Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Lettre de Martines de Pasqually à Willermoz(1768)

4 Mars 2008

Au Nom du G. A. D. L'Univers +amen +++

Joie Paix Salut Et Bénédictions soit donné à S.q.M. tant Du Grand Orient Des Orients Universel Bordeaux au Grand Orient Des Orients De Lyon L.M. 333. 357. 579. 601.

2.448. 5728. 45. Dr. Che 1768 D.D. E. premier quartier de la septième et huitième Lune de la susdite année. Ce 13 août .

T. h. T. R. et T. P. Maître

Je vous fais part que le T. P. Maître du Guers est arrivé chez moi. Il est même fort inquiet sur l'arrivée de la malle depuis 28 jours qu'elle est en route, il a même écrit à Mr le Lieutenant Général de police à Paris pour que l'on envoya chercher le Commissionnaire de Paris à qui il a remis sa malle pour la faire passer à la douane de Bordeaux et lui faire rendre compte d'une démarche aussi inconséquente que celle que cet homme use envers notre frère après lui avoir assuré que la malle était en route pour Bordeaux huit jours avant le départ du R. M. Du Guers, cependant le T. R. M est ici chez moi, depuis 12 jours, sans en avoir aucune nouvelle. Si je ne vous envoie point rien de tout ce que vous me demandez c’est que L. T. R. Maître Du Guers me demande de suspendre en grâce jusqu'à ce qu'il ait reçu sa malle, se flattant de la recevoir de jour entre autres et dont il m'assure avoir de quoi me satisfaire ainsi que tous nos émules, conformément les principes que je lui ai donné soit par écrit soit verbalement sans que je me donne la peine d'en faire d'autres. Ainsi patientez un peu pour avoir les choses en bon ordre, quant à l'égard de ce que vous devez faire et la vie que vous devez tenir, soit pour vos fonctions spirituelles et temporelles, pour la temporelle je ne vous dirai rien autre que la défense que je vous fais dans les aliments temporels ce qui est que vous ne ferez plus de votre vie durant du sang d'aucune espèce d'animaux, vous ne mangerez non plus du pigeon domestique, vous ne mangerez non plus de pas une espèce de rognons ni de la graisse d'aucune sorte d'animaux, vous jeûnerez soigneusement les temps qui vous seront ordonnés, dans chaque équinoxe vous commencerez votre jeûne la veille que vous voudrez travailler votre quart de cercle, vous ne pouvez, ni ne devez travailler en votre qualité d'apprenti R + que trois jours de suite au commencement des Equinoxes vous suivrez la lune de mars et celle de septembre et non les jours que l'on a fixé pour être équinoxes ni le mois qui les fixent, mais bien l'astre lunaire. Pour cela vous observerez la lune de mars et celle de septembre ; vous n'oublierez jamais de vos jours l'office du saint Esprit

Si vous voulez par la suite suivre l'opération des apôtres vous n'oublierez pas non plus de dire le miserere, mais au centre de votre chambre le soir avant vous coucher ayant la face tournée vers l'angle qui regardera vers le soleil levant. Ensuite vous direz le de profundis les deux genoux en terre et la face prosternée par terre le miserere se dit debout sur ses pieds.

Si vous avez d'autres prières journalières à faire selon votre usage vous pouvez les faire mais celles que je vous ordonne sont de l'ordre indispensable de même que le régime de vie. Je ne vous conseille point de travailler tous les jours toutes les semaines et tous les mois ainsi que vous me le marquez, vous n'êtes point encore assez fort, vous risqueriez de perdre entièrement le peu que l'on vous a donné. Vous êtes Réaux + mais sans ordination il faut que je vous ordonne d'ici avant par correspondance sympathique. Vous pouvez encore garder votre chambre en question pour y travailler les Equinoxes de concert avec tous vos frères, chacun en leur particulier qui seront au mois de septembre prochain. Ne soyez point impatient attendez votre temps, ces sortes de choses ne sont point à la disposition seule de l'homme mais bien à celle du T. h. et T. P. éternel. Ce serait vous parler témérairement, et impertinemment si je vous disais que ces choses sont en mon seul pouvoir, je ne suis qu'un faible instrument dont Dieu veut bien indigne que je suis se servir de moi pour rappeler les hommes mes semblables à leur premier état de maçon qui veut dire spirituellement homme ou âmes afin de leur faire voir véritablement qu'ils sont réellement homme-Dieu étant créé à l'image et à la ressemblance de cet être Tout Puissant

Après ce que je vous dis ici C. Maître vous devez vous en rapporter à moi et vous laisser conduire par celui qui est chargé de vous diriger, vous aurez aussi des instructions suffisantes pour satisfaire les émules de votre grande Mère Loge de France élevée sur votre Grand Orient de Lyon ; soyez bien persuadé que lorsque nous aurons tout mis en règles ici avec, le C. Maître Du Guers je vous ferai passer le tout par la voie du T. B. Souverain de Paris et s'il vous n'était point expédié promptement, vous n'avez qu'à me le faire savoir Je vous ferai passer le tout d'ici, par quelque main sûre provenant de moi ou de vous. J'ai eu l'honneur de voir M. votre frère chez moi un moment. Je le crois, après lui avoir dit deux ou trois mots à bâtons rompus, assez disposé à vous suivre ; il avoue que la maçonnerie apocryphe n'est qu'un jeu de mot ou il n'y a rien à apprendre et en outre que cette société était entièrement confondue, ce qui l'avait entièrement avilie ; il était bien aise que cette réforme fut faite. Je ne lui ai pas dit grand chose mais il m'a paru assez content et satisfait de ce que je lui ai pu dire.

Je vous fais part que Mr D. Saint Martin m'écrit qu'il doit venir passer son quartier d'hiver ici, peut être avec le R. P. Maître de Grainville. J'attends pareillement L. T. P. Maître de Balzac qui doit descendre de la Rochelle pour venir ici passer quelques jours avec moi pour leur instruction et pour recevoir leurs patentes constitutives pour élever des temples dans le pays où ils vont passer à la fin de septembre ou au commencement d'octobre. Adieu puissant Maître, je vous écrirais plus amplement à la suite, je suis pressé par le courrier Je n'ai rien remis de ce que vous me demandez à Mr votre frère. Adieu encore une fois l'éternel vous tient pour un temps immémorial à sa sainte garde.

Don Martines de Pasqually Grand Souverain

Partager cet article

Commenter cet article