Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Constat

1 Juin 2016 , Rédigé par T.D Publié dans #Humeur

Non, je ne vais pas vous parler de régularité ou de reconnaissance !

Roger Dachez, spécialiste incontestable de la Franc-maçonnerie écrivait dans son blog « Pierres vivantes Hautefort », le 20 octobre 2014 :

« D’abord, c’est, une fois de plus, la formidable inculture maçonnique qui est un des fléaux les plus redoutables de la vie maçonnique en France – mais pas seulement, qu’on se rassure. Quand on s’enferme dans son Rite, dans sa loge, dans son Obédience, comme dans autant de bunkers intellectuels, sans chercher à savoir ce qui se passe ailleurs, dans le temps et l’espace de la maçonnerie, dans la profondeur de son passé et la diversité de son présent, on se condamne aux pires contresens… »

N’ayant pas le talent et l’érudition de Roger Dachez, mais totalement convaincu de la portée de son affirmation, j’ai eu envie de vous parler aujourd’hui de deux Franc-maçonneries totalement opposées, la Franc-Maçonnerie Universelle et la franc-maçonnerie unicervelle.

La première se caractérise par la tolérance, par la conviction que tous les Rites ont leurs places dans le Grand Tout de notre Ordre, qu’il n’existe pas de « sous rites» et que seule la sortie de nos « bunkers » nous permettra d’accéder à la Connaissance et donc à la Vérité.

A l’opposé, c’est « hors de mon Rite point de salut », ou bien « mon Rite est le plus ancien, le plus complet, le plus pratiqué… ». C’est l’enfermement dont parle Roger Dachez. Le franc-maçon unicervel érige des barrières « mon Rite est un Rite ancien, le tien est moderne, nous nous avons des planches, vous vous ne faites que réciter vos textes… » et pire encore…

Que peut-il ressortir de tout cela ? L’« inculture maçonnique » mais plus grave, une sorte de sectarisme doublée d’un complexe de supériorité qui peut dérouter certains apprentis et même parfois leur faire regretter d’être rentrés dans une association qui prône la tolérance tout en faisant le contraire.

Heureusement il y a des Frères au sein des Loges qui encouragent les visites et les travaux sur les différents rites de leurs obédiences.

J’ai pratiqué 3 rites et j’espère un jour en pratiquer un quatrième. Je n’ai rien perdu de mon Rite d’origine, au contraire cela m’a permis de mieux le comprendre.

« Si tu diffères de moi, mon frère, loin de me léser, tu m’enrichis.» écrivait Antoine de St-Exupéry. Cette ligne de conduite est celle que nous devons suivre pour passer de la franc-maçonnerie unicervelle à la Franc-maçonnerie Universelle.

T.D

Partager cet article

Commenter cet article

Denis 01/06/2016 21:37

La Maçonnerie Universelle se doit pour le moins de travailler. Les déclarations à l'emporte pièces qui effacent en quelques mots tant de frères et sœurs, sincères dans leur engagement, n'en portent pas témoignage.
Pourquoi tant d'animosités quand le chantier est si vaste ?

Hugues 01/06/2016 16:10

Mon BAF Thomas,

Les rites sont ce qu'ils sont. En visiter d'autres que le sien, surtout au début, peut se révéler désastreux; précisément à cause de cette "inculture maçonnique" dont tu parles. J'ai vu, plus souvent qu'à mon tour, des expressions et gestes, importés d'autres rites dans le mien.

Se disperser sans connaître son propre rite, pas uniquement la gestuelle, mais sa création, son auteur, sa doctrine, sa vêture etc. etc. donne exactement le résultat inverse de celui qui est visé. Ce genre de pratique finit par dénaturer les rites et les rituels. Lorsque le "bordel" est généralisé, qu'une vache n'y retrouverait pas son veau, on nomme un "expert", qui va avoir en charge d'uniformiser tout ça, Capharnaüm compris. Qu'en sera-t-il après ? Il en ressortira, peut-être, que la pratique sera uniformisée, mais avec une gestuelle fausse, et des expressions qui n'ont rien à faire dans l'un ou l'autre rite.

Tu as raison, de pointer du doigt cette guéguerre entre les pratiquants, quel que soit le rite. Mais elle existe à cause de qui, cette guéguerre ? par la faute de gens qui jouent les savants, estimant que le rituel n'est plus adapté à notre époque.
Alors on bidouille, traficote, et on obtient in fine une falsification des rituels, car vidés de leur substance. Si ces derniers étaient scrupuleusement pratiqués, dans toute leur rigueur, cette discussion n'aurait pas lieu d'être. Mon Rite n'est pas meilleur ou moins bon qu'un autre. C'est celui qui correspond le mieux à ma quête.

Un prêtre, qui dit une messe d'enterrement, n'ira pas y introduire des expressions et gestes réservés au mariage ou à un baptême.

Quant à l'universalité de la Maçonnerie, elle est tout simplement impossible en l'état. Il faudrait aussi se souvenir de la signification de ce mot "UNIVERSEL", qui ne peut être remplacé que par un seul autre mot, c'est à dire "catholique", du grec Katolokos, signifiant "universel". Or, tu sais sans doute comme moi, sinon mieux, que certaines loges se sont affranchi de la croyance en Dieu (GADL'U).

Du coup, on vient en loge pour traiter des problèmes profanes, "horizontaux", pour reprendre l'expression pertinente de Pascal; alors que nous devrions nous dépouiller de nos métaux, pour entrer dans le sacré. Pour cela, il faut avoir une aspiration "verticale", afin de nous élever spirituellement. C'est ainsi que je conçois la FM de Tradition, celle qui m'est familière.

Pour discuter homosexualité, mariage pour tous, contraception, djihad etc. etc., je n'ai pas besoin d'être Franc-Maçon. Un short et des basquettes en été feront l'affaire. C'est du vécu en loge. Pas dans la mienne. Pas encore, du moins. En outre, comment veux-tu qu'un tel bazar conduise à l'universalité, alors que des frères et sœurs rejettent l'essence même de la maçonnerie ?

On ne peut pas revendiquer la pratique de l'Art Royal, et remplacer le Christ Roy par Marianne. Il faut choisir…

Dachez didier 01/06/2016 10:57

"SI LA VOIE EST UNE, CE N'EST PAS LA VOIE"
Lao Tseu

Pierre Emile 01/06/2016 10:13

Humour: Ne pas confondre avec uni Servel . Jean-Pierre vas en avoir des frissons !!!

Pascal 01/06/2016 09:50

Bof! Confondre culture et initiation mène à ce genre de discours.
Un rite propose un chemin vertical, ascendant vers une réalisation personnelle, alors qu'une démarche culturelle est plutôt horizontale.
De la même manière, "comprendre un rite", c'est un substitut. Ce qui est important, c'est de se comprendre soi-même.
Bref, quand le doigt montre la lune...