Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Ordre Martiniste 3ème Degré(1913)

11 Août 2008

Discours de l´Orateur

Le Troisième Degré est divisé en deux parties : initiatique et
administrative. Il forme la synthèse des deux autres degrés. S.I
est la signature distinctive de l´Ordre et indique à elle seule tous les
développements du Rituel symbolique. Les six points, disposés en deux
triangles opposés, figurent la disposition des luminaires, et leur disposition
représente le Ternaire dans les trois Mondes : Dieu, l´Homme et la Nature. La
lettre S, initiale des mots Silence et Supérieur, représente le Manteau
symbolique dont est recouvert tout Initié. La lettre I, initiale du mot
Incognitus, Inconnu, symbolise le Masque dans toutes ses significations.
L´opposition des deux lettres et l´opposition des deux triangles révèlent,
à l´oeil perspicace, les deux Colonnes dans leur opposition active (lettres)
et passive (points), opposition verticale et opposition horizontale, clef ou
Symbolisme de la Croix.
Le Symbolisme de notre Rite est encore plus magnifiquement récapitulé dans la
figure suivante, qui est très caractéristique. Le Point dans un Cercle
représente le Principe dans ses développements, Dieu dans l´Éternité, etc.
Dans le Royaume humain, le Point, ou Principe, représente l´Individu ; le
Cercle, ou développement, représente l´Humanité. Dans le Royaume
intellectuel, le Point représente la Science absolue ; le Cercle, les Théories
scientifiques, les Systèmes et les Écoles. Dans le Royaume moral, le Point
représente la Religion ; le Cercle, toutes les différentes formes
d´adoration. Enfin, le Point est la Cause, le Premier mobile ; le Cercle est
l´Effet, la Conséquence. Les Martinistes voient dans le Point l´emblème du
Masque, qui enseigne la Solitude, et, dans la Circonférence, celui du Manteau,
qui enseigne la Prudence. Les lignes parallèles supportées par les deux Saint
Jean, dont les fêtes ont lieu dans des saisons opposées de l´année,
représentent les Forces antagonistes de la Nature, maintenant l´Eternité
elle-même dans le plus parfait état d´équilibre ; ces lignes figurent aussi
les alternatives de Bien et de Mal, de Lumière et d´Obscurité, d´Homme et
de Femme, d´Esprit et de Matière, etc., etc., oppositions qui sont
indispensables pour établir, sur toute la Création, la Loi divine
d´Universelle Harmonie, représentée, dans les temps anciens, par la Lyre
d´Orphée, et, depuis l´Ère chrétienne, par la Bible, qui couronne le
Symbole entier. En méditant sur le sublime Symbolisme du Rite Martiniste, nous
sommes amenés à faire la profession de foi suivante :

Les Luminaires

« Nous croyons en un Dieu Unique et en la Religion Unique comme Lui, en un Dieu
bénissant tous les Dieux et en la Religion absorbant ou annulant tous les
Cultes. Nous croyons en l´Infaillibilité de l´Esprit de Charité plutôt
qu´en l´Infaillibilité de la témérité dogmatique de quelques hommes. »

Le Masque

« Nous croyons a la Liberté absolue, à l´Indépendance absolue, à la
Royaume même, à la Divinité relative de la Volonté humaine, lorsqu´elle
est réglée par la souveraine Raison. Nous croyons que, pour s´enrichir, il
faut donner, et que le Bonheur individuel ne peut être atteint que par le
Bonheur d´autrui. »

Les Colonnes

« Nous reconnaissons dans l´Être deux modes essentiels : l´Idée et la
Forme, l´Intelligence et l´Action. Nous croyons à la Vérité, qui est
l´Être conçu par l´Idée. Nous croyons à la Réalité, qui est l´Idée
démontrée ou démontrable par la Science. Nous croyons à la Raison, qui est
l´Être exprimé exactement par le Verbe. Nous croyons à la Justice, qui est
l´Être mis en action, suivant ses vrais rapports et ses proportions
raisonnables. »

Le Manteau

« Nous croyons que Dieu lui-même, le Grand Principe indéfinissable de
Justice, ne saurait être le despote ni le bourreau de ses Créatures ; qu´il
ne peut ni les récompenser ni les punir ; mais que la Loi de l´Universelle
Harmonie porte en elle-même sa sanction, de sorte que le bien de soi-même est
la récompense du Bien, et le mal le châtiment, mais aussi le remède du Mal.
»
Nous devons apporter plus de lumière sur la signification des Signes et des
Pentacles des deux premiers Degrés ; mais il ne faut pas s´attendre cependant
à ce que ce sujet soit épuisé ici et que son ésotérisme soit révélé.
C´est à l´Initié seul que cette tâche échoit ; tout ce qui nous est
permis à cet égard, c´est de lui frayer la route de la découverte.

La Croix

La Croix est l´image de la Loi quaternaire, elle-même dissimulée dans la
formation kabbalistique du TeTragrammaTon ou Nom Incommunicable à quatre
lettres. Cette connaissance forme le sommet de toutes les Écoles
d´Initiation, quels que soient leurs noms ou leurs Rites ; mais, dans presque
toutes, la lettre a remplacé l´esprit, et rien ne reste de la Tradition,
sinon quelques cérémonies qui ne sont plus comprises. Le Nom Incommunicable,
ou Parole perdue, que l´on prononce seulement à voix basse et au milieu des
Rites les plus solennels, est le  des Hébreux, lesquels le font
dériver des Egyptiens, leurs Maîtres. C´est aussi le I. N. R. I. des
Rose-croix et la Rota des Kabbalistes. Le Nom Incommunicable est également le
Grand Athanor (e PWZA (Azoth) des Adeptes du plus haut Degré de
l´Initiation hermétique. En connaître la vraie prononciation -
c´est-à-dire posséder la pleine compréhension du mécanisme de la Loi
quaternaire synthétisée dans la Parole perdue des Kabbalistes- c´est se
rendre Maître des quatre Éléments et concentrer dans son cerveau toutes les
Idées de Science, de Religion et de Progrès.

Nous avons vu que la Loi du Ternaire lie entre elles les Forces opposées et les
ramène à l´Unité du Triangle. Le Quaternaire est le complément du Ternaire
; il rassemble les Lois d´Opposition et d´Équilibre en un Tout harmonieux
qui est l´Entité. La Loi quaternaire est représentée en Géométrie par le
carré qui est composé de quatre angles de 90 degrés égaux chacun à la
quatrième partie du Cercle, emblème de l´Éternité. De là l´origine du
problème de la Quadrature du Cercle, insoluble pour la Mathématique moderne,
laquelle est basée sur le principe erroné du « Point mathématique », mais
parfaitement résolu par les Anciens Philosophes, qui représentaient de cette
manière la Loi absolue de l´Éternelle Harmonie. Le mode employé par les
Initiés pour écrire les Mots Sacrés est de les disposer en forme de croix
dans un Cercle.
Telles sont les réelles instructions initiatiques relatives à la Croix,
Symbole de la Divinité par le Mystère du Nom Incommunicable, lequel est, en
vérité, la Divinité elle-même manifestée au Philosophe par la Grande Loi
Universelle du Quaternaire.
Nous ne pouvons rien dire de plus sur ce sujet important. Nous t´avons donna
la Clef de la Science Universelle ; tu dois ouvrir toi-même la porte du
Sanctuaire.

Le Pentagramme

Le Pentagramme, avec ses cinq pointes, semble détruire la magnifique harmonie
du Quaternaire. En réalité, c´est ce qu´il fait. Il s´ensuit que le
nombre 5 est le Symbole de la Chute, de la Mort, de la Ruine, de la Corruption,
de la Putréfaction.
Mais l´Étoile Flamboyante, qui suggère la forme de l´Homme
(c´est-à-dire la tête et les quatre membres), est l´emblème de l´Homme
dans toute la force de sa Volonté libre, capable de maîtriser ses passions
quand l´Intelligence domine la Matière  ou de permettre à ses
Passions de dominer son Esprit  Cela représente donc le Bien et le
Mal, suivant la direction prise.

L´Etoile à cinq pointes est par-dessus tout emblématique de la Chute  de
l´Homme ; et aussi d´une condition corrompue soit physique, soit
morale.
Mais nous avons vu, dans les Degrés précédents, que la Volonté humaine est
puissante, même contre la Providence. Aussi, pour effectuer sa rédemption.
Était-il nécessaire que la Volonté libre et le Consentement de l´Homme
s´unissent aux desseins de la Providence. Cette Alliance, cette Communion, eut
lieu quand la Divinité s´incarna dans le Corps de l´Homme, quand le Verbe
fut fait Chair. L´Homme avait offense son Créateur, profané le Nom Sacré de
Dieu, en d´autres termes, détruit l´harmonie de la relation entre les Cieux
et la Terre, - idée exprimée kabbalistiquement par la mutilation du Nom Sacré
divisé en deux parties ; le sublime Quaternaire avait été violemment séparé
en deux Binaires, c´est-à-dire en deux termes d´opposition : Un tel antagonisme ne pouvait pas continuer. Le TeTragrammaTon désirait la
Régénération de l´Homme. Ce désir est exprimé en Kabbale par le triple
Tau hébreu, la lettre , qui, affectant la forme de langues, représente aussi
le Verbe, c´est-à-dire la Divinité elle-même en tant que manifestée par la
Parole. la lettre , (Schin), deux fois l´emblème de Dieu, fut donc
introduite dans le Nom Sacré mutilé, de manière à réunir les deux fragments
Ce nouveau Nom de cinq lettres, emblème de la rédemption de
l´Homme, se lit en Hébreu Iéoschouah ; c´est le nom du Nazaréen, et nous
voyons que le chiffre 5, auparavant Destructeur de l´Harmonie, devient, sous
la nouvelle disposition, le chiffre béni de la Réintégration de l´Homme
dans son état originel de pureté. Tu comprendras maintenant le sens
ésotérique de la mort d´Osiris et de celle d´autres héros plus modernes
des Mystères, même antérieurement au Christ, car depuis la Chute de l´Homme
sa rédemption a toujours été possible. Ces explications ésotériques doivent
toujours être présentes à notre esprit. Elles te conduiront, mon Frère, à
la plus haute conception de l´Univers, de ses Lois et de son Grand Architecte.
La connaissance provenant de la contemplation de nos symboles s´étend bien
au-delà de celle que ne pourrait te donner aucune association secrète
contemporaine. Il nous reste à t´expliquer, mon Frère, le signe de ce Degré
: le Sceau de Salomon, ou double Triangle, et le Pentacle Universel de
Saint-Martin, l´illustre fondateur de notre Rite Sublime.

Le Sceau de Salomon

Le Sceau de Salomon, ou Etoile à six pointes, représente l´Univers et ses
deux Ternaires, Dieu et la Nature, et est, pour cette raison, appelé le Signe
du Macrocosme, ou Grand Monde, par opposition à l´Étoile à cinq pointes,
qui est le signe du Microcosme, ou Petit Monde, ou Homme. Il est composé de
deux triangles. Celui dont le sommet est au-dessus représente tout ce qui monte
; il symbolise le Feu et la Chaleur ; psychiquement, il représente les
aspirations de l´Homme vers son Créateur ; matériellement. Il représente
l´Évolution des Forces physiques, du Centre de la Terre au Centre de notre
Système planétaire, le Soleil. En un mot, il exprime le retour naturel des
forces, morales et physiques, au Principe dont elles émanent. Le Triangle dont
la pointe est en bas représente tout ce qui descend ; c´est le Symbole
hermétique de l´Eau et de l´Humidité. Dans le Monde spirituel, il
représente l´action de la Divinité sur ses Créatures ; dans le Monde
physique, il représente le courant d´involution partant du Soleil, centre de
notre Système planétaire, et allant au centre de la Terre. Combinés, ces deux
triangles expriment non seulement la Loi de l´Équilibre, mais encore
l´Activité éternelle de Dieu et de I´Univers ; ils représentent le
Mouvement perpétuel, la Génération et la Régénération incessantes par
l´eau , et par le feu +, c´est-à-dire par la Putréfaction- terme usité
jadis à la place du mot plus scientifique de Fermentation. Le Sceau de Salomon
est donc l´image parfaite de la Création, et c´est avec cette signification
que Notre Vénérable Maître, Louis-Claude de Saint-Martin, l´a renfermé
dans son Pentacle Universel.

Pentacle Universel

Dieu, le Premier Principe de l´Univers, est représenté par un Cercle,
symbole de l´Eternité :

L´action de l´Eternité passant du pouvoir latent à l´action, est symbolisée par la relation mystique du Centre à la Circonférence ; par le rayon projeté six fois autour du Cercle, ce qui produit l´Hexagone, emblématique des six périodes de la Création.

Le Point central forme la Septième période, celle du Repos.
C´est entre ces émanations créatrices que la Nature évolue par ses deux
grands courants d´Involution et d´Evolution (Triangles ascendant et
descendant).

Remarquons que la Nature, symbolisée par le Sceau de Salomon, n´atteint pas
Dieu, mais seulement les forces créatrices émanées de Lui. Du Centre de
l´Univers à Dieu lui-même (Cercle), la puissance de l´Homme prend
naissance, Unissant les effets de la Divinité au fatalisme de la Nature, dans
l´Unité de sa Volonté libre symbolisée par la Croix, qui rattache le centre
de l´Univers (âme humaine) à Dieu lui-même.

Telle est l´explication de la figure la plus complètement synthétique que le
génie de l´homme n´ait jamais découverte. Elle révèle tous les mystères
de la Nature ; elle est vraie aussi bien en Physique qu´en Métaphysique, dans
les Sciences naturelles qu´en Théologie. C´est le Sceau qui unit la Raison
à la Foi, le Matérialisme au Spiritualisme, la Religion à la Science.
Médite, mon Frère, médite de toute ton âme sur ce qui t´a été enseigné
jusqu´ici. Le Désir et la Méditation te conduiront aux plus grandes
découvertes : l´Homme de Désir est le protégé de la Providence.

Partager cet article

Commenter cet article