Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

1744 - Rituel du Grade de Maître au Rite Ancien et Accepté (Métropole Loge d'Ecosse) : instruction

4 Mai 2012 Publié dans #Rites et rituels

 D. Où avez-vous été reçu?

R. À l'ouest.

D. Où allez-vous?

R. À l'est.

D. Pourquoi quittez-vous l'ouest pour aller à l'est?

R. Parce que la lumière de l'Évangile parut d'abord de ce côté.

Q. Qu'alliez-vous faire à l'est?

R. Chercher une loge de maîtres.

D. L'êtes-vous, maître?

R. Les maîtres me reconnaissent pour tel.

D. Où avez-vous été reçu?

R. Dans une loge de maître.

D. Comment avez-vous été préparé pour être reçu maître?

R. Les pieds sans souliers, les deux bras et le sein nuds , privé de tous métaux, à la réserve d'une équerre attachée au bras droit, je fus conduit à la porte de la loge.

D. Comment avez-vous été admis?

R. Par trois coups distincts.

D. Que vous demanda-t-on?

R. Qui est-là .

D. Qu'avez-vous répondu?

R. Un maçon qui a fait son temps comme apprenti et comme compagnon, qui demande à être reçu maître.

D. Comment êtes-vous parvenu?

R. Par un mot de passe.

D. Donnez-le moi.

R. (Il le donne.) T........

D. Que vous dit-on, alors?

R. Entrez, T........

Q.Que fit-on de vous?

R. On me fit faire un tour dans la loge.

D. Où avez-vous rencontré le premier obstacle?

R. Derrière le second surveillant.

D. Que vous a-t-il demandé?

R. Il me fit la même question qu'à la porte.

D. Que fit-il de vous?

R. Il me fit conduire à l'ouest, au vén.•. premier surveillant.

D. Que fit-il de vous?

R. Il me fit conduire au très-resp.•. maître.

D. Que fit-il de vous?

R. Il me renvoya au premier surv.•. pour recevoir des instructions.

D. Quelles sont les instructions que vous avez reçues?

R. Quand je fus à l'ouest, il m'enseigna à monter à l'est en maître, en faisant le signe d'app.•., et à marcher sur l'angle droit d'un carré-long; à faire deux autres pas sur le deuxième degré du même carré, mes pieds formant l'équerre, et en faisant le signe du comp.•.; enfin, le pas de maître sur le même carré-long. Arrivé à l'autel, on me fit mettre à genoux, la main droite sur la bible, les pointes du compas sur chaque sein, et dans cette attitude, je prêtai solennellement mon obligation.

D. Pouvez-vous la répéter?

R. Oui, T.•. R.•., avec votre assistance.

D. Levez-vous, et commencez.

R. Moi, N....., de ma libre volonté, etc.

D. Que vous a-t-on montré ensuite?

R. Le signe des maîtres.

D. Donnez-le moi.

R. (Il le donne.)

D. Que fit-on de vous ensuite?

R. Le T.•. R.•. me prit par la main, et me donna l'attouchement.

D. Quel est cet attouchement?

R. Celui de compagnon.

D. A-t-il un nom?

R. Oui, très-respectable.

D. Donnez-le moi.

R.(Il le donne comme il l'a appris.) B...

D. Pouvez-vous aller plus loin?

R. Oui, passez, je vous suivrai. Il mit l'ongle de son pouce entre la première et la seconde jointure, qui est l'attouchement de passe, et je lui répondis par Sch......

D. Que vous fit-il ensuite?

R. Il me donna l'attouchement de compagnon, en me disant: Qu'est cela? (L'ongle du pouce sur la deuxième phalange.)

D. Que répondîtes-vous?

R. L'attouchement de Compagnon?

D. Donnez-le moi.

R. J.....

D. Que vous dit-on alors?

R. Il me dit que j'allais représenter un des plus grands hommes du monde maçon, notre resp.•. maître Hiram-Abif, qui fut tué lors de la perfection du temple.

D. Après la narration d'usage, que fit-il de vous?

R. On me conduisit aux vén.•. frères premier et second surv.•. et au maître, qui me firent les questions que Jubelas, Jubelos et Jubelum avaient faites à Hiram, en me frappant de la même manière.

D. Que fit-on de vous ensuite?

R. Après avoir reçu le coup de maillet sur la tête par le très-resp.•., on m'étendit par terre.

D. Que vous dit-on alors?

R. Que je représentais Hiram-Abif après sa mort.

D. Que vous dit-on ensuite?

R. Le T.•. resp.•. reprit l'histoire d'Hiram-Abif.

D. Comment les envoyés de Salomon relevèrent-ils le corps d'Hiram-Abif?

R. Par les cinq points de la maçonnerie.

D. Qui sont-ils?

R. D'abord le vén.•. second surv.•. le prit par le doigt index, sur lequel les app.•. font leur attouchement; mais par l'effet de la putréfaction, la peau se détacha et lui resta à la main. Le vén.•. premier surv.•. le prit ensuite par le second doigt, sur lequel se fait l'attouchement de compagnon, et la peau lui resta aussi dans la main. Le très-resp.•. le prit par la main, appuyant les quatre doigts sur le poignet, le pied droit contre le pied droit, le genou droit contre le genou droit, le sein droit contre le sein droit, et la main gauche le soutenant par le dos. Dans cette position, il le releva en disant: M.•. H.•. B.•. mot qui veut dire: Il est presque pourri jusqu'aux os. Ce mot devint le mot sacré de maître.

D. Puisque vous fûtes relevé par les cinq points de la maçonnerie, expliquez-les moi?

R. 1' Main contre main signifie que je suis toujours prêt à tendre la main à mon frère pour le secourir. 2' Pied contre pied, que je suis toujours prêt à voler à la défense et au secours de mes frères. 3' Genou contre genou, qu'en fléchissant devant l'Être-suprême, je ne les oublierai pas dans les voeux que je lui adresserai. 4' Sein contre sein, que les secrets qu'ils m'auront confiés y seront invariablement gardés. 5' La main gauche derrière le dos, qu'autant qu'il sera en moi, je soutiendrai mes frères dans tous les périls qui les menaceront.

D. Pourquoi étiez-vous privé de tous métaux?

R. Parce que dans la construction du temple, on n'entendit aucun bruit causé par les coups d'aucun instrument composé de métal.

D. Pourquoi?

R. Pour qu'il ne fût pas souillé.

D. Comment a-t-il été possible qu'un aussi vaste édifice ait été construit sans le secours d'aucun instrument de métal?

R. Parce que les matériaux furent préparés dans les forêts du mont Liban, apportés sur des voitures, élevés et placés avec des maillets de bois faits exprès.

D. Pourquoi étiez-vous sans souliers?

R. Parce que le lieu où je fus reçu était une terre sainte, sur laquelle Dieu dit à Moïse: Ôte tes souliers, car le lieu où tu marches est une terre sainte.

D. Qu'est-ce qui soutient votre loge?

R. Trois grands piliers.

D. Qui sont-ils?

R. Sagesse, force et beauté.

D. Que représentent-ils?

R. Trois grands maîtres: Salomon, roi d'Israël; Hiram, roi de Tyr, et Hiram-Abif, qui fut tué.

D. Les trois grands maîtres étaient-ils employés à la construction du temple?

R. Oui, T.•. R.•., Salomon en dressa le plan, d'après l'ordre de Dieu. Il fournit l'argent et les provisions pour les ouvriers; Hiram fournit les matériaux et les fit préparer dans les forêts du mont Liban, et Hiram-Abif conduisit l'exécution de ce grand oeuvre.

Source : http://legende-hiram.blogspot.fr

Partager cet article

Commenter cet article