Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

L’Ombre en quelques aspects

7 Novembre 2014 , Rédigé par M\ B\ Publié dans #Planches

Définition du Littré : Espace privé de lumière par interposition d’un corps opaque.
De ce mot découle : Sombre, Sombrero, Pénombre, Ombrage, Ombrageux.
A noter que « Hombre » en espagnol n’a rien à voir avec le sujet de ce soir.
Si j’ai choisi de vous parler de l’ombre, c’est parce que ce thème est peu traité en Loge, et vous le verrez j’espère, il ne manque pas d’intérêt.
Je vais donc essayer, avec votre aide, de faire toute la lumière sur le sujet de cette planche.
Comme vous pouvez le constater, dans nos Loges, l’ombre est peu présente.
C’est curieusement un lieu, bien que peu éclairé, qui ne comporte pas d’ombre.
Je pense que le Rituel, bien fait à maints égards, à veillé symboliquement à cela.
C’est sans doute parce que nous sommes là pour faire la Lumière sur tout ce qui nous entoure. Je reviendrais à la fin de cette planche sur cette façon que nous avons, tous ici présent, de faire la lumière sur tous les sujets que nous y traitons.
Une ombre symbolique est toutefois présente et bien visible ici.
Si vous regardez derrière moi, vous allez voir, sans plaisanter, la Lune et sa représentation.
On aurait pu la représenter pleine, ou noire. Non, c’est une Lune de 5 jours, soit à la fin du premier quartier. Les Compagnons apprécieront. La partie éclairée est en direction du Soleil, bien évidemment, mais aussi du VM.

L’ombre a été utilisée positivement, encore maintenant, dans de nombreux domaines
Pour placer la pierre d’angle de nos cathédrales. Le Gnomon au solstice d’été, forme une ombre qui donne l’alignement de l’Orient.
Dans les cadrans solaires, c’est l’ombre du style qui donne l’heure et même la date.
Nous n’oublierons pas le Parasol et son ombre bienfaisante.
Dans ces exemples, l’ombre est utilisée de manière noble.
Nous allons voir qu’il n’en est pas toujours de même.

Les expressions qui utilisent l’ombre négativement sont nombreuses
Quelques citations :
« Cet homme n’est plus que l’ombre de lui-même », signifie que cette personne qui éclairait son entourage, ne rayonne plus.
« Il le suit comme son ombre » indique une personne qui suit, donc en retrait.
Un peu argotique « Après ses forfaits, il a été mis à l’ombre ». En prison.
« Dans ce dossier, il reste des zones d’ombre ». Tout n’y est pas clair
« Celui-là porte ombrage à tous » en parlant d’une personne qui prend trop de place.
« Les traîtres restent dans l’ombre » n’est ce pas pour mettre davantage en relief la Lumière ?
Toutes ces expressions sont péjoratives, comme si l’ombre avait quelque chose de vil.

Voyons maintenant que font nos artistes de l’ombre
Je ne citerais que deux exemples :
Jacques Brel dans sa chanson « Ne me quitte pas » demande à n’être que peu de choses :

… Laisse moi être l’ombre de ta main l’ombre de ton chien…

S’abaisser à ce point est l’expression d’une grande douleur morale.
Nicoletta, dans sa chanson : « Il est mort le soleil » dit :

Il est mort, Il est mort, le soleil L'ombre est sur ma vie, Dans mon cœur, la pluie Et mon âme s'habille de gris.

Elle exprime ici qu’elle a perdu l’amour de sa vie. Comme dans la chanson de Brel, l’ombre est une douleur, mais d’amour cette fois. Je traiterais un autre exemple poétique un peu plus loin.

Et nos grands auteurs comment utilisent t’ils l’ombre
« Dans l’ombre de la nuit, cache bien ton départ » dit Corneille dans le Cid
« Les ombres, les flambeaux, les cris et le silence » dit Racine dans Britannicus
« La nuit vient m’envelopper de ses ombres » Fénelon dans Télémaque
« J’ai besoin du silence et de l’ombre des bois » Poème de Boileau
« Dès que la nuit plus sombre, aux crimes des mortels viendra prêter son ombre » Voltaire dans Zaïre
Que de beaux vers et de belle phrases ont servi ces ombres là aux multiples significations !

Examinons ce qu’en pensent les Psychanalystes et Métaphysiciens
MTCF, respirez profondément et soyez attentifs, c’est un peu ardu :
Dans leurs explications, ils définissent l’archétype fondamental du « Moi » en trois parties :
Persona, le personnage social,
Anima, part féminine de l’homme ou Animus, part masculine chez la femme,
Ombre, la part cachée de l’individu,
Et de préciser que cette intégration se fait grâce au dialogue entre conscient et inconscient.
Un autre archétype dit fondamental est l’Ombre, constituée par les refoulements inconscients liés aux fonctions psychiques élémentaires.
Elle rassemble tous les complexes psychiques estimés comme négatifs par la conscience au sens moral du terme. La plupart des hommes ignorent leur « ombre » voir même jusqu’à l’existence de cette ombre. Et Jung explique :
« L’ombre est quelque chose d’inférieur, de primitif, d’inadapté et de malencontreux, mais non d’absolument mauvais.
Il n’y a pas de lumière sans ombre et pas de totalité psychique sans imperfection… »
René Guénon, pas toujours en accord avec Jung, partageait sa vision sur ce sujet.
Je ne vous ferais pas l’affront de vous demander si vous savez quelle est votre part d’ombre, mais il est intéressant pour chacun de savoir qu’elle existe et d’y penser pour la contrer.

Pour cela, rappelons-nous le tout départ de notre voyage Maçonnique
Le Cabinet de réflexion, commencement du voyage.
C’est bien là un endroit ou l’ombre règne.
Cette bougie dont la flamme vacille, donne des ombres peu rassurantes.
Il semblerait même que tout est fait pour inciter le profane de quitter les lieux.
Pourtant, avez-vous jamais eu connaissance d’un profane qui se soit enfui du Cabinet de Réflexion ? Pour ma part, je n’ai jamais rien entendu de la sorte.
C’est sans doute la ténacité de celui qui a frappé à la porte du Temple qui en est la preuve et lui fait espérer et s’obstiner à patienter, malgré ces ombres qui dansent.
L’Apprenti sera ensuite placé sur les Colonnes du nord. Non pas à l’ombre, mais dans une pénombre sereine, celle distribuée par les trois fenêtres grillagées.
Celles-là même qui vont lui permettre de ne pas être ébloui par la lumière de l’Orient.
Si l’apprenti est placé en loge dans la partie la moins éclairée, la pénombre du septentrion, c’est qu’il n’est pas encore à même de recevoir cette lumière de connaissance.
Il doit d’abord étudier les symboles présents et en découvrir la signification.
C’est ce travail, étapes par étape, guidé par le second Surveillant, qui peu à peu, va écarter ce voile d’ombre qui s’interpose entre lui et la lumière.
En effet ces étapes s’acquièrent, lentement, les unes après les autres, car si l’apprenti venait à s’exposer trop vite au soleil, non habitué aux rayons de cette connaissance, il brûlera à cette lumière trop intense.
C’est donc progressivement qu’il passera de cette pénombre aux lumières d’un certain savoir.
J’écris « pénombre » mais j’aurais pu écrire « peine ombre » tellement le travail est ardu.
Et je dis « aux lumières » car malgré un travail acharné, la lumière restera toujours bien loin.
Mais il deviendra quand même, un homme éclairé qui rayonnera.
Au premier degré, on peut poser la question « qu’est ce que la Franc-maçonnerie ? »
et d’obtenir cette réponse : « C’est une alliance universelle d’hommes éclairés….et je suis FM depuis que j’ai reçu la lumière »
Mais revenons à l’ombre, sujet de ce travail.

Intéressons-nous maintenant au Poétique, Positif et Maçonnique de l’ombre
Nous avons vu plus avant, que l’ombre pouvait être utilisée à des fins nobles.
C’est ce qu’en fait très bien Johann Wolfgang Goethe ( 1749-1832) dans sa nouvelle « Le serpent vert ».
Ce roman, dont il a été donné beaucoup d’interprétation, ne laisse aucune équivoque sur : l’utilisation de l’ombre, sa signification et son rapport avec ce qui nous occupe.
Je ferais donc plusieurs parallèles entre des passages de cette nouvelle et la FM.
…J’ai le beau rôle, car je ne serais pas démenti, puisqu’il n’y a pas de thèse officielle aux interprétations de ce roman, mais si vous plongez dedans, vous serez vite éclairé.
Donc, dans cette histoire, coule un fleuve, dit d’argent … que l’on peut comparer au fleuve de la connaissance.
Comme tout fleuve, il a deux rives … que l’on identifie comme : Coté profane et Coté sacré.
Au départ, ce fleuve n’a pas de pont. Il est donc impossible de passer d’une rive à l’autre.
Mais il y a là un géant, bon génie, qui chaque soir s’assoit sur la rive occidentale.
Les voyageurs qui le savent et qui veulent, sans se mouiller, passer sur l’autre rive, viennent s’asseoir sur son épaule avant le coucher du soleil.
Le soleil descendant sur l’horizon de l’Occident, fait passer l’ombre des voyageurs sur l’autre rive, vers l’Orient et la connaissance.
N’est-ce pas là, une belle utilisation de l’ombre. Il est à noter, que le retour n’est pas possible. On ne revient pas sur la connaissance acquise.
Je vais donc faire un premier parallèle avec ce qui se passe dans nos Loges bleues.
Les travaux y commencent à midi plein et se terminent à minuit.
On peut comparer les Colonnes du Nord et celles du midi aux épaules du géant.
Ce qui veut dire que nos ombres, sans que l’on s’en rende compte, sont portées vers l’Orient par le soleil couchant, vers la lumière.
On notera, que plus on avance en Maçonnerie, plus les « orateurs » vont vers l’Orient.
Apprenti, les impressions d’initiation sont se font entre les colonnes. Loin de l’Orient
La planche d’augmentation de salaire se fait devant l’hôtel des serments. Proche de l’Orient.
Les planches de Maître sont lues, comme ici, de l’Orient, sous la clarté de la Lune.
Seul, l’Orateur est sous le Soleil.
Un autre passage de ce roman offre un second parallèle avec ce que nous vivons en Loge.
Goethe, fait traverser le fleuve à tous ces personnages … Suivons-les.
Ils sont maintenant sur la rive de la connaissance. Ensemble, comme avec Salomon, ils vont élever un Temple. C’est un Prince qui prendra la direction de ces travaux.
Plus tard, les travaux seront terminés, mais l’ombre sera encore présente dans cet Edifice.
Construire un Temple ne leur est pas suffisant, encore faut ’il l’animer, l’éclairer.
Il manque donc à ce Temple plusieurs éléments. Et d’importance.
D’abord, sont nécessaires, l’équivalent de nos Officiers. Comme ici en Loge : 3 la dirigent, 5 l’éclairent et 10 la rendent juste et parfaite.
Ensuite, il faut un chef, un responsable, quelqu’un pour diriger les travaux futurs.
Dans ce roman, ce n’est pas le Prince qui prend la tête de cette équipe car il à tendance à brandir le glaive trop facilement. Ce sera un homme simple et peu bruyant :
Un vieil homme qui entrera dans le temple, une lampe à bout de bras.
Cette lampe aura une particularité :
La lumière qu’elle dégage ne laisse aucune zone d’ombre.
C’est ce vieil homme et sa lampe qui vont apporter la lumière nécessaire aux travaux.
Et là, je vais faire un dernier parallèle avec ce qui se passe dans nos Loges bleues.
A notre entrée dans le temple, Apprentis, Compagnons Maîtres sommes tous dans le noir.
Entrent ensuite, une partie des Officiers. Enfin, Le VM entre en Loge précédé du Maître des Cérémonies et suivis par l’Expert. Mais surtout, il est accompagné de la lumière. Celle qui va éclairer nos travaux. Ce chandelier, porté haut, est le symbole de la lumière que doit dégager le VM. Celui par qui et avec qui, les zones d’ombre vont disparaître.

Pour conclure
Nous sommes des cherchants, ou des chercheurs et nous sommes encore dans l’ombre, et pour longtemps : Car il est dit que « les chercheurs travaillent toujours dans l’ombre. »
Décidément, elle est bien difficile à chasser.
Aussi, le VM va bientôt faire circuler la parole, et vous allez, par vos apports et vos questions essayer de supprimer les zones d’ombres de ce travail.
Et comme il sera dit à la fin de cette tenue :
« Que l’amour règne parmi les hommes » … pour chasser l’ombre entre nous bien sur.
Mais ça, c’est pour une autre planche.

J’ai dit VM

Bibliographie
- Le Serpent vert de Goethe - Patrick Dubrun - MdV Edition
- L’Initiation Maçonnique - Pierre Audureau - MdV Edition
- L’Homme et ses Symboles - Carl Gustav Jung - Robert Lafont
- Les états multiples de l’être - René Guénon - Editions Véga

Apport ultérieurs
...l'ombre peut aussi être un phénomène d'enchantement ou d'art éphémère quand des manipulateurs l'utilisent pour créer toutes sortes d'images, les ombres chinoises, qui ne s'y est jamais essayé ?...

Source : www.ledifice.net

Partager cet article

Commenter cet article