammate Parfait, et mes ennemis ne seront  plus.

 

Ma pureté est la pureté de Thoth, la pureté de Thoth est ma pureté.

 

Je suis le Sage qui, à Létopolis, conduit au bon terme les Mystères de la Nuit, moi, l’Ogdoade qui paraît tous les jours dans la ville de Buto, je suis Thoth, qui a sauvé l’œil d’Horus pour Horus, en ce Nom de «Maat ».

 

Fais l’encensement Thoth.

 

J’apparaît sous la forme d’un grand ibis de cinq coudées, en sortant du ventre de ma mère, mon dos est malachite de Haute Egypte, sur mon aile tomba l’œil d’Horus, au côté oriental du ciel.

 

Je suis le Dieu Ancien qui sort à bord de la barque de la nuit, je suis l’argent sorti de la montagne orientale.

 

Je suis un Ibis à tête noir, au ventre blanc, au dos de lapis-lazuli.

 

Je suis l’Ibis qui renouvelle la vie, puisque Thoth est mon Nom, puisque tous les dieux vivent, en prononçant mon Nom, pour toujours et à jamais.

 

Je suis le Maître des Etres Magiques, qui ouvrent pour moi toutes les portes, les dieux des Quatre Piliers de l’Espace obéissent à moi, Thoth, qui se trouve à l’Horizon du Nord.

 

Je suis un Solitaire au milieu de ma Solitude, je suis le Cynocéphale d’Or, sans jambes, ni bras, trônant au Temple de Memphis, le

 

 Seigneur de l’Océan Céleste, dont le corps est en pierre sheret, la tête  en jaspe et le phallus en cornaline.

 

Je suis Celui qui donne au Pharaon la tête d’Horus deux fois, la tête de Seth, la tête du chevreau et la tête de l’oie.

 

Je suis l’Equilibre des Mondes, j’ai coupé la tête au démon Hai, horreur pour Osiris.

 

Je suis Celui par qui a été rédigé ce document, devant les Maîtres d’Héliopolis.

 

Je suis Thoth, le Greffier du Tribunal de la Salle des Deux Maat.

 

Je suis le Seigneur de Khemenu, le Prince de l’Eternité, le Grand Maître du Mot Magique, mes Esprits-serviteurs, les Iaani, se manifestent sous la forme de cynocéphales, ils sont les maîtres de sagesse qui adorent Rhâ à l’aube.

 

Mes Iaani, qui, les mains jointes, saluent le Soleil, accordent la Science Mystérieuse.

 

Je parcours la Route qui passe par Pê et par Dep pour pacifier les Deux Adversaires qui se livre la Grande Bataille.

 

Je suis un Sahu, un Corps Glorieux, et j’apporte la Vérité et la Justice, j’ai mes armes magiques dans la Maison de la Lune, je suis Thoth qui sépare les Deux Frères, en faisant surgir un torrent, j’ai ouvert la route aux yeux du ciel, j’ai rendu à Seth ses testicules et je l’ai soigné avec mes doigts et ma salive.

 

Je suis Thoth, qui aux profondeurs de son Sanctuaire, ayant l’accord des dieux d’Héliopolis, prononce son verdict.

 

J’apporte avec moi l’Encrier et la Palette, je trace les Signes Sacrés avec la pourriture d’Osiris, la poussière de son corps.

 

C’est moi le Victorieux qui protège la Couronne Divine contre ses ennemis, moi qui présente l’Ug-at à Amon-Rhâ, moi qui frappe mes ennemis, au milieu des tempêtes, avec mon bras qui m’a été rendu.

 

Je suis, en vérité, cette Tablette d’Emeraude qui est suspendue au cou de Rhâ, je suis un mâle invincible, fils de la déesse Nout, je suis Heka.

 

Je maîtrise les Esprits-Gardiens de la Vie, je crée le Bien, j’apporte la Paix, puissantes sont les incantations de ma bouche, je règle le rythme des saisons, je détruis les démons, je chasse les nuages vers ceux qui m’attaquent, car un Grand Mot de Puissance vit dans mon Cœur.

 

Dans mes deux bras j’apporte le Nectar des dieux, Hu, la  source de l’immortalité des dieux.

 

Je connais les Mystères de la Nuit que Rhâ garde jalousement, je suis Celui qui protège les Deux Terres, le Maître des Quatre puissants Esprits aux masques de singes qui, assis sur la roue de la Barque de Rhâ, annonce les ordres du Seigneur des Mondes.

 

Osiris Thoth, fils d’Aner, qui procède aux libations devant le Maître- des-Millions-d’Années et lui ouvre le chemin à travers le Firmament, dieu puissant, qui immobilise les ouragans et les emprisonnes dans ses forteresses, Grand Massacreur, terreur des démons, qui prend un bain dans le sang des Démons Rouges.

 

Je suis le Vizir de Rhâ-Harakhte, la main des dieux, celui qui ligote avec ses filets magiques, je suis celui qui parle et protège l’épine dorsale, celui qui révèle les paroles pour pénétrer sans obstacles à l’intérieur du Disque Solaire.

 

Je suis le Grand Magicien qui à son Trône entouré des Arbres Sacrés, « Sa », la Sagesse et Sesheta, le Savoir Sacré.

 

Tous les dieux remettent entre mes mains, pour des millions d’années à venir, leurs trônes, pour que j’en puisse disposer, ainsi m’obéissent S’ay, le Destin, et Renen-utet, l’Abondance.

 

Je suis le dieu qui sort du Nil céleste, Thoth, maître des deux Cornes de la Lune, Jah et Khonsu.

 

 Je fixe par écrit la Justice Divine, mon écriture est parfaite et mes mains sont pures, en vérité je suis le Pinceau avec lequel écrit Dieu de l’Univers et mes paroles sont puissantes dans les Deux Mondes.

 

Je disperse les ténèbres et repousse les tempêtes.

 

C’est moi qui fis pénétrer Rhâ jusqu’au sein des Mystères Sacrés où les Esprits Divins rendent la vie au Dieu-au-Cœur Arrêté, l’Ame Mystérieuse de l’Amenti.

 

Je suis Thoth, le Puissant qui apporte l’air frais, tout ce que Rhâ entend est, grâce à moi, couronné de succès, je suis le Purificateur, Seigneur de la Loi Ecrite, ma splendeur protège Nout, je dispose les Monde de Demain, j’administre le Ciel, la Terre et le Duat, je monte la garde au Trône d’Osiris, la protection magique de mes mains confère à ses membres la Durée Infinie car j’ai dompté les démons de la Révolte.

 

Je suis Thoth, S’epses, l’Illustre, qui chaque jour vient dans la ville de Kher-Aha.

 

En vérité, je surpasse en splendeur tous les dieux, car je suis le Roi de l’Eternité et mon Nom est, Celui qui est Sublime. 

 

Explication Occulte et Secrète du 95ème Degré.

 

« 1. Celui-ci  est le secret du Saint-Graal, celui-ci est le vase sacré de notre Dame, notre Mère Isis ; il est donné rituelliquement au Grand Conservateur, Le Maître de l’Eggrégore de Memphis et Misraïm.

 

2. Tu verseras ton sang, qui est ta vie, dans la coupe d’or de son Amour Universel, pour la défense des Enfants de la Veuve, si nécessaire.

 

3. Tu mêleras ta vie avec la vie universelle et tu n’en refuseras même pas une goutte.

 

4. Alors ton cerveau comprendra, et ton cœur éclatera de bonheur, acceptant de battre pour les plus hauts idéaux de l’Humanité, et pour en assurer la défense vigilante.

 

5. Ceci ne pourra se faire que par les Rites de Khem et de Kudoth en-dedans et en dehors de la Pyramide ; après ta réception aux  90?, 94?, et 95ème Degrés.

 

6. Le Patriarche Grand Conservateur que tu es devenu est le vrai Défenseur de l’Ordre et Prince de Memphis, en plus du Grand Hiérophante, du Substitut et du Grand Gardien qui en sont revêtus.

 

7. Or, afin que tu puisses accomplir ce rituel du Saint-Graal, dépouille toi de tous tes biens inutiles, et fais l’aumône.

 

8. Tu es riche, mais d’une richesse spirituelle qui vaut tous les trésors du monde ; ne l’oublie jamais éternel Apprenti !

 

 9. En outre, il se tend comme un limier en laisse.

 

10. Il a force et grande finesse. Oui, et aussi Victoire.

 

11. Qu’ainsi le 94ème Degré agisse dans son évocation.

 

12. Qu’il s’assoie et qu’il évoque ; qu’il se concentre dans cette force, puis qu’il se lève saturé et tendu ; qu’il jette en arrière le capuchon qui couvre la tête et qu’il fixe son œil de basilic sur les forces adverses.

 

Puis , qu’il fasse balancer sa force en avant et en arrière comme un puissant Athlète de Dieu, jusqu’à ce que le Mot jaillisse puissamment de sa gorge.

 

13. Alors qu’il ne tombe pas épuisé, même s’il a été dix mille fois humain ; mais ce qui l’envahit c’est l’infinie miséricorde du Génitor-Génitrix de l’Univers dont il est le champion.

 

14. Ne te trompe pas.

 

Il est facile de distinguer la force vivante de la matière morte.

 

Il n’est pas plus facile de distinguer le serpent vivant du serpent mort.

 

15. A propos des vœux.

Sois obstiné et ne sois pas obstiné.

 

 comprends que le Bien et le Mal doivent être jugés avec Sévérité et Miséricorde ; juge sainement, sinon ce ne sera que le bruit du vent sur le Mont Meru.

 

16. Comment m’adoreras-tu, moi qui est le Sublime Architecte des Monde, sur tous les plans de l’Esprit, le Seigneur de la Création ?

 

Je suis l’œil dans le Triangle, l’Etoile d’Or qui brille au centre de ton Ame.

 

17. Je suis l’Ogdoade, qui est l’Octuple Mot destiné à s’équilibrer avec le Trois.

 

18. Il n’y a pas acte ou passion qui ne soit un hymne en mon honneur.

 

19. Toutes les choses sont sacrées et toutes les choses sont symboliques. »

 

Par RAPMM - Publié dans : hauts grades
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 23 mai 2012 3 23 /05 /Mai /2012 07:18

INSTRUCTION

 

 Vous avez maintenant entendu, par la voix de nos Illustres Patriarches, les principales doctrines des trois grandes religions d' Orient. Elles vous ont été

données de façon impartiale, sans aucun argument pour ou contre. C' est     l' unique manière par laquelle un tel sujet peut être abordé. Le but de ce degré n' est pas de faire un plaidoyer minutieux pour chacun de ces credos, mais de montrer à nos Frères combien la religion, comme l' histoire, se répète continuellement.

 

 Il n' y pas, et il n' a jamais été, une seule religion, qui n' ait emprunté quelque partie de sa doctrine d' une plus ancienne. Bien sûr nous reconnaissons les plus anciens Patriarches qui vénérèrent Dieu de la plus primitive façon, mais toujours, depuis que des formes de culte et de prière sont apparues, les mêmes idées, les mêmes dogmes, les mêmes préjudices, plus ou moins modifiés, ou les mêmes formules ont pu être retrouvés et identifiés à travers les dernières élaborations du plus récent imposteur comme du plus récent prophète.

 L' idée d' un Etre suprême est commune à toutes les religions, même si elles ont dévié vers le polythéisme ou le culte des idoles. Le Para-Brahma des Hindous, l' Intelligence éternelle des Bouddhistes, le Zeruane Akerene des anciens Perses, le Principe suprême flottant à la surface des eaux obscures de la mythologie des anciens Scandinave, le Belus des Chaldéens, le Ulomos – ou El Om Os – Dieu éternel, doué de raison et conscient des Phéniciens, le Kneph des Egyptiens, le Virococha des Mexicains, sont tous identiques et représentent le Dieu des Juifs, des Chrétiens ou des Musulmans.

 Chaque religion définit une dialectique entre le Bien et le Mal, Dieu et Satan, Brahmâ et Moisasur, Ormuzd et Ahriman, Belus et Moloch, Osiris et Typhon, Vitzliputzli et Tezcatlipoca. Toutes ont leur paradis et leur enfer, et spécifiquement trois définissent un purgatoire, les Catholiques romains, les Egyptiens et les Parsis. Les Brahmines ont leur Trinité dans l' Unité comme les Chrétiens. Ces trois sont symbolisés par l' or, l' argent et le fer, ou les trois sommets du Mont Meru. Dans les mystères brahmaniques, les Mystagogues – ou Initiateurs aux Mystères sacrés – représentaient Brahmâ, Vishnu et Shiva, ou le Soleil au Levant, au Midi et au Couchant.

 

 Le nombre quatre est commun à toutes – les quatre éléments, les quatre saisons, les quatre points cardinaux, Nord, Sud, Est et Ouest, et presque inutile d' en multiplier les exemples, la grotte d' Elephanta est ainsi supportée par quatre piliers massifs. Le nombre sept apparaît tellement fréquemment dans toutes les religions et cérémonies qu' il semble aisé d' en conclure qu' il est un lien entre elles. Commençons par les sept jours de la semaine, et les sept Planètes des Anciens. Les Rabbis juifs décrivent sept enfers et leur ont donné un nom. Les Musulmans croient en sept enfers et sept paradis. Zoroastre dit qu' il y a sept classes de Démons. Il y a sept divinités chez les Goths, les sept Pléiades, les sept Hyades, les sept Titans et Titanides, les sept Héliades des anciens Grecs, les sept Cabiri des Phéniciens, les sept fols de Ptah à Memphis, et les sept grands et les sept moindres Dieux, les sept Amschaspands des Parsis, les sept Manus, les sept Pitris, les Rishis ou Sages du peuple Aryen, le corps de Bacchus a été découpé en sept morceaux par les Bacchantes, il y avait sept Temples sacrés en Arabie, sept lampes dans le Temple de Bactriane.

 

 Le nom de la femme de Thot est Sfkh, Sabah pour les Hébreux, ce qui veut dire sept. Son symbole est sept rayons, ou cinq rayons et deux cornes, allusion aux cinq planètes plus le Soleil et la Lune, par lesquels les fêtes et les saisons sont ordonnées, et laquelle Philo Herennius de Byblos a qualifié " d' objets sans conscience à travers lesquels les créatures douées de raison sont conçues, appelés Zophasemin, ou Gardiens du Paradis ". Je pourrais encore citer des milliers d' exemples de son universalité. Pour les lecteurs de la Bible il est inutile de faire mention de sa perpétuelle récurrence en relation avec les plus importants évènements. Le nombre douze est de façon identique rencontré dans tous les Rites religieux, les Egyptiens avaient douze Dieux zodiacaux, les Scandinaves avaient douze Prêtres, et Jésus douze disciples.

Il est remarquable que maintes institutions et cérémonies tant des Bouddhistes que de l' Eglise Catholique Romaine sont si voisines qu' elles paraissent identiques, mais comme la religion de Bouddha est huit ou neuf cents ans plus ancienne que cette dernière Eglise, comment pouvons nous simplement croire à une mystérieuse coïncidence ?

 

Une grande proportion des Bouddhistes sont persuadés que leur prophète est né d' une vierge, et les Parsis affirment que Zoroastre est né en état d' innocence, sans péché, qu' il se mit à parler sitôt venu au monde, et était gardé par des anges dans son berceau. Dans les temples de Fo, ou Bouddha, en Chine, il y avait toujours, placée sur une arche, un tableau de Shinto, la sainte mère, avec un enfant dans les bras. La tête de la femme est surmontée d' un rayon de gloire, et des lumière restent continuellement allumées devant elle. Dire que toutes ces merveilleuses coïncidences sont le seul résultat du hasard est une insulte à  l' intelligence humaine.

 

 Je pourrais encore montrer d' autres aussi surprenantes ressemblances entre les religions, comme, par exemple, l' usage d' eau bénite, ou de feu pendant les cérémonies, depuis l' époque où Caïn et Abel offraient des sacrifices au Seigneur, jusqu' à l' utilisation de cierges de cire ou  d' encensoirs par l' Eglise catholique, mais garder votre attention éveillée pour cela deviendrait à la longue inutile.

 Illustre frère, puissent tous les bienfaits combinés des religions que nous avons évoquées combler votre cerveau aujourd' hui et pour toujours. Souvenez vous, ne condamnez jamais sans avoir entendu ! Examinez, réfléchissez et tolérez !

 

 Vous êtes maintenant suffisamment éclairé par cette instruction des trois derniers degrés pour appréhender leur application et établir la relation entre les différents mystères d' Orient et d' Occident, et vous pourrez dorénavant être à même de considérer la grande valeur de la Maçonnerie    d' être un système universel. Nos prochains Rites vous instruirons dans ces magnifiques cérémonies qui sont appelées les Petits et les Grands Mystères des Prêtres de l' ancienne Egypte, dédiés au culte d' Isis et d' Heresi ou Osiris.

Par RAPMM - Publié dans : hauts grades
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 22 mai 2012 2 22 /05 /Mai /2012 17:38

Ces Sacrements et Prières, seront pratiqués par tous les Patriarches, dont un seul lira les Sacrements et un autre la Prière, avant l’ouverture de la cérémonie.

L’Encens

Un des Patriarches dit :

« Notre aide est dans le Nom du Seigneur +, qui à crée le Ciel et la Terre.

Seigneur exauce ma prière, et que mon cri monte jusqu’à Toi !

Que le Seigneur soit avec nous, et avec notre esprit.

Amen ».

« Je t’exorcise +, créature de Myrrhe, de Benjoin, d’Oliban, et de Sucre, par Ioh, le Dieu Vivant, par Ioah, le Dieu Vrai, par Iahoh, le Dieu Saint !

Je t’adjure par celui qui, au Commencement, te sépara du « Reste des Choses », afin que tu te montres salutaire et que tu te retiennes en toi rien de la Puissance Ténébreuse qui régna sur toi jusqu’à cet instant.

Que tu deviennes, au contraire, le salut, l’inspiration et la lumière, tant spirituels que matériels, de ceux qui croient en ta vertu, afin que partout où tu seras utilisée, en tous temps et en tous lieux, tu sois un remède et une protection contre les pièges de l’Invisible Adversaire.

 

Et Toi Seigneur + Puissant et Saint, que je confesse le seul véritable Dieu, je Te supplies ardemment de regarder d’un œil favorable et miséricordieux, et de sanctifier par la Vertu de Ta Bénédiction, cette créature de Myrrhe, de Benjoin, d’Oliban, et de Sucre, et d’en chasser à tout jamais le ou les Esprits Démoniaques qui la hantent ou l’habitent.

Par Tes Très Saints Noms : Elohim Gibor, Agla, Ieoushouah, Elohim Hélion.

Amen ! ».

Un des Patriarches :

Ecarte les bras et dit :

« … prions … (la prière est dite par un des Patriarches) : »

Tous écartent les bras

Un des Patriarches:

« Par l’intercession du Bienheureux Archange Mikaël, lequel se tient debout à la droite de l’Autel des Parfums !

Par l’intercession du Bienheureux Archange Raphaël, qui conduisit et enseigna le jeune Tobie, que le Seigneur daigne bénir cet Myrrhe +, ce Benjoin +, cet Oliban +, et ce Sucre +, et les agrées en douce odeur de suavité.

Que pour Tes serviteurs rachetés et délivrés par Toi, Seigneur + Vrai Dieu, cet Myrrhe, ce Benjoin, cet Oliban, et ce Sucre soient une perpétuelle défense, contre toutes les Puissances Ténébreuses et Mauvaises, et qu’en quelques lieu que se répande l’odeur de se Parfum aromatique, que jamais maléfice et molestation diabolique y puissent séjourner.

Qu’au contraire Elles en soient aussitôt chassées, et de Ta Force, ainsi que ta Vertu de Tes Très Saints Noms : Eloha, El Gibor, Elhim Sabaoth, et Iéovah !

Toi qui vis et règnes à jamais dans l’immensité des Siècles et des Siècles ! ».

Tous ensembles : « Amen ».

 L’Encensoir

Un des Patriarches dit :

« Notre aide est dans le Nom du Seigneur +, qui à crée le Ciel et la Terre.

Seigneur exauce ma prière, et que mon cri monte jusqu’à Toi !

Que le Seigneur soit avec nous, et avec notre esprit.

Amen ».

« Je t’exorcise +, Encensoir, créature de cuivre (ou de terre si on consacre une cassolette en terre),  par Ioh, le Dieu Vivant, par Ioah, le Dieu Vrai, par Iahoh, le Dieu Saint !

Je t’adjure par celui qui, au Commencement, te sépara du « Reste des Choses », afin que tu te montres salutaire et que tu te retiennes en toi rien de la Puissance Ténébreuse qui régna sur toi jusqu’à cet instant.

Que tu deviennes, au contraire, le salut, l’inspiration et la lumière, tant spirituels que matériels, de ceux qui croient en ta vertu, afin que partout où tu seras utilisée, en tous temps et en tous lieux, tu sois un remède et une protection contre les pièges de l’Invisible Adversaire.

Et Toi Seigneur + Puissant et Saint, que je confesse le seul

Vrai Dieu, je Te supplies ardemment de regarder d’un œil favorable et miséricordieux, et de sanctifier par la Vertu de Ta Bénédiction, cet Encensoir, créature de cuivre (ou de terre si on consacre une cassolette en terre) et d’en chasser à tout jamais le ou les Esprits Démoniaques qui la hantent ou l’habitent.

Par Tes Très Saints Noms : Elohim Gibor, Agla, Ieoushouah, Elohim Hélion.

Amen ! ».

Un des Patriarches :

Ecarte les bras et dit :

« … prions … (la prière est dite par un des Patriarches) : »

 Tous écartent les bras

Un des Patriarches :

« Par l’intercession du Bienheureux Archange Mikaël, lequel se tient debout à la droite de l’Autel des Parfums !

Par l’intercession du Bienheureux Archange Raphaël, qui conduisit et enseigna le jeune Tobie, par les Prophètes et Sacrificateurs qui ont nom Moïse, Aron, Eléazar et Tobie, que le Seigneur daigne bénir cet Encensoir +, et l’agréer à Son Service, en très douce odeur de suavité.

Que pour Tes serviteurs rachetés et délivrés par Toi, Seigneur + Vrai Dieu, cet Encensoir soit une perpétuelle défense, contre toutes les Puissances Ténébreuses et Mauvaises, et qu’en quelques lieu que se répande l’odeur de l’Encens aromatique qui s’y consumera et la Flamme sainte qui y brûlera, que  jamais maléfice et molestation diabolique y puissent séjourner.

Qu’au contraire Elles en soient aussitôt chassées, et de Ta Force, ainsi que ta Vertu de Tes Très Saints Noms : Eloha, El Gibor, Elhim Sabaoth, et Iéovah !

Toi qui vis et règnes à jamais dans l’immensité des Siècles et des Siècles ! ».

Tous ensembles : « Amen ».

L’Huile d’Olive

Un des Patriarches dit:

 « Notre aide est dans le Nom du Seigneur +, qui à crée le Ciel et la Terre.

Seigneur exauce ma prière, et que mon cri monte jusqu’à Toi !

Que le Seigneur soit avec nous, et avec notre esprit.

Amen ».

« Je t’exorcise +, créature d’Huile,  par Ioh, le Dieu Vivant, par Ioah, le Dieu Vrai, par Iahoh, le Dieu Saint !

Je t’adjure par celui qui, au Commencement, te sépara du « Reste des Choses », afin que tu te montres salutaire et que tu te retiennes en toi rien de la Puissance Ténébreuse qui régna sur toi jusqu’à cet instant.

Que tu deviennes, au contraire, le salut, l’inspiration et la lumière, tant spirituels que matériels, de ceux qui croient en ta vertu, afin que partout où tu seras utilisée, en tous temps et en tous lieux, tu sois un remède et une protection contre les pièges de l’Invisible Adversaire.

Et Toi Seigneur + Puissant et Saint, que je confesse le seul et

véritable Dieu, je Te supplie ardemment de regarder d’un œil favorable et miséricordieux, et de sanctifier par la Vertu de Ta Bénédiction, cette créature d’Huile, issue du fruit de l’Olivier, et d’en chasser à tout jamais le ou les Esprits Impurs qui la hantent ou l’habitent.

Par Tes Très Saints Noms : Elohim Gibor, Agla, Ieoushouah, Elohim Hélion.

Amen ! ».

Un des Patriarches :

 Ecarte les bras et dit :

 « … prions … (la prière est dite par un des Patriarches) : »

Tous écartent les bras

Un des Patriarches:

 « Seigneur + Tout–Puissant ,devant qui se tient toute l’Armée des cieux, si connue de nous pour les services spirituels qu’Elle nous rend, daignes regarder et bénir, consacrer et sanctifier, cette créature d’Huile +, que Tu as tirée du suc des Olives, fruits de cet Olivier qui symbolise Ta divine Sagesse !

Que les malades, spirituels ou matériels qui en seront oints par Ton commandement, après avoir recouvré la santé de l’âme et du corps, rendre grâce à Toi, Ioh, le Dieu Vivant, et Iahoh, le Dieu de la Vérité.

Fais donc, Seigneur +, nous T’en supplions, que tous ceux qui se serviront de cette Huile Sainte, que je bénis en Ton Nom à cette instant et en ce lieu, soient délivrés de toute langueur, de toute infirmité, de toutes embûches de la Puissance Mauvaise et Ténébreuse, et qu’ils soient Ta Créature, sanctifiée en Ton Nom.

Que toutes les adversités soient éloignées d’eux, rachetés par la Grâce de Ton Précieux Fils, pour qu’ils ne soient plus jamais blessés par la morsure de l’Antique Adversaire !

Par le même Ieoushouah , Ton Fils Glorieux et Sage, qui vit et règne à jamais avec Toi, Seigneur + mon Dieu, dans l’unité de Ruach Elohim, en tous les Siècles des Siècles, et par Tes Saints Noms : El, Ioh, Iod, Iéovah ! »

Tous ensembles : « Amen ».

L’Eau

 Un des Patriarches dit :

« Notre aide est dans le Nom du Seigneur +, qui à crée le Ciel et la Terre.

Seigneur exauce ma prière, et que mon cri monte jusqu’à Toi !

Que le Seigneur soit avec nous, et avec notre esprit.

Amen ».

« Je t’exorcise +, créature d’Eau,  par Ioh, le Dieu Vivant, par Ioah, le Dieu Vrai, par Iahoh, le Dieu Saint !

Je t’adjure par celui qui, au Commencement, te sépara du « Reste des Choses », afin que tu te montres salutaire et que tu te retiennes en toi rien de la Puissance Ténébreuse qui régna sur toi jusqu’à cet instant.

Que tu deviennes, au contraire, le salut, l’inspiration et la lumière, tant spirituels que matériels, de ceux qui croient en ta vertu, afin que partout où tu seras utilisée, en tous temps et en tous lieux, tu sois un remède et une protection contre les pièges de l’Invisible Adversaire.

Et Toi Seigneur + Puissant et Saint, que je confesse le Seul

Véritable Dieu, je Te supplie ardemment de regarder d’un œil favorable et miséricordieux, et de sanctifier par la Vertu de Ta Bénédiction, cette créature d’Eau,  et d’en chasser à tout jamais le ou les Esprits Démoniaques qui la hante ou l’habite.

Par Tes Très Saints Noms : Elohim Gibor, Agla, Ieoushouah, Elohim Hélion.

Amen ! ».

Un des Patriarches :

Ecarte les bras et dit :

« … prions … (la prière est dite par un des Patriarches) : »

Tous écartent les bras

Un des Patriarches:

« Seigneur + qui, pour le salut de Hommes, a établi avec la substance des Eaux Tes plus Grands Sacrements, sois propice à ma prière, et sur cet Elément qui doit servir à tant de purifications, daignes répandre la Sainte Vertu de Ta Bénédiction +, afin que cette créature d’Eau, employée en Tes Mystères, serve par un effet de Ta Divine Grâce, à faire fuir les Puissances Ténébreuses et Mauvaises, à chasser les maladies, et que, partout où cette Eau sera répandue ou projetée, être, objet, lieu, etc…, tout devienne net et pur de toute souillure, délivre de se qui pourrait y nuire.

Que jamais n’y réside aucun souffle pestilentiel, aucun air corrompu, que soient dissipées toutes embûches de l’Adversaire caché.

Et s’il est quelqu’un ou quelque chose qui puisse nuire à la santé ou au repos de ceux qui les habitent, que par l’aspersion de cette Eau salutaire tout se dissipe et disparaisse.

Que toute grâce, toute purification  et toute santé demandée en invoquant Tes Très Saints Noms : Shadaï, Iéovah Sabaoth, soient à l’abri de toutes les attaques des Etres d’en bas ».

Tous ensembles : « Amen ».

La Lampe, les Flambeaux et les Cierges, les Veilleuses

Un des Patriarches dit :

« Notre aide est dans le Nom du Seigneur +, qui à crée le Ciel et la Terre.

Seigneur exauce ma prière, et que mon cri monte jusqu’à Toi !

Que le Seigneur soit avec nous, et avec notre esprit.

Amen ».

« Je vous exorcise +, sources de lumière visible, créatures de verre, de cire et de métal, par Ioh, le Dieu Vivant, par Ioah, le Dieu Vrai, par Iahoh, le Dieu Saint !

Je t’adjure par celui qui, au Commencement, te sépara du « Reste des Choses », afin que tu te montres salutaire et que tu te retiennes en toi rien de la Puissance Ténébreuse et Mauvaises qui régna sur Vous si longtemps.

Que vous deveniez, au contraire, le salut, l’inspiration et l’illumination, tant spirituels que matériels, de ceux qui croient en ta vertu, afin que partout où vous serez utilisés, en tous temps et en tous lieux, vous soyez une sûre défense contre les pièges de l’Invisible Adversaire.

Et Toi Seigneur + Puissant et Saint, que je confesse le Seul

Vrai Dieu, je Te supplie ardemment de regarder d’un œil favorable et miséricordieux, et de sanctifier par la Vertu de Ta Bénédiction, cette Lampe, ces Flambeaux, ces Cierges et ces Veilleuses de cire, et d’en chasser à tout jamais le ou les Esprits Démoniaques qui les hantent ou les habitent.

Par Tes Très Saints Noms : Elohim Gibor, Agla, Ieoushouah, Elohim Hélion.

Amen ! ».

Un des Patriarches :

 Ecarte les bras et dit :

« … prions … (la prière est dite par un des Patriarches) : »

Tous écartent les bras

Un des Patriarches:

« Seigneur ! Toi qui as été, qui es, et qui sera, Puissant Etre des Etres, Dieu des dieux, mon Dieu !

Bénis + et consacre + cette Lampe, ces Flambeaux +, ces Cierges + et Veilleuses +, à nos instantes prières.

Répands sur eux, Seigneur, par la Puissance de Ta Loi Sainte, Ta Céleste Bénédiction, ô Toi qui T’es constitué le Soleil Illuminateur du Genre Humain, Lumière des lumières !

Dissipes donc toutes les Ténèbres, et par cette consécration sainte, que cette Lampe, ces Flambeaux, ces cierges et Veilleuses reçoivent une bénédiction telle que dans n’importe quel lieu où ils seront allumés et où rayonnera leur flamme purificatrice, se retirent aussitôt et fuient et tremblent, épouvantées, les Puissances des Ténèbres et leurs Emanations matérielles.

Qu’à jamais Elles n’aient plus pouvoir de nous inquiéter ou de molester Tes Serviteurs, ô Dieu Tout-Puissant qui vit et règne à jamais dans les Siècles des Siècles !

Par Tes Très Saints Noms : Elohim Gibor, Agla, Ieoushouah, Elohim Hélion ! »

Tous ensembles : « Amen ».

L’Epée

Un des Patriarches dit :

« Notre aide est dans le Nom du Seigneur +, qui à crée le Ciel et la Terre.

Seigneur exauce ma prière, et que mon cri monte jusqu’à Toi !

Que le Seigneur soit avec nous, et avec notre esprit.

Amen ».

  « Je vous exorcise, Epée +, créatures d’acier, de cuivre et de corne, par Ioh, le Dieu Vivant, par Ioah, le Dieu Vrai, par Iahoh, le Dieu Saint !

Je t’adjure par celui qui, au Commencement, te sépara du « Reste des Choses », afin que tu te montres protection salutaire pour celui ou ceux qui t’emploieront, et que tu ne retiennes en toi rien de la Puissance Ténébreuse et Mauvaises qui régna sur toi jusqu’à cette instant.

Que tu deviennes, au contraire, le salut spirituel et matériel, la sauvegarde et la protection de ceux qui croient en ta vertu, afin que partout où tu seras utilisée, en tous temps et en tous lieux, tu aides à la défaite de l’Adversaire et de ses légions.

Et Toi Seigneur + Puissant et Saint, que je confesse être le seul  Vrai Dieu !

Je Te supplie ardemment de regarder d’un œil favorable et de sanctifier par la Vertu de Ta Bénédiction Sainte, cette Epée, créature d’acier, de cuivre et de corne, afin d’en chasser à tout jamais le ou les Esprits Démoniaques qui la hantent ou l’habitent.

Par Tes Très Saints Noms : Elohim Gibor, Agla, Ieoushouah, Elohim Hélion.

Amen ! ».

Un des Patriarches :

Ecarte les bras et dit :

« … prions … (la prière est dite par un des Patriarches) : »

Tous écartent les bras

Un des Patriarches:

« Par l’intercession du Bienheureux Archange Mikaël, lequel combattit et défit Saïthan et ses Légions, par l’intercession du Bienheureux Archange Uriel, lequel veille aux limites de la Géhenne sur les Portes du Ténébreux Royaume, par l’intercession du Bienheureux Archange, lequel conduisit Josué, par laide et la puissance des Patriarches qui combattirent, vainquirent, asservirent les Puissances Ténébreuses ou Démoniaques, Salomon, Moïse, Aron, et tous les Saints du Seigneur Dieu, que l’Eternel Dieu daigne bénir et consacrer cette Epée + et l’agréer pour son service.

Que pour Tes Serviteurs et Tes Prêtres, conduits et veillés par Tes Anges, Seigneur Vrai Dieu +, cette Epée soit une sûre sauvegarde contre toutes les Puissances Ténébreuses et Mauvaises, et qu’en quelque lieu qu’on l’emploie, à quelque époque, ou telle ou telle Opération, que jamais maléfice ou molestation ne les puissent atteindre.

Qu’au contraire, elles en soient aussitôt chassées et qu’elles disparaissent à jamais sous l’immensité de Ta Puissance et de Ta Force, par la Vertu de Tes Très Saints Noms : Elohim Gibor, Agla, Ieoushouah, Elohim Hélion, Makaba, et celle du glorieux Mettatron Serpanim, Ton Envoyé.

Toi qui vis et règne à jamais dans les siècles des siècles ».

Tous ensembles : « Amen ».

Les Azymes

Un des Patriarches dit :

 « Notre aide est dans le Nom du Seigneur +, qui à crée le Ciel et la Terre.

Seigneur exauce ma prière, et que mon cri monte jusqu’à Toi !

Que le Seigneur soit avec nous, et avec notre esprit.

Amen ».

« Je vous exorcise +, Hosties, créatures de Blé, par Ioh, le Dieu Vivant, par Ioah, le Dieu Vrai, par Iahoh, le Dieu Saint !

Je vous adjure par Celui qui, au Commencement, vous sépara du « Reste des Choses », afin que vous vous montriez salutaire et que vous ne reteniez en vous rien de la Puissance Ténébreuse qui régna sur vous jusqu’à cet instant.

Que vous deveniez , au contraire, le salut, la nourriture spirituelle, de ceux qui croyant en votre Vertu, vous prendront pour nourriture de l’Ame, après vous avoir dédié au Seigneur, au Dieu Tout-Puissant +, au Dieu Très-Haut +, Roi du Ciel et de la Terre +.

ET vous, Hosties d’offrandes, puissiez vous encore être agréées comme victimes pures et immaculées par ce Dieu que je révère, puissiez-vous, consumée au Feu du Saint Sacrifice, monter dans les Cieux et les Cieux des Cieux jusqu’à sa Gloire, porteuses de mon repentir, de ma prière et de mon action de grâce.

Et Toi Seigneur + Puissant et Saint, Dieu Très-Haut mon Dieu, que je confesse être le seul et  véritable Dieu, je Te supplie ardemment de regarder d’un œil favorable et miséricordieux et de sanctifier, par la seule Vertu de Ta Bénédiction +, ces Pain Azymes, créature du Blé que tu donnas au Hommes pour nourriture matérielle, et d’en chasser à tout jamais le ou les Esprits Démoniaques qui les hantent ou l’habitent.

Par Tes Très Saints Noms : Elohim Gibor, Agla, Ieoushouah, Elohim Hélion.

Amen ! ».

Un des Patriarches :

Ecarte les bras et dit :

 « … prions … (la prière est dite par un des Patriarches) : »

Tous écartent les bras

Un des Patriarches:

« Par l’intercession de Melkissedek, Roi de Salem, et prêtre du Dieu Très-Haut, par celle des Patriarches, Abraham, Isaac et Jacob, bénis  et consacre, Seigneur Tout-Puissant, ces Pains +, fruit de la Terre, et du Blé qu’elle porta en son sein.

Que par Ta Grâce, quiconque en prendra reçoive aussitôt et pour toujours le salut de l’âme et la santé du corps, la certitude du Salut et la solidité de sa Foi, la totalité de la Charité et la Force de l’Espérance, et que Ruach Elohim, Ton Esprit Saint, le visite et l’inspire.

Daigne aussi, Seigneur + Tout-Puissant et Miséricordieux, Dieu des dieux, mon Dieu, agréer ces Hosties saintes lorsqu’elles te seront offertes par le canal du Feu, en holocaustes d’expiation, de prière, ou d’action de grâce, et exaucer celui ou ceux qui Te les offriront.

Par Melkissedek Ton Prêtre et par Abraham, Isaac et Jacob, Tes Serviteurs, et par Tes Très Saints Noms : Eheieh, Shadaï, Ieoushouah, Elohah, El Gibor, Adonaï, Melech, Adonaï hah Aretz ! »

Tous ensembles : « Amen ».

 Le Vin (ou Jus de Raisin)

 Un des Patriarches dit :

« Notre aide est dans le Nom du Seigneur +, qui à crée le Ciel et la Terre.

Seigneur exauce ma prière, et que mon cri monte jusqu’à Toi !

Que le Seigneur soit avec nous, et avec notre esprit.

Amen ».

«Je t ‘exorcise +, créature du Vin, fruit de la vigne que Dieu créa, par Ioh, le Dieu Vivant, par Ioah, le Dieu Vrai, par Iahoh, le Dieu Saint! Je t’adjure par Celui qui, au Commencement, te sépara du « reste des choses », afin que tu te montres salutaire et que tu ne retiennes en toi rien de la Puissance des Ténébreuse qui régna sur toi jusqu’à cet instant.

Que tu deviennes, au contraire, le salut, l’inspiration et la purification spirituels et moraux de ceux qui croient en ta vertu, afin que partout où tu seras utilisé, en tous temps et en tous lieux, tu sois un remède et une protection contre les pièges de l’Invisible Adversaire.

 Et Toi, Seigneur + Puissant et Saint, que je confesse être le seul vrai Dieu, je Te supplie ardemment de regarder d’un œil favorable et miséricordieux et de sanctifier par la Vertu de Ta Bénédiction + Sainte, ce Vin, issu de la Vigne, et d’en chasser à jamais les Esprits Démoniaques qui le hantent ou l’habitent.

 Par Tes Très  Saints Noms : Elohim Gibor, Agla, Elohah, Ieoushouah, Elohim, Hélion !

Amen». …..

Par RAPMM - Publié dans : hauts grades
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 22 mai 2012 2 22 /05 /Mai /2012 17:34

Instructions

Mon Frère, les instructions de ce grade remontent à la plus haute Antiquité. Les Mages qui furent les fondateurs en Perse, partirent  en Asie, dans les temps primitifs. Ceux-ci apportèrent leur Science aux Gymnosophistes et aux Brahmines. Ils tenaient anciennement dans la ville Chaldéenne d’ Hypernium une école reconnue, où toute la vertu humaine était concentrée, et qui diffusait la civilisation dans le monde entier. Mais ce fut plus précisément en Médie que ces Illustres Maçons, comme nous les appelons depuis longtemps, célébraient leurs Mystères et enseignaient ces formes et principes, qui répandirent  jusqu’ à Rome et ensuite en Angleterre, ces vagues de lumière et de vérité que le Suprême Architecte de l’Univers avait placé dans le Cœur des Hiérophantes des Ecoles de l’ancienne Egypte. Même les Juifs, pendant leur captivité, ont largement profité de l’enseignement des Mages. La ville d’Ecbatane,à l’image de la tour de Babel, était protégée par sept murs circulaires les uns autour des autres, chacun plus haut que le dernier, et qui étaient colorés de manière à représenter les sept planètes connues des Anciens.

Le but principal de notre Ordre est le perfectionnement de l’ homme et sa réintégration vers la Source dont il fut émané, afin qu’ il puisse retrouver ses droits primitifs. Les écoles occultes définissent cela comme l’ Unité avec la Divinité. Parallèlement à ce dogme, comme conséquence, apparaît le principe de communion spirituelle, la doctrine de la double nature de l’ homme, démontrée par le magnétisme, le somnambulisme, les rêves, la prescience, la sympathie ou l’ antipathie, et, par-dessus tout, l’ extase et le yoga.

Ces doctrines étaient toutes bien connues des anciens Sages et, en ces temps-la Pythagore en était le plus célèbre exégète, suivi par le quasi divin Platon.

A une autre époque, Swedenborg et Saint Martin les ont poursuivies jusqu’ à leur extrême limite, éclairant alors de nombreux disciples, en outre il y avaità divers Ordres des Illuminati, comme ceux de Stockholm qui suivirent Saint Martin. 

Lorsqu’un homme par une vie nouvelle et exemplaire de bon travail actif est conduit à sa dignité primitive, il approche son Créateur, est animé par un souffle divin et est initié. Par cet acquis, il devient maître des sciences occultes, des secrets de la nature, de la haute chimie, l’ethnologie et l’astronomie.

Les secrets de ce degré ne peuvent seulement s’acquérir que par des études prescrites, de sévères épreuves qui furent en réalité un enseignement de religion et de moralité dénué de superstition.

Il était nécessaire pour l’admission d’unir l’élévation de l’esprit à une grande pureté morale, confirmée par un terrible serment pour la nouvelle vie dans laquelle ils entraient.

Le festival de l’ordre était une célébration du triomphe de la lumière sur l’obscurité, au cours de laquelle ils nourrissaient, avec vénération, une flamme pure dans un brasier ; ce symbole était utilisé par les plus grandes nations : les Egyptiens, les Chaldéens, les Perses, les Péruviens, etc… mais l’entière explication appartenait seulement aux Hiérophantes.

La constitution de ce degré est basée sur la loi de Horn. Selon le Zend-Avesta, cette loi annonçait un ÊÊtre suprême éternel, d’où découlèrent deux principes opposés. Les cérémonies de cette loi, appelée Pariokesh,  étaient très simples et avaient pour objet de rappeler l’origine et l’organisation de l’Univers. Le but était de rendre au Suprême Architecte de l’Univers l’hommage qui lui était dû, élevant ainsi l’homme, en le conduisant à abandonner ses passions, qui si souvent troublent son existence, jusqu’ à la plus grande perfection.

Par RAPMM - Publié dans : hauts grades
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 22 mai 2012 2 22 /05 /Mai /2012 07:33

Mes Frères, comme vous le savez, la pierre cubique est un symbole essentiel en Franc-maçonnerie. Des équerres, des niveaux et des perpendiculaires sont incorporés dans ce « solide platonicien » appelé cube, qui est un carré en volume. L’apprenti découvre au début de son cheminement maçonnique que la pierre brute représente son propre état présent d’imperfection qui recèle néanmoins en potentialité le plan parfait de son accomplissement dans l’avenir. La Jérusalem décrite dans l’Apocalypse aura une forme cubique, autre symbole de la Cité Sainte retrouvée. Mais la cérémonie de ce jour illustre si besoin l’en était encore, que la rigueur dans le travail et la docilité peuvent conduire à la désolation. L’Ancienne Loi ne suffit pas.

Comme le dit Saint Paul dans sa lettre aux Corinthiens, chapitre 13 :

« Quand je parlerais toutes les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas l’amour, je ne suis plus qu'airain qui sonne ou cymbale qui retentit.
Quand j'aurais le don de prophétie et que je connaîtrais tous les mystères et toutes les sciences, quand j'aurais la plénitude de la foi, une foi à transporter des montagnes, si je n'ai pas l’amour, je ne suis rien.
Quand bien même je distribuerais tous mes biens en aumônes, quand je livrerais mon corps aux flammes, si je n'ai pas l’amour, cela ne me sert de rien. »

 

I. N. R. I.

 IGNE NATURA RENOVATUR INTEGRA.

 « l’Univers est Totalement Régénéré par l’Amour »

Au cœur même du cube réside son mystère.

Le Très Sage  montre le plan de la croix au récipiendaire.

Aux 4 coins de la Croix figurent les lettres I.N.R.I. et au milieu la Rose.

Le patron du cube déployé représente la croix latine.

Pendant trop longtemps, Chevalier, tu es resté dans l’ignorance de ton propre mystère, et un abîme a fini par se creuser entre ton âme et ton corps, entre la rose qui vit en toi et la croix qu’il te faut porter. Le temps est venu pour toi de combler cet abîme, car telle est la condition que tu dois réaliser si tu veux te rendre maître de ta vie.

Les Maçons, depuis la réédification du Temple, ayant négligé leurs travaux, abandonnèrent aux rigueurs et aux vicissitudes du temps, le précieux édifice qu’ils avaient avec tant de peine relevé. Leurs ouvrages n’étaient plus que des œuvres remplies de corruption. La sagesse de l’ouvrier, la force des matériaux et la beauté de l’architecture firent place au désordre, à la confusion et au vice. Le Grand Architecte de l’Univers détermina de manifester sa gloire, d’abandonner les restes des temples matériels pour en élever, par sa sublime et suprême géométrie, des spirituels, dont l’existence serait inattaquable aux puissances humaines et dont la durée subsisterait une éternité de siècles. C’est par cette résolution puissante que les hommes ont vu le phénomène miraculeux, le prodige des prodiges, la Pierre Cubique à pointe suer sang et eau et souffrir les angoisses de l’âme. Ce fut alors que la Pierre Angulaire de l’Edifice fut arrachée par les ouvriers des fondements du Temple pour être rejetée dans les décombres et que la Rose Mystique fut sacrifiée  sur une croix, plantée sur le sommet d’une montagne au lieu dit « Golgotha » qui signifie « le crâne », en souvenir du sépulcre du vieil Adam. La Maçonnerie humaine, dans un instant fut anéantie, le voile fut déchiré, les outils de la Maçonnerie se brisèrent, l’Etoile flamboyante disparut et la Parole fut perdue. On doit juger aisément quelle fut l’étendue des maux que chaque maçon devait souffrir en pareil instant, un abattement inconcevable et une consternation des plus grandes étaient les moindres qu’on puisse penser. Ils furent obligés d’errer dans l’obscurité la plus profonde l’espace de 3 jours, incertains si la vie devait être prolongée ou si quelques accidents nouveaux ne leur en priveraient pas. De sorte qu’ils ne pouvaient voir une plus grande perplexité dans le cœur de tous les êtres pensants qui existaient alors sur la terre. La volonté de Celui qui conduit tous les événements, ayant donné un terme à cet étonnement universel, fit reparaître la lumière au bout de 3 jours, mais ce ne fut pas sans témoignages de surprise ni de phénomènes nouveaux. L’étoile flamboyante se fit voir dans un plus grand éclat qu’auparavant et la Parole fut retrouvée. Que ces 5 branches vous rappelle les 5 plaies encourues par celui qui symbolisera à jamais la perfection, la Pierre Angulaire principale de l’œuvre, la Rose Mystique qui refleurit sur le bois du calvaire. Ce bonheur n’arriva qu’aux Maçons qui sortirent de l’endurcissement et de la négligence que l’oisiveté leur avait donné. Quelques-uns d’entre eux ayant voyagé l’espace de 33 années dans les recherches de la Parole perdue, apprirent aux autres qu’ils fallaient connaître et s’appuyer sur les 3 colonnes de la Foi, de l’Espérance et de la Charité, ainsi que d’embrasser la Nouvelle Loi pour espérer rentrer dans les travaux mystiques de l’Ordre. Depuis ce temps, les Maçons ne bâtissent plus de Temples matériels mais spirituels. Ne manquez jamais mes Frères, de vous appuyer sur ces 3 colonnes de la Foi, de l’Espérance et de la Charité. Que le Grand Architecte de l’Univers vous soit en Aide !

Par Rituel RAPMM - Publié dans : hauts grades
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Présentation

  • Hauts Grades Maçonniques
  • : Hauts Grades Maçonniques
  • : Blog de recherche sur la Franc-Maçonnerie, la Spiritualité et l'Esotérisme dédié à mon ancêtre James O'Kelly, Franc-Maçon catholique. Erin Go Bragh !
  • Contact

liens

Compteurs

   un compteur pour votre site
                  1682 ABONNES A LA NEWSLETTER              
    2790 ARTICLES PUBLIES     

Le blog de la RL L.Dermott

            Loge Dermott

http://logedermott.over-blog.com

 

Recherche

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés