Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Impressions d’initiation

2 Octobre 2015 , Rédigé par T\-M\ S\ Publié dans #Planches

Vénérable Maître Et vous tous mes Frères, en vos grades et qualités,

J’ai le devoir de vous restituer mes impressions d’initiation à l’occasion de la cérémonie de ma réception parmi vous. Avant l’initiation, j’avais des à-priori positifs en comparaison aux fantasmes profanes sur la franc-maçonnerie, d’autant plus que je soupçonnais certaines personnes de mon entourage d’y être, lesquelles personnes ont des attitudes et des comportements exemplaires. Je me suis toujours demandé « d’où leur vient-il cette capacité à garder leur calme dans toutes les situations » ? Mes à priori se sont renforcés lorsque j’ai lu un franc-maçon qui a écrit que « Le Dieu des Maçons n'est ni Substance, ni Cause, ni Ame, ni Créateur, ni Père, ni Verbe, ni Amour, ni Rédempteur, ni Satan, ni rien de ce qui correspond à un concept transcendantal : toute métaphysique est écartée. C'est la personnification de l'équilibre universel : Dieu est architecte. Il tient le niveau, l'équerre, le marteau, tous les instruments de travail et de mesure. Dans l'ordre moral, il est la Justice ». Cette théologie me convenait parfaitement, restait à trouver la voie pour me faire initier. Aujourd’hui, je suis entrain de m’exprimer devant une assemblée de Franc-maçon, de vous livrer, mes chers Frères, mes impressions et dans ce présent où nous sommes, je réalise que moi aussi, je suis bien franc-maçon du REAA, que je porte des gants blancs et un tablier, que je bien suis bien dans une loge, que je suis dans le secret, que je suis dans ce que peu d’hommes ont pu côtoyer dans leurs courtes vies terrestres. Etre franc-maçon, plus qu’un objet d’orgueil, est un privilège et un honneur. Les impressions que j’ai eues des interrogatoires relatives aux enquêtes préliminaires sont la nécessité d’être un homme libre et de bonnes mœurs pour avoir l’opportunité de faire partie d’une confrérie qui a traversé les époques, les temps, les conflits et qui reste traditionnelle. Cette épreuve m’a montré la nécessité d’avoir une parole de fer qui ne change pas au gré des circonstances. Lorsque, pour mon audition la première fois sous le bandeau et sous les bruits menaçants des épées, je reçus des questions venant de tous les sens, j’ai appris la leçon selon laquelle, je vis comme un aveugle et qu’il est nécessaire de répondre intérieurement aux questions en donnant les réponses appropriées sans me mentir à moi-même afin d’avoir accès à la lumière. Le bandeau est une leçon sur l’état de l’homme profane qui vit sous un voile perpétuel, l’initiation seule permet d’enlever ce bandeau. L’initiation maçonnique est une formidable leçon de courage. Il m’a fallu avoir la volonté de continuer à avancer malgré mes peurs. Malgré que j’aie quitté mon domicile sans n’avoir rien dit à personne de là ou je vais, de me mettre dans une tenue d’enterrement, tout de noir vêtu, d’accepter de me faire mettre le bandeau et de me laisser emmener par des routes sinueuses sans savoir ou je vais, de me mettre à la merci d’un groupuscule pouvant me faire du mal sans que je connaisse les visages des agresseurs, mais de croire en même temps quelque part en mon for intérieur que malgré ces risques, il se peut aussi que je regagne mon domicile le soir, c’est ça le courage ! Et la franc-maçonnerie m’a confirmé que je suis courageux. Le 15 Janvier 2012, date gravée à jamais dans ma mémoire, on me conduisit dans le cabinet de réflexion ou, sous le bandeau on me demanda de me dépouiller de tout ce qui était en métal, je le fis sans discuter, ensuite je découvre au retrait du bandeau, un endroit macabre : un mûr noir, une bougie allumée, un crâne humain, des tubes avec des substances, un morceau de pain, une sorte de clochette, une instruction qui disait : « VITRIOL», à côté « Vigilance et persévérance » et des instructions menaçantes au mûr. Le temps a duré, seul dans ce coin, j’ai fixé le crâne humain pendant longtemps et je me suis dit : « L’homme se retrouve donc ainsi après la vie, moi aussi je serais comme ça » et la phrase du roi Salomon m’est revenu en tête, « Vanité des vanités, tout est vanité ». L’homme ancien est mort dans le cabinet de réflexion et il a rédigé son testament philosophique et moral. L’homme ancien est entré par la porte de la loge de manière bandée, il n’en sortira plus jamais, seul l’homme nouveau va en sortir. Ensuite, la porte s’est ouverte, le frère Expert est venu ouvrir la porte et me conduisit au sein de la loge, sous le bandeau, dans une apparence insolite, bras gauche et sein gauche nus, pied nu, corde au cou, j’en ai fait le rapprochement avec l’enfant qui vient nu, avec un cordon ombilical mais tant que celui-ci n’est pas coupé, l’enfant ne peut pas encore respirer et c’est là qu’intervient les trois épreuves de l’Air, de l’Eau et du Feu. Lors de l’épreuve de l’Air, j’ai senti une véritable peur parce qu’il y avait beaucoup de bruits, je commençais à marcher sur une sorte de pente qui brusquement est devenu un vide et le sentiment de chute m’est apparu, un frère m’a heureusement, retenu. J’ai compris ici, l’importance de l’aide des autres pour s’en sortir dans les épreuves de la vie. L’épreuve de l’eau a été moins bruyante, celle du feu a été sans bruit et à chaque fois, il fallait renouveler le serment et confirmer si j’acceptais de continuer en franc-maçonnerie, le « Oui monsieur » que je prononçais, je le pressentais, me rapprochait de plus en plus du but. Et ce serment sur le Volume de la Loi Sacrée, avec le compas pointé sur mon sein gauche était lourd en termes de mots à prononcer « Je préférerais avoir la gorge tranchée que de manquer à mon serment », après un tel serment, il faut avoir peur, même de son ombre. A la demande du V\ M\ le bandeau me fût retiré et je découvre un corps gisant au sol sous un drap, des épées dirigées vers moi, les tenants des épées ayant une main cachant leurs visages et le vénérable maître de marteler la menace liée à la trahison du serment, qui s’apparenterait à la personne gisant au sol. La grande consécration est celle où le V\ M\ s’adresse à moi en disant : « je vous crée, constitue et reçois Apprenti franc-maçon, 1er Degré du REAA » Je suis donc devenu franc-maçon, pour de vrai, le parcours a été celui d’un combattant ! Je me vis remettre, par le V\ M\ les cendres de mon testament brûlé, une paire de gants blancs et un tablier blanc. Je découvre la chaîne d’union, la façon de se mettre à l’ordre, la façon d’acclamer, le mot de passe et l’Agape, qui a été un merveilleux moment de partage et d’échange. Le mot fraternité a pris tout son sens. L’initiation m’a marqué pour la vie, je n’oublierais jamais le bandeau, le cabinet de réflexion, le serment ; l’initiation m’a marqué par le rappel que je me fais chaque jour des épreuves subies, lesquelles épreuves me guident chaque fois je sens l’impulsion monter, chaque fois que la passion veut prendre le dessus, chaque fois que l’émotion veut l’emporter sur la raison.
Vénérable Maître, j’ai dit.

Source : www.ledifice.net

Partager cet article

Commenter cet article