Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Je vous créé, constitue, reçois apprenti franc-maçon

27 Septembre 2015 , Rédigé par L.R Publié dans #Planches

C’est cette phrase, symboliquement décomposée en 3 parties, qui fait de chacun d’entre nous un apprenti Franc-maçon. Elle est, après la Grande Lumière, l’acte de notre renouveau spirituel. En effet, l'initiation consiste d'abord en la transmission d'une influence spirituelle aux nouveaux initiés pour les mettre sur la voie de leur réalisation personnelle. L'initiation, au travers de ses rites, relie tous les initiés depuis la nuit des temps. Les rites et symboles sont les témoins de notre tradition initiatique. Toute la cérémonie d'initiation repose sur eux en obéissant à un rituel immuable. Vivre le sacré implique nécessairement un rituel plus ou moins élaboré. Lorsque nous pénétrons dans le cabinet de réflexion, nous sommes tous, à cet instant, une magnifique pierre polie par le monde profane. Et notre première perception est celle d’un profane : l’endroit est lugubre, ténébreux, macabre… quand on lit pour la première fois VITRIOL. Nous pensons alors à l’acide, au poison qui est une perception exotérique. Au fur et à mesure que notre œil s’habitue à la faiblesse de la lumière, notre perception évolue. Nous nous apercevons qu’il ne s’agit pas de l’acide, qu’il s’agit là d’une abréviation : V I T R I O L . Oui, mais laquelle ? Dès lors qu’on se pose cette question, ce symbole fait éclater notre pierre cubique profane en la transformant en pierre brute maçonnique. Nous venons d’avoir, pour la première fois de notre existence, une perception ésotérique. C’est au terme des 4 épreuves que l’on devient purifié. Il s’ensuit les serments et la Grande Lumière. Tout cela place la cérémonie à son point culminant. Les Néophytes sont alors prêts à recevoir l’influence spirituelle qui va les rattacher à la chaîne initiatique. Tous les gestes et paroles s’imprègnent alors de transcendance en s’adressant à l’aspect immortel de l’être. Notre Vénérable Maître est investit alors d'une puissance sublime et rayonnante dépassant les limites de sa propre personne : il est force pensante et agissante. Après que nous ayons déposé notre genou droit à terre et ayons adopté une position quasi-fœtale, le Vénérable-Maître élève son épée flamboyante, représentation de l’épée des gardiens angéliques, symbole du combat que nous devons mener dans nos temples pour vaincre l’insubordination, le vice et le crime. L’épée est un symbole ambivalent, outil capable du meilleur comme du pire. Mais l’épée flamboyante elle, n’est pas dangereuse, elle n’a pas de bord tranchant. Si elle est flamboyante, c’est bien parce qu’elle symbolise le feu, la foudre et par conséquent une certaine pureté. Puis le Vénérable-Maître pose son épée flamboyante sur la tête puis sur l'épaule gauche et enfin sur l'épaule droite du Néophyte en frappant son épée flamboyante à chaque position d'un coup de maillet, symbole de puissance spirituelle et du pouvoir du Vénérable Maître dans la Loge. C'est aussi un symbole de volonté et de détermination morale. C'est l'insigne de commandement qui agit de façon discontinue. Ces actes ne sont pas innocents : l’épée, symbole du Verbe et de la Parole n’entre en action envers le Néophyte que par l’action du maillet, symbole d’activité formatrice. On ne peut pas séparer l’acte des instruments qui le confère. Les paroles sont prononcées par notre Vénérable-Maître au nom de la Tradition Initiatique qu’il représente et qu’il incarne. Il devient le chemin vertical entre le Néophyte et le Grand-Architecte-De-L’Univers, le lien, la voie tracée, l’exemple à suivre, le passage obligé vers l’idéal. Cette façon de nous créer, constituer et recevoir apprenti Franc-maçon ressemble à l’adoubement des chevaliers : cette cérémonie féodale, très simple au XIème siècle, coincidait avec une grande fête religieuse. Muni de son heaume, du haubert, de l’épée et des éperons dorés, le chevalier recevait de son parrain la colée qui était un violent coup de la paume de la main sur la nuque, à laquelle se substitua l’accolade. L’adoubement devint au XIIème siècle un sacrement qu’administrait l’évêque et qui comprenait le jeûne, le bain symbolique, la veillée d’armes, la bénédiction de l’épée suivi d’une grand messe. Je vous crée, constitue et reçois apprenti Franc-maçon. Comment pouvons-nous trouver une explication à ces Paroles Symboliques?

Je vous créé : la création d'un nouveau Frère correspond à une réalité spirituelle tangible de nouvelle naissance qu'ont vécu tous les frères, le rituel nous le précise bien. Le Vénérable Maître crée un être spirituel par opposition à notre être matériel qui existe avant, pendant et après l'initiation. Cela correspond bien, au rite écossais ancien et accepté, au baptême de la Lumière. La création n'est pas établir quelque chose depuis le néant. Il s'agit d'établir quelque chose de nouveau, qui n'existait pas avant l'acte de création. Cependant, toute création se fait bien à partir de quelque chose d'existant.

Constitue : c'est effectivement la reconnaissance de la création par notre Vénérable Maître qui seul, fait l'alliance entre le Ciel et la Terre. C'est former un tout avec divers éléments, être les éléments d'un tout. C'est la transmission, la communication des forces spirituelles par notre Vénérable Maître. Ce dernier, représentant de notre institution et de notre tradition, reconnaît la spiritualité du Néophyte qui vient d'être créé. Il lui transmet un savoir dont le Néophyte peut et doit s'imprégner pour se révéler réellement. Le Vénérable Maître rempli spirituellement ce qu'il vient de créer.

Reçois : le Vénérable Maître forme alors l'essence de vie de l'esprit qui est en chacun de nous, germe de l'immortalité. Il invite alors tous les Frères à reconnaître le nouvel initié comme apprenti Franc-maçon; ce qui le fait alors exister en tant que tel. Après la reconnaissance, il reste à unir sa spiritualité dans sa personne, son physique. L'homme néophyte devient adulte spirituellement : il a 3 ans.

La création est l'acte qui nous différencie, mais nous lie aussi au passé.

La constitution est un acte totalement présent.

La réception est celui qui nous établit pour l'avenir.

Trois actions qui nous changent, font de nous des hommes nouveaux, qui confirment cette nouvelle spiritualité et qui nous lient pour toujours à notre chaîne d'union. De cette trilogie donc, naît un Frère, reconnu comme tel par ses Frères au sein de l'universelle fraternité. La solennité de ces gestes, de ces mots ne font qu'un dans le coeur de l'initié dans l'absolu d'un Mystère qui le crée, constitue, reçois apprenti Franc-maçon. Cet acte ne s’adresse qu’à ceux qui ont voulu se purifier. Il est comme un baptême de Lumière et marque à jamais celui qui le reçoit. Il est un acte d’intégration à un nouvel état de l’être. Il revêt un aspect d’éternité, comme tout ce qui touche au sacré. Le parrain plante le grain dans la Terre profane (et femelle) ; les 3 enquêteurs et le passage sous le bandeau sont les étapes qui sont la putréfaction du grain ; les 4 épreuves sont la pousse dans la Terre de la future plante ; l’initiation est l’érection de la plante hors de la Terre. Le Vénérable-Maître est la Lumière sans qui la vie n’existerait pas, l’Apprenti la jeune pousse. Pour moi, lors de l’initiation, il s’agit bien de la création du Franc-maçon qui n’existait pas auparavant même si la base profane de l’individu existe avant, pendant et après. Il ne s’agit ni d’une transformation (c’est à dire d’un changement progressif du profane au néophyte), ni d’une mutation (qui serait un changement génétique du profane en initié), ni d’une transmutation (qui changerait, comme par magie, un profane en Franc-maçon). Néanmoins, si symboliquement le Vénérable Maître créé un Franc-maçon, le profane a déjà commencé une certaine transformation intérieure qu'il poursuivra sur nos colonnes. La création est l'acte ponctuel et sacré qui établit durablement le Franc-maçon. Cette transformation est le fait du travail intérieur du profane, puis du Franc-maçon. C'est à la suite de cet acte, en se relevant, que l'on est alors un Franc-maçon. Le frère Expert est le premier à nous reconnaître comme apprenti Franc-maçon puisqu'il nous fait alors immédiatement mettre "à l'ordre d'apprenti". Notre comportement initiatique change alors radicalement. Nous devons alors nous soumettre aux règles du 1er degré du Rite Écossais Ancien et Accepté, comme n'importe quel apprenti. Bien que cette phrase, « je vous crée, constitue, reçois Apprenti Franc-maçon », prononcée par notre Vénérable-Maître soit le point culminant de notre initiation, je n’ai entendu qu’une seule fois une allusion à ce moment qui fait que nous sommes reconnus comme Francs-Maçons dans les planches d’impressions d’initiation. Trop de choses plus impressionnables se bousculent dans nos têtes ce jour là sans doute. Nous avons tous, un jour, été créés, constitués et reçus apprenti Franc-maçon. C'est un des principaux symboles qui nous uni les uns aux autres, qui nous uni tous avec les Francs-Maçons du globe; mais aussi avec ceux du passé et ceux de l'avenir. C'est l'acte de renaissance spirituelle que nous vivons tous en tant que Franc-maçon. Chacun, à sa façon, à son rythme, cherchera sa voie intérieure au plus profond de lui-même pour se modifier et s'améliorer afin de trouver ce qu'il a de plus caché et se rapprocher de sa propre vérité. Chacun travaillera ainsi sur V I T R I O L pour pouvoir ensuite, porter à l'extérieur du temple ce qu'il y apprend au-dedans. À travers cette planche, mes frères apprentis auront compris que je les invite à travailler dans le prolongement de leur initiation principalement sur le symbole V\I\T\R\I\O\L\, celui qui est dans la continuité de la phrase prononcée par notre Vénérable Maître :

"Je vous crée, constitue et reçois apprenti Franc-maçon."

Source : http://laurentremise.typepad.fr/

Partager cet article

Commenter cet article