Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

1er grade Général des Argonautes

13 Septembre 2012 , Rédigé par Loge de Recherche Pierre d'Aumont Publié dans #Rites et rituels

Titre des F\ F\

Dans ce grade le Maître s’appelle Très Vaillant Général et tous les autres F\ F\ se nomment Vaillants Généraux et gardent ce titre jusqu’après la réception du 2ème grade, et après l’ouverture du conseil de guerre de la seconde salle. Il y aura dans cette 1ère salle un globe en guise de tableau car il n’y en a pas au 1er grade.

Décoration de la salle et des Généraux

La salle du conseil de guerre des Généraux des Argonautes sera ornée comme celle de l’académie des Vrais Maçons ; elle sera éclairée d’une seule mais grande lumière. Le Très Vaillant Général et les Vaillants Généraux seront décorés comme les Vrais Maçons et armés, au lieu d’une baguette de fer qui se porte en ce dernier grade, d’une massue et d’un glaive.

Il n’y a dans ladite salle ni trône ni tableau, comme on a dit plus haut, mais une table couverte d’un tapis vert, laquelle sera ronde, et autour seront assis tous les Vaillants Généraux. Les fauteuils où ils seront assis seront de même couleur et on observera que le Très Vaillant Général soit placé à l’orient, sans autre distinction, et les Vaillants Généraux à sa droite et à sa gauche, chacun suivant l’ordre de sa réception.

Manière d’entrer dans le conseil de guerre

Quand un Général des Argonautes voudra entrer dans la salle du conseil de guerre, il frappera un grand coup avec le pied droit.

Le dernier reçu des Généraux entendant ce bruit criera : « Qui va là ? » Celui qui est à la porte répondra : « Général des Argonautes ». Le dernier reçu répliquera : « Halte-là ! », et en s’adressant au Maître dira :

« Très Vaillant Général, on frappe à la porte en Général des Argonautes ».

Le Très Vaillant Général dit :

Ayez la bonté, Vaillants Généraux derniers reçus, de vous armer de vos massues et de vos glaives et d’aller à la porte vous faire donner l’ordre et la consigne.

L’ordre s’exécute, le dernier reçu ouvre la porte et la garde tandis que l’autre sort pour se faire donner l’ordre et la consigne qu’il fait passer par le Général qui garde la porte jusqu’au Très Vaillant Général.

Le Très Vaillant Général les ayant trouvés justes dit :

Ouvrez la porte à ce Vaillant Général et introduisez-le dans la salle en la forme ordinaire.

Les deux derniers reçus l’introduisent, se placent à ses côtés et par la marche ordinaire le conduisent vis-à-vis le Très Vaillant Général ; et alors tous les trois ensemble, ayant leur massue sur l’épaule gauche et le glaive à la droite (ce qu’on appelle en parade), baisseront leurs glaives.

Le Très Vaillant Général et les Généraux, qui seront pour lors debout, répondront à ce salut de la même manière ; après quoi, le Très Vaillant Général dit au Général introduit :

Prenez place dans notre conseil.

Ouverture du conseil de guerre

Quand tous les Généraux, ou du moins un nombre suffisant, seront assemblés, placés et assis, le Très Vaillant Général se lèvera, ainsi que tous les Généraux, et frappera un coup de son glaive, après lequel il demandera :

D. Vaillants Généraux, à quelle heure s’ouvre le conseil de guerre ?
R. Un instant avant le combat.
D. Dans quel temps donne-t-on le combat ?
R. Dans toutes les saisons.
D. Où se donne le combat ?
R. Dans la Thessalie et la Colchide.
Après cette demande, le Très Vaillant Général dit :

Vaillants Généraux, puisque le conseil de guerre s’ouvre un instant avant le combat, que le combat se donne dans toutes les saisons et dans la Thessalie, que nous y sommes, je vous annonce que le conseil de guerre est ouvert.

A ce dernier mot, tous les Vaillants Généraux feront le signe et crieront trois fois Combat.

Réception

Lorsqu’un Vrai Maçon - car il faut avoir ce grade pour pouvoir être reçu - aura toutes les qualités requises par les ordonnances et qu’il aura été admis par tous les Chevaliers, il viendra se présenter tout seul à la porte de la salle du conseil de guerre le jour que son présentateur lui aura indiqué pour sa réception, et il lui apprendra les réponses ; il frappera en Vrai Maçon.

Le dernier reçu criera :

Qui va là ?

Le candidat répondra :
C’est un Vrai Maçon.

Le dernier reçu dira :
Que demandez-vous ?

Le candidat :
Je demande ardemment d’être enrôlé dans votre milice.

Le dernier reçu dira :
Halte-là !

Et rendra compte au Très Vaillant Général et à tous les Vaillants Généraux.

Le Très Vaillant Général dit :
Vaillant Général, ayez la bonté d’aller examiner hors de la salle ce Vrai Maçon sur ce grade et, s’il satisfait à vos questions, vous l’introduirez dans la salle du conseil après lui avoir couvert les yeux d’un bandeau.

Le dernier reçu exécute l’ordre, introduit le récipiendaire et se tient à son côté pour lui dicter les réponses.

Alors le Très Vaillant Général dit d’un ton ferme :
D. Sage, que demandez-vous ?
R. Je demande d’être enrôlé dans votre milice si vous m’en jugez digne.

(Ici, tous les Généraux frappent de leur glaive sur la table pour marquer là leur consentement.)
D. Avez-vous les vertus et les qualités nécessaires pour parvenir à ce grade ?
R. Oui, Très Vaillant Général, je crois et j’espère, et je suis en état de donner des preuves de ma sagesse et de ma force.
D. Puisque vous croyez, espérez et êtes en état de donner des preuves de votre sagesse et de votre force, foi de Vrai Maçon, nous promettez-vous de ne jamais révéler à qui que ce soit et sous quel prétexte que ce puisse être nos mystères et nos secrets ?
R. Oui, Très Vaillant Général, je le promets et je le jure. (En disant ceci, il étend la main droite, ce qui sert d’obligation et de serment.)

La susdite parole donnée ou obligation prêtée, le Très Vaillant Général dit au plus ancien des Généraux :
Otez le bandeau des yeux au récipiendaire, ornez-le de la massue et du glaive, faites-lui faire le tour du globe qui est au milieu de la salle et faites-lui crier trois fois Combat.

Après cette cérémonie, le Très Vaillant priera l’ancien Général de faire avancer jusqu’à lui par la marche ordinaire le récipiendaire pour lui donner le signe, l’ordre, la consigne, le nom, l’attouchement et l’accolade comme suit.

Signe, ordre, consigne, nom, attouchement et accolade

Le signe est de fermer un poignet dans l’autre, de les lever du côté de l’épaule droite, de les laisser tomber sur la hanche gauche et, enfin, de relever le poignet droit fermé du côté de l’épaule droite et de faire semblant de vouloir frapper.

L’ordre ou mot d’ordre est Vulcain et Lemnos.
La consigne a pour mot Combat.
Le nom d’un Général des Argonautes est Jason.
L’attouchement est de prendre la main droite, le poignet fermé, de celui qui vous reconnaît.
L’accolade est de baiser au front celui qui vous reconnaît et qu’il doit rendre de la même façon.
Après cela, le Très Vaillant Général dit au récipiendaire d’aller se faire reconnaître à tous les Généraux ; et ladite reconnaissance faite, il fait prendre place pour cette fois seulement au nouveau Vaillant Général à sa droite ; il procède ensuite à l’instruction qui suit.

Instruction

D. Qui êtes-vous ?
R. Vaillant Général des Argonautes.
D. A quoi pourrai-je reconnaître que vous êtes tel ?
R. A mon nom, mes armes et mes vertus.
D. Comment vous appelez-vous ?
R. Jason.
D. Que signifie ce nom ?
R. Médecin de théorie.
D. Quel a été votre maître ?
R. Le centaure Chiron (7).
D. Quelles sont vos armes ?
R. La massue d’Hercule et mon glaive.
D. A quoi devez-vous vous en servir ?
R. À purger la terre et la mer des monstres qui l’infectent.
D. Quelles sont vos vertus ?
R. La foi et l’espérance.
D. Pourquoi dites-vous que la foi et l’espérance sont vos vertus ?
R. Parce que j’ai cru la possibilité de l’œuvre avant de faire aucune recherche et que j’espère réussir, ayant eu le bonheur de connaître la matière et le feu.
D. Quel âge avez-vous ?
R. Trois cents ans.
D. Que signifie un âge aussi long ?
R. Qu’il faut chercher longtemps avant de pouvoir trouver la matière et le feu.
D. Quelle est votre consigne ?
R. Combat.
D. Pourquoi ?
R. Parce qu’il faut beaucoup travailler pour purger la terre et la mer des monstres qui l’infectent.
D. Quel est votre ordre ?
R. Vulcain et Lemnos.
D. Pourquoi ?
R. Parce que c’est dans cette île que Vulcain doit m’être favorable.
D. Avez-vous [un] signe ?
R. Oui, Très Vaillant Général.
D. Donnez-le-moi.
R. On le donne.
D. Que signifie ce signe ?
R. Que je sais purger la terre et la mer des monstres qui l’infectent, et consens d’expirer comme eux sous la massue d’Hercule et sous le glaive de Jason si j’enfreins mes engagements.
D. Avez-vous [un] attouchement ?
R. Oui, Très Vaillant Général.
D. Quel est-il ?
R. C’est de prendre la main droite, le poignet fermé, de celui qui vous reconnaît.
D. Que signifie cet attouchement ?
R. Que je tiens la théorie du grand œuvre.
D. Quelle est votre accolade ?
R. C’est de faire un baiser sur le front de celui qui reconnaît et qu’il doit rendre de la même façon.
D. Que signifie l’accolade ?
R. Que c’est dans ce lieu que réside la sagesse d’un Vaillant Général des Argonautes.
D. Quelle est votre marche ?
R. Trois pas lents faits militairement.
D. Que signifient ces trois pas lents et harmonieux ?
R. Qu’on doit se hâter lentement et procéder avec harmonie dans le grand œuvre.
D. Combien avez-vous de coups pour entrer dans la salle du conseil de guerre ?
R. Un seul grand coup avec le pied droit.
D. Combien y a-t-il de lumières ?
R. Une seule.
D. Pourquoi cela ?
R. Pour montrer que tout vient d’un lorsqu’il se divise en 2, 3, 4 et 5, moitié du nombre sphérique qui est 10 et doit retourner à un, et que je sais opérer.
D. Pourquoi aviez-vous les yeux couverts quand vous fûtes introduit dans la salle du conseil ?
R. Pour désigner l’aveuglement où j’étais avant de connaître la théorie du grand œuvre.
D. Quel voyage vous fit-on faire ?
R. Le tour du globe terrestre.
D. Pourquoi ?
R. Pour y trouver les monstres qui infectent les deux éléments qui le composent.
D. Quel fut votre guide dans le voyage ?
R. C’était le plus ancien Vaillant Général du conseil pour m’empêcher de m’égarer.
D. Quel fruit rapportez-vous de votre voyage ?
R. La théorie de la matière et du feu que je devais mettre en pratique à Colchos pour emporter la Toison d’or et mériter par cette expédition le royaume que mon oncle Pélias avait usurpé à mon père Eson.

Clôture du conseil de guerre

L’instruction finie, le Très Vaillant Général se lève, ainsi que tous les Généraux, frappe un coup de son glaive sur la table et fait les questions qui suivent après que tous les Vaillants Généraux se sont mis en parade.

D. A quelle heure se ferme le conseil de guerre ?
R. A l’instant qu’on a délibéré de combattre.
D. Dans quel temps l’a-t-on délibéré ?
R. A présent.
Le Très Vaillant Général dit :

« Puisque le conseil de guerre se ferme à l’instant qu’on a délibéré de combattre et que nous devons combattre à présent, quittons la Thessalie et embarquons-nous pour Colchos ».

Après ces mots, tous les Vaillants Généraux crient trois fois Combat, ensuite passent dans la seconde salle et laissent le récipiendaire tout seul.

Partager cet article

Commenter cet article