Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Faut-il tuer le vieux sur la montagne ?(extrait)

3 Août 2017 , Rédigé par D.D Publié dans #Planches

Le rituel d'initiation au 30. degré du Rite Écossais Ancien Accepté dit: :,
"Le grade de Chevalier Kadosh est d'origine templière. L'ordre du Temple, à la fois religieux et militaire, fut en rapport avec les maçons opératifs qui édifièrent leurs commanderies et leurs châteaux forts. Ils furent aussi en contact avec des sectes politico-mystiques du Proche Orient, [notamment avec les ismaïliens du Vieux de la Montagne]. Les templiers se trouvèrent ainsi instruits de diverses traditions initiatiques et leur ordre devint un maillon dans leur transmission" . 
N'épiloguons pas sur la prétendue filiation templière de la franc- maçonnerie. René Le Forestier, dans son monumental ouvrage La franc-maçonnerie templière et occultiste, trace l'origine de cette légende et la démonte point par point. Mais point n'est besoin d'être directement relié aux templiers pour s'inspirer de certains de leurs principes. En revanche, la référence au Vieux de la Montagne m'a singulièrement intéressé, surtout par les connotations positives dont elle est entourée dans le texte du rituel. Car j'en avais déjà entendu parler, de ce Vieux de la Montagne, et nullement en bien, puisqu'il m'évoquait la secte des assassins, et que Voltaire, dans son Dictionnaire philosophique, le prend comme référence à l'article Fanatisme! C'est cette apparente distorsion entre ces diverses allusions au Vieux de la Montagne qui m'a poussé à rechercher ce qui avait pu se passer dans cette région du sud de la mer Caspienne, il y a environ neuf siècles. Le fruit de cette investigation est simple: tout d'abord, le Vieux de la Montagne a réellement existé; il y en a même eu au moins huit, qui du mythique nid d'aigle d'Alamut, firent régner la terreur dans l'empire arabe de cette époque. Ceux que nous appelons aujourd'hui les assassins étaient des musulmans de la branche shiîte, du rameau ismaïlien de cette branche, et de sa tendance la plus extrémiste, celle des nizarites ou ismaïliens réformés. Il y eut effectivement de nombreux contacts entre les ismaïliens et les templiers, car les doctrines présentent un certain nombre de points communs. En 1171, les assassins faillirent même se convertir !...
...L'arrivée des croisés va encore, s'il.en était besoin, compliquer la situation.
Le détail des croisades ne nous intéresse guère. La première croisade voit Bohémond fonder la principauté franche d'Antioche en 1098; Baudouin de Boulogne fonde le comté d'Édesse et son frère, Godefroy de Bouillon, devient Avoué (défenseur) du Saint Sépulcre à Jérusalem en 1099.
Les turcs ne comprennent que lentement ce qui se passe: ils ne repousseront les Francs qu'après 1130. La deuxième croisade, prêchée par Saint Bernard en 1146, sera un échec total..
C'est sous le règne de Baudouin Il que les ordres militaro-religieux sont créés. L'ordre du Temple est fondé en 1118 par le champenois Hugues de Payens qui l'installe dans une partie du palais de Jérusalem appelée templum salomonis. Cette milice se donne pour mission de veiller à la sécurité des routes de pèlerinage entre Jaffa et Jérusalem. Le concile de Troyes, en 1128, approuve l'Ordre, d'inspiration bénédictine. On sait ce qu'il en advint: puissance religieuse qui échappait à l'Eglise, puissance militaire qui échappait au Roi, qui en était également débiteur au point de vue financier, ils additionnèrent les ennemis qui prononcèrent leur perte en 1313.
Naturellement les templiers, au même titre que les autres francs présents dans cette région, vont entrer dans le jeu des alliances et contre-alliances, ralliements et trahisons de cette époque; et se passèrent effectivement des choses extraordinaires:
- dans une bataille, on vit un jour s'opposer d'un côté un croisé franc - Tancrède d'Antioche, accompagné de 1500 chevaliers et fantassins francs, alliés à 600 cavaliers turcs seljoukides d'Alep - en face de Baudouin d'Edesse, autre franc, son cousin Jocelyn, alliés, eux, à un bataillon d'arabes et à une armée turque envoyée par le gouverneur seljoukide de Mossoul;
- on vit même, en 1130, Alix, la propre fille de Baudouin Il, rencontrer Zengi, atabeg seljoukide d'Alep et de Mossoul, et lui proposer une alliance contre son propre père !
Les templiers sont souvent bien considérés; voici, en 1140, le témoignage de l'émir Oussama : 
"Quand je visitais Jérusalem, j'avais l'habitude de me rendre à la mosquée al-Aqsa, lieu de séjour des mes amis templiers. Il y avait sur un des côtés un petit oratoire où les francs avaient installé une église. Les templiers mettaient cet endroit à ma disposition pour que j'y fasse mes prières. Un jour, je suis entré, j'ai dit "Allahou Akbar !" et j'allais commencer la prière lorsqu'un homme, un franc, se précipita vers moi, m'empoigna et me tourna le visage vers l'Orient en me disant: "c'est ainsi qu'on prie !" Tout de suite, les templiers accoururent et l'éloignèrent de moi ". Car au delà des alliances éphémères basées sur des intérêts politiques à court terme, si on se place aux plans philosophique et religieux, c'est manifestement avec le shiites que les chrétiens eurent le plus d'affinités. Écoutons Guillaume, archevêque de Tyr "ceux qui tiennent la loi de Perse ont nom en leur langage sonni, et ceux de la loi d'Égypte sont appelés shias, et ceux-ci ne sont pas si loing de la vraie foi chrétienne comme sont les autres". Il devient temps d'examiner plus en détail la religion islamique et ses principaux courants, courants dont la secte des assassins du Vieux de la Montagne représente la plus extrémiste.
Le message originel du Coran est simple: il comporte l'annonce de la suprématie d'Allah en tant que Dieu, et l'annonce du jugement dernier où les mauvais riches seront punis avec rigueur. Ce n'est que peu à peu que le monothéisme s'imposera, et que les menaces s'étendront à tous ceux qui ne suivent pas la Loi. Le rôle des prophètes bibliques antérieurs, et tout particulièrement de Moïse, est souligné. Naturellement, à côté de ces points communs, de nombreuses différences rendent le dialogue difficile; pour les musulmans, par exemple, Jésus n'est qu'un prophète et en aucun cas, une personne divine.
Voilà pour l'Islam traditionnel, celui des origines, tel que les sunnites le pratiquent. Mais nous avons vu que les shiites ont divergé sur la querelle de l'assassinat d'Ali. Leur philosophie a alors pris une direction qui a rendu le dialogue avec les sunnites impossible. En effet, les sunnites lisent le Coran et appliquent les principes qui y sont exposés, éventuellement en se référant au corpus de commentaires reconnus par la communauté entière. Ils ne pratiquent pas de théologie spéculative.
Mais les shiites ont développé un point de vue dualiste, qui sépare l'apparence littérale - le zahir - du. sens intérieur, le batin ésotérique. Pour un shiite, tout zahir possède un batin : "le Coran a un exotérique et un ésotérique. Celui-ci a à son tour, un ésotérique, et ainsi de suite jusqu'à sept profondeurs ésotériques".
Il en résulte, selon les deux tendances, des rapports différents entre le prophète et l'imam : le prophète révèle l'exotérique (la Loi religieuse) que Dieu fait descendre sur lui par l'intermédiaire de l'ange; l'imam, lui, doit reconduire cette apparence littérale à sa source, à son archétype, à l'Idée que Dieu y a placée.
Les ismaïliens réformés du Vieux de la Montagne iront jusqu'à affirmer la supériorité du sens caché (batin) sur. le sens littéral (zahir).
L'ismaïlisme prit naissance dans la ville de Kufa, centre culturel important, lieu de rencontre de religions anciennes. Djafar al Çadik, 6e imam shiite, avait désigné son fils Ismaïl comme successeur. Celui-ci, très populaire, avait immédiatement regroupé autour de lui un clan de supporters. Malheureusement, Ismaïl mourut avant son père, qui en conséquence désigna Abdallah, son second fils, comme successeur. Mais Abdallah ne survécut que 70 jours à son père! Les shiites se regroupèrent donc autour de Mousa al Kazim, désigné comme 7e imam. Les partisans d'Ismaïl, déçus, firent sécession. Le groupe, isolé, développa sa propre philosophie, et inaugurèrent le cycle des imams cachés. Désormais, le 8e imam est occulté, et il ne reviendra qu'à la fin des temps : cet imam des derniers temps est le mahdi. L'ismaïlisme possède une pensée philosophique et sophistiquée: c'est la philosophie de la nature d'Aristote, revue à la lumière du néo-platonisme, avec une utilisation poussée du raisonnement analogique (C est à D ce que A est à B...). Elle fait la distinction entre le microcosme et le macrocosme, séparés, mais en correspondance. Dieu, inconnaissable, donne d'abord naissance à l'Intellect universel, doté de trois attributs : la priorité, l'action, l'universalité. De cet intellect émane l'Ame universelle, qui se décline en fonction des différentes espèces de matière qui la reçoivent: elle sera par exemple, action motrice dans le monde physique et céleste; elle facilitera les mélanges dans le monde des quatre éléments; elle deviendra force de croissance dans le monde végétal; elle sera volonté motrice dans le monde animal; enfin, chez l'homme, elle sera force de pel1sée et de discernement.
Les Intelligences sont réparties en quatre catégories: l'intelligence en puissance, l'intelligence en actes et l'intelligence acquise sont naturelles et communiquées à tous les êtres; l'intelligence angélique, qui ne revient qu'aux prophètes et aux imams, peut se communiquer aux disciples. L'homme qui, comme le prophète ou l'imam, accède à l'intelligence angélique, s'élève au niveau de l'universel, de la perfection totale. En lui se rencontrent harmonieusement le microcosme et le macrocosme.
La connaissance revêt trois modes: la connaissance évidente, qui vient à l'homme spontanément, sans intervention de la réflexion; la connaissance spéculative, qui nécessite la réflexion et un éducateur (qui dans ce cas n'est qu'un éducateur partiel) ; la connaissance initiatique, acquise par l'intervention de l'imam, qui est éducateur universel. L'imam est donc la clef de voûte de l'édifice spirituel de l'ismaïlisme. Dépositaire de la connaissance supérieure, il possède infaillibilité, transcendance, pureté absolue. C'est à cause de ce rôle particulier de l'imam que l'ismaïlisme devient une doctrine initiatique. La connaissance salvatrice de l'imam, seul à pouvoir révéler le sens caché de ce qui est écrit, est transmise aux adeptes par une hiérarchie de dignitaires plus ou moins élevés en grade, selon le palier qu'il ont atteint dans leur progression initia- tique. Ces dignitaires, comme tous les initiés, doivent pratiquer la doctrine de l'arcane, la taquiya, qui consiste à ne pas révéler les connaissances qu'ils ont acquises à ceux qui sont moins avancés qu'eux. Cette doctrine du caché a souvent valu aux ismaïliens la suspicion et la haine des autres arabes.
Un problème important est donc la relation entre la lettre (le Coran) et l'esprit (le batin) qui y est caché et que seul l'imam peut révéler.
Pour la plupart des ismaïliens modérés (les khalifes fatimides par exemple), il y a un équilibre entre zahir et batin : le zahir, envoyé par Dieu aux prophètes par l'intermédiaire des anges, est interprété par l'imam, mais aucun de ces deux personnages n'a plus d'importance que l'autre. Mais sans cesse, les fatimides eurent à lutter contre des courants plus extrémistes qui faisaient pencher la balance en faveur de l'ésotérique, allant parfois jusqu'à rejeter l'exotérique comme une couverture inutile, voire nuisible. 
Selon ces derniers représentants de l'ismaïlisme, la connaissance du batin annule le zahir, devenu dépassé: le gnostique (celui qui a la connaissance) est alors dispensé d'observer les dispositions légales (la sharia) dès qu'il en connaît la signification intérieure: ce furent les mouvements quarmates, puis druzes. Finalement, les nizarites se regroupèrent en ce qui allait devenir l'ismaïlisme réformé et le premier Vieux de la Montagne, l'imam Hassan ibn Sabah, proclama vers 1094 , à Alamut, la grande résurrection comme l'ouverture d'un cycle de manifestations dans lequel la gnose serait directement accessible au croyant sans passer par l'intermédiaire de l'exotérique; il abrogea également la sharia : on imagine le scanda- le... La rupture avec le sunnisme fut alors irrémédiable. Attardons-nous sur cette personnalité extraordinaire que fut Hassan Sabbah. C'est un homme de vaste culture, né vers 1048 à Rayy (aux environs de l'actuel Téhéran). Il a peut-être été le compagnon d'étude d'Omar Khayyâm. Shiite ismaïlien, il ne supporte pas la relégation de sa doctrine par les turcs seldjoukides qui détiennent le pouvoir.En 1071, il part pour l'Égypte, autre bastion shiite, puisque tenu par les fatimides. Il y trouve le khalife al Moustanzir complètement domestiqué par le vizir turc el Jamali. Hassan Sabbah se lie alors avec les groupes intégristes qui souhaitent en finir avec les seldjoukides, et réformer le khalifat. Il se trouve que Nizar, le fils aîné du khalife al Moustanzir, est pieux et semble répondre à leur attente. Hassan Sabbah décide donc, en attendant la mort du khalife actuel et l'accession au pouvoir de Nizar, de préparer l'avènement d'un nouvel ordre shiite ismaïlien, qui prendra le nom de nizarites. En 1090, il s'empare par la ruse du château d'Alamut, dans la chaîne des monts Elborz. C'est une forteresse qu'il transforme en un nid d'aigle virtuellement imprenable. Là, il met sur pied une organisation politico-religieuse dont l'efficacité et l'esprit de discipline resteront inégalés dans l'histoire, et qui nous est parvenu sous le nom de secte des assassins. Les assassins (en réalité : les fidaïs), sont classés selon leur niveau d'instruction, de fiabilité et de courage; des novices au Grand Maître. ils suivent des cours intensifs d'endoctrinement, ainsi qu'un entraînement physique de haut niveau. Hassan Sabbah ne possède pas d'armée, mais son génie va lui faire mettre au point une arme d'une terrible efficacité: le terrorisme politique. Les membres de la secte sont envoyés individuellement, ou par deux, avec pour mission de tuer une personnalité choisie. Ils se déguisent en marchands ou en ascètes, circulent dans la ville où le crime doit être perpétré, se familiarisent avec les habitudes de leur victime. Puis ils frappent. L'exécution doit nécessairement se passer en public, devant une foule, la plus nombreuse possible. C'est pourquoi le lieu est la mosquée, et le jour le vendredi, généralement à midi. Pour Hassan le meurtre n'est pas un simple moyen de se débarrasser d'un adversaire; c'est avant tout une double leçon  donnée en public ; celle du châtiment de la personne tuée et celle du sacrifice héroïque de l'adepte exécuteur, généralement lynché sur le champ par la foule en colère.
On a beaucoup écrit à propos du terme assassin, appliqué aux membres de la secte, et devenu depuis un nom commun. 
La manière sereine dont ils se laissaient massacrer a fait croire aux contemporains qu'ils étaient drogués au haschich, ce qui leur aurait valu le surnom d'haschiyoun, ou haschaschin, mot ultérieurement déformé en assassin. René Grousset, dans son Histoire des Croisades, donne de leurs exploits une description étonnante : "On combattit avec rage. Halawân, le chef de ces hallucinés, les avait sans doute gorgés de haschisch pour les prédisposer à leur rôle d'assassins... ". La plante et ses vertus étaient connues depuis longtemps; Hérodote, dans son Histoire (420 av. J.C.), avait déjà décrit la manière dont les chamans scythes accédaient à la transe grâce au chanvre. Mais il y a une différences entre la transe chamanique et l'exécution minutieuse d'un plan complexe, tel que l'assassinat d'une personnalité en vue. Et si, du temps de René Grousset, les paradis artificiels étaient nimbés d'une aura sulfureuse, il n'en n'est plus de même aujourd'hui, et on sait bien que le haschisch calme l'agressivité plutôt qu'il ne la provoque: les adeptes des années 70 n'étaient-ils pas surnommés les "babas cools" ? De plus, comment admettre qu'une personne sous l'emprise d'une substance qui abaisse la vigilance, puisse commettre un acte aussi précis? Victor-Emile Michelet, dans son Secret de la Chevalerie en 1928, donne un autre genre d'interprétation : "Assassin est tout simplement une forme plurielle d'assas, qui signifie gardien". Et il ajoute finement : "il y a des mots, comme les gens, qui ont mal tourné. Les assassins étaient, comme les templiers, gardiens de la mystique Terre Sainte.Certains amateurs d'étymologie font venir ce mot de haschisch, à peu près comme ils font venir cheval d'equus... ". Ceci dit, il existe peut-être une autre possibilité : elle est développée par Vladimir Bartol, dans son roman Alamut. Dans cet ouvrage, on voit Hassan Sabbah aménager un recoin secret de son .château en jardins merveilleux, plantés de fleurs extraordinaires, peuplés d'animaux exotiques et de jolies jeunes femmes peu farouches et expertes dans les plaisirs de la chair. Lorsqu'un fidaï était prêt à partir en mission, Hassan Sabbah le prenait à part et lui disait qu'en tant que prophète, il avait le pouvoir de le transporter dans le paradis d'Allah. Le soir, le jeune homme était drogué et il s'éveillait dans ce jardin, où, l'esprit encore embrumé, il voyait des choses dont il ne soupçonnait même pas l'existence, où il buvait des vins exquis et passait de bras en bras; à la fin de cette nuit, il était de nouveau drogué et ramené dans sa chambre; le lendemain, il pouvait témoigner qu'Hassan Sabbah était réellement un prophète doué de grands pouvoirs, dont la cause devenait absolument sacrée; le reste était un jeu d'enfant: la façon la plus simple de retourner dans ce paradis, et d'y demeurer éternellement, était de mourir pour la cause ismaïlienne. Cette théorie rappelle ces images terribles d'enfants se précipitant au-devant des fusils qui les fauchaient, et qui mouraient heureux, persuadés que la clef de plastique qu'ils portaient au cou allait, la minute suivante, leur ouvrir la porte du paradis... Quoi qu'il en soit, l'organisation d'Hassan Sabbah ne tarde pas à s'illustrer, et deux ans seulement après la fondation de la secte, ils réalisent un coup d'éclat en assassinant le pilier de. l'empire turc seldjoukide : Nizam ol Molk, dont le nom à lui seul résume l'importance : l'ordre dans le royaume. Le 14 octobre 1092, un adepte d'Hassan Sabbah le transperce d'un coup de poignard; l'historien Ibn al Athir écrira alors: "Quand Nizam ol Molk fut tué, l'empire se désintégra...".
Mais un grave problème surgit : Nizar, en qui Hassan Sabbah fondait tous ses espoirs de rétablissement de la puissance shiite, est assassiné, emmuré vivant. Désemparé, Hassan Sabbah décide de poursuivre seul l'œuvre de sape du régime. Il s'attaque donc à la Syrie. Très vite, Redwan, le khalife d'Alep, tombe sous la coupe des délégués d'Hassan Sabbah, qui de plus infiltrent complètement son entourage. On les accuse alors de sympathies un peu trop poussées envers les francs. 
Il faut dire que, détestés et persécutés par tous les musulmans, les assassins ne sont pas mécontents de voir arriver les chrétiens, qui infligent défaite sur défaite aussi bien aux seldjoukides qu'aux sunnites; mais à Alep, en 1113, le khalife Redwan meurt; les batinites se retrouvent brusquement privés de protection, et, poussée par le cadi ibn al Kachab, la population d'Alep traque les shiites de rue en rue, de maison en maison; certains sont lynchés par la foule, d'autres sont précipités du haut des murailles, et plus de 200 membres de la secte périssent ainsi. Hassan Sabbah, le premier Vieux de la Montagne, meurt à Alamut en 1124, sans être sorti une seule fois de sa chambre, comme l'affirme la légende, pendant les trente dernières années. Son successeur vengera ses frères d'Alep: un jour de l'été 1125, alors que ibn al Kachab sort de la mosquée, un homme déguisé en ascète bondit sur lui et lui plante un poignard dans la poitrine. 
C'est alors une véritable terreur qui s'installe. Le 26 novembre 1126, le vizir d'Alep et de Mossoul meurt poignardé. Le mouvement ismaïlien devient une véritable lèpre qui ronge le monde arabe à un moment où il aurait besoin de toutes ses forces pour lutter contre les francs... Les ismaïliens vont jusqu'à conclure des traités avec ceux-ci: en 1129, sous leur influence, le vizir de Damas avait arrêté un accord avec les francs pour leur céder Damas en échange de Tyr. Tout était prévu: les troupes de Baudouin Il devaient arriver à l'improviste sous les murs de la ville dont les troupes d'assassins devaient leur ouvrir les portes, tandis que d'autres commandos étaient chargés de fermer les portes de la mosquée, pour empêcher dignitaires et militaires de sortir jusqu'à ce que les francs aient occupé la cité. Mais le complot est éventé; un guet-apens est monté sous la conduite de l'émir Bouri ; celui-ci fait assassiner l'émir, dont le corps est dépecé; et à nouveau, la chasse aux shiites est lancée: tous les batinites sont égorgés; leurs chefs sont crucifiés sur les remparts. Mais comme précédemment, le Vieux de la Montagne ne laisse pas ce crime impuni : un matin de 1131, alors que Bouri revient du hammam, deux hommes bondissent sur lui et le blessent au ventre; avant de mourir, ils avouent qu'ils sont envoyés par le Vieux de la Montagne pour venger leurs frères. Bouri mourra après treize mois de souffrances.
Un des épisodes les plus curieux (quoique parfois contesté) de l'histoire des assassins est celui de leur conversion ratée. Cet épisode se situe en 1171. Cette année-là, Saladin est nommé vizir d'Égypte, sous le sultanat de Nourredine. Celui-ci, en tant que musulman sunnite, demande à son vizir d'abolir le khalifat fatimide en place et de le remplacer par un pouvoir sunnite. Saladin s'exécute, et cela aura des conséquences importantes : tout espoir de voir renaître un âge d'or du pouvoir shiite s'évanouit à jamais, et les assassins en sont fort affectés. 
A cette époque, bien que possédant encore des prédicateurs et des tueurs, ils sont pour la plupart de paisibles paysans qui cultivent la terre, élèvent du bétail et surtout paient une redevance de 2000 besants d'or chaque année aux templiers. Le Vieux de la Montagne de cette époque, Rachideddin Sinan, fait alors savoir à Amaury qu'il est prêt à se convertir, ainsi que ses fidèles. On ne sait pas quel est le degré exact de bonne foi des assassins, mais il est sûr qu'une fois chrétiens, ils n'auraient plus à payer le tribut aux templiers. Or, ceux-ci sont. très attentifs à ces rentrées d'argent. En conséquence, lorsque les pourparlers sont prêts d'aboutir, ils tendent un piège aux représentants des assassins, et les tuent. On ne reparlera plus jamais de la conversion des assassins.
Comment tout ceci se terminera-t-il? Dans le sang, comme cela avait commencé. En 1251, les trois petits-fils de Gengis Khan décident de reprendre la conquête du monde que leur grand-père avait interrompue autrefois. Mongka est désigné comme souverain de l'empire; Koubilaï règne à Pékin, et Hulagu, installé en Perse, rêve de conquérir tout l'Orient musulman. Des centaines de milliers de cavaliers déferlent vers la Méditerranée, prennent et détruisent au passage, en 1256, la forteresse d'Alamut. La bibliothèque, d'une valeur inestimable, brûle, ce qui nous interdit à tout jamais de connaître en détail la doctrine des assassins. Le dernier Grand Maître, dernier Vieux de la Montagne, Ruk al Din, est mis à mort. Certains historiens soutiennent qu'un jeune fils du Grand Maître aurait échappé au massacre. Devenu le 28e imam vers l'âge de huit ans, il passera toute sa vie en réclusion dans les montagnes d'Azerbaïdjan et mourra en 1310. Ensuite, la communauté des assassins se divise en deux branches, dont l'une mène à l'Aga Khân actuel.
On peut se demander à juste titre pourquoi les ismaïliens et les templiers se sont trouvé tant de points communs (rappelons-nous la remarque de Guillaume, archevêque de Tyr, affirmant que les shiites ne "sont pas si loing de la vraie foi chrétienne".
En fait, outre le fond commun qui sert de socle aux deux doctrines, à savoir qu'il existe un dieu, inconnaissable au commun des mortels, que les anges sont ses intermédiaires auprès des hommes, que les prophètes ont transmis cette parole: Adam, Noé, Moïse, Jésus (quoique Jésus soit à la source d'un litige), les deux doctrines présentent d'autres analogies.
L'islam ne se prétend pas une nouvelle religion, mais plutôt comme un achèvement des précédentes : le christianisme a complété le judaïsme: l'islam achève le cycle en perfectionnant le christianisme.
C'était déjà la position de Saint Paul, qui présentait la religion nouvelle non comme une rupture, mais comme un complément et un achèvement de la philosophie religieuse grecque. Écoutons les Actes des Apôtres (17:16-34) : "quelques philosophes épicuriens et stoïciens conversèrent même avec lui (...) Ils le prirent avec eux et le menèrent sur l'aréopage en lui disant: pouvons-nous savoir quel- le est cette nouvelle doctrine que vous enseignez? (...) Paul, debout au milieu de l'aréopage, dit alors: Athéniens, je vois à tous égards que vous êtes des hommes très religieux. Parcourant la ville et considérant les monuments de votre culte, j'ai découvert un autel portant cette inscription : A un Dieu inconnu, Ce que vous révérez sans le connaitre, je viens, moi, vous l'annoncer".
Outre ce point commun de se considérer en continuité plutôt qu'en rupture par rapport aux religions existantes, on peut relever d'autres points communs.
Nous avons vu que par rapport au sunnisme, pour qui le texte du Coran est complet et doit s'observer directement, le shiisme a développé une dichotomie Zahir/Satin, exotérique/ésotérique, et que les ismaïliens, puis les ismaïliens réformés du Vieux de la Montagne avaient fini par déclarer la préséance du caché sur le littéral, et l'inutilité de la sharia.

Or, nous lisons, toujours dans Saint Paul, une conception dualiste des textes chrétiens, très proche dans son principe de celle des ismaïliens.
Écoutons la première épître aux Corinthiens: "Nous prêchons la sagesse divine, mystérieuse et secrète que Dieu, avant l'existence du temps, avait prédestiné pour notre gloire" ; et plus loin: "Mais il est dit dans l'écriture: choses que l'œil n'a point vues,
que l'oreille n 'a point entendues, et dont l'idée n'est pas venue au cœur de l'homme".
Ou encore: 
"L'homme naturel n'accepte pas les choses de l'esprit de Dieu: elles sont folies pour lui. Il ne peut les comprendre, parce que c'est par l'esprit qu'on en juge.L'homme spirituel, au contraire, juge de tout et n'est jugé par personne". Ce qui rappelle Saint Matthieu, qui déclare que les perles ne doivent pas être jetées aux cochons. Et qui peut révéler à cet "homme naturel", encore aveugle, le sens caché des textes ? La réponse est dans l'épître aux Éphésiens : "car vous avez dû apprendre la manière dont Dieu m'a conféré cette grâce qui m'est faite à votre intention: c'est par la révélation que j'ai eu connaissance du mystère tel que je viens de l'esquisser". (...) "Ce mystère qui n'a pas été manifesté aux hommes des générations passées comme il vient d'être présentement révélé par l'esprit à ses saints apôtres et prophètes". Nous avons ici une conception de l'intermédiaire entre Dieu et l'homme qui rappelle singulièrement l'imam. Il est par conséquent hors de doute que les croisés en général, en tant que chrétiens, eurent beaucoup plus à échanger avec les ismaïliens qu'avec les sunnites. En ce qui concerne les templiers, organisation militaire en plus que d'être religieuse (un point commun de plus avec les fidai's du Vieux de la Montagne), la notion d'élite et de progression simultanée sur les plans du combat et de la recherche initiatique de Dieu, a probablement encore accru cette proximité de vues sur l'organisation du monde, et des échanges profonds ont dû avoir lieu. En fin de compte, cette phrase de notre rituel, qui fait référence aux contacts entre les templiers et les assassins du Vieux de la Montagne, est à prendre dans son sens littéral. .II n'en reste pas moins que le Vieux de la Montagne et ses assâssins furent de sinistres personnages, inventeurs du terrorisme politique. Mais les templiers étaient-ils plus délicats? Au vu des alliances, contre-alliances et trahisons qui émaillent cette époque, il est fort à craindre que non...
Il reste à conclure. 
Dans un premier temps, je pensais rapprocher notre devise "fais ce que dois, advienne que pourra" de la formule que Vladimir Sartol, sans garantie de véracité, met dans la bouche de ce Grand Maître des illusions que fut Hassan Sabbah : "rien n'est vrai, tout est permis", phrase que l'on pourrait commenter à l'infini à notre propre époque. Mais ces mots m'ont soudain paru par trop pessimistes.
J'évoquerai simplement quelques paroles d'espoir, l'un de ces fameux robbayiats d'Omar Khayyâm, compagnon de jeunesse du Vieux de la Montagne:
" le jour où sera arraché l'arbre de ma vie
et que mon corps sera démembré
on fera peut-être de mon argile une coupe. Alors, de celle-ci, remplie de vin, je renaîtrai..."

Didier DESOR

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article