Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

conférence Elus Cohen

15 Octobre 2005 Publié dans #histoire de la FM

Cinquième Instruction du Vendredy 21 janvier 1774.

“ A l’entrée du temple de Salomon étoient deux colonnes égales de 18 coudées de haut, celle à droite se nommoit Jak qui signifie : " il établira ", celle à gauche se nommoit Bo qui signifie " confusion " ; la première faisoit allusion à l'incorporisation de l'homme dans son corps de matière, la seconde à celui de la femme, elles étoient égales parceque l'être spirituel mineur de l'homme et de la femme ayant la même origine, la même émanation, ils sont égaux et ont le même acte à remplir; elles se divisoient en 3 parties, savoir 10, 4, 4. Ce qui représente par 10 la correspondance directe du mineur avec la divinité de la circonférence au centre, par 4 de la surface terrestre à la partie céleste, et par autre 4 de la partie céleste à celle surcéleste.

Le mot jak, " il établira ", annonce la puissance du commandement qui étoit réservée à l'homme dans son principe ; le mot Bo, "confusion", exprime celle qui a résulté de la prévarication du premier homme, qui fut une répétition de celle des premiers esprits qu'il devoit contenir, molester. Il pouvoit seul leur servir d'intellect Bon, et par sa communication avec eux leur inspirer le repentir; et dès lors faire cesser le mal ; mais en entraînant l'homme ils se sont privés de cette unique ressource.

L'homme, malgré sa chutte, a toujours le même oeuvre à remplir pour lequel il a été destiné, et doit travailler à sa réconciliation, seul moyen de réaquérir ses trois puissances sur l'ouest, nord et sud, qui figure le terrestre, céleste et surcéleste, et de se remettre en correspondance avec son quaternaire, molester sans cesse les esprits pervers en se refusant à leurs pièges et détruisant sans cesse leurs projets méchans, et enfin reprendre sur eux l'authorité qui luy étoit réservée, parceque si la miséricorde divine veut jamais opérer quelque bien en leur faveur, ce sera par la seule communication de l'homme avec eux qu'ils pourront en concevoir le désir, puisque l'homme a été établi à cette fin et que les décrets immuables de Dieu doivent avoir leur accomplissement; l'homme qui leur livre sa volonté contrarie les desseins (l'oeuvre) du Créateur et renonce autant qu'il est en luy à sa destination première ; par la jonction de volonté et d'action qu'il foit avec leur chef, il devient un avec luy et devient inférieur à luy et son sujet, il est luy-même un intellect démoniaque pour séduire et pervertir ses semblables par son exemple ; il se rend plus coupable qu'eux même et doit par conséquent s'attendre à un sort pire que le leur puisqu'il renforce le parti qu'il est chargé de détruire.

Le nombre de confusion de la seconde colonne est désigné par le rang binaire que tient la Première lettre du mot Booz dans l'alphabet hébraïque.

Ces deux colonnes avoient encore une autre application ; celle du midi désignoit l'âme de l'homme ou le mineur, celle du nord l'esprit Bon qui luy est donné pour le diriger. Si la partie du midy dans la Création universelle est celle où les esprits pervers sont plus spécialement relégués, celle du nord doit être habitée par des êtres capables et chargés de les contenir. Ce que l'Ecriture Sainte donne souvent à entendre soit en parlant du Démon de midy, soit en parlant de l'esprit saint qu'elle fait toujours venir du côté de l'aquilon.

Ces choses avoient été de même figurée avant le déluge par les deux colonnes, l'une de pierre ou de brique qui avoit été élevée dans la partie du nord par la postérité de Seth ; et l'autre par celle de terre qui avoit été élevée dans la partie du midy par celle de Kain ; la première annonçoit la force et la stabilité des oeuvres spirituelles bonnes ; elle résista aux inondations du déluge et fut conservée longtems après ; l'autre, annonçoit la foiblesse et la corruption des oeuvres de matière, ce qui étoit même désigné par le nombre de confusion de ses proportions ; aussi fut-elle totalement détruite par les eaux du déluge.

Il étoit déffendu aux enfans de Dieu de s'allier avec les enfans des hommes. Cette déffense ne doit point s'entendre matériellement. Les hommes de ce tems, ne pouvant se multiplier que selon les lois phisiques de la nature à laquelle ils étoient assujettis comme tous les autres animaux, devoient être libres de s'allier indistinctement avec les femmes des deux races ; mais il étoit déffendu aux enfans de Dieu, c'est-à-dire à ceux qui observoient les lois, préceptes et commandemens de Dieu, de s'allier avec des femmes qui les avoient oubliés ou les méprisoient, de crainte de se laisser pervertir et entraîner dans le même oubli par leur exemple.

Depuis Adam jusqu'au déluge, on n'a compté que deux nations ; celle des enfans de Seth établie au nord appellée enfans de Dieu, parceque sa loi s'y étoit conservée ; et celle de Kain, appellée enfans des hommes, reléguée au midy. Ces deux nations, par le lieu de leur demeure, figuroient les esprits pervers relégués au midy de la Création, et l'esprit Bon dans la partie nord ; on ne compte que deux nations provenues d'Adam parceque Abel, son second fils, ne laissa point de postérité matérielle ; il n'est venu que pour opérer par sa mort la réconciliation de son père Adam et être le type de la régénération universelle. Kain et sa postérité foit le type des esprits pervers premiers émanés et de leurs chefs. Seth et sa postérité foit le type des mineurs ou de l'homme second émané mais devenu l'aîné dans l'ordre spirituel ; il faut observer que c'est dans cette postérité de Seth et d'Enos son fils que se sont passés tous les types spirituels survenus parmi les hommes pour leur instruction jusqu'à Noé.

Dans l'origine on voit Adam, père temporel de toute sa postérité, faisant le type du Créateur, Abbel faisant celuy du régénérateur, et Seth celui de l'Esprit qui instruit et dirige.

Quoique tous les hommes ayant la même oeuvre de molestation à remplir, il ne s'ensuit pas une nécessité absolue pour l'accomplissement des décrets du Créateur et le bien de la Création, que tous le remplissent ; un petit nombre, un seul même, peut luy suffire, ce qui est prouvé en plusieurs endroits de l'Ecriture où pour sauver une partie considérable, il se contente d'y trouver dix justes, même un seul.

La postérité des hommes est sauvée du déluge par Noé trouvé seul juste aux yeux du Créateur. Noé à l'événement du déluge, âgé de 600 ans, fait le type du Créateur, flottant sur les eaux et conservant dans l'arche le germe de toutes les reproductions animales. Les dimensions de l'arche ont encore un rapport sensible avec la Création universelle : elle avoit 3 étages, ce qui rappelle les trois essences spiritueuses dont sont provenues toutes les formes corporelles. Par ses dimensions, de longueur 300 coudées, de largeur 50 et de hauteur 30, on y reconnoit dans son âge le nombre de Création, celuy des 3 essences et par le produit total celuy de confusion provenant de deux puissances de contradiction pour la soutenir d'une part et la détruire de l'autre, par 5 le nombre qui en a occasionné la construction.

Le temple de Salomon avoit 60 coudées de long, 20 de large et 30 de haut ; l'oracle avoit 20 coudées de long, de large et de haut ; le temple avoit 40 coudées de long et 20 de large, devant le temple un vestibule de 20 coudées de long sur 20 de large. Mêmes rapports dans les dimensions du temple de Salomon. Large de 20, long de 60, haut de 30. Divisé en trois étages ou parties distinctes, le porche, le temple, le sanctuaire dans lequel étoit le Saint des Saints, ce qui annonce la correspondance de l'immensité divine avec la terre figurée par le porche par le moyen du céleste et surcéleste.

Depuis Noé il y a eu trois nations par Cam, Sem et Japhet. Cam l'aîné, relégué dans la partie du midy, répette le type de Kain et des premiers esprits émanés prévaricateurs. Sem, père de la postérité des Israelites par Abraham, fait le type de celle de Seth. Japhet est le père de la troisième nation qui est celle des gentils ches qui la lumière a été transportée par le mépris qu'en ont fait les Hébreux descendants de Sem en punition de leur abbandon de la loy divine ; et les chrétiens d'aujourd'huy ou les gentils provenus de Japhet sont devenus par la pure miséricorde du Créateur les aînés dans l'ordre de la grace des descendans de Sem. Mais comme ces descendants de Sem ont été le peuple choisi par le Créateur pour y manifester ses merveilles et sa gloire et que ses décrets doivent toujours s'accomplir, ils rentreront à la fin des tems dans leurs droits et par une réconciliation entière ils redeviendront les aînés des gentils qui, par l'abus de leur lumière, connoissances et secours, mériteront d'en être privés à leur tour, ce qui commence déjà dans le siècle présent à se manifester.

Les Egyptiens provenus de Cam figurent, avec leur roy, dans tout ce qui est raconté à leur sujet dans les Stes Ecritures, les esprits pervers démoniaques et leur chef. La terre d'Egypte figure la partie de la Création où ils sont relégués pour opérer leur volonté mauvaise, ce qui aide à expliquer bien des passages.

Le séjour des Israélites dans la terre d'Egypte où ils sont assujetis peut figurer l'état de l'homme dans le sein de la femme privé de toutes ses facultés et la privation sa lutte et ses appréhensions. L'aspect des Egyptiens qui les poursuivent désignent les peines et combats continuels de cette vie passagère.

L'arche au millieu de la mer est l'Esprit conducteur, le déffenseur bon compagnon qui aide à faire le trajet. Le passage de la mer Rouge peut être aussy envisagé comme le passage de cette vie à l'autre. Il se fait de nuit ce qui annonce la privation où nous sommes dans celle-cy. L'arche s'arrête au millieu de la mer et soutient les eaux pour en favoriser le passage. C'est l'Esprit conducteur, le déffenseur bon compagnon ; il conduit au port ceux qui le suivent avec confiance, mais il abandonne les eaux à leur cours naturel pour ceux qui le méconnoissent ou le méprisent. Privés de toute lumière céleste leurs yeux obscurcis par la nuée ténébreuse qui leur cache la colonne de feu qui éclaire les justes, ils suivent en aveugles la routte qui est frayée devant eux. Et ils sont engloutis sous les eaux. Le même passage qui a mis les israélites en sûreté précipite leurs ennemis dans les abîmes. Les divers campemens qu'ils font dans le désert après ce passage semble annoncer les travaux pénibles du mineur dans le cercle sensible. La loy qu'il reçoit au bas du Sinaï n'annonceroit elle point son retour à sa puissance première dans le Cercle Visuel et enfin l'entrée des israélites dans la Terre Promise, l'entrée du mineur dans le lieu de sa Réintégration spirituelle ou l'exercice entier de sa puissance dans le cercle rationnel... ”

Partager cet article

Commenter cet article