Mercredi 23 mai 2012 3 23 /05 /Mai /2012 07:25

Rituel Secret de Thoth.

 

« Salut, Thoth, messager divin, inventeur de l’écriture, arbitre de la lutte entre Horus et Seth, qui ce manifeste sous l’aspect d’un ibis et d’un babouin.

 

Thoth, Maître du Livre des respirations, prête moi ta bonne encre, pour que mon Nom soit grandi par les écrits.

 

Je suis entre ceux qui sont à Ounout lors de la fête de Thoth, le beau mâle de Nehemuait.

 

Thoth est à l’avant de la barque de Rhâ, lui, qui est Scribe Divin, Thoth qui purifie mes mains et ma bouche.

 

Thoth prend possession pour moi de l’œil d’Horus, il emporte au loin tout ce que j’ai en horreur, il emporte au loin celui qui vilipende mon Nom.

 

Voici venir Thoth.

 

Il reprend l’œil d’Horus des mains de l’ennemi.

 

Qu’aucun perturbateur mâle ou femelle n’entre dans ce Temple.

 

Thoth est la protection de mon corps, de mes Ames, de Nom.

 

O Thoth, je suis ton bien-aimé et tu as apposé ton sceau sur ma tête.

 

Si je suis purifié, Thoth est purifié.

 

Si Thoth est purifié, je suis purifié.

 

Je suis Thoth deux fois Grand, Maître d’Hermopolis, Thoth qui discerne ce qui est juste, Seigneur du Savoir Sacré et du Verbe Magique, Thoth qui sépare les Deux Combattants, Thoth qui complète l’œil-oudjat, Thoth qui écrit les paroles et les formules magique d’Isis-Hathor, la très puissante magicienne, Thoth qui n’a pas de mère.

 

 Celui qui sortit de l’œil de Rhâ dans un moment d’amertume, le Cœur de Rhâ.

 

 Celui qui naquit du front de Seth, Thoth dans l’ombre de son buisson, dont le couteau affilé tranche les têtes et perce les cœurs.

 

Thoth donne l’immortalité, grâce aux formules magiques qui émanent de ma bouche.

 

Je suis le Maître de Cérémonie, avec le rouleau du rituel dans ses mains.

 

Celui qui demeure à Ounou, le Hiérogrammate Parfait, et mes ennemis ne seront  plus.

 

Ma pureté est la pureté de Thoth, la pureté de Thoth est ma pureté.

 

Je suis le Sage qui, à Létopolis, conduit au bon terme les Mystères de la Nuit, moi, l’Ogdoade qui paraît tous les jours dans la ville de Buto, je suis Thoth, qui a sauvé l’œil d’Horus pour Horus, en ce Nom de «Maat ».

 

Fais l’encensement Thoth.

 

J’apparaît sous la forme d’un grand ibis de cinq coudées, en sortant du ventre de ma mère, mon dos est malachite de Haute Egypte, sur mon aile tomba l’œil d’Horus, au côté oriental du ciel.

 

Je suis le Dieu Ancien qui sort à bord de la barque de la nuit, je suis l’argent sorti de la montagne orientale.

 

Je suis un Ibis à tête noir, au ventre blanc, au dos de lapis-lazuli.

 

Je suis l’Ibis qui renouvelle la vie, puisque Thoth est mon Nom, puisque tous les dieux vivent, en prononçant mon Nom, pour toujours et à jamais.

 

Je suis le Maître des Etres Magiques, qui ouvrent pour moi toutes les portes, les dieux des Quatre Piliers de l’Espace obéissent à moi, Thoth, qui se trouve à l’Horizon du Nord.

 

Je suis un Solitaire au milieu de ma Solitude, je suis le Cynocéphale d’Or, sans jambes, ni bras, trônant au Temple de Memphis, le

 

 Seigneur de l’Océan Céleste, dont le corps est en pierre sheret, la tête  en jaspe et le phallus en cornaline.

 

Je suis Celui qui donne au Pharaon la tête d’Horus deux fois, la tête de Seth, la tête du chevreau et la tête de l’oie.

 

Je suis l’Equilibre des Mondes, j’ai coupé la tête au démon Hai, horreur pour Osiris.

 

Je suis Celui par qui a été rédigé ce document, devant les Maîtres d’Héliopolis.

 

Je suis Thoth, le Greffier du Tribunal de la Salle des Deux Maat.

 

Je suis le Seigneur de Khemenu, le Prince de l’Eternité, le Grand Maître du Mot Magique, mes Esprits-serviteurs, les Iaani, se manifestent sous la forme de cynocéphales, ils sont les maîtres de sagesse qui adorent Rhâ à l’aube.

 

Mes Iaani, qui, les mains jointes, saluent le Soleil, accordent la Science Mystérieuse.

 

Je parcours la Route qui passe par Pê et par Dep pour pacifier les Deux Adversaires qui se livre la Grande Bataille.

 

Je suis un Sahu, un Corps Glorieux, et j’apporte la Vérité et la Justice, j’ai mes armes magiques dans la Maison de la Lune, je suis Thoth qui sépare les Deux Frères, en faisant surgir un torrent, j’ai ouvert la route aux yeux du ciel, j’ai rendu à Seth ses testicules et je l’ai soigné avec mes doigts et ma salive.

 

Je suis Thoth, qui aux profondeurs de son Sanctuaire, ayant l’accord des dieux d’Héliopolis, prononce son verdict.

 

J’apporte avec moi l’Encrier et la Palette, je trace les Signes Sacrés avec la pourriture d’Osiris, la poussière de son corps.

 

C’est moi le Victorieux qui protège la Couronne Divine contre ses ennemis, moi qui présente l’Ug-at à Amon-Rhâ, moi qui frappe mes ennemis, au milieu des tempêtes, avec mon bras qui m’a été rendu.

 

Je suis, en vérité, cette Tablette d’Emeraude qui est suspendue au cou de Rhâ, je suis un mâle invincible, fils de la déesse Nout, je suis Heka.

 

Je maîtrise les Esprits-Gardiens de la Vie, je crée le Bien, j’apporte la Paix, puissantes sont les incantations de ma bouche, je règle le rythme des saisons, je détruis les démons, je chasse les nuages vers ceux qui m’attaquent, car un Grand Mot de Puissance vit dans mon Cœur.

 

Dans mes deux bras j’apporte le Nectar des dieux, Hu, la  source de l’immortalité des dieux.

 

Je connais les Mystères de la Nuit que Rhâ garde jalousement, je suis Celui qui protège les Deux Terres, le Maître des Quatre puissants Esprits aux masques de singes qui, assis sur la roue de la Barque de Rhâ, annonce les ordres du Seigneur des Mondes.

 

Osiris Thoth, fils d’Aner, qui procède aux libations devant le Maître- des-Millions-d’Années et lui ouvre le chemin à travers le Firmament, dieu puissant, qui immobilise les ouragans et les emprisonnes dans ses forteresses, Grand Massacreur, terreur des démons, qui prend un bain dans le sang des Démons Rouges.

 

Je suis le Vizir de Rhâ-Harakhte, la main des dieux, celui qui ligote avec ses filets magiques, je suis celui qui parle et protège l’épine dorsale, celui qui révèle les paroles pour pénétrer sans obstacles à l’intérieur du Disque Solaire.

 

Je suis le Grand Magicien qui à son Trône entouré des Arbres Sacrés, « Sa », la Sagesse et Sesheta, le Savoir Sacré.

 

Tous les dieux remettent entre mes mains, pour des millions d’années à venir, leurs trônes, pour que j’en puisse disposer, ainsi m’obéissent S’ay, le Destin, et Renen-utet, l’Abondance.

 

Je suis le dieu qui sort du Nil céleste, Thoth, maître des deux Cornes de la Lune, Jah et Khonsu.

 

 Je fixe par écrit la Justice Divine, mon écriture est parfaite et mes mains sont pures, en vérité je suis le Pinceau avec lequel écrit Dieu de l’Univers et mes paroles sont puissantes dans les Deux Mondes.

 

Je disperse les ténèbres et repousse les tempêtes.

 

C’est moi qui fis pénétrer Rhâ jusqu’au sein des Mystères Sacrés où les Esprits Divins rendent la vie au Dieu-au-Cœur Arrêté, l’Ame Mystérieuse de l’Amenti.

 

Je suis Thoth, le Puissant qui apporte l’air frais, tout ce que Rhâ entend est, grâce à moi, couronné de succès, je suis le Purificateur, Seigneur de la Loi Ecrite, ma splendeur protège Nout, je dispose les Monde de Demain, j’administre le Ciel, la Terre et le Duat, je monte la garde au Trône d’Osiris, la protection magique de mes mains confère à ses membres la Durée Infinie car j’ai dompté les démons de la Révolte.

 

Je suis Thoth, S’epses, l’Illustre, qui chaque jour vient dans la ville de Kher-Aha.

 

En vérité, je surpasse en splendeur tous les dieux, car je suis le Roi de l’Eternité et mon Nom est, Celui qui est Sublime. 

 

Explication Occulte et Secrète du 95ème Degré.

 

« 1. Celui-ci  est le secret du Saint-Graal, celui-ci est le vase sacré de notre Dame, notre Mère Isis ; il est donné rituelliquement au Grand Conservateur, Le Maître de l’Eggrégore de Memphis et Misraïm.

 

2. Tu verseras ton sang, qui est ta vie, dans la coupe d’or de son Amour Universel, pour la défense des Enfants de la Veuve, si nécessaire.

 

3. Tu mêleras ta vie avec la vie universelle et tu n’en refuseras même pas une goutte.

 

4. Alors ton cerveau comprendra, et ton cœur éclatera de bonheur, acceptant de battre pour les plus hauts idéaux de l’Humanité, et pour en assurer la défense vigilante.

 

5. Ceci ne pourra se faire que par les Rites de Khem et de Kudoth en-dedans et en dehors de la Pyramide ; après ta réception aux  90?, 94?, et 95ème Degrés.

 

6. Le Patriarche Grand Conservateur que tu es devenu est le vrai Défenseur de l’Ordre et Prince de Memphis, en plus du Grand Hiérophante, du Substitut et du Grand Gardien qui en sont revêtus.

 

7. Or, afin que tu puisses accomplir ce rituel du Saint-Graal, dépouille toi de tous tes biens inutiles, et fais l’aumône.

 

8. Tu es riche, mais d’une richesse spirituelle qui vaut tous les trésors du monde ; ne l’oublie jamais éternel Apprenti !

 

 9. En outre, il se tend comme un limier en laisse.

 

10. Il a force et grande finesse. Oui, et aussi Victoire.

 

11. Qu’ainsi le 94ème Degré agisse dans son évocation.

 

12. Qu’il s’assoie et qu’il évoque ; qu’il se concentre dans cette force, puis qu’il se lève saturé et tendu ; qu’il jette en arrière le capuchon qui couvre la tête et qu’il fixe son œil de basilic sur les forces adverses.

 

Puis , qu’il fasse balancer sa force en avant et en arrière comme un puissant Athlète de Dieu, jusqu’à ce que le Mot jaillisse puissamment de sa gorge.

 

13. Alors qu’il ne tombe pas épuisé, même s’il a été dix mille fois humain ; mais ce qui l’envahit c’est l’infinie miséricorde du Génitor-Génitrix de l’Univers dont il est le champion.

 

14. Ne te trompe pas.

 

Il est facile de distinguer la force vivante de la matière morte.

 

Il n’est pas plus facile de distinguer le serpent vivant du serpent mort.

 

15. A propos des vœux.

Sois obstiné et ne sois pas obstiné.

 

 comprends que le Bien et le Mal doivent être jugés avec Sévérité et Miséricorde ; juge sainement, sinon ce ne sera que le bruit du vent sur le Mont Meru.

 

16. Comment m’adoreras-tu, moi qui est le Sublime Architecte des Monde, sur tous les plans de l’Esprit, le Seigneur de la Création ?

 

Je suis l’œil dans le Triangle, l’Etoile d’Or qui brille au centre de ton Ame.

 

17. Je suis l’Ogdoade, qui est l’Octuple Mot destiné à s’équilibrer avec le Trois.

 

18. Il n’y a pas acte ou passion qui ne soit un hymne en mon honneur.

 

19. Toutes les choses sont sacrées et toutes les choses sont symboliques. »

 

Par RAPMM - Publié dans : hauts grades
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 23 mai 2012 3 23 /05 /Mai /2012 07:18

INSTRUCTION

 

 Vous avez maintenant entendu, par la voix de nos Illustres Patriarches, les principales doctrines des trois grandes religions d' Orient. Elles vous ont été

données de façon impartiale, sans aucun argument pour ou contre. C' est     l' unique manière par laquelle un tel sujet peut être abordé. Le but de ce degré n' est pas de faire un plaidoyer minutieux pour chacun de ces credos, mais de montrer à nos Frères combien la religion, comme l' histoire, se répète continuellement.

 

 Il n' y pas, et il n' a jamais été, une seule religion, qui n' ait emprunté quelque partie de sa doctrine d' une plus ancienne. Bien sûr nous reconnaissons les plus anciens Patriarches qui vénérèrent Dieu de la plus primitive façon, mais toujours, depuis que des formes de culte et de prière sont apparues, les mêmes idées, les mêmes dogmes, les mêmes préjudices, plus ou moins modifiés, ou les mêmes formules ont pu être retrouvés et identifiés à travers les dernières élaborations du plus récent imposteur comme du plus récent prophète.

 L' idée d' un Etre suprême est commune à toutes les religions, même si elles ont dévié vers le polythéisme ou le culte des idoles. Le Para-Brahma des Hindous, l' Intelligence éternelle des Bouddhistes, le Zeruane Akerene des anciens Perses, le Principe suprême flottant à la surface des eaux obscures de la mythologie des anciens Scandinave, le Belus des Chaldéens, le Ulomos – ou El Om Os – Dieu éternel, doué de raison et conscient des Phéniciens, le Kneph des Egyptiens, le Virococha des Mexicains, sont tous identiques et représentent le Dieu des Juifs, des Chrétiens ou des Musulmans.

 Chaque religion définit une dialectique entre le Bien et le Mal, Dieu et Satan, Brahmâ et Moisasur, Ormuzd et Ahriman, Belus et Moloch, Osiris et Typhon, Vitzliputzli et Tezcatlipoca. Toutes ont leur paradis et leur enfer, et spécifiquement trois définissent un purgatoire, les Catholiques romains, les Egyptiens et les Parsis. Les Brahmines ont leur Trinité dans l' Unité comme les Chrétiens. Ces trois sont symbolisés par l' or, l' argent et le fer, ou les trois sommets du Mont Meru. Dans les mystères brahmaniques, les Mystagogues – ou Initiateurs aux Mystères sacrés – représentaient Brahmâ, Vishnu et Shiva, ou le Soleil au Levant, au Midi et au Couchant.

 

 Le nombre quatre est commun à toutes – les quatre éléments, les quatre saisons, les quatre points cardinaux, Nord, Sud, Est et Ouest, et presque inutile d' en multiplier les exemples, la grotte d' Elephanta est ainsi supportée par quatre piliers massifs. Le nombre sept apparaît tellement fréquemment dans toutes les religions et cérémonies qu' il semble aisé d' en conclure qu' il est un lien entre elles. Commençons par les sept jours de la semaine, et les sept Planètes des Anciens. Les Rabbis juifs décrivent sept enfers et leur ont donné un nom. Les Musulmans croient en sept enfers et sept paradis. Zoroastre dit qu' il y a sept classes de Démons. Il y a sept divinités chez les Goths, les sept Pléiades, les sept Hyades, les sept Titans et Titanides, les sept Héliades des anciens Grecs, les sept Cabiri des Phéniciens, les sept fols de Ptah à Memphis, et les sept grands et les sept moindres Dieux, les sept Amschaspands des Parsis, les sept Manus, les sept Pitris, les Rishis ou Sages du peuple Aryen, le corps de Bacchus a été découpé en sept morceaux par les Bacchantes, il y avait sept Temples sacrés en Arabie, sept lampes dans le Temple de Bactriane.

 

 Le nom de la femme de Thot est Sfkh, Sabah pour les Hébreux, ce qui veut dire sept. Son symbole est sept rayons, ou cinq rayons et deux cornes, allusion aux cinq planètes plus le Soleil et la Lune, par lesquels les fêtes et les saisons sont ordonnées, et laquelle Philo Herennius de Byblos a qualifié " d' objets sans conscience à travers lesquels les créatures douées de raison sont conçues, appelés Zophasemin, ou Gardiens du Paradis ". Je pourrais encore citer des milliers d' exemples de son universalité. Pour les lecteurs de la Bible il est inutile de faire mention de sa perpétuelle récurrence en relation avec les plus importants évènements. Le nombre douze est de façon identique rencontré dans tous les Rites religieux, les Egyptiens avaient douze Dieux zodiacaux, les Scandinaves avaient douze Prêtres, et Jésus douze disciples.

Il est remarquable que maintes institutions et cérémonies tant des Bouddhistes que de l' Eglise Catholique Romaine sont si voisines qu' elles paraissent identiques, mais comme la religion de Bouddha est huit ou neuf cents ans plus ancienne que cette dernière Eglise, comment pouvons nous simplement croire à une mystérieuse coïncidence ?

 

Une grande proportion des Bouddhistes sont persuadés que leur prophète est né d' une vierge, et les Parsis affirment que Zoroastre est né en état d' innocence, sans péché, qu' il se mit à parler sitôt venu au monde, et était gardé par des anges dans son berceau. Dans les temples de Fo, ou Bouddha, en Chine, il y avait toujours, placée sur une arche, un tableau de Shinto, la sainte mère, avec un enfant dans les bras. La tête de la femme est surmontée d' un rayon de gloire, et des lumière restent continuellement allumées devant elle. Dire que toutes ces merveilleuses coïncidences sont le seul résultat du hasard est une insulte à  l' intelligence humaine.

 

 Je pourrais encore montrer d' autres aussi surprenantes ressemblances entre les religions, comme, par exemple, l' usage d' eau bénite, ou de feu pendant les cérémonies, depuis l' époque où Caïn et Abel offraient des sacrifices au Seigneur, jusqu' à l' utilisation de cierges de cire ou  d' encensoirs par l' Eglise catholique, mais garder votre attention éveillée pour cela deviendrait à la longue inutile.

 Illustre frère, puissent tous les bienfaits combinés des religions que nous avons évoquées combler votre cerveau aujourd' hui et pour toujours. Souvenez vous, ne condamnez jamais sans avoir entendu ! Examinez, réfléchissez et tolérez !

 

 Vous êtes maintenant suffisamment éclairé par cette instruction des trois derniers degrés pour appréhender leur application et établir la relation entre les différents mystères d' Orient et d' Occident, et vous pourrez dorénavant être à même de considérer la grande valeur de la Maçonnerie    d' être un système universel. Nos prochains Rites vous instruirons dans ces magnifiques cérémonies qui sont appelées les Petits et les Grands Mystères des Prêtres de l' ancienne Egypte, dédiés au culte d' Isis et d' Heresi ou Osiris.

Par RAPMM - Publié dans : hauts grades
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 22 mai 2012 2 22 /05 /Mai /2012 17:38

Ces Sacrements et Prières, seront pratiqués par tous les Patriarches, dont un seul lira les Sacrements et un autre la Prière, avant l’ouverture de la cérémonie.

L’Encens

Un des Patriarches dit :

« Notre aide est dans le Nom du Seigneur +, qui à crée le Ciel et la Terre.

Seigneur exauce ma prière, et que mon cri monte jusqu’à Toi !

Que le Seigneur soit avec nous, et avec notre esprit.

Amen ».

« Je t’exorcise +, créature de Myrrhe, de Benjoin, d’Oliban, et de Sucre, par Ioh, le Dieu Vivant, par Ioah, le Dieu Vrai, par Iahoh, le Dieu Saint !

Je t’adjure par celui qui, au Commencement, te sépara du « Reste des Choses », afin que tu te montres salutaire et que tu te retiennes en toi rien de la Puissance Ténébreuse qui régna sur toi jusqu’à cet instant.

Que tu deviennes, au contraire, le salut, l’inspiration et la lumière, tant spirituels que matériels, de ceux qui croient en ta vertu, afin que partout où tu seras utilisée, en tous temps et en tous lieux, tu sois un remède et une protection contre les pièges de l’Invisible Adversaire.

 

Et Toi Seigneur + Puissant et Saint, que je confesse le seul véritable Dieu, je Te supplies ardemment de regarder d’un œil favorable et miséricordieux, et de sanctifier par la Vertu de Ta Bénédiction, cette créature de Myrrhe, de Benjoin, d’Oliban, et de Sucre, et d’en chasser à tout jamais le ou les Esprits Démoniaques qui la hantent ou l’habitent.

Par Tes Très Saints Noms : Elohim Gibor, Agla, Ieoushouah, Elohim Hélion.

Amen ! ».

Un des Patriarches :

Ecarte les bras et dit :

« … prions … (la prière est dite par un des Patriarches) : »

Tous écartent les bras

Un des Patriarches:

« Par l’intercession du Bienheureux Archange Mikaël, lequel se tient debout à la droite de l’Autel des Parfums !

Par l’intercession du Bienheureux Archange Raphaël, qui conduisit et enseigna le jeune Tobie, que le Seigneur daigne bénir cet Myrrhe +, ce Benjoin +, cet Oliban +, et ce Sucre +, et les agrées en douce odeur de suavité.

Que pour Tes serviteurs rachetés et délivrés par Toi, Seigneur + Vrai Dieu, cet Myrrhe, ce Benjoin, cet Oliban, et ce Sucre soient une perpétuelle défense, contre toutes les Puissances Ténébreuses et Mauvaises, et qu’en quelques lieu que se répande l’odeur de se Parfum aromatique, que jamais maléfice et molestation diabolique y puissent séjourner.

Qu’au contraire Elles en soient aussitôt chassées, et de Ta Force, ainsi que ta Vertu de Tes Très Saints Noms : Eloha, El Gibor, Elhim Sabaoth, et Iéovah !

Toi qui vis et règnes à jamais dans l’immensité des Siècles et des Siècles ! ».

Tous ensembles : « Amen ».

 L’Encensoir

Un des Patriarches dit :

« Notre aide est dans le Nom du Seigneur +, qui à crée le Ciel et la Terre.

Seigneur exauce ma prière, et que mon cri monte jusqu’à Toi !

Que le Seigneur soit avec nous, et avec notre esprit.

Amen ».

« Je t’exorcise +, Encensoir, créature de cuivre (ou de terre si on consacre une cassolette en terre),  par Ioh, le Dieu Vivant, par Ioah, le Dieu Vrai, par Iahoh, le Dieu Saint !

Je t’adjure par celui qui, au Commencement, te sépara du « Reste des Choses », afin que tu te montres salutaire et que tu te retiennes en toi rien de la Puissance Ténébreuse qui régna sur toi jusqu’à cet instant.

Que tu deviennes, au contraire, le salut, l’inspiration et la lumière, tant spirituels que matériels, de ceux qui croient en ta vertu, afin que partout où tu seras utilisée, en tous temps et en tous lieux, tu sois un remède et une protection contre les pièges de l’Invisible Adversaire.

Et Toi Seigneur + Puissant et Saint, que je confesse le seul

Vrai Dieu, je Te supplies ardemment de regarder d’un œil favorable et miséricordieux, et de sanctifier par la Vertu de Ta Bénédiction, cet Encensoir, créature de cuivre (ou de terre si on consacre une cassolette en terre) et d’en chasser à tout jamais le ou les Esprits Démoniaques qui la hantent ou l’habitent.

Par Tes Très Saints Noms : Elohim Gibor, Agla, Ieoushouah, Elohim Hélion.

Amen ! ».

Un des Patriarches :

Ecarte les bras et dit :

« … prions … (la prière est dite par un des Patriarches) : »

 Tous écartent les bras

Un des Patriarches :

« Par l’intercession du Bienheureux Archange Mikaël, lequel se tient debout à la droite de l’Autel des Parfums !

Par l’intercession du Bienheureux Archange Raphaël, qui conduisit et enseigna le jeune Tobie, par les Prophètes et Sacrificateurs qui ont nom Moïse, Aron, Eléazar et Tobie, que le Seigneur daigne bénir cet Encensoir +, et l’agréer à Son Service, en très douce odeur de suavité.

Que pour Tes serviteurs rachetés et délivrés par Toi, Seigneur + Vrai Dieu, cet Encensoir soit une perpétuelle défense, contre toutes les Puissances Ténébreuses et Mauvaises, et qu’en quelques lieu que se répande l’odeur de l’Encens aromatique qui s’y consumera et la Flamme sainte qui y brûlera, que  jamais maléfice et molestation diabolique y puissent séjourner.

Qu’au contraire Elles en soient aussitôt chassées, et de Ta Force, ainsi que ta Vertu de Tes Très Saints Noms : Eloha, El Gibor, Elhim Sabaoth, et Iéovah !

Toi qui vis et règnes à jamais dans l’immensité des Siècles et des Siècles ! ».

Tous ensembles : « Amen ».

L’Huile d’Olive

Un des Patriarches dit:

 « Notre aide est dans le Nom du Seigneur +, qui à crée le Ciel et la Terre.

Seigneur exauce ma prière, et que mon cri monte jusqu’à Toi !

Que le Seigneur soit avec nous, et avec notre esprit.

Amen ».

« Je t’exorcise +, créature d’Huile,  par Ioh, le Dieu Vivant, par Ioah, le Dieu Vrai, par Iahoh, le Dieu Saint !

Je t’adjure par celui qui, au Commencement, te sépara du « Reste des Choses », afin que tu te montres salutaire et que tu te retiennes en toi rien de la Puissance Ténébreuse qui régna sur toi jusqu’à cet instant.

Que tu deviennes, au contraire, le salut, l’inspiration et la lumière, tant spirituels que matériels, de ceux qui croient en ta vertu, afin que partout où tu seras utilisée, en tous temps et en tous lieux, tu sois un remède et une protection contre les pièges de l’Invisible Adversaire.

Et Toi Seigneur + Puissant et Saint, que je confesse le seul et

véritable Dieu, je Te supplie ardemment de regarder d’un œil favorable et miséricordieux, et de sanctifier par la Vertu de Ta Bénédiction, cette créature d’Huile, issue du fruit de l’Olivier, et d’en chasser à tout jamais le ou les Esprits Impurs qui la hantent ou l’habitent.

Par Tes Très Saints Noms : Elohim Gibor, Agla, Ieoushouah, Elohim Hélion.

Amen ! ».

Un des Patriarches :

 Ecarte les bras et dit :

 « … prions … (la prière est dite par un des Patriarches) : »

Tous écartent les bras

Un des Patriarches:

 « Seigneur + Tout–Puissant ,devant qui se tient toute l’Armée des cieux, si connue de nous pour les services spirituels qu’Elle nous rend, daignes regarder et bénir, consacrer et sanctifier, cette créature d’Huile +, que Tu as tirée du suc des Olives, fruits de cet Olivier qui symbolise Ta divine Sagesse !

Que les malades, spirituels ou matériels qui en seront oints par Ton commandement, après avoir recouvré la santé de l’âme et du corps, rendre grâce à Toi, Ioh, le Dieu Vivant, et Iahoh, le Dieu de la Vérité.

Fais donc, Seigneur +, nous T’en supplions, que tous ceux qui se serviront de cette Huile Sainte, que je bénis en Ton Nom à cette instant et en ce lieu, soient délivrés de toute langueur, de toute infirmité, de toutes embûches de la Puissance Mauvaise et Ténébreuse, et qu’ils soient Ta Créature, sanctifiée en Ton Nom.

Que toutes les adversités soient éloignées d’eux, rachetés par la Grâce de Ton Précieux Fils, pour qu’ils ne soient plus jamais blessés par la morsure de l’Antique Adversaire !

Par le même Ieoushouah , Ton Fils Glorieux et Sage, qui vit et règne à jamais avec Toi, Seigneur + mon Dieu, dans l’unité de Ruach Elohim, en tous les Siècles des Siècles, et par Tes Saints Noms : El, Ioh, Iod, Iéovah ! »

Tous ensembles : « Amen ».

L’Eau

 Un des Patriarches dit :

« Notre aide est dans le Nom du Seigneur +, qui à crée le Ciel et la Terre.

Seigneur exauce ma prière, et que mon cri monte jusqu’à Toi !

Que le Seigneur soit avec nous, et avec notre esprit.

Amen ».

« Je t’exorcise +, créature d’Eau,  par Ioh, le Dieu Vivant, par Ioah, le Dieu Vrai, par Iahoh, le Dieu Saint !

Je t’adjure par celui qui, au Commencement, te sépara du « Reste des Choses », afin que tu te montres salutaire et que tu te retiennes en toi rien de la Puissance Ténébreuse qui régna sur toi jusqu’à cet instant.

Que tu deviennes, au contraire, le salut, l’inspiration et la lumière, tant spirituels que matériels, de ceux qui croient en ta vertu, afin que partout où tu seras utilisée, en tous temps et en tous lieux, tu sois un remède et une protection contre les pièges de l’Invisible Adversaire.

Et Toi Seigneur + Puissant et Saint, que je confesse le Seul

Véritable Dieu, je Te supplie ardemment de regarder d’un œil favorable et miséricordieux, et de sanctifier par la Vertu de Ta Bénédiction, cette créature d’Eau,  et d’en chasser à tout jamais le ou les Esprits Démoniaques qui la hante ou l’habite.

Par Tes Très Saints Noms : Elohim Gibor, Agla, Ieoushouah, Elohim Hélion.

Amen ! ».

Un des Patriarches :

Ecarte les bras et dit :

« … prions … (la prière est dite par un des Patriarches) : »

Tous écartent les bras

Un des Patriarches:

« Seigneur + qui, pour le salut de Hommes, a établi avec la substance des Eaux Tes plus Grands Sacrements, sois propice à ma prière, et sur cet Elément qui doit servir à tant de purifications, daignes répandre la Sainte Vertu de Ta Bénédiction +, afin que cette créature d’Eau, employée en Tes Mystères, serve par un effet de Ta Divine Grâce, à faire fuir les Puissances Ténébreuses et Mauvaises, à chasser les maladies, et que, partout où cette Eau sera répandue ou projetée, être, objet, lieu, etc…, tout devienne net et pur de toute souillure, délivre de se qui pourrait y nuire.

Que jamais n’y réside aucun souffle pestilentiel, aucun air corrompu, que soient dissipées toutes embûches de l’Adversaire caché.

Et s’il est quelqu’un ou quelque chose qui puisse nuire à la santé ou au repos de ceux qui les habitent, que par l’aspersion de cette Eau salutaire tout se dissipe et disparaisse.

Que toute grâce, toute purification  et toute santé demandée en invoquant Tes Très Saints Noms : Shadaï, Iéovah Sabaoth, soient à l’abri de toutes les attaques des Etres d’en bas ».

Tous ensembles : « Amen ».

La Lampe, les Flambeaux et les Cierges, les Veilleuses

Un des Patriarches dit :

« Notre aide est dans le Nom du Seigneur +, qui à crée le Ciel et la Terre.

Seigneur exauce ma prière, et que mon cri monte jusqu’à Toi !

Que le Seigneur soit avec nous, et avec notre esprit.

Amen ».

« Je vous exorcise +, sources de lumière visible, créatures de verre, de cire et de métal, par Ioh, le Dieu Vivant, par Ioah, le Dieu Vrai, par Iahoh, le Dieu Saint !

Je t’adjure par celui qui, au Commencement, te sépara du « Reste des Choses », afin que tu te montres salutaire et que tu te retiennes en toi rien de la Puissance Ténébreuse et Mauvaises qui régna sur Vous si longtemps.

Que vous deveniez, au contraire, le salut, l’inspiration et l’illumination, tant spirituels que matériels, de ceux qui croient en ta vertu, afin que partout où vous serez utilisés, en tous temps et en tous lieux, vous soyez une sûre défense contre les pièges de l’Invisible Adversaire.

Et Toi Seigneur + Puissant et Saint, que je confesse le Seul

Vrai Dieu, je Te supplie ardemment de regarder d’un œil favorable et miséricordieux, et de sanctifier par la Vertu de Ta Bénédiction, cette Lampe, ces Flambeaux, ces Cierges et ces Veilleuses de cire, et d’en chasser à tout jamais le ou les Esprits Démoniaques qui les hantent ou les habitent.

Par Tes Très Saints Noms : Elohim Gibor, Agla, Ieoushouah, Elohim Hélion.

Amen ! ».

Un des Patriarches :

 Ecarte les bras et dit :

« … prions … (la prière est dite par un des Patriarches) : »

Tous écartent les bras

Un des Patriarches:

« Seigneur ! Toi qui as été, qui es, et qui sera, Puissant Etre des Etres, Dieu des dieux, mon Dieu !

Bénis + et consacre + cette Lampe, ces Flambeaux +, ces Cierges + et Veilleuses +, à nos instantes prières.

Répands sur eux, Seigneur, par la Puissance de Ta Loi Sainte, Ta Céleste Bénédiction, ô Toi qui T’es constitué le Soleil Illuminateur du Genre Humain, Lumière des lumières !

Dissipes donc toutes les Ténèbres, et par cette consécration sainte, que cette Lampe, ces Flambeaux, ces cierges et Veilleuses reçoivent une bénédiction telle que dans n’importe quel lieu où ils seront allumés et où rayonnera leur flamme purificatrice, se retirent aussitôt et fuient et tremblent, épouvantées, les Puissances des Ténèbres et leurs Emanations matérielles.

Qu’à jamais Elles n’aient plus pouvoir de nous inquiéter ou de molester Tes Serviteurs, ô Dieu Tout-Puissant qui vit et règne à jamais dans les Siècles des Siècles !

Par Tes Très Saints Noms : Elohim Gibor, Agla, Ieoushouah, Elohim Hélion ! »

Tous ensembles : « Amen ».

L’Epée

Un des Patriarches dit :

« Notre aide est dans le Nom du Seigneur +, qui à crée le Ciel et la Terre.

Seigneur exauce ma prière, et que mon cri monte jusqu’à Toi !

Que le Seigneur soit avec nous, et avec notre esprit.

Amen ».

  « Je vous exorcise, Epée +, créatures d’acier, de cuivre et de corne, par Ioh, le Dieu Vivant, par Ioah, le Dieu Vrai, par Iahoh, le Dieu Saint !

Je t’adjure par celui qui, au Commencement, te sépara du « Reste des Choses », afin que tu te montres protection salutaire pour celui ou ceux qui t’emploieront, et que tu ne retiennes en toi rien de la Puissance Ténébreuse et Mauvaises qui régna sur toi jusqu’à cette instant.

Que tu deviennes, au contraire, le salut spirituel et matériel, la sauvegarde et la protection de ceux qui croient en ta vertu, afin que partout où tu seras utilisée, en tous temps et en tous lieux, tu aides à la défaite de l’Adversaire et de ses légions.

Et Toi Seigneur + Puissant et Saint, que je confesse être le seul  Vrai Dieu !

Je Te supplie ardemment de regarder d’un œil favorable et de sanctifier par la Vertu de Ta Bénédiction Sainte, cette Epée, créature d’acier, de cuivre et de corne, afin d’en chasser à tout jamais le ou les Esprits Démoniaques qui la hantent ou l’habitent.

Par Tes Très Saints Noms : Elohim Gibor, Agla, Ieoushouah, Elohim Hélion.

Amen ! ».

Un des Patriarches :

Ecarte les bras et dit :

« … prions … (la prière est dite par un des Patriarches) : »

Tous écartent les bras

Un des Patriarches:

« Par l’intercession du Bienheureux Archange Mikaël, lequel combattit et défit Saïthan et ses Légions, par l’intercession du Bienheureux Archange Uriel, lequel veille aux limites de la Géhenne sur les Portes du Ténébreux Royaume, par l’intercession du Bienheureux Archange, lequel conduisit Josué, par laide et la puissance des Patriarches qui combattirent, vainquirent, asservirent les Puissances Ténébreuses ou Démoniaques, Salomon, Moïse, Aron, et tous les Saints du Seigneur Dieu, que l’Eternel Dieu daigne bénir et consacrer cette Epée + et l’agréer pour son service.

Que pour Tes Serviteurs et Tes Prêtres, conduits et veillés par Tes Anges, Seigneur Vrai Dieu +, cette Epée soit une sûre sauvegarde contre toutes les Puissances Ténébreuses et Mauvaises, et qu’en quelque lieu qu’on l’emploie, à quelque époque, ou telle ou telle Opération, que jamais maléfice ou molestation ne les puissent atteindre.

Qu’au contraire, elles en soient aussitôt chassées et qu’elles disparaissent à jamais sous l’immensité de Ta Puissance et de Ta Force, par la Vertu de Tes Très Saints Noms : Elohim Gibor, Agla, Ieoushouah, Elohim Hélion, Makaba, et celle du glorieux Mettatron Serpanim, Ton Envoyé.

Toi qui vis et règne à jamais dans les siècles des siècles ».

Tous ensembles : « Amen ».

Les Azymes

Un des Patriarches dit :

 « Notre aide est dans le Nom du Seigneur +, qui à crée le Ciel et la Terre.

Seigneur exauce ma prière, et que mon cri monte jusqu’à Toi !

Que le Seigneur soit avec nous, et avec notre esprit.

Amen ».

« Je vous exorcise +, Hosties, créatures de Blé, par Ioh, le Dieu Vivant, par Ioah, le Dieu Vrai, par Iahoh, le Dieu Saint !

Je vous adjure par Celui qui, au Commencement, vous sépara du « Reste des Choses », afin que vous vous montriez salutaire et que vous ne reteniez en vous rien de la Puissance Ténébreuse qui régna sur vous jusqu’à cet instant.

Que vous deveniez , au contraire, le salut, la nourriture spirituelle, de ceux qui croyant en votre Vertu, vous prendront pour nourriture de l’Ame, après vous avoir dédié au Seigneur, au Dieu Tout-Puissant +, au Dieu Très-Haut +, Roi du Ciel et de la Terre +.

ET vous, Hosties d’offrandes, puissiez vous encore être agréées comme victimes pures et immaculées par ce Dieu que je révère, puissiez-vous, consumée au Feu du Saint Sacrifice, monter dans les Cieux et les Cieux des Cieux jusqu’à sa Gloire, porteuses de mon repentir, de ma prière et de mon action de grâce.

Et Toi Seigneur + Puissant et Saint, Dieu Très-Haut mon Dieu, que je confesse être le seul et  véritable Dieu, je Te supplie ardemment de regarder d’un œil favorable et miséricordieux et de sanctifier, par la seule Vertu de Ta Bénédiction +, ces Pain Azymes, créature du Blé que tu donnas au Hommes pour nourriture matérielle, et d’en chasser à tout jamais le ou les Esprits Démoniaques qui les hantent ou l’habitent.

Par Tes Très Saints Noms : Elohim Gibor, Agla, Ieoushouah, Elohim Hélion.

Amen ! ».

Un des Patriarches :

Ecarte les bras et dit :

 « … prions … (la prière est dite par un des Patriarches) : »

Tous écartent les bras

Un des Patriarches:

« Par l’intercession de Melkissedek, Roi de Salem, et prêtre du Dieu Très-Haut, par celle des Patriarches, Abraham, Isaac et Jacob, bénis  et consacre, Seigneur Tout-Puissant, ces Pains +, fruit de la Terre, et du Blé qu’elle porta en son sein.

Que par Ta Grâce, quiconque en prendra reçoive aussitôt et pour toujours le salut de l’âme et la santé du corps, la certitude du Salut et la solidité de sa Foi, la totalité de la Charité et la Force de l’Espérance, et que Ruach Elohim, Ton Esprit Saint, le visite et l’inspire.

Daigne aussi, Seigneur + Tout-Puissant et Miséricordieux, Dieu des dieux, mon Dieu, agréer ces Hosties saintes lorsqu’elles te seront offertes par le canal du Feu, en holocaustes d’expiation, de prière, ou d’action de grâce, et exaucer celui ou ceux qui Te les offriront.

Par Melkissedek Ton Prêtre et par Abraham, Isaac et Jacob, Tes Serviteurs, et par Tes Très Saints Noms : Eheieh, Shadaï, Ieoushouah, Elohah, El Gibor, Adonaï, Melech, Adonaï hah Aretz ! »

Tous ensembles : « Amen ».

 Le Vin (ou Jus de Raisin)

 Un des Patriarches dit :

« Notre aide est dans le Nom du Seigneur +, qui à crée le Ciel et la Terre.

Seigneur exauce ma prière, et que mon cri monte jusqu’à Toi !

Que le Seigneur soit avec nous, et avec notre esprit.

Amen ».

«Je t ‘exorcise +, créature du Vin, fruit de la vigne que Dieu créa, par Ioh, le Dieu Vivant, par Ioah, le Dieu Vrai, par Iahoh, le Dieu Saint! Je t’adjure par Celui qui, au Commencement, te sépara du « reste des choses », afin que tu te montres salutaire et que tu ne retiennes en toi rien de la Puissance des Ténébreuse qui régna sur toi jusqu’à cet instant.

Que tu deviennes, au contraire, le salut, l’inspiration et la purification spirituels et moraux de ceux qui croient en ta vertu, afin que partout où tu seras utilisé, en tous temps et en tous lieux, tu sois un remède et une protection contre les pièges de l’Invisible Adversaire.

 Et Toi, Seigneur + Puissant et Saint, que je confesse être le seul vrai Dieu, je Te supplie ardemment de regarder d’un œil favorable et miséricordieux et de sanctifier par la Vertu de Ta Bénédiction + Sainte, ce Vin, issu de la Vigne, et d’en chasser à jamais les Esprits Démoniaques qui le hantent ou l’habitent.

 Par Tes Très  Saints Noms : Elohim Gibor, Agla, Elohah, Ieoushouah, Elohim, Hélion !

Amen». …..

Par RAPMM - Publié dans : hauts grades
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 22 mai 2012 2 22 /05 /Mai /2012 17:34

Instructions

Mon Frère, les instructions de ce grade remontent à la plus haute Antiquité. Les Mages qui furent les fondateurs en Perse, partirent  en Asie, dans les temps primitifs. Ceux-ci apportèrent leur Science aux Gymnosophistes et aux Brahmines. Ils tenaient anciennement dans la ville Chaldéenne d’ Hypernium une école reconnue, où toute la vertu humaine était concentrée, et qui diffusait la civilisation dans le monde entier. Mais ce fut plus précisément en Médie que ces Illustres Maçons, comme nous les appelons depuis longtemps, célébraient leurs Mystères et enseignaient ces formes et principes, qui répandirent  jusqu’ à Rome et ensuite en Angleterre, ces vagues de lumière et de vérité que le Suprême Architecte de l’Univers avait placé dans le Cœur des Hiérophantes des Ecoles de l’ancienne Egypte. Même les Juifs, pendant leur captivité, ont largement profité de l’enseignement des Mages. La ville d’Ecbatane,à l’image de la tour de Babel, était protégée par sept murs circulaires les uns autour des autres, chacun plus haut que le dernier, et qui étaient colorés de manière à représenter les sept planètes connues des Anciens.

Le but principal de notre Ordre est le perfectionnement de l’ homme et sa réintégration vers la Source dont il fut émané, afin qu’ il puisse retrouver ses droits primitifs. Les écoles occultes définissent cela comme l’ Unité avec la Divinité. Parallèlement à ce dogme, comme conséquence, apparaît le principe de communion spirituelle, la doctrine de la double nature de l’ homme, démontrée par le magnétisme, le somnambulisme, les rêves, la prescience, la sympathie ou l’ antipathie, et, par-dessus tout, l’ extase et le yoga.

Ces doctrines étaient toutes bien connues des anciens Sages et, en ces temps-la Pythagore en était le plus célèbre exégète, suivi par le quasi divin Platon.

A une autre époque, Swedenborg et Saint Martin les ont poursuivies jusqu’ à leur extrême limite, éclairant alors de nombreux disciples, en outre il y avaità divers Ordres des Illuminati, comme ceux de Stockholm qui suivirent Saint Martin. 

Lorsqu’un homme par une vie nouvelle et exemplaire de bon travail actif est conduit à sa dignité primitive, il approche son Créateur, est animé par un souffle divin et est initié. Par cet acquis, il devient maître des sciences occultes, des secrets de la nature, de la haute chimie, l’ethnologie et l’astronomie.

Les secrets de ce degré ne peuvent seulement s’acquérir que par des études prescrites, de sévères épreuves qui furent en réalité un enseignement de religion et de moralité dénué de superstition.

Il était nécessaire pour l’admission d’unir l’élévation de l’esprit à une grande pureté morale, confirmée par un terrible serment pour la nouvelle vie dans laquelle ils entraient.

Le festival de l’ordre était une célébration du triomphe de la lumière sur l’obscurité, au cours de laquelle ils nourrissaient, avec vénération, une flamme pure dans un brasier ; ce symbole était utilisé par les plus grandes nations : les Egyptiens, les Chaldéens, les Perses, les Péruviens, etc… mais l’entière explication appartenait seulement aux Hiérophantes.

La constitution de ce degré est basée sur la loi de Horn. Selon le Zend-Avesta, cette loi annonçait un ÊÊtre suprême éternel, d’où découlèrent deux principes opposés. Les cérémonies de cette loi, appelée Pariokesh,  étaient très simples et avaient pour objet de rappeler l’origine et l’organisation de l’Univers. Le but était de rendre au Suprême Architecte de l’Univers l’hommage qui lui était dû, élevant ainsi l’homme, en le conduisant à abandonner ses passions, qui si souvent troublent son existence, jusqu’ à la plus grande perfection.

Par RAPMM - Publié dans : hauts grades
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 22 mai 2012 2 22 /05 /Mai /2012 07:33

Mes Frères, comme vous le savez, la pierre cubique est un symbole essentiel en Franc-maçonnerie. Des équerres, des niveaux et des perpendiculaires sont incorporés dans ce « solide platonicien » appelé cube, qui est un carré en volume. L’apprenti découvre au début de son cheminement maçonnique que la pierre brute représente son propre état présent d’imperfection qui recèle néanmoins en potentialité le plan parfait de son accomplissement dans l’avenir. La Jérusalem décrite dans l’Apocalypse aura une forme cubique, autre symbole de la Cité Sainte retrouvée. Mais la cérémonie de ce jour illustre si besoin l’en était encore, que la rigueur dans le travail et la docilité peuvent conduire à la désolation. L’Ancienne Loi ne suffit pas.

Comme le dit Saint Paul dans sa lettre aux Corinthiens, chapitre 13 :

« Quand je parlerais toutes les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas l’amour, je ne suis plus qu'airain qui sonne ou cymbale qui retentit.
Quand j'aurais le don de prophétie et que je connaîtrais tous les mystères et toutes les sciences, quand j'aurais la plénitude de la foi, une foi à transporter des montagnes, si je n'ai pas l’amour, je ne suis rien.
Quand bien même je distribuerais tous mes biens en aumônes, quand je livrerais mon corps aux flammes, si je n'ai pas l’amour, cela ne me sert de rien. »

 

I. N. R. I.

 IGNE NATURA RENOVATUR INTEGRA.

 « l’Univers est Totalement Régénéré par l’Amour »

Au cœur même du cube réside son mystère.

Le Très Sage  montre le plan de la croix au récipiendaire.

Aux 4 coins de la Croix figurent les lettres I.N.R.I. et au milieu la Rose.

Le patron du cube déployé représente la croix latine.

Pendant trop longtemps, Chevalier, tu es resté dans l’ignorance de ton propre mystère, et un abîme a fini par se creuser entre ton âme et ton corps, entre la rose qui vit en toi et la croix qu’il te faut porter. Le temps est venu pour toi de combler cet abîme, car telle est la condition que tu dois réaliser si tu veux te rendre maître de ta vie.

Les Maçons, depuis la réédification du Temple, ayant négligé leurs travaux, abandonnèrent aux rigueurs et aux vicissitudes du temps, le précieux édifice qu’ils avaient avec tant de peine relevé. Leurs ouvrages n’étaient plus que des œuvres remplies de corruption. La sagesse de l’ouvrier, la force des matériaux et la beauté de l’architecture firent place au désordre, à la confusion et au vice. Le Grand Architecte de l’Univers détermina de manifester sa gloire, d’abandonner les restes des temples matériels pour en élever, par sa sublime et suprême géométrie, des spirituels, dont l’existence serait inattaquable aux puissances humaines et dont la durée subsisterait une éternité de siècles. C’est par cette résolution puissante que les hommes ont vu le phénomène miraculeux, le prodige des prodiges, la Pierre Cubique à pointe suer sang et eau et souffrir les angoisses de l’âme. Ce fut alors que la Pierre Angulaire de l’Edifice fut arrachée par les ouvriers des fondements du Temple pour être rejetée dans les décombres et que la Rose Mystique fut sacrifiée  sur une croix, plantée sur le sommet d’une montagne au lieu dit « Golgotha » qui signifie « le crâne », en souvenir du sépulcre du vieil Adam. La Maçonnerie humaine, dans un instant fut anéantie, le voile fut déchiré, les outils de la Maçonnerie se brisèrent, l’Etoile flamboyante disparut et la Parole fut perdue. On doit juger aisément quelle fut l’étendue des maux que chaque maçon devait souffrir en pareil instant, un abattement inconcevable et une consternation des plus grandes étaient les moindres qu’on puisse penser. Ils furent obligés d’errer dans l’obscurité la plus profonde l’espace de 3 jours, incertains si la vie devait être prolongée ou si quelques accidents nouveaux ne leur en priveraient pas. De sorte qu’ils ne pouvaient voir une plus grande perplexité dans le cœur de tous les êtres pensants qui existaient alors sur la terre. La volonté de Celui qui conduit tous les événements, ayant donné un terme à cet étonnement universel, fit reparaître la lumière au bout de 3 jours, mais ce ne fut pas sans témoignages de surprise ni de phénomènes nouveaux. L’étoile flamboyante se fit voir dans un plus grand éclat qu’auparavant et la Parole fut retrouvée. Que ces 5 branches vous rappelle les 5 plaies encourues par celui qui symbolisera à jamais la perfection, la Pierre Angulaire principale de l’œuvre, la Rose Mystique qui refleurit sur le bois du calvaire. Ce bonheur n’arriva qu’aux Maçons qui sortirent de l’endurcissement et de la négligence que l’oisiveté leur avait donné. Quelques-uns d’entre eux ayant voyagé l’espace de 33 années dans les recherches de la Parole perdue, apprirent aux autres qu’ils fallaient connaître et s’appuyer sur les 3 colonnes de la Foi, de l’Espérance et de la Charité, ainsi que d’embrasser la Nouvelle Loi pour espérer rentrer dans les travaux mystiques de l’Ordre. Depuis ce temps, les Maçons ne bâtissent plus de Temples matériels mais spirituels. Ne manquez jamais mes Frères, de vous appuyer sur ces 3 colonnes de la Foi, de l’Espérance et de la Charité. Que le Grand Architecte de l’Univers vous soit en Aide !

Par Rituel RAPMM - Publié dans : hauts grades
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mardi 22 mai 2012 2 22 /05 /Mai /2012 07:26

Moi - - en présence du Grand Architecte de l’Univers, avant de franchir les Portes de la Mort et de pénétrer dans le sanctuaire de la Vie, sur mon honneur d’homme libre, je promets et je jure de combattre toutes les tyrannies, tous les abus, toutes les ignorances, qu’elles soient matérielles ou spirituelles. A partir de cet instant, à jamais et sans trêve, je serai le milite et le veilleur vigilant de la spiritualité libre, de la justice et du droit. Je répandrai les enseignements que j’ai reçus, afin qu’une pleine lumière éclaire la route des hommes, mes frères, et cela sans distinction de classe, de race, de couleur ou de croyance. Je donnerai l’exemple de toutes les vertus, non par orgueil stérile, mais dans le seul but d’inspirer le désir de les acquérir. Je pratiquerai la fraternité humaine en toute son amplitude pour en démontrer les bienfaits. Je serai le soutien du faible, l’adversaire implacable de l’injustice, l’apôtre du perfectionnement de l’Humanité, en tous les modes et en tous les plans. Je défendrai la liberté, je combattrai la tyrannie. Je me ferai, sous toutes leurs formes, le défenseur de la liberté de conscience, de la liberté de parole, de celle de l’écriture. Je combattrai l’intolérance, l’hypocrisie, l’arrogance et l’usurpation cléricales, sous toutes leurs formes. Je combattrai l’imposture et le charlatanisme aussi bien que les superstitions, la sorcellerie et la magie noire. Je respecterai et considérerai le travail comme l’ennoblissement de la nature humaine qu’il soit manuel, intellectuel ou spirituel. Je combattrai tous les privilèges, qu’ils procèdent de la richesse ou de la naissance, et ce jusqu'à leur totale disparition. Désormais, ma devise sera celle de mes frères CHEVALIERS KADOSH GRANDS ELUS, CHEVALIERS DE L’AIGLE BLANC ET NOIR : combattre le mal, fidélité au Bien, Amour aux hommes et à tous les Etres. Conscient du très haut symbolisme ésotérique de ce degré de la Franc-maçonnerie, je promets et je jure de mettre en pratique à chaque instant de ma vie les significations traditionnelles de la couleur noire du Baudrier des Grands Elus Kadoch : la foi, le savoir caché, le secret, l’inflexibilité, le sacrifice. En foi de quoi, je date et je signe, et que le Grand Architecte de l’Univers me soit en aide.

 

Par Rituel RAPMM - Publié dans : hauts grades
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mardi 22 mai 2012 2 22 /05 /Mai /2012 07:23

Un grand poète, l'une des gloires du siècle d'Auguste, et qui, par son génie, fut jugé digne des faveurs de l'initiation, Virgile voulant consacrer, dans le sixième livre de son immortel poème quelques uns des rites des mystères égyptiens, au moment d'aborder ces révélations redoutables, pour détourner de sa tête les malé­dictions fulminées contre les divulgateurs des secrets de l'ini­tiation, s'écrie : "0 dieux: dont l'empire s'étend sur les âmes, "ombres silencieuses, impénétrable Chaos, Phlégéton aux ondes "dévorantes, lieux sur lesquels plane au loin de silence de la "nuit, qu'il me soit permis de raconter ce que j'ai entendu sous votre puissante protection, qu'il me soit pardonné de révéler"des choses plongées dans les profondeurs de l'abîme, et "environnées de nuages mystérieux."

Je n'ai point à former de pareils voeux, mes Frères, je n'ai point à solliciter un pareil pardon. L'auditoire éminent au milieu duquel ma voix se fait entendre, me dispense de ces ombrageuses précautions. Environné des lumières les plus é­clatantes de l'Ordre, en présence de ce sénat auguste, si un sentiment de regret se fait jour dans mon âme, c'est d'être, moi-même, si peu à la hauteur du sublime sujet que je suis appelé à traiter, du savant auditoire qui daigne m'honorer de son attention.

Un philosophe grec, après avoir parcouru l'Egypte, et visité les principaux sanctuaires de la science, rapporte (fait con­firmé au reste par les annales de l'Ordre, et consigné dans le préambule des statuts généraux) qu'un des points princi­paux de la doctrine des prêtres de l'Egypte était la division de la science sacrée en exotérisme ou science extérieure, et ésotérisme ou science intérieure. C'est par ces deux mots grecs qu'il traduisait les deux mots hiératiques dont, comme on le sait, il était interdit de se servir hors du temple.

"Les prêtres, ajoute-t-il, ne sont prodigues d'aucune par­tie de leur sciences de longs travaux, de profondes études, de rudes épreuves sont imposées au néophyte pour arriver au moindre degré de l' exotérisme. Quant à l'ésotérisme, ils sont plus sévères encore: nul secours, nul conseil, nul en­couragement n'est donné à celui qui veut y pénétrer. C'est par la force seule de son esprit et l'inspiration divine qu'il doit y parvenir. Ce sont des mystères dans les mystè­res, et il arrive fréquemment que les prêtres les plus haut placés en dignité ont à peine fait un pas dans la partie mystique de la science sacrée."La statue d'Isis, toujours voilée, même pour les prêtres, le Sphinx accroupi à la porte du temple, dans l'attitude du repos et du silence, étaient les deux emblèmes de ces derniers secrets; et cette conduite des dépositaires des mys­tères était dictée par la plus haute sagesse. Le despotisme des hommes forts, des violents, s'étendait sur toute la terre. Partout l'inexorable vae victis: était le seul droit international et politique; partout les fronts devaient se baisser ou être écrasés. Qui ne comprend dès lors que les dé­positaires des titres primitifs de la grandeur humaine, de sa dignité sublime, de son égalité devant le Créateur, de son inaliénable liberté, devaient cacher ce trésor, et ne le com­muniquer qu'à ceux que de longues épreuves en avaient faitreconnaître dignes; car avant que de le communiquer, il fal­lait être sûr que le nouvel adepte n'irait pas en vendre la révélation à ses ennemis.

Le christianisme fit faire un pas immense à l'humanité; exal­tateur des mystères, il en popularisa la partie morale. La tâche de la philosophie fut moins difficile dès lors; ses voies étaient aplanies, elle put être plus explicite dans ses ensei­gnements, car le christianisme avait forcé les puissances à reconnaître le fait comme le droit de la discussion reli­gieuse, de l'enseignement des intelligences. L'esprit humain, par la force d'expansion qui lui est naturelle, fit le reste, et la liberté de la pensée fut proclamée.

C'est grâce à ce progrès, qui, dans un sens bien réel, nous place dans une position bien meilleure que celle des philoso­phes de l'antiquité, qu'il nous est permis, sans nous mettre en opposition avec nos augustes traditions, de soulever en partie le voile redoutable de la Maçonnerie, sans toutefois le déchirer entièrement; car si nous n'avons plus à craindre des irruptions de la force brutale dans les domaines sacrés de la pensée, nous ne pourrions sans crime exposer aux légè­retés de l'irréflexion, aux mépris de l'ignorance, aux fausses interprétations de la mauvaise foi, aux préventions du fana­tisme, un ensemble de connaissances qui demande, pour être apprécié, un esprit attentif, préparé, un coeur pur et indé­pendant, ne cherchant que la vérité et la justice.

Montrons donc le but, montrons-le sans crainte, proclamons-le dans nos loges comme au milieu du monde; annonçons-le à nos frères aussi bien qu'aux profanes, car il est noble, il est sublime. Faire de l'humanité un peuple de frères, réunir dans la charité ceux que l'intérêt divise, et faire voir un ami à serrer sur son cœur dans l'ennemi sur qui se dirigeait le glaive homicide. Quant à la science, qui est le moyen pour arriver à ce but magnifique, procédons avec sagesse. "Nul n'est digne de la science, disent nos traditions, qui ne l'a conquise par ses propres efforts." Sur ce point, mes frères, soyons un peu plus condescendants que nos maîtres sévères; montrons de loin cette science, et s'il nous est interdit d'y introduire celui qui n'a pas, comme Josué, ceint l'épée des forts pour entrer dans la Terre promise transportons au moins lé néophyte sur la montagne d'ou on peut la découvrir. Peut-être, enflammé d'ardeur à cette vue, il travaillera à mériter de faire partie de l'armée élue.

L'Ésotérisme maçonnique embrasse le cercle entier de l'activité de l'âme humaine: toute science, tout art, toute pensée

y trouve son cadre, son poste, son rang; seulement, négligeant la partie élémentaire et pratique, l'Esotérisme n'embrasse que la partie transcendante et métaphysique. Laissant à l'Esotérisme l'esprit qui dispose, le talent qui exécute, il ne se réserve que le génie qui crée.

Trois cycles, unis dans un ordre mystérieux, se correspon­dant par une chaîne indivisible, et s'engendrant réciproque­ment d'une manière ineffable, forment le Temple mystique.

Le premier peut s'appeler, pour les profanes, le cycle his­torique: il se compose de trois degrés dont la série philoso­phique embrasse le développement social de l'humanité tout entière, et de chaque peuple en particulier, dans trois pé­riodes symboliques, qui sont toute l'histoire: la sociabili­té, la famille, la liberté.

Le second cycle est le cycle poétique. Les neuf Muses, gra­cieuses filles de l'imagination, soutiennent la guirlande sa­crée qui le couronne, Les colonnes de son temple, du plus é­clatant marbre de Paros, portent d'ingénieux emblèmes consa­crés à la gloire des enfants de l'Harmonie et de la Fantaisie aux ailes d'or. Les trois Grâces, Aglaia, Thalie et Euphrosine, au maintien noble et décent, veillent à l'intérieur du temple. Artistes inspirés dont la toile ou le bloc nous transmettent les sublimes inspirations, savants profonds qui lisez dans les par trois mystères: l'homme est corps, âme et intellect: réfléchis; et pourtant si ces recherches profondes t'ef­fraient, neuf cieux sont décrits sur la voûte symbolique du temple, tu peux les parcourir. Neuf puissances célestes y président, et tu pourras prendre place au milieu d'elles, si tu sais t'en rendre digne. La volonté intelligente habi­te le premier, la parole sympathique le second, l'esprit or­ganisateur le troisième, la puissance qui crée la soumission le quatrième, l'énergie sociale le cinquième, le gouvernement des peuples le sixième, la domination des intelligences le septième, le génie qui découvre la vérité le huitième, le sage qui pense et vit en Dieu occupe le neuvième et se repose éternellement au pied du trône de Brahms."

Telles sont, mes Frères, autant qu'il m'a été permis d'être clair, les grandes masses de la science ésotérique. En dire davantage serait prévarication; en avoir autant dit est peut-être imprudence. Mais cette imprudence nous sera pardonnée, car c'est le pur amour de la propagation de la vérité et des sublimes lumières qui l'a provoquée. C'est pour répondre, au­tant qu'il peut être permis de le faire, aux imprudents et aux insensés qui, & peine sur le seuil du temple de la Maçon­nerie, croyant que tout est dans les symboles extérieurs qui frappent leurs yeux, se retirent avec dédain, et disent ; Nous avons regardé au fond de l'abîme de la science, et nous n'y avons trouvé que le vide. Imprudents et insensés: vous n'avez pas seulement soulevé le premier voile de la statue mystérieuse d'Isis, la courtine du temple d'Apollon est res­tée silencieuse pour vous: allez, mais ne blasphémez pas ce que vous ignorez:

Pour nous, mes Frères, pénétrés de la hauteur de notre mis­sion, forts du témoignage de notre conscience, appuyés de l'autorité et de la sagesse de tant de beaux génies qui nous ont légué leur science par le moyen de la tradi­tion maçonnique, marchons à notre but, marchons-y avec per­sévérance; l' oeuvre du progrès, cette oeuvre dont le travail fait gémir dans les douleurs toutes les nations euro­péennes, est entre nos mains. Encore une fois Memphis, si nous avons foi en notre mission, Memphis aura civi­lisé le monde:

Par Rituel de Memphis - Publié dans : hauts grades
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 21 mai 2012 1 21 /05 /Mai /2012 20:07

 

RITE ANCIEN ET PRIMITIF

DE MEMPHlS ET MISRAïM

SOUVERAIN SANCTUAIRE ITALIEN

Rite Primitif des Philadelphes (Narbonne 1779)

Rite de Misraïm (Venice 1788)

Rite de Memphis (Montauban 1815)

Rites Unis de Memphis et Misraïm (1881)

FRANC MACONNERIE UNIVERSELLE

GRAND ORIENT D’ITALIE

L’OPERATIVITE’ MACONNIQUE

DANS LE RITE ANCIEN ET PRIMITIF DE MEMPHIS ET MISRAÏM

Il est nécessaire d’éclaircir un malentendu historique, selon nous typiquement italien, sur la signification correcte de l’expression » operativité maçonnique « .

Selon nos expériences et en l’observance des enseignements reçus, nous sommes d’un avis diffèrent par rapport aux opinions courantes dans la Communauté Maçonnique Italienne sur la signification du terme » operativité « .

D’après les entendements de certains, » opérer » signifie intervenir indu ment et improprement au nom de l’Institution Maçonnique, dans les structures sociales profanes, dans les partis politiques et dans les Instituitions.

Nous au contraire, nous définissons ce comportement comme la » grande tentation « , ou, mieux encore, la » force déviante » du comportement correct maçonnique. Personne ne peut nier que ces » déviations » ont depuis toujours, provoqué, avec une cadence périodique constante, des dommages incalculables à la saine diffusion de Ja véritable Tradition Maçonnique.

Dans un passé assez récent nous avons eu les désastreuses sanctions des lois fascistes envers des FF.-. en particulier et contre l’institution Maçonnique en général. Plus récemment, l’affaire – bien trop connue – de l’irrégulière et anti~nitiatique loge » Propaganda 2 » ( mieux connue sous le sigle » P2 » ), a mis la F.-. M.-. dans une situation certes pas du tout confortable aux yeux du monde profane. Il n’est pas difficile de comprendre, en réfléchissant sur la signification du titre distinctif de cet atelier, que les fondateurs et les animateurs de ce groupe pseudo – maçonnique, étaient inspirés.par des idéaux qui, toujours à notre avis, n’ont rien de maçonnique et encore moins d’initiatique. En effet la Tradition n’enseigne pas a ses adeptes des théories anticonformistes, des délires exaltant l’ordre social et moral (de quelle morale?) ou des préceptes de nature nettement cléricale et puritaine.

Donc, en revenant a notre concept d’operativité, nous disons que l’ceuvre Maçonnique est de nature essentiellement intérieure et spirituelle. Elle s’exprime seulement au travers de dynamiques qui tendent à la découverte et â l’étude de ce » profond » qui existe au cantre de la conscience de chaque être intelligent, c’est à dire de cet univers composite et complexe qui attend de se révéler àl’observateur attentif et discret.

Seulement au travers d’une observation attentive et silencieuse, on peut réintégrer son propre être dans l’Harmonie Eternelle et Universelle. Le Maître Maçon Libre, par un travail de rectification constant et équilibré, met sa propre individualité au service de I’ évolution humaine et universelle. Il passe ainsi d’un travail essentiellement personnel, à un travail trans-personnel, d’un petit et égocentrique » moi » à un » SOIT » vibrant et resplendissant dans le glorieux et éternel travail de Ammon-Ra, source de vie, Père de toutes choses.

Ce que nous venons d’exposer peut sembler difficile et hors d’atteinte, mais aux FF.-. Maîtres nous disons: il suffit de commencer, le reste vient après.

NOTES HISTORIQUES

SUR L’ANCIEN ET PRIMITIF RITE DE MEMPHIS ET MISRAÏM

Le Rite Ancien et Primitif de Memphis et Misraïm est un double système maçonnique -illuministique qui renferme en soit le grand système initiatique occidental. Il part de la base ell~même, la maçonnerie » bleue « , pour atteindre les cimes rosicruciennes de la Gnose, y compris les systèmes hermétiques, philosophiques et ésotériques des anciens Hiérophantes égyptiens et des prêtres de Mitra.

Notre Vénérable Rite, à cause de sa référence à Misraïm (ce mot dérive de » mizr » qui dans l’ancienne langue hébraïque faisait allusion à l’Egypte) est appelé aussi Rite Egyptien, ce qui génère une confusion erronée avec le Rite Egyptien – ou Maçonnerie Egyptienne de Cagliostro – lequel, tout en se reliant à I’A.R. P.M.M. dans l’étude des pratiques mystiques et théurgiques, – est profondément différent.

Les deux Rites unis, de Memphis et de Misraïm, forment dans leur complexe un authentique Ordre et non pas un simple Rite, dans le sens que l’on attribue généralement à ce mot. Ils furent conçus dans le but de rassembler en un organisme unique, qui mette en commun dans ses grades toute la sagesse, la connaissance et le désir de croissance intérieure des initiés épars dans les innombrables Corps Rituels Maçonniques supérieurs et dans les Ordres Illuministiques et chevaleresques, qui opéraient au débuts du 18ème siècle.

Donc l’Ancien et Primitif Rite de Memphis et Misraïm assuma la caractéristique d’un Ordre Universel dont la mission, rédimensionnée dans le temps, fut ceIle d’assumer la direction suprême de tous ces Ordres et Rites de véritable et traditionnel caractère initiatique, en réunissant dans une collaboration fraternelle, sous un seul corps, les Maçonneries et les Ordres Illuministiques du monde entier. Il y eut ainsi une prodigieuse synthèse des écoles orientales et occidentales.

A partir de 1881, par la volonté du Souverain Grand Maître, Grand Commandeur, Grand Hiérophante Général F.~. Giuseppe Garibaldi, fut opérée la fusion des deux Rites de Memphis et de Misraïm, dans un climat d’intime et harmonieuse intégration. Pour les besoins de la présentation, même Si très schématisée, de l’Ancien et Primitif Rite de Memphis et Misraïm, nous mentionnons ci-dessous une brève description de chacun des Rites.

1881 le F:. Giuseppe Garibaldi, devenu Grand Hiérophante, unifie les deux Rites de Memphis et Misraïm, en un seul et unique Corps Rituel.

FUSION DES DEUX RITES

En une réelaboration définitive, les deux Rites furent groupées en un seul organisme sous la dénomination de: ORDRE MACONNIQUE ORIENTAL DU RITE ANCIEN ET PRIMITIF DE MEMPHIS ET MISRAÏM ( par la volonté du F.~. Giuseppe Garibaldi ) et, aux 95 Grades déjà existants, en furent ajoutés deux autres de caractère administratif: le 96° et le 97°. Le premier réservé aux Grands Maîtres Nationaux et le deuxième au Souverain Grand Maître, Grand Commandeur, Grand Hiérophante Général, Sublime Maître de la Lumière.

Plusieurs savants de la Franc Maçonnerie Supérieure ont essayé d’établir une comparaison des Grades de l’A.P.R.M.M. à ceux des autres Corps Rituels Maçonniques. Bien entendu, faire des comparaisons est toujours très difficile, surtout dans ce domaine. Cependant nous essayerons de donner certaines indications pour une orientation plus aisée de l’étude de ce problème. En résumant par points, nous pouvons dire:

1.      La docétique de l’A.P.R.M.M. commence déjà au premier grade de la Maçonnerie Bleue, alors que les Corps Rituels Maçonniques, généralement, commencant leur docétique seulement après le 3èmegrade.

2.      On ne peut pas dire, par exemple, que le 95ème grade de l’A.P.R.M.M. puisse correspondre au 33ème grade du Rite Ecossais Ancien et .Accepté, même Si dans certaines réalités maçonniques dans d’autres pays, pour des raisons qui ne nous regardent pas, ces correspondances on étés, et peut-être sont-elles encore, adoptées de façon erronée. Pour ce qui nous concerne il n’existe pas d’équivalences possible entre notre Vénérable Rite et le R.E.A.A. et, par conséquence, il ne pourra jamais exister une reconnaissance réciproque et, encore moins, des correspondances entre les grades.

3.      L’A.P.R.M.M. est un Corps Rituel Maçonnique chevaleresque et illuministique à caractère fortement rosicrucien et hermétique, avec des fonctions cabalistiques particulières qui ne peut, dans ses hauts grades, avoir de correspondance avec les grades pratiqués dans les autres Corps Rituels Maçonniques.

Toutefois, Si certains FF.~. voulaient faire des vérifications et des comparaisons utiles, il leur est fortement conseillé la pratique et l’expérimentation soit de la Rituelle de notre Vénérable Rite, soit de celIe relative à d’autres Corps Rituels opérant dans Notre Communion.

LES GRADES DIT » ADMINISTRATIFS «

Le 96ème grade appartient aux Souverains Grands Maîtres, Grands Commandeurs des Obédiences Nationales. La charge est décerné » ad vitam » elle est transmise à un successeur, par droit d’investiture.

Le 97èmegrade appartient au Souverain Grand Maître, Grand Commandeur, Grand Hiérophante Général, Sublime Maître de la Lumière. Il s’agit d’une prérogative indélébile du Grand Magistère Sacerdotal Egyptien et d’une investiture » ad vitam « . Elle est transmise à un successeur toujours par droit d’investiture.

DOCETIQUE INITIATIQUE

DE L’ANCIEN ET PRIMITIF RITE DE MEMPHIS ET MISRAÏM

Les 95 grades de notre Vénérable Rite, doivent être considérés comme un déambulatoire, ou mieux, comme un projet de voyage dans les profondeurs de son propre être, lequel, prévoyant d’innombrables possibilités de parcours, conduit toujours et de toute façon, à une seule approche: l’accomplissement du Grand Oeuvre.

Le Corpus rituel de l’A.P.R.M.M. doit être considéré, dans sa complexe unité structurale, comme un dépôt des grades maçonniques qui, par suite d’événements singuliers, ne sont plus pratiqués. Se serait se fourvoyer que de vouloir attribuer une échelle de valeurs aux divers grades. Une telle attitude mentale occasionnerait à l’initié une perte d’orientation, ou, pour le moins, la perte d’une précieuse et considérable partie de son temps. Même Si l’homme est, parmi les êtres vivants, un de ceux à la durée de vie la plus longue, il n’est certainement pas utile pour son évolution de se perdre derrière des buts éphémères et illusoires.

Pour se maintenir sur le plan de la sincérité, comme nous l’avons toujours fait, et comme nous le ferons aussi dans le futur, il est opportun de préciser que la rituelle de l’A.P.R.M.M. est seulement une précieuse opportunité d’étude et d’approfondissement de tous les courants d’orientation spirituelle qui ont transité à l’intérieur de la Maçonnerie Universelle, depuis sa naissance à nos jours. Simultanément, pour ceux qui réussissent à écouter la voix de leur propre » essence intérieure », elle représente aussi une extraordinaire et concrète possibilité de comprendre3 de réaliser et posséder la science du SECRET ROYAL.

Autre caractéristique fondamentale de Notre Vénérable Rite: son intime nature fermement déiste et spiritualiste. Il s’agit, en fait, de l’acceptation du principe fondamental de l’éternité de l’esprit et de l’immortalité de l’âme ou d’une survîvance certaine de cette dernière après la mort du corps. Ici s’arrête le dogmatisme de l’A.P.R.M.M. – En effet il n’est pas lié et ne dépend d’aucune religion particulière et laisse à chacun de ses membres la pleine et totale liberté d’opinion et de pensée.

Aux FF:.qui auraient l’intention de travailler et de perfectionner leur maîtrise de nos Chambres rituelles, nous signalons, ultérieurement, qu’un des objectif de I’A.P.R.M.M. est de fournir les éléments nécessaires à la compréhension pour ce qui concerne la TRADITION GNOSTIQUE CLASSIQUE, étant donné que de tels enseignements sont peu diffusés et traités superficiellement pendant les travaux qui se déroulent au sein des rituels de la Maçonnerie Bleue Universelle.

Pour être plus clairs, précisons que lorsque nous parlons de GNOSE CLASSIQUE nous entendons:

·         Préexistence des âmes;

·         Descente dans leurs formes charnelles;

·         abandon du PLEROMA ( monde supérieur et suprasensible ) pour le KENOMA ( monde inférieur de la forme ) et, ensuite, la possibilité de la remontée vers ce même PLEROMA

·         Etude des arcanes d’une existence posthume, évoquée dans le symbolisme rituel maçonnique par l’expression: » ORIENT ETERNEL « .

L’étude des ces arcanes, qui suivent les trois premiers grades de la Maçonnerie Bleue, sera traité par d’opportuns rituels contenant symboles et éléments provenant d’ancienne disciplines traditionnelles ( comme, par exemple, la Gnose Alexandrine et la Kabbale hébraïque ) et caractérises par une gestuelle (signes, marches, mots de passe) que l’on peut rattacher aux anciennes traditions orientales ( comme le taoïsme et le bouddhisme tibétain ). Nous ne nous attardons pas sur les nombreuses références du symbolisme, utilisé dans les Chambres rituelles, relatif aux sciencas appelées » occultes » telles que l’Alchimie, l’Astrologie et la Théurgie.

STRUCTURE OPERATIVE ACTUELLE

DE L’ANCIEN ET PRIMITIF RITE DE MEMPHIS ET MISRAÏM

La structure rituelle opérative que Notre Vénérable Rite pratique actuellement, se développe en 4 sections: Section Symbolique, Section Philosophique, Section Gnostic~Hermétique, Section Hermétique.

A son tour, chaques section, outre le fait d’avoir une caractéristique bien précise et une fonction bien particulière, est composée par un ou plusieurs Corps Rituels qui sont en partie pratiqués rituellement et en partie étudiés et conférés par communication.

SECTION SYMBOLIQUE

Elle est composée des Corps Rituels dénommés Loges. Le but de cette section est l’étude et la pratique des trois premiers grades de la Maçonnerie Universelle: Apprenti, Compagnon et Maître. Actuellement notre Rite pratique la section symbolique, à la suite d’un protocole d’entente, au sein de la Communion Maçonnique du Grand Orient d’italie.

SECTION PHILOSOPHICO-CABALISTIQUE

Cette section est composée de 30 Chambres Rituelles desquelles 7 sont rituellement pratiquées, alors que les autres grades viennent conférés par communication ( sur l’épée ). Les 7 Chambres pratiquées sont:

4èmeGrade: Collège des MAîTRES DISCRETS

7ème Grade: Chapitre des MAîTRES SUBLIMES, GRANDS ELUS, CHEVALIER DE LA VOUTE DE PERFECTION.

11ème Grade: Sénat de CHEVALIERS DE L’AIGLE ET DU PELICAN, PRINCES ROSE + CROIX.

16ème Grade: Sénat des CHEVALIERS DU SOLEIL, SAGES DE LA VERITE’, PRINCES. ADEPTES.

21ème Grade: Sénat des SUPREMES COMMANDEURS DES ASTRES.

30ème Grade: Sénat des CHEVALIERS DE L’AIGLE BLANC ET NOIR CHEVALIERS KADOSH.

33ème Grade: Suprême Conseil des SOUVERAINS GRANDS INSPECTEURS.

SECTION GNOSTICO – HERMETIQUE

Elle est composée de 38 Chambres Rituelles. De cette section, seul le 66ème grade est pratiqué, celui des Patriarches Grands Consacrateur. Sa docétique fonde son étude et sa recherche sur la GNOSE CLASSIQUE et sur ces dérivations.

66ème Grade: Grand Consistoire des PATRIARCHES GRANDS CONSACRATEURS.

SECTION HERMETIQUE

La section hermétique représente la conclusion de l’iter initiatique que les FF.~. Maîtres ont accomplis – en tant qu’ouvriers de l’Art Royal – dans les déambulatoires traditionnels, dépôt immémorial et mystérieux, que l’Ancien et Primitif Rite de Memphis et Mîsraïm possède depuis toujours. Dans cette section, composée de 24 Grades Rituels, on pratique rituellement:

90ème Grade: Grands Conseils des SOUVERAINS PRINCIPES, SUBLIMES PATRIARCHES, MAîTRES DU GRAND OEUVRE.

91ème Grade: Grand Tribunal des SOUVERAINS PRINCIPES, GRANDS DEFENSEURS DE L’ORDRE ET DU RITE.

94ème Grade: Grand Temple Mystique des SUBLIME PATRIARCHES PRINCES DE MEMPHIS.

95ème Grade: Souverain Sanctuaire des SUBLIMES PATRIARCHES GRANDS CONSERVATEURS DE L’ORDRE.

GRANDE MAîTRISE DU SOUVERAIN SANCTUAIRE ITALIEN

97ème Grade: SOUVERAIN GRAND MAÎTRE, GRAND COMMANDEUR, GRAND HIEROPHANTE GENERAL DE L’ANCIEN ET PRIMITIF RITE DE MEMPHIS ET MISRAÏM.

TITRES USUELS

DANS L’ANCIEN ET PRIMITIF RlTÈ DE MEMPHIS ET MISRAÏM

Il nous paraît utile de donner certaines indications quant à l’usage des titres qui traditionnellement reviennent aux FF:.. Maîtres, et que la traditions leur reconnaît. Un examen très attentif nous montre de façon évidente que ces titres ne sont point destinés à satisfaire la vanité humaine mais à souligner et à rappeler les » facultés occultes » que les grades correspondants confèrent réellement – à travers de l’initiation – à qui est en mesure de les vivres.

Il faut se souvenir, en outre, que le SECRET ROYAL , ou pour mieux nous comprendre, le SECRET MACONNIQUE, (le vrai), est lié à l’action posthume de qui le détient véritablement. C’est àdire que les Maîtres qui le possèdent sont obligés, depuis leurs DHARMA, de continuer leur » action occulte » en faveur des finalités ultimes de la FRANC MACONNERIE UNIVERSELLE, même lorsqu’ils seront passés au delà du seuil de leur existence terrienne et humaine, c’est à dire à L’ORIENT ETERNEL.

Ces FF:. constituent la chaîne invisible des vrais Philosophes Inconnus qui soutient et protège l’éternel devenir humain, au travers de leur continuelle, vigilante et constante » action mystérieuse « . En vertu de ce que nous venons d’exposer, nous pouvons affirmer que les titres qui sont reconnus, aux différents grades, aux FF:. Maîtres, sont des attributs sacrés qui ne doivent pas êtres considérés comme les coquilles vides d’éphémères et impuissantes vanités humaines.

Les titres en question sont: Respectable, Vénérable, Puissant, Illustre, Parfait, Sublime et Sérénissime, auxquels traditionnellement nous attribuons les significations suivantes:

RESPECTABLE

Celui qui assume ce titre est conscient que le » respect » (du latin » respectus » qui définit tout regard jeté en arrière ) est la reconnaissance de sa propre dignité et de calle des autres. Il en découle que chaque parole et action de celui qui est » respectable » est basée sur cette reconnaissance. Démocrite fonda le principe de l’éthique, justement sur le respect en soutenant:

» Tu ne dois pas avoir de respect pour les autres hommes plus que pour toimême, ni agir mal sans que personne ne le sache, plus que quand tous lesavent; mais tu dois avoir pour toi même le maximum de respect et imposerà ton âme cette loi: NE PAS FAIRE CE QUI NE DOIT PAS ETRE FAIT. »

Alors que dans le discours avec lequel Protagore expose, dans le dialogue homonyme de Platon, l’origine de la société humaine il est dit que:

» Zeus, craignant que la totalité de notre lignée ne s’éteigne, envoya Hermès apporter parmi les hommes le respect réciproque et la justice afin qu’ils fussent ordonnateurs des cités et qu’ils créassent entre les citoyens des liens de bienveillance « .

Donc le Maître qui devient » respectable » comprend bien, en le mettant en pratique, que le respect réciproque et la justice, sont les deux ingrédients fondamentaux de I’ ART POLITIQUE, c’est à dire l’Art de vivre ensemble.

VENERABLE

Personne ou chose digne de vénération, parce que symbole de « . valeur » incontestablement et universellement acceptable comme modèle idéal de vie ou de pensée. VENERABLE est le titre qui est assumé par le Maître Maçon qui préside l’Atelier maçonnique, en ce sens qu’il représente la Lumière de la Sagesse que la Tradition maçonnique lui confère dans I’exercice de ses fonctions.

PUISSANT

Celui qui possède la force et la capacité d’accomplir une transformation quelconque en soi même et par soi même.

ILLUSTRE

Du latin » illustri « , signifie que la personne ou la chose illustre porte avec soi la lumière et la irradie, en illuminant à son tour, les autres corps encore plongés dans l’obscurité.

PARFAIT

Du latin » perfectus « , signifie terminé, accompli.

SUBLIME

Sublimation est un terme qui a aussi une valeur scientifique signifiant le passage de l’état solide directement à l’état gazeux sans passer par la phase intermédiaire, le liquide. Par conséquent, par sublime, on entend indiquer celui qui possède la faculté de passer, sans traumatisme, du plan humain et quatemaire de l’existence, au plan divin et spirituel, et vice versa.

SERENISSIME

Du latin » serenus « , ou mieux, » serum « , qui a pour lointaine racine » serenum « , signifiant » sec « , exempt d’humidité. Il indique le statut mental de l’initié qui, devenu Adepte, parcourt, dans son devenir, la Voie sèche, la Voie du sentier de gauche, la Voie rapide mais extrêmement néfaste à ceux qui sont insuffisamment préparés. C’est la Voie de I’Audace.

De ce qui a été dit, même sommairement, nous souhaitons que les FF:. Maîtres puissent comprendre que l’Ancien et Primitif Rite de Memphis et Misraïm s’adresse seulement à ces initiés qui, en suivant patiemment les multiples occasions de méditation inspirée, réussissent à découvrir les canaux de force qui permettent de se mettre en parfaite résonance avec les plans d’existence supérieure et avec la transmutation personnelle de l’être.

La fonction de Notre Vénérable Rite est de constituer un fil invisible, mais réellement présent, qui lie le bas avec le haut. Il offre la clef des arcanes à tous les hommes de bonne volonté, afin que ces mêmes arcanes puissent être révélés et pratiqués.

Ils nous semble opportun souligner ce que nous venons d’exposer par la citation des affirmations reportées dans l’introduction des Statuts et Réglements Généraux de l’Ancien et Primitif Rite de Memphis et Misraïm:

HOMME TU AS DEUX OREILLES POUR ENTENDRE LE MEME SON, DEUX YEUX POUR PERCEVOIR LE MEME OBJET DEUX MAINS POUR EXECUTER LE MEME ACTE.DE MEME LA SCIENCE MACONNIQUE,;SCIENCE PAR EXCELLENCE,EST ESOTERIQUE ET EXOTERIQUE.L’ESOTERISME CONSTITUE LA PENSEE, L’EXOTERISME L’ACTE.L’EXOTERISME S’APPREND, S’ENSEIGNE, SE DONNE;L’ESOTERISME NE S’APPREND PAS, NE S’ENSEIGNE PAS, NE SE DONNE PAS,

IL VIENT D’EN HAUT

Source : http://hiram3330.unblog.fr (extrait)

Par Giancarlo Seri - Publié dans : Rites et rituels
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 21 mai 2012 1 21 /05 /Mai /2012 17:56

INTRODUCTION

De même que l'on attribue à l'Ordre Maçonnique en général des origines légendaires, le Rite de Misraïm n'échappe pas à cette règle. Il tient en plus dans la grande famille maçonnique une place particulière due en grande partie à une échelle d'instruction qui comporte 90 Degrés.
Marc BEDARRIDE, l'un des trois frères propagandistes du Rite en France, va même jusqu'à dire dans son ouvrage -l'Ordre Maçonnique de Misraïm- publié en 1848, que, la Maçonnerie est aussi ancienne que le monde. Ce qui, néanmoins, en réfléchissant bien à notre engagement, est intrinsèquement loin d'être absurde. Pour cela, il s'en réfère à l'Ancien Testament. Selon lui, c'est Adam lui-même qui aurait créé avec ses enfants la Première Loge de l'humanité ; Seth succéda à son père ; Noé la fit échapper au déluge ; Cham l'établit en Egypte, sous le nom de Mitzraïm, c'est-à-dire des Egyptiens (je reviendrai un peu plus loin sur l'étymologie de Misraïm). C'est donc de ce peuple seul que doit venir la tradition secrète de l'ésotérisme.

Et toujours selon Marc BEDARRIDE, et ses frères, le dernier maillon de cette chaîne ininterrompue est leur propre père, Gad BEDARRIDE, maçon initié en 1771 à Avignon, qui aurait reçu en 1782 la visite d'un mystérieux Initiateur égyptien à Cavaillon et dont on ne connaît que le nom mystique : « Le Sage ANANIAH ». Cet envoyé l'ouvrit à la Maçonnerie Egyptienne et lui conféra toute une série de « hauts grades ». Signalons que ceci n'est pas la première allusion historique au passage d'un Supérieur Inconnu de la Maçonnerie Egyptienne. Le Frère VERNHES dans son plaidoyer pour le Rite de Misraïm, paru en 1822, signalait déjà le passage du missionnaire ANANIAH dans le midi de la France en 1782. Soulignons que si la version « BEDARRIDE » en ce qui concerne les origines de la Maçonnerie Egyptienne est pure fantaisie, l'Egypte est, dans l'histoire des traditions ésotériques, un courant original, totalement distinct du courant judaïque comme du courant judéo-chrétien et l'on comprend que chaque auteur maçonnique essaie de se rattacher à une source aussi antique que possible. Il faut se souvenir que l'Egypte est connue depuis l'époque des Croisades et que l'intérêt pour la tradition égyptienne et ses « Mystères » ne s'est pratiquement depuis jamais démenti. L'Académie platonicienne de Florence, traitant doctement de l'Egypte et des Egyptiens fut fondée en 1450. Traduit pour la première fois du grec en latin en 1471 par Marsile Ficin, le Corpus Herméticum, ensemble de textes attribués à Hermès, et dont le plus célèbre est connu sous le titre de la «Table d'Emeraude », prétend révéler l'antique sagesse égyptienne. Ces textes assurèrent la floraison des sciences dites depuis hermétiques (d'Hermès), telles que : la Magie, l'Alchimie et l'Astrologie.

Puis on s'intéressa de plus en plus aux hiéroglyphes. Il est maintenant trop souvent oublié que dès 1650, l'abbé Athanase KIRCHER proposa une explication des inscriptions trouvées sur les principaux obélisques rapportés d'Egypte. Son grand travail est regroupé dans les 4 volumes d'Oedipus Aegyptiacus. Mais ses traductions vont par la suite se révéler inexactes. Mais tout cela relève de l'époque Egypto-grecque, à peine antérieure à notre Ere et il faut attendre BONAPARTE, la campagne d'Egypte et donc la découverte de la pierre de Rosette qui permit à CHAMPOLLION les Travaux que l'on sait.(A tout hasard, permettez-moi de rappeler que la pierre de Rosette, du nom du lieu ou elle fut trouvée par le capitaine Bouchard, comporte un décret écrit en trois langues : en hiéroglyphes, en égyptien démotique, c'est-à-dire en écriture cursive et en grec. C'est en rapprochant ces trois textes que Champollion, linguiste et expert es-langues orientales (plus communément appelées de nos jours langues mortes), déchiffre et traduit le sens des hiéroglyphes, ouvrant de la sorte l'étude scientifique de l'Egypte dite pharaonique.)
Par ailleurs, l'Antiquité, il faut le dire est très liée à la Franc-Maçonnerie spéculative du XVIIIème siècle, et c'en est une des composantes du discours maçonnique (au même titre que la Chevalerie ou le plaisir de l'Amitié). Point je crois, n'est besoin de vous rappeler, entr'autres et surtout, « La Flûte Enchantée » de notre Frère MOZART, Opéra évoquant les Anciens Mystères Initiatiques Egyptiens.

A la fin de ce siècle donc, on voit apparaître une nouvelle science des religions avec des auteurs tels que COURT de GIBELIN, CHARLES-FRANCOIS DUPUIS ou ALEXANDRE LENOIR qui à travers de vastes encyclopédies démontrent que l'origine de toutes les religions se trouve en Egypte. Ces ouvrages, écrits par des Maçons, eurent un très grand succès à l'époque.
Cette mode égyptienne se trouva exacerbée à la Révolution quand il y eut plusieurs tentatives pour créer une nouvelle religion « laïque » universelle en se basant sur les mythes égyptiens. Elle fut ensuite couronnée par la campagne d'Egypte de BONAPARTE. Campagne qui rétablit un lien charnel direct avec la terre égyptienne. Mais la campagne d'Egypte eut une autre conséquence. L'enthousiasme, cette fois général, pour l'Egypte amena de nombreuses Loges Maçonniques du continent à modifier le cadre mondain dans lequel les Maçons anglais organisaient rituels et travaux de table. La Maçonnerie introduite par les britanniques qui se réunissaient non dans des Temples mais dans des restaurants se bornait à réciter les Rituels par cour en les ouvrant et les fermant par des cantiques. D'importants Travaux de bouche suivaient.

La campagne d'Egypte favorisa un mouvement déjà présent sur le continent dont l'ambition était la pratique de Rites efficaces, par des Initiés assemblés dans un local rappelant les Temples antiques. L'Initié commença a y être considéré comme une pierre vivante dont la taille s'effectuait au fil des Travaux dans une ambiance d'étude et d'affection mutuelle. Sur un plan Maçonnique, en cette fin de XVIIIème siècle, existent en France certains petits Rites Egyptiens aujourd'hui disparus.
Citons :
Le Rite des Architectes Africains crée en Allemagne et qui eu une ramification à Bordeaux ;
Le Rite Egyptien de CAGLIOSTRO ;
Le Rite Sacré des Sophisiens ;
Les Parfaits Initiés d'Egypte ;
La Souveraine Pyramide des Amis du Désert de Toulouse.

De véritables fables maçonniques couraient sur l'Egypte. Ses initiations sacerdotales étaient décrites de façon romanesque et invraisemblable.
Déjà au XVIIème siècle, circulait un traité secret d'Initiation Egyptienne qui contenait des allusions transparentes au Grand'Oeuvre. Ce même traité vers 1760 fut connu dans les milieux maçonniques allemands sous le nom de CRATA REPOA où il était considéré comme une véritable initiation égyptienne. Traduit et publié en France en 1821, par le F\ Antoine BAILLEUL, ce traité décrit cette Initiation antique donnée dans la Grande Pyramide. Elle est fidèlement reproduite par une réception symbolique à 7 degrés successifs, et l'on peut au gré de sa lecture retrouver tout un cheminement assez familier. Néanmoins, cette mode des « Initiations à l'Egyptienne » qui avait d'ailleurs conquis Paris, devait provoquer l'inquiétude, puis ultérieurement la réaction sévère des autorités maçonniques de l'époque. Autorités maçonniques cantonnées au Grand Orient. Ce qui en partie explique l'ostracisme dont fut au cours de la première moitié XIXème siècle victime notre Rite de Misraïm, auquel j'arrive maintenant.

GENÈSE DU RIT

Après cette brève introduction, venons-en à l'histoire de ce Rit de Misraïm qui passe bien souvent pour un Rit hybride et mystérieux, qui a été discrédité maintes fois dans le passé et qui pourtant a respecté et respecte toujours par dessus tout les principes traditionnels de la Franc-Maçonnerie et qui a toujours maintenu sa spécificité.

Maintenant que nous venons de quitter le XVIIIème siècle, portons-nous naturellement au début du XIXème, ce qui ne nous ramène que deux cents ans en arrière par rapport à aujourd'hui, interrogeons des contemporains et demandons leur ce qu'ils savent du Rit de Misraïm au moment ou celui-ci est en passe de « territorialiser » la France. Je dis bien territorialiser et vous verrez un peu plus loin que qu'en raison de son implantation de l'époque le terme n'est pas trop fort.

LEVESQUE, qui rédigea en 1821, un « Aperçu Général Historique » des courants maçonniques de son temps parle en ces termes :
« Il y a, je crois, cinq ou six ans que ce Rite de Misraïm est venu s'établir à Paris. Il venait d'Italie et jouissait de quelque considération dans les Iles Ioniennes et sur les bords du Golfe Adriatique. Il a pris naissance en Egypte ». Voyons ce qu'en dit le Frère THORY qui dans ses deux tomes des « Acta Latomorum » et notamment dans sa « Nomenclature des Principaux Rites » précise : « Cette Institution (Misraïm) qui ne date en France que de quelques années, était très en vigueur à Venise et dans les Iles Ioniennes. Il existe plusieurs Chapitres de Misraïm dans les Abruzzes et dans les Pouilles ».Laissons maintenant la parole à l'historien maçonnique CLAVEL (par ailleurs membre, comme l'était son père, de Misraïm) qui écrit dans son « Histoire Pittoresque de la Maçonnerie », parue en 1843, ce qui, en l'état de mes connaissances, me parait être une des « sources sures » de notre Rite : «Les degrés d'instruction de Misraïm étaient empruntés de l'Ecossisme, du Martinisme, de la Maçonnerie Hermétique et des différentes réformes autrefois en vigueur en Allemagne et en France, et dont les cahiers ne se trouvaient plus que dans les archives de quelques curieux. C'est en 1805 que plusieurs Frères, n'ayant pu être admis dans la composition du Suprême Conseil Ecossais qui s'était fondé en cette année à Milan, imaginèrent le Régime misraïmite. Un Frère LECHANGEUR fut chargé d'en recueillir les éléments, de les classer, de les coordonner et de rédiger un projet de Statuts Généraux. Au début, les postulants ne pouvaient arriver qu'au 87ème Degré. Les trois autres Degrés qui complétaient le système, étaient réservés à des Supérieurs Inconnus et les noms même de ces Degrés étaient cachés aux Frères des Degrés inférieurs. C'est avec cette organisation que le Rite de Misraïm se répandit dans le Royaume d'Italie et le Royaume de Naples. Il fut adopté notamment par un Chapitre de Rose+Croix appelé « La Concorde » qui avait son siège dans les Abbruzes. Au bas d'un diplôme délivré en 1811 par ce Chapitre au Frère B. CLAVEL (il semble qu'il s'agisse du père de l'auteur), commissaire des guerres, figure la signature d'un des chefs actuels du Rite, le Frère Marc BEDARRIDE qui n'avait alors que le 77ème Degré.
Les Frères JOLY et BEDARRIDE apportèrent en France le Misraïmisme en l'année 1814. Il fut propagé postérieurement en Belgique, en Irlande et en Suisse. »

J'ai tiré cet extrait d'une conférence donnée en 1986 par Gérard GALTIER sur les origines du Rite de Misraïm à la R\ L\ de Recherche CONSTANT CHEVILLON de l'Ordre de Memphis Misraïm. Depuis le Frère GALTIER a reçu l'Initiation et a publié en 1989 « Maçonnerie Egyptienne, Rose-Croix et Néo-Chevalerie », ouvrage dont une partie fait aujourd'hui référence pour la connaissance des Rites de Misraïm et de Memphis. Une autre source, fait revenir un peu en arrière de cet exposé. En effet, lorsque je disais en introduction que la version de Marc BEDARRIDE, faisant remonter l'origine de la Maçonnerie et du Rit à ADAM, paraissait fantaisiste, voire farfelue, c'était le cas jusqu'à la filiation de Gad BEDARRIDE, son père. Il semble que celui-ci ait bien été un des précurseurs du Rit. Déjà Maçon de haute recherche il fut initié aux Secrets Egyptiens par le Savant Patriarche ANANIAH, Grand Conservateur Egyptien et grand voyageur lors de son passage à Cavaillon en 1782. Il transmit à ses trois «louveteaux », ses fils Marc, Michel, et Joseph, avec une partie de ses connaissances, le goût de la recherche ésotérique.

Les BEDARRIDE étaient de religion juive. Hors à l'époque, avant la Révolution, et avant qu'elle ne soit rattachée à la France, Cavaillon était l'une des quatre villes du Comtat Venaissin ou les Juifs avaient droit de résidence.
Les études de Kabbale étaient donc à l'honneur dans les communautés juives du Comtat et les Rites Maçonniques Hermétistes y étaient florissants, notamment le Rite des Elus Cohen de MARTINEZ de PASQUALLY, auquel me semble avoir été initié Gad BEDARRIDE ? le Rite des Illuminés de PERNETY ? et le Rite Ecossais Philosophique.

Une troisième source, fait apparaître le Rit pour la première fois à Venise en 1788, ou un groupe de Maçons Sociniens (secte protestante, antitrinitaire) demanda une patente de constitution à CAGLIOSTRO, lors de son séjour dans cette cité (On peut donc aisément supposer que le Frère TASSONI, dont je vais parler ensuite, fut le dépositaire de cette Loge Esotérique vénitienne).
Toutefois, les Membres de ce groupe ne voulant pas pratiquer la rituélie magico-cabalistique de CAGLIOSTRO, choisirent de travailler aux premiers Degrés du Rite Templier. CAGLIOSTRO, leur donna donc seulement la Lumière maçonnique. Il tenait les trois premiers Degrés de la Maçonnerie anglaise, et les Degrés supérieurs de la Maçonnerie allemande, très marquée de la tradition templière. Il est souvent dit que le nom de Misraîm est le pluriel d’égyptien. C'est plutôt celui d'Egypte, dans le sens des deux pays, des deux royaumes, symbolisé sur la coiffure de pharaon par le cobra, l'uraeus, pour le Nord royaume rouge de Bouto, et par le vautour pour le Sud royaume blanc d'El Kab).

A l'époque le nom de Misraïm est la seule référence égyptienne de ce Rit, hormis dans les « hauts grades » (comme était l'appellation de l'époque, toute empreinte de militarisme et comme malheureusement certains nomment encore de nos jours, avec une certaine emphase, ce qui est tout simplement pour ceux qui en ont le désir, le cheminement vers les Degrés de perfectionnement. Tout du moins est-ce ainsi que je le perçois). Il essaima rapidement à Milan, Gênes, Naples, et apparut en France avec un des frères BEDARRIDE (Marc ou Michel ?), qui avait reçu les pouvoirs magistraux en 1810, soit à Naples, du Frère De LASSALLE ou soit à Milan du Frère CERBES (mes lectures et recherches actuelles ne me permettent pas de pencher pour l'un ou pour l'autre).

Arguant de ces trois sources, l'on peut recréer avec assez de certitude et nominativement la naissance du Rit :
Tout d'abord le Frère TASSONI, (italien) qui aurait entretenu à Venise un petit Rit de Misraïm constitué depuis 1750 et structuré en 10 ou 20 Degrés.
Puis le Frère LECHANGEUR, (français résidant en Italie) initiateur du Rit de Misraïm en 70 Degrés avec l'apport, entr'autres, de Degrés du « Style Ecossais », et ami de TASSONI.
Ensuite De LASALLE, (français) Grand Maître de Misraïm pour le Royaume de Naples. Membre de vieux Rits Napolitains et apportant au Rit des Degrés Napolitains, y compris est-il évoqué par le Frère GALTIER, les « Arcana Arcanorum » du 87ème au 90ème Degré.
Enfin CERBES, (français) Grand Maître de Misraïm pour Milan (capitale alors de l'Etat Cisalpin), détenant ses pouvoirs du Frère LECHANGEUR. C'est lui qui aurait donné Patente à Michel BEDARRIDE, ce qui permit ensuite la constitution de la Grande Loge de Misraïm en France.

Comme on le voit, l'origine du Rit est indubitablement latine. Ecoutons notre Frère GALTIER dans son explication sur la genèse de Misraïm. Il faut réaliser qu'il y a en Italie toute une tradition hermétiste assez ancienne et cela reste ignoré en France. C'est une tradition que l'on peut appeler néo-platonicienne et pythagoricienne. L'Italie n'est pas très éloignée de la Grèce (et eu même des Colonies grecques très importantes) et cette tradition ancienne s'est largement mêlée au XVIIIème siècle à la Franc Maçonnerie italienne.

D'autre part il y eu dès cette époque des Loges d'Esprit Libéral et des Loges d'Esprit Esotérique. Or en Italie, les Loges d'Esprit Esotérique existèrent essentiellement à Venise et à Naples, qui sont on l'a vu deux villes importantes pour le Rit de Misraïm.
Ce qui est intéressant de voir, c'est que ces Loges Vénitiennes et Napolitaines s'affilièrent à tous les grands systèmes occultistes et templiers de l’époque, que ce soit la Stricte Observance Templière ou le Rite Ecossais Rectifié de Lyon, le Rite de la Loge Mère Ecossaise de Marseille ou le Rite Ecossais Philosophique d'Avignon.
Ce qui fait qu'à la veille de la Révolution française, ces quelques Loges étaient devenues le dépôt de toute une série de systèmes de Degrés.
On le voit donc, le Rit de Misraïm est en partie issu de la synthèse de ces systèmes qui s'était opérée dans ces Loges de Venise et de Naples.

Sur un plan historico-géographique, je rappelle rapidement que nous sommes en fin XVIIIème/début XIXème et que l'Italie est constituée d'Etats indépendants et que son unité n'interviendra que près d'un siècle plus tard. La spécificité donc à l'époque, et strictement conservée depuis, du Rite de Misraïm, avant que de se dire égyptien, réside dans ses 90 Degrés, divisés en dix sept Classes et quatre Séries.
1er au 33ème Degré -1ère à 6ème Classe, 1ère Série symboliste
34ème à 66ème Degré -7ème à 10ème Classe, 2ème Série philosophique
67ème à 77ème Degré -11ème à 14ème Classe, 3ème Série mystique
78ème au 90ème Degré -15ème à 17ème Classe, 4ème Série ésotérique ou hermétique (et notamment du 87ème au 90ème les Arcana Arcanorum du Régime de Naples).

Voyons maintenant le développement du Rit en France au XIXème siècle.

MISRAIM en FRANCE au XIXème siècle.

Les dates d'apparition, puis d'implantation du Rit en France divergent légèrement d'un auteur à l'autre.
Ce qui est certain, c'est que dès 1803 Michel ; Marc et Joseph BEDARRIDE créent plusieurs ateliers symboliques et en particulier le Conseil des Chevaliers Grands Kadosch (65° Degré). Dois-je en déduire que leur élévation ne leur permettait pas alors d'aller au-dessus ? Puis de 1810 à 1813, les trois frères BEDARRIDE, développent le Rite avec succès, et quasiment sous la protection du Rite Ecossais. En effet, il compte des noms maçonniques illustres à sa tête : le compte MURAIRE, Souverain Grand Commandeur du Rite Ecossais Ancien Accepté, le duc DECAZES, le duc de SAXE-WEIMAR, le duc de LECEISTER, le Lieutenant Général baron TESTE, etc...

En 1813, nous trouvons la G\ L\ de l'Arc en Ciel, Orient de Paris, professer le Rite de Misraïm. Son Gd\ M\ est l'Ill\ F\HAYERE. Le nombre des Ateliers est de 3 (Buisson Ardent et Pyramides).

Je rappelle que toujours de nos jours trois LL\ peuvent créer une G\ L\. Et le 12 février 1814, le comte MURAIRE et un certain nombre de GG\ Dignitaires tous 33° Degré du R\E\A\A\ pour la France, se réunirent chez Marc BEDARRIDE, logé alors à l'Hôtel des Indes, rue du Mail, pour créer le Suprême Grand Conseil Général du 90° Degré du Rit de Misraïm. Mais ce n'est que le 9 avril 1815 qu'il fut décidé officiellement qu'à dater de ce jour, le Suprême Grand Conseil Général des Sages, Grands Maîtres ad-vitam, 90° Degré est établi et constitué à la Vallée de Paris pour régir l'Ordre Maçonnique de Misraïm en France.

Laissant libre cours à mon imagination vagabonde, je me met à penser que le Rit arrive en France sous le Consulat, s'implante sous l'Empire et se constitue sous les Cent jours. Comme nous allons le voir : pas très royaliste tout çà ! Rapidement le Rite connaît un grand succès, et en 1822 il groupe des Loges et Conseils dans 24 villes françaises, 22 à Paris dont notre R\ L\ Mère Arc en Ciel, 6 à Lyon, 6 à Metz, 5 à Toulouse, 3 à Bordeaux,1 à Lille, St-Omer, Marseille, Rouen, Strasbourg, Clermond-Ferrand, Nancy, Besançon, Montpellier, Carcassonne, Montauban, Moissac, Roanne, Tarare, Nantes, Sedan, Nîmes, ainsi qu'en Angleterre, Suisse et Belgique. J'ai concernant Lille un compte-rendu des Travaux (extrait du Livre d'Or de Misraïm) en date du 29ème jour du 2ème mois 5826, correspondant au 29 avril 1822 disant que : « Le Représentant de la R\L\, sous le titre distinctif d'Osiris, Vallée de Lille a réclamé de la Puissance Souveraine pour qu'elle soit portée régulièrement sur le Grand Livre d'Or. La proposition a été unanimement adoptée. »
Ceci expliquant cela, voilà pourquoi j'ai voulu que lors de notre installation en Loge Juste et Parfaite, soit accolé à notre nom de Kemet celui d'Osiris, formant de la sorte un pont avec nos Frères de cette époque. J'en profite au passage pour vous donner la signification de Kemet.

En opposition à « Desret » qui a donné naissance à désert, terres rouges arides, Kemet, ou Kemit s'agit des terres noires alluvionnaires déposées lors des crues du Nil. Et comme ces crues irriguaient le delta, il ne m'a fallu franchir qu'un pas pour traduire Kemet en « terre fertile du Nord ». Ce qui me paraissait être de bon augure en souhaitant notre réimplantation septentrionale.

Revenons au sujet.
Quant à la composition de ces Loges et Conseils le recrutement en est assez composite. On y trouve on l'a vu de hautes personnalités, généralement dignitaires du Rite Ecossais, puis des amateurs de doctrines ésotériques ou de « hauts-grades » attirés par la « hiérarchie » des 90 Degrés et par l'origine supposée égyptienne du Rit et enfin des Bonapartistes et des Républicains parfois Carbonari, à la recherche d'une couverture.

On s'en doute cela ne plaît pas beaucoup au Grand Orient de France qui tient à contrôler l'ensemble de la Maçonnerie française, qui est hostile au système des « hauts grades » et à la recherche ésotérique et qui ne tient pas à ce que le gouvernement de LOUIS XVIII interdise la Maçonnerie en tant que mouvement politique adversaire de la Monarchie. Aussi, dès le début, le Grand Orient manifeste une très forte opposition au Rit de Misraïm. Dès 1817, le Maréchal de BURNONVILLE, Grand Maître du Grand Orient fait interdire tout contact de ses Membres,
sous peine d'exclusion, avec ceux de Misraïm.

Par ailleurs, et ce qui est tout à fait tristement banal de nos jours, des dissensions éclatent au sein du Rit (le Frère JOLY initié à Misraïm en Italie, revendiquant la Grande Maîtrise du Rit en France, il fut d'ailleurs soutenu par Jean-Marie RAGON). Egalement certains Frères reprochant aux BADARRIDE d'utiliser Misraïm comme étant leur propriété personnelle. Mais les ennuis principaux viennent surtout du Gouvernement.
C'est en effet l'époque ou les Carbonari se développent dans toute l'Europe Méridionale et en France.

Je vous rappelle en deux mots ce qu'était le mouvement des Charbonniers. Il s'agissait d'une société politique secrète, formée en Italie (comme c'est étrange !), qui avait pour but le triomphe des idées libérales. Dans cette société se retrouvaient de nombreux étudiants et membres de professions libérales, formant l'élément le plus actif au niveau de l'organisation et de la propagande. La Charbonnerie, voulait renverser la monarchie, appeler une assemblée constituante, obtenir des garanties de liberté et des élections libres, exiger le vote annuel des contributions, l'indépendance de la justice, et bien sûr, instituer la liberté de la presse et des cultes.

Après des dénonciations, et le rapport Duplay (Simon Duplay était fonctionnaire de police, et je n'ai pas cherché quel était son niveau dans la hiérarchie) classant le Rit parmi les sociétés secrètes constitutives de la Charbonnerie, l'on accuse Misraïm d'être l'une des principales couvertures utilisées par les Carbonari, et, en 1823 à peu près au moment du complot des 4 Sergents de la Rochelle et de leur condamnation, l'Ordre est interdit en France. Le fait qu'il est clairement supposé que chacun des Frères Bedarride ait été Carbonaro, explique la remarque de Pierre Mariel, à savoir que : « L'extravagance des origines du Rit, fait de Misraïm la plus troublante énigme de la Maçonnerie française car, comme le suggère Gaston Martin. » Il est permis de se demander si ce tissu d'absurdités n'était pas une plaisanterie destinée à masquer un but fort différent. En fait le Rit de Misraïm se recrutait parmi les Maçons les plus en vue...il semble que nous soyons en présence d'une Maçonnerie à fins secrètes et sans doute politique (certainement bonapartiste). Je me plais à croire que rien de cela ne va à l'encontre de cette éthique maçonnique qui m'est si chère, surtout dans le contexte bouillonnant de l'époque.
Donc, violemment anticlérical, mais cependant foncièrement déiste et spiritualiste, antiroyaliste et plutôt bonapartiste, la police de la Restauration n’a pas grand mal a obtenir la dissolution du Rit. Clandestin pendant une quinzaine d'années, il est restauré en 1838. Cette année voit la création par Jacques Etienne MARCONIS de NEGRE du Rite de Memphis.

En avançant sur la pointe des pieds, mes lectures et documents m'autorisent à penser qu'il s'agit d'une scission d'avec Misraïm, MARCONIS de NEGRE ayant été deux fois membre de Misraïm. Une première fois à Paris en 1833 et une seconde fois en tant que Vénérable de la Loge « la Bienveillance » à Lyon de 1835 à 1838. Selon notre défunt Frère Albert COOLS, son père Gabriel Mathieu ayant été lui-même Grand Hiérophante de Misraïm en 1816 et par ailleurs fondateur de la Loge des « Disciples de Memphis » de Montauban. Après la mort de Marc BEDARRIDE en 1846 et de Michel BEDARRIDE en 1856, leur succéda le Frère HAYERE qui communiqua un nouvel essor au Rite de Misraïm et sut lui rendre un caractère nettement initiatique. Caractère initiatique que le Rite n'avait pas ou peu. En effet, lors des Travaux consignés dans le Grand Livre d'Or dont j'ai fait mention ci avant, il est souvent fait rappel aux Frères élevés ou reçus à un Degré supérieur d'avoir à s'affilier à une Loge du Rite. En 1862, le Maréchal MAGNAN, Grand Maître du Grand Orient de France, d'accord avec son Conseil de l'Ordre, adresse à toutes les Obédiences, une circulaire en vue de l'unité Maçonnique en France. Le Frère HAYERE, Supérieur Grand Conservateur et Grand Maître du Rite de Misraïm qui a reçu la demande d'union, lui répond : « Le Rite de Misraïm tient trop à son indépendance, pour reconnaître vos pouvoirs et subir votre domination. Si l'Empereur croit devoir nous supprimer, qu'il le fasse, mais nous ne nous soumettrons jamais. »

Bien sur cette parfaite et fière réponse ne facilita pas les rapports avec le Grand Orient, et dans l'art de s'en faire un ami, on peut faire mieux ! (Il est à noter que Memphis souscrivit à la demande, et que depuis cette époque les liens se sont maintenus entre les deux Ordres, même si c'est Memphis Misraïm qui l'a repris à son compte).
Ces temps-ci, selon certains propos dont je ne suis pas très sûr, les rapports ne seraient plus tout à fait les mêmes, le Grand Orient s'étant inquiété de l'orientation prise par Memphis-Misraïm (éclaté en trois courants (Gérard KLOPPEL, Georges VIEILLEDENT et Marcel LAPERRUQUE), alors que notre Rite serait « toléré ». (C'est beau la tolérance maçonnique !). Quelle chance nous avons !

Après la mort du Frère HAYERE en 1876, lui succéda le Frère GIRAULT jusqu'en 1884, puis le Frère OSSELIN père. Ce dernier très lié avec le Grand Commandeur du Rite Ecossais Ancien et Accepté Louis PROAL, su faire reconnaître, pratiquement pour la première fois, sur un pied d'égalité le Rite de Misraïm. Et le 04 août 1889 lorsque le Rite célèbre sa fête d'Ordre, c'est en présence des Frères PROAL et OPPORTUN (le bien nommé), membre du Conseil de l'Ordre du Grand Orient. En cette même année, le Rite compte 3 Loges à Paris, 8 en province, 2 à New-York, 1 à Buenos-Aires et 1 à Alexandrie. Ceci sous la juridiction française, sans compter la juridiction italienne qui était indépendante à cette époque. Mais en 1890, un nouveau conflit éclate entre une minorité de Spiritualistes et une majorité de Laïcisants qui conduits par le Grand Secrétaire Henri CHAILLOUX se rallièrent au Grand Orient. Le Frère CHAILLOUX avait en effet annoncé dans un discours : « Si on peut lire dans notre déclaration de principe, imprimée en 1885 : Base fondamentale et immuable, l'existence de l'être suprême, l'immortalité de l'âme et l'amour du prochain; aujourd'hui on peut lire dans notre Constitution réformée : Autonomie de la personne humaine, justice et altruisme ».

Une telle prise de position à l'encontre totale des Statuts et des Principes du Rite en excluait ipso-facto son auteur. Néanmoins le rite de Misraïm perdura dirigé par le Grand Président Osselin et avec une seule Loge, Arc en Ciel (Loge Mère du Rite) et ce jusqu'en début de ce siècle. En étaient membres des ésotéristes de haute valeur, et c'est sous son patronage à cette époque que parut la « Bibliothèque Rosicrucienne » qui rééditait un certain nombre de grands classiques de l'occulte.

C'est aussi à cette époque que certains Martinistes en furent membres. En particulier SEDIR et Marc HAVEN. PAPUS (Dr Gérard ENCAUSSE) y sollicita par deux fois son admission en 1896 et en 1897. Admission qui lui fut chaque fois refusée. Ses convictions martinistes (de Louis-Claude de SAINT-MARTIN le Philosophe Inconnu) venant en opposition de celles martinésistes (de MARTINES DE PASQUALY) du Vénérable Abel HAATAN. SEDIR, Marc HAVEN et quelques autres Martinistes quittèrent alors le Rite et allèrent rejoindre Memphis-Misraïm (dont PAPUS devint Grand Maître en 1908).

MISRAIM en FRANCE au XXème siècle

Quelques mots sur la création de Memphis Misraïm vous serviront à mieux comprendre l'existence actuelle de Misraïm. En 1881 il y avait eu une alliance entre les Souverains Sanctuaires de Memphis des Etats-Unis, de Grande Bretagne et de Roumanie et le Souverain Sanctuaire de Misraïm de Naples dirigé par Jean-Baptiste PESSINA. C'est le Général Joseph GARIBALDI qui fut nommé Grand Hiérophante de l'ensemble. Ce qui dura peu, car il mourut en 1882. C'est de cette union que datent d'abord la réunion de Memphis et de Misraïm, puis la création du Rite de Memphis-Misraïm. Or la branche française du Rite de Misraïm ne participa pas à cette opération et conserva son indépendance. Le fait que Misraïm se soit mis en sommeil dès le début de notre siècle fit tomber cela dans l'oubli et l'on prit l'habitude de considérer que seul existait Memphis-Misraïm. Notre réveil actuel est dû à feu notre T\ Ill\ F\ Robert AMBELAIN Grand Conservateur des Rites Unis de Misraïm et de Memphis et dont il a transmis Patentes en 1994 à Jean-Marc FONT, actuel Sérénissime Grand Maître Général et Passé Maître Immédiat de la Loge Arc en Ciel de Paris. Il est toutefois à noter qu'il exista entre 1973 et 1978 une Loge « Les Sergents de la Rochelle » travaillant au Rite de Misraïm au sein de l'Obédience de Memphis-Misraïm, et dont le premier Président fut Robert AMBELAIN.

Misraïm continuant à cultiver le paradoxe, nous sommes fiers d'être à la fois Membres d'un des Rits les plus anciens et à ce titre porteurs d'un vieil et riche héritage et de l'Obédience sans doute la plus jeune. Le Présent ne peut envisager l'Avenir sans les enseignements du Passé. C'est ce Passé qui nous intéresse afin d'éviter que notre Avenir puisse cesser de n'en être que la répétition des erreurs. Notre Rite, issu de notre Rit, doit poursuivre sa volonté Initiatique et tous, Membres de cette noble Institution, nous devons nous engageons à respecter le credo de cette Maçonnerie belle et simple faite de Fraternelle Tolérance non sélective et de Compréhensive et Studieuse Recherche. Toutefois toute la spécificité de Misraïm, outre l'égyptianisation dont nos rituels des trois premiers Degrés sont empreints de nos jours, existe toujours par ses « Hauts Grades » succédant aux Degrés de Perfection du 4° au 33°, mais point ne sont l'Heure et l'Age d'en parler ici.

Comme disait notre Frère Rudyard Kipling « Ceci est une autre histoire ». Si vous le voulez bien, je vais maintenant vous parler quelques instants des spécificités propres à notre Rituel. Toutefois je serai très bref car ainsi que j'ai déjà eu l'occasion de le dire : Un Rituel ne se raconte pas; il se vit. Donc pour nos FF\ non « Misraïmites » : bien venue ultérieurement sur nos CCol\.

J'ai dit

J\L\ R\

Source : www.ledifice.net

LES GRADES DU RITE DE MISRAÏM

1ère SÉRIE - 1ère CLASSE
1er Apprenti
2ème Compagnon
3ème Maître

2ème CLASSE
4ème Maître Secret
5ème Maître Parfait
6ème Maître par Curiosité ou Secrétaire Intime
7ème Maître en Israël ou Prévôt et Juge
8ème Maître Anglais

3ème CLASSE
9ème Élu des Neuf
10ème Élu de l'Inconnu dit de Pérignan
11ème Élu des Quinze
12ème Élu Parfait
13ème Illustre Élu de la Vérité

4ème CLASSE
14ème Écossais Trinitaire
15ème Écossais Compagnon
16ème Écossais Maître
17ème Écossais Panissière
18ème Maître Écossais
19ème Écossais des 3 "J"
20ème Écossais de la Voûte Sacrée de Jacques VI et de la Voûte Secrète
21ème Écossais de Saint André

5ème CLASSE
22ème Petit Architecte
23ème Grand Architecte
24ème Architecte
25ème Apprenti Parfait Architecte
26ème Compagnon Parfait Architecte
27ème Maître Parfait Architecte
28ème Parfait Architecte
29ème Sublime Écossais
30ème Sublime Écossais de Hérodom

6ème CLASSE
31ème Grande Royale Arche
32ème Grand Hache ou Ordre Intérieur du Temple
33ème Sublime Chevalier du Choix

2ème SÉRIE - 7ème CLASSE
34ème Chevalier du Sublime Choix
35ème Chevalier Prussien
36ème Chevalier du Temple
37ème Chevalier de l'Aigle
38ème Chevalier de l'Aigle Noir
39ème Chevalier de l'Aigle Rouge
40ème Chevalier de l’Orient Blanc
41ème Chevalier d'Orient

8ème CLASSE
42ème Commandeur d'Orient
43ème Grand Commandeur d'Orient
44ème Architecte des Sublimes Commandeurs du Temple
45ème Prince de Jérusalem

9ème CLASSE
46ème Sublime Prince Rose-Croix de Kilwinning etd’Hérédom
47ème Chevalier d'Occident
48ème Sublime Philosophe
49ème Chaos 1er Discret
50ème Chaos 2ème Sage
51ème Chevalier du Soleil

10ème CLASSE
52ème Suprême Commandeur des Astres
53ème Philosophe Sublime
54ème Clavi Maçonnique : 1er grade mineur
55ème Clavi Maçonnique : 2ème grade laveur
56ème Clavi Maçonnique : 3ème grade souffleur
57ème Clavi Maçonnique : 4ème grade fondeur
58ème Vrai Maçon Adepte
59ème Élu Souverain
60ème Souverain des Souverains
61ème Grand Maître des Loges Symboliques
62ème Très Haut et Très Puissant Grand Sacrificateur
63ème Chevalier de la Palestine
64ème Gand Chevalier de l'Aigle Blanc et Noir
65ème Grand Elu Kadosh
66ème Grand Inquisiteur Commandeur, Chef de la 2ème série

3ème SÉRIE - 11ème CLASSE
67ème Chevalier Bienfaisant de la Cité Sainte
68ème Chevalier de l'Arc-en-ciel
69ème Chevalier de la Hanouka dit Hinaroth
70ème Très Sage Prince Israélite

12ème CLASSE
71ème Souv :. Prince Talmudim du Sub:. Trib:. des Souv:. Pr:. du Talmud
72ème Souverain Prince du Sublime Consistoire des Princes Zadikim
73ème Suprême Conseil Général des Princes Grand Haram

13ème CLASSE
74ème Suprême Conseil des Souverains Princes Haram
75ème Souverain Prince Hassid

14ème CLASSE
76ème Souverain Grand Prince Hassid
77ème Illustre Grand Inspecteur Intendant Régulateur de l'Ordre

4ème SÉRIE - 15ème CLASSE
78ème Souverain Prince du Suprême Conseil des Docteurs du Feu Sacré
79ème Souverain Prince du Souverain Tribunal
80ème Suprême Conseil du Souverain Prince Clairvoyant
81ème Chevalier du Sublime Triangle Lumineux

16ème CLASSE
82ème Sublime Chevalier du Sadah Redoutable
83ème Souv:. Prince du Gr:. Consistoire des Ill:. Souv:. Princes Chevaliers
84ème Souv:. Prince du Supr:. Gr:.Trib:. des Ill:. Princes Che:. Gr:. Insp:.
85ème Grand Défenseur de l'Ordre
86ème Souv:. Prince du Sénat des Sublimes Maîtres de l’Anneau Lumineux

17ème CLASSE
87ème Grand Ministre Puissant Maître Chef de la 1ère Série
88ème Subl:. Pontife Souv:. Prince Puis:. Gr:. Maître Chef de la 2ème Série
89ème Subl:. Pontife Souv:. Prince Puis:. Gr:. Maître Chef de la 3ème Série
90ème Souverain Grand Maître Absolu Chef de 4ème Série

Par JLR et Rite de Misraïm - Publié dans : Rites et rituels
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 21 mai 2012 1 21 /05 /Mai /2012 17:52

De nombreuses versions ont été données sur les origines de ce Rite qui se perdent dans la nuit des temps. Le fondateur, Jean Etienne Marconis, nous affirme que son père Gabriel, officier de l’armée napoléonienne, fut initié durant la campagne d'Egypte dans la Loge Egyptienne « Isis » et qu'à son retour en Italie en 1798 il fonda, avec ses compagnons d'armes et Frères, une Loge qui avait de nombreuses caractéristiques rituelles égyptiennes, et qu’ils ont nommée « Les Disciples de Memphis ». A cette Loge s’affilièrent très tôt des Frères qui, avant 1798, travaillaient déjà en France depuis plusieurs années, avec des Rituels d'origine égyptienne.
Puis, Jean Etienne Marconis, poursuivant l’œuvre de son père Gabriel, aidé par des Frères de sa Loge, édifia un Rite qui réunissait en un seul « corps rituel » les caractéristiques substantielles et historiques (légendaires ?) des nombreux Rites existant déjà et basés sur la Tradition Initiatique égyptienne mais qui pratiquaient des Rituels divers et variés.
Jean Etienne Marconis, se basant sur d'autres enseignements et filiations égyptiennes, élabora en 1839 un nouveau Rite Maçonnique dénommé « Rite de Memphis ou Oriental ».
Il présentait une échelle de 90 grades qui furent ensuite portés, pour les besoins du travail initiatique, à 95 et ce Rite se développa avec beaucoup de succès, à Milan et en France.
Les 95 grades étaient structurés en trois séries :

La première série, du 1er au 35èmegrade était constituée de Loges, Chapitres et Aréopages où l’on enseignait la morale, le symbolisme, la première partie de l'histoire de l'Ordre et la pratique de la philanthropie.
La deuxième série, du 36ème au 68ème grade, constituée des Sénats et Consistoires, était consacrée aux sciences naturelles et à la deuxième partie de l'histoire de l'Ordre.
La troisième série, du 69ème au 95ème grade, constituait une seule classe : le Conseil. On y enseignait le complément de l'histoire de l'Ordre, et on y développait la partie mystique et transcendantale de la Maçonnerie Universelle ainsi que les spéculations théosophiques les plus subtiles. On y étudiait aussi la philosophie des religions et toutes les disciplines qui constituaient la Science Secrète, plus exactement définie comme « ART ROYAL ».
Au fil des années se succédèrent plusieurs Grands Maîtres, en France mais aussi dans le reste du monde, citons : Samuel Honis, Jean Etienne Marconis de Negre, Beryeau en Angleterre, Beauregard à Alexandrie, Donald Mac Lell à New York, Harry Seymur pour les U.S.A, Salvatore Zola, puis enfin Giuseppe Garibaldi qui unifiera le Rite de Memphis avec celui de Misraïm en 1881.

Source : http://www.memphismisraim.com

Par Memphis Misraïm - Publié dans : Rites et rituels
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

  • Hauts Grades Maçonniques
  • : Hauts Grades Maçonniques
  • : Blog de recherche sur la Franc-Maçonnerie, la Spiritualité et l'Esotérisme dédié à mon ancêtre James O'Kelly, Franc-Maçon catholique. Erin Go Bragh !
  • Contact

liens

Compteurs

   un compteur pour votre site
                  1675 ABONNES A LA NEWSLETTER              
    2784 ARTICLES PUBLIES     

Le blog de la RL L.Dermott

            Loge Dermott

http://logedermott.over-blog.com

 

Recherche

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés