Jeudi 16 août 2012 4 16 /08 /Août /2012 12:14

Je commence souvent une réflexion par un jeu de mots, tel un pas de danse, un pas de côté, pour m’écarter des pensées linéaires où les idées s’enfilent comme des perles. D’où cette formulation « De connaissances en re-connaissances » qui ouvre la première partie de cette planche. La deuxième retrouvera l’inscription du temple de Delphes « Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’Univers et les Dieux ». La troisième se limitera à « Connais-toi toi-même ».


De connaissances en re-connaissances


Dès les premiers temps de mon initiation maçonnique, des mots se sont gravés dans ma mémoire : « Tout est symbole ». Formule magique englobant tout en trois mots, toute la connaissance était là en promesse, à condition de chercher (« Cherchez et vous trouverez »), de travailler. Puis vint le temps des remises en cause personnelles, les connaissances acquises laborieusement par spéculation intellectuelle perdant toute leur valeur lors de crises ou de prises de conscience, ces regroupements d’idées semblant voués régulièrement à l’éclatement.


Le secours vint de l’Autre qui un jour, alors qu’il restait tapi derrière un miroir depuis le jour de mon Initiation, me tendit la main. Il était doué de vie propre et portait des noms multiples comme la mosaïque multicolore de l’habit d’Arlequin, le moi, le soi, l’inconscient collectif, la part féminine en l’homme, le voisin, le Frère, la Sœur, le Prochain des Evangiles. Et surtout cet Autre avait fait son miel de la multitude de ses facettes, et maintenant éclatait … de vie. Que s’était-il passé ?


Tout était devenu symbole vivant. Tout était signe, promesse de sens. Les symboles s’étaient transformés en lieux de passage, portes ouvertes sur l’infini, l’indéterminé. De ce brassage intense de pensées, de ces connections entre les idées sans cesse renouvelées semblables au milieu initial de la « soupe primordiale » , de cet indéterminé était né l’Etre religieux porteur en son cœur de l’Un déterminé et de l’Un suscité, pressenti.


Entre temps le Maçon devenu lui-même symbole vivant se réalisait comme il se réalise encore à chaque instant, lien actif entre les hommes ses frères, dans l’engagement et l’intermédiation. L’engagement social absorbant les bonnes volontés peut même se substituer à l’engagement en soi-même. Le Maçon s’investit pour tisser des liens, dénouer des nœuds et peut le faire dans la société ou en lui-même. Il n’a pas à choisir entre ces deux voies de réalisation extérieure et intérieure, mais à les dissocier en les ordonnançant l’une par rapport à l’autre pour qu’elles inter-agissent l’une sur l’autre.


Connais-toi toi-même et tu connaîtras d’autant mieux les autres. Sois d’abord le Bateleur (lame majeure I du Tarot) couvert par un chapeau symbole de l’infini avant d’ouvrir cette boucle. Un jour viendra où tu relieras cette boucle de l’infini à celle des autres en traçant avec eux la houppe dentelée de nos temples, et tu auras transformé en toi cette succession d’ « infinis partiels » en lacs d’Amour.


Ces nouvelles boucles se substituent à nos habitudes, nos réflexes anciens de la vie courante favorisant des principes, des a-priori. Soudain on ne fonctionne plus aveuglément, on se prend en main. Tout en restant dans la chaîne d’union on peut à la fois se re-saisir et s’abandonner aux autres et au Tout qui nous relie. On peut à la fois s’affirmer et se diluer dans le tout fraternel.


Nous apprenons à boucler sur ce qui devient méthode d’ordonnancement par des rappels à l’ordre réguliers. Les notions de « rappel à l’ordre » et de « régularité » sont parmi les premières références de l’univers maçonnique, chaque Ordre et Obédience faisant son miel de l’observance plus ou moins stricte des rituels, de son rattachement ou non à une autorité générale. Notions toutes symboliques d’abord, des symboles qui prennent vie eux aussi quand la régularité de nos présences en tenues, notre assiduité, se muent en fidélité.


Connais-toi toi-même … et tu connaîtras l’univers et les dieux


« Etes-vous Franc-Maçon ? » « Mes Frères me re-connaissent comme tel ». Ils démultiplient ton image et, de ton côté, tu recomposes la leur indéfiniment pour trouver l’expression qui saura refléter leur être profond. Ainsi l’artiste fait poser son modèle pour exprimer l’identité de l’être qui se cache derrière l’apparence et les signes du corps, pour passer à travers lui (ou elle) et dé-couvrir des couches d’être intérieures superposées, atteindre l’essentiel, l’essence-ciel, et relier le plus haut au plus profond (qui n’est pas le plus bas).


L’Artiste comme l’Initié se déploie horizontalement en démultipliant ses propres facettes et la connaissance qu’il a de lui-même et du monde, et verticalement en plongeant dans ses profondeurs et en reliant comme Hermès Trismégiste le haut et le bas. Il dé-couvre en lui des structures cohérentes qui se re-couvrent les unes les autres, et se dé-couvrent chacune pour travailler à leur degré comme le fait le Vénérable Maître lors de chaque tenue.


Le miroir de l’Autre ainsi sublimé devient prisme et vitrail traversé par la lumière, la porte d’un au-delà transcendant tel un delta, le Delta de nos temples éclairé à l’ouverture des travaux. L’Initié devient lui-même Passeur et Gardien de la lumière et des rayons qui le traversent, viennent du cosmos et retournent au cosmos. Les quelques traces de particules déposées ici et là dans son imaginaire deviennent autant de questions à sa quête de sens.


Ce questionnement devient son secret et son Devoir est de chercher à y répondre. Diverses sont les grilles d’analyse, les fenêtres à barreaux des Tableaux de Loge qui filtrent la lumière. Celle de la Tradition primordiale. Celle de la Mythologie. Celle des symboles et des nombres mystérieux de nos Rites. Des axes d’étude qui se différencient et se complètent, semblent parfois se prendre à contre-pied. La Tradition Primordiale, reprise et transmise par René Guénon, est fondée sur la pure métaphysique et conduit à la connaissance suprarationnelle du Divin, en dehors des systèmes rationnels et des dogmes théologiques. Son but est la réalisation des états supérieurs de l’être et finalement l’union entre l’individu et le Principe, appelée par Guénon l’« identité suprême ». Les dieux des mythologies sont pour Yung des archétypes qui symbolisent les pulsions psychologiques universelles auxquelles l’homme est soumis, et avec lesquelles ils doit composer pour éventuellement les maîtriser.


D’un côté la Voie conduisant à une source primordiale de Connaissance, à la cause des causes, au Créateur. De l’autre un Système semi-religieux où les hommes traitent avec les dieux pour combler leurs attentes, renouvellent à mesure et étagent par niveaux leurs champs de Conscience, s’attachent aux douleurs et aux délices de l’engendrement. D’un côté « Celui qui fut » de l’Ancienne Loi. De l’autre « Celui qui vient » de la Nouvelle Loi. Au milieu se tient « Celui qui est » et les Maçons, ces grands voyageurs immobiles, lui emboîtent le pas quand ils travaillent à Sa Gloire.


Connais-toi toi-même


L’injonction de Socrate est immédiate et absolue. Cette phrase est parmi les premières entendues par le nouvel initié en Maçonnerie. Une fois cette idée établie, elle se conjuguera à jamais au présent de l’impératif, le verbe de l’urgence récurrente. Et révèlera par défaut notre liberté de connaître ou ne pas connaître. Qu’on le veuille ou non, on travaillera en connaissance de cause, si minime soit notre degré de conscience. Non seulement l’initié l’est pour toute sa vie, mais on peut se demander s’il ne travaille pas aussi sans le vouloir sur des plans de conscience qui lui échappent. Autrement dit « Connais-toi toi-même et … méconnais-toi toi-même … Deviens Etre de désir, promesse vivante des noces alchimiques… »


Dans ce présent la vie initiatique est un paradoxe permanent où tout se saisit par totalité mais se perçoit partiellement. Mais, paradoxe du paradoxe, la perception du partiel, jusqu’au plus petit point qui soit, devient une chance dans un ensemble où la partie est à l’image du Tout, où tout se traduit par fractales d’unités et entités similaires dans leurs fonctions et leurs essences. Depuis Démocrite jusqu’aux scientifiques contemporains tel Mandelbrot, en passant par Leibniz, tous semblent dire comme les Compagnons Passants du Devoir à propos de ce petit point « Un point dans le cercle Et qui se place dans le carré et dans le triangle Connais-tu le point - tout est bien Tu ne le connais point - tout est vain ». Un point qui prend vie quand le Maître s’y retrouve.


Dans ce présent l’Etre retrouve et fortifie ses racines ici et maintenant, devient ce qu’il est, se connaît et reconnaît ce qu’il n’a jamais cessé d’être, se retrouve dans d’ultimes et nouvelles rencontres, unions renouvelées à chaque moment qui font de chaque instant un présent. Identification et reconnaissance auxquelles des sentiments prêtent vie, de fraternité par identification, de gratitude par reconnaissance. En cultivant et en aimant nos racines, nos idées prennent vie, se développent, et à défaut d’atteindre les étoiles, se tendent vers le ciel.


Dans ce présent le Maçon garde symboliquement les pieds à l’équerre et la tête dans les étoiles (Henri Vincenot) et dans cette position devenue un état, un étant, son Etre à la fois se réalise et s’accomplit, se déploie aux deux niveaux de la réalisation et de l’accomplissement, en servant ses Frères humains auprès desquels il se range, et en servant la Cause du Père commun.


Tout est relié dans l’absolu. Comme la vague atteignant la rive, chaque idée trouve sa finalité dans l’onde de connaissance qu’elle génère et dans le palier de conscience qu’elle atteint. Elle se transmet à mots couverts, court des uns aux autres, de l’Un à l’Autre, jusqu’à se diluer, se résorber elle-même ...

8 octobre 2008

source : www.patrick-carre-poesie.net

Par Patrick Carré - Publié dans : Planches
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

  • Hauts Grades Maçonniques
  • : Hauts Grades Maçonniques
  • : Blog de recherche sur la Franc-Maçonnerie, la Spiritualité et l'Esotérisme dédié à mon ancêtre James O'Kelly, Franc-Maçon catholique. Erin Go Bragh !
  • Contact

liens

Compteurs

   un compteur pour votre site
                  1658 ABONNES A LA NEWSLETTER              
    2762 ARTICLES PUBLIES     

Le blog de la RL L.Dermott

            Loge Dermott

http://logedermott.over-blog.com

 

Recherche

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés