Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Ecuyer Novice : instruction(1)

16 Avril 2006 , Rédigé par JB WILLERMOZ Publié dans #hauts grades

Le Temple célèbre élevé par Salomon dans la Cité Sainte est devenu le Symbole général de la Franc-Maçonnerie, et cela devait être parce qu'il fut et sera à jamais le Type universel de toutes les vraies connaissances ; sa réédification allégorique se trouvant achevée au IVème  Grade, on a dû vous dire qu'il formait le complément et la fin des Symboles, parce que les Saintes Ecritures nous disent clairement que le Temple même rebâti par Zorobabel n'était qu'une figure de l'avenir. Ce que nous lisons dans le prophète Zacharie vous fera encore mieux comprendre ce qu'on a voulu vous enseigner en retraçant l'époque du second Temple dans le Grade de Maître Ecossais, et ces mots expressifs : MELIORA PRAESUMO qui forment sa devise qui ne vous présenteront plus un sens obscur. Voici comment s'exprime le prophète : 

"L'ange du Seigneur dit à Jésus fils de Josedée : je vous ai dépouillé de vos iniquités et je vous ai revêtu d'habits précieux. Ecoutez ô Jésus grand prêtre ! Vous et vos amis qui sont auprès de vous, parce qu'ils sont destinés pour être la vraie figure de l'avenir... je m'en vais faire venir l'Orient qui est mon serviteur... ECCE VIR ORIENS NOMEN EJUS. Ce sera un germe qui poussera de lui-même, et il bâtira un Temple au Seigneur ; il sera couronné de gloire ; il s'assoira sur son trône et il dominera... Ceux qui sont les plus éloignés viendront et bâtiront dans le Temple du Seigneur" (Zach. Cha. 3 et 6).

Cette prophétie a eu son accomplissement, le Seigneur s'est réveillé enfin, et il s'est avancé vers nous de son sanctuaire. Vous devez mieux concevoir à présent dans quelle intention on s'est servi de l'ancien Temple pour en former le principal emblème de la Franc-Maçonnerie et pourquoi tous nos Grades respirent la morale pure qui nous est enseignée par l'Evangile. Votre attente n'aura pas été déçue, Mon Bien Aimé Frère, puisqu'on vient de vous montrer que les vrais Maîtres sont destinés à devenir Chevaliers de la Cité Sainte, que zélés défenseurs de la religion du Divin Christ, vivant dans l'Espérance, la Foi et la Charité, ils bâtissent dans le Temple du Seigneur, et sous le voile des Symboles et emblèmes des Maîtres ils cherchent par une douce persuasion à y conduire ceux qui en sont les plus éloignés. Vous avez peut-être pensé, Mon Bien Aimé Frère que vous recevriez aujourd'hui l'explication de tous ces Symboles et emblèmes dont vous avez été entourés dans le cours de votre carrière maçonnique ; mais un nouvel ordre de chose se présente, et ce n'est qu'en qualité de Novice que vous entrez dans la milice bienfaisante de la Cité Sainte ; ce titre seul annonce que le développement des Symboles ne pouvait être que partiel ; d'un autre côté, si vous avez pénétré le sens des questions qui vous ont été proposées aujourd'hui, vous avez dû pressentir qu'on voulait essentiellement et avant tout fixer vos idées sur l'origine et le but primitif de la Franc-Maçonnerie et, vous devez le désirer vous-même, à présent que l'ordre qui vous était caché vient de vous être dévoilé ; car il vous serait aisé de confondre des choses qu'il est bien important de savoir distinguer. Ne croyez pas cependant qu'en vous arrêtant à cet objet votre marche soit rétrograde, et ne serait-ce pas une découverte utile pour vous qui cherchez à remonter au but primitif et fondamental, si l'on vous indique les rapports que la vraie Maçonnerie peut avoir avec l'institut sublime et secret qui lui a donné naissance, et par conséquent avec ceux qui ont le bonheur d'en connaître la valeur intrinsèque .

 Tel est aussi, Mon Bien Aimé Frère, le but principal de cette instruction, le tableau que nous allons tracer embrasse les plus grands objets, et ne sera encore qu'une ébauche ; mais il n'en est pas moins digne de vous intéresser ; donnez-y toute votre attention, elle vous sera nécessaire pour en bien saisir l'ensemble et les détails. 

I - Idée générale du Régime Rectifié considéré sous ses Rapports Moraux

'institution Maçonnique ne peut ni ne doit être confondue avec l'ordre primitif et fondamental qui lui a donné naissance ; ce sont en effet deux choses très distinctes. L'ordre primitif doit être secret, parce qu'il a un but essentiel qui est très élevé, que peu d'hommes sont dignes de connaître ; son origine est si reculée, qu'elle se perd dans la nuit des siècles ; tout ce que peut l'institution maçonnique, c'est d'aider à remonter jusqu'à cet ordre primitif, qu'on doit regarder comme le principe de la Franc-Maçonnerie ; c'est une source précieuse, ignorée de la multitude, mais qui ne saurait être perdue ; l'un est la Chose même, l'autre n'est que le moyen d'y atteindre ; c'est sous ce point de vue, Mon Bien Aimé Frère, qu'il faut considérer la Franc-Maçonnerie en général, et le régime particulier auquel vous êtes attaché, si vous voulez en avoir une juste idée, et en retirer uelque fruit. Ce régime Maçonnique, vous le savez maintenant, est composé de deux classes essentiellement distinctes ; la première classe est symbolique, c'est celle des maçons ; la seconde forme un Ordre Equestre composé de deux grades ; le premier donne au Maçon le nom d'Ecuyer Novice ; au second il fait profession des vérités de la religion chrétienne, et dès lors il est décoré du titre de Chevalier Maçon de la Cité Sainte ; la classe symbolique prépare et conduit à la seconde, comme celle-ci peut conduire à quelqu'autre ceux qui savent s'en rendre dignes et que la providence destine à de plus grandes faveurs ; et que la réunion de toutes les classes considérées relativement au but fondamental de l'ordre primitif et essentiel constitue l'Ordre Maçonnique en général et les deux classes dont nous venons de parler constituent le Régime rectifié.

L'Ordre Maçonnique pris dans sons sens le plus étendu, éclaire les hommes et en fait des Sages. Le Régime Rectifié les prépare, les éprouve, et les dispose à acquérir la Sagesse. Le but de ce Régime embrasse le bonheur particulier de ses membres et celui de l'humanité en général ; en effet, de la perfection individuelle de soi-même résulte nécessairement une utilité générale pour la famille humaine par l'exercice d'une bienveillance active, éclairée et universelle qui, dès lors s'étend à tous les besoins dont les hommes sont susceptibles. Pour parvenir à un but si important, il a fallu employer des moyens particuliers, les diviser en deux classes et les mettre à la portée de ceux qui les composent. Les Symboles se sont présentés, le choix ne pouvait être arbitraire ; mais comme ils sont relatifs au but fondamental et primitif de l'institut Maçonnique et aux buts particuliers du Régime Rectifié, ils sont aussi susceptibles d'explications différentes dans chacune des classes ; ceci pourrait vous égarer, si l'on ne vous faisait remarquer qu'en dernier résultat ces explications se confondent par le but essentiel auquel les Symboles se rapportent.  

 Dans la première classe, l'explication morale des Symboles vous a été donnée progressivement comme étant la plus essentielle pour vous, Mon Bien Aimé Frère, comme la plus propre au but de perfection individuel de soi-même ; la carrière symbolique considérée dans ce sens, n'est autre chose qu'une école dans laquelle on se propose de former le cœur et l'esprit des maçons en leur enseignant une morale douce, vraie, simple et pure, d'élever leur intelligence qu'on exerce par les emblèmes sacrés qu'on leur présente ; enfin, d'exciter l'amour de la vérité, et de développer dans leurs cœurs le germe précieux des vertus religieuses, morales et patriotiques ; car il faut aimer ces vertus avant de les commander.

Dans la seconde classe, les emblèmes cessent, ainsi le maçon devient Chevalier de la foi, et dès le premier pas il s'engage à faire ses efforts pour mettre fidèlement et constamment en pratique toutes les vertus qu'on lui a enseigné ; le Noviciat de l'Ecuyer n'a pas d'autre objet. Son propre bonheur lui en fait une loi ; il le doit pour l'instruction comme l'édification de la grande famille humaine ; il le doit pour le soulagement de l'humanité souffrante, pour la prospérité et la gloire de la Religion chrétienne dont il devient le défenseur.

Si l'Ordre Maçonnique peut effectivement conduire à quelques connaissances relatives et plus élevées, ah ! n'en doutez jamais, Mon Bien Aimé Frère, il n'y a que la pratique constante et pure de toutes ces vertus, rigoureusement exigées dans l'ordre intérieur, qui puisse donner quelque titre pour pouvoir y aspirer ; toute autre voie égare et peut devenir plus funeste qu'on ne pense.

C'en est assez pour vous donner une juste idée du Régime Rectifié, et même du but essentiel de la Franc-Maçonnerie, vous avez appris sous le voile des Symboles qu'il est des devoirs importants pour l'homme ; l'on vient de vous faire entrevoir la nécessité de les remplir avec fidélité ; cherchez par cette voie la science, et avant elle vous trouverez, Mon Bien Aimé Frère, un trésor plus précieux, c'est la sagesse.

II- Origine de l'initiation Maçonnique

Nous venons, Mon Bien Aimé Frère, de vous indiquer un ordre primitif et essentiel, duquel serait provenu l'initiation Maçonnique. Ce n'est pas comme quelques-uns l'ont pensé de l'ordre du T. dont nous avons entendu parler, ni celui des Chevaliers de la Cité Sainte ; c'est d'un ordre sublime et secret dont l'existence ne peut paraître douteuse qu'à ceux qui n'ont pas fait une étude un peu réfléchie de la Franc-Maçonnerie. Il est facile de s'en convaincre en méditant l'histoire sainte et en y cherchant les grands rapports que présente l'emblème du Temple de la Cité Sainte avec tout ce qui l'a précédé et suivi. Elle nous apprend que Salomon, que le Seigneur avait désigné par la bouche de ses prophètes, pour être le constructeur de ce Temple unique et merveilleux dont les plans avaient été mystérieusement tracés à David son père ; elle nous apprend, disons-nous, que Salomon fut doué d'une prudence et d'une sagesse prodigieuse, qui surpassaient celle de tous les Orientaux et de tous les Egyptiens ; il était plus sage que tous les hommes, son esprit fut capable de s'appliquer à autant de choses qu'il y a de grains de sable sur le rivage de la mer, il traita depuis le cèdre qui est sur le Liban, jusqu'à l'hysope qui sort de la muraille, et il traita de même des animaux de la terre, des oiseaux, des reptiles et des poissons (R. L. 3 Ch. 4). Cela seul vous annonce une universalité de connaissances, et qu'alors il existait une école où la science était professée secrètement et il faut que cela soit, puisque de tout ce qu'a écrit Salomon, on ne connaît que ce qui est renfermé dans les livres saints. Cependant il ne faut pas croire que ces connaissances ont été perdues ; l'histoire du peuple hébreu nous montre clairement que ces quelques êtres privilégiés qui furent préposés pour instruire et conduire les peuples étaient instruits dans la science, et tout atteste une initiation secrète. Sans pouvoir vous en donner la preuve, il nous est impossible de nous refuser à penser que ces connaissances sublimes et précieuses se sont perpétuées sans interruption pendant tous les siècles, du monde ; c'est Salomon que l'on peut regarder comme le chef des initiés de ce temps-là, qui nous dit lui-même : J'ai appris que tous les ouvrages que Dieu a créés, demeurent à perpétuité et que nous ne pouvons rien ajouter ni rien ôter à tout ce que Dieu a fait. CE QUI A ETE EST ENCORE ; CE QUI DOIT ETRE A DEJA ETE, ET DIEU RAPPELLE CE QUI EST PASSE (Ecc1. Ch. 3 V. 14-15). 

Les maçons justement appelés Sectateurs des sciences professées par Salomon, qui travaillent mystiquement à rebâtir un Temple élevé par lui à l'Eternel, Temple qui n'était lui-même qu'une figure de l'avenir, les maçons ne peuvent révoquer en doute le témoignage du plus sage des hommes ; oui Mon Bien Aimé Frère, CE QUI A ETE EST ENCORE, et l'initiation Maçonnique n'est que l'ombre d'une initiation plus parfaite, comme nos travaux ne sont qu'un symbole de ceux qui occupèrent le fils de David. Pour peu que vous ayez réfléchi sur les objets qu'on a présenté à votre intelligence, il doit vous être facile de concevoir que le but primitif de cette initiation parfaite est très élevé, et doit être tenu très secret, que l'ordre même doit éviter de se montrer parce que peu d'hommes sont dignes d'y être admis, sans pour cela qu'il cesse d'agir efficacement pour le bonheur de l'espèce humaine ; cet ordre par excellence, distingué du nôtre et de celui du Temple à défaut de le pouvoir nommer, ne peut être appelé que le haut et saint ordre. Les vrais maçons, Mon Bien Aimé Frère, tirent leur origine de cette source pure et sacrée, ils cherchent à légitimer leur existence en mettant tous leurs soins à se faire reconnaître comme sortant de cette tige précieuse ; mais entre cet ordre par excellence et le nôtre, vous voyez l'ordre illustre et malheureux des Chevaliers du Temple. Il faut vous apprendre pourquoi il forme un anneau de la chaîne Maçonnique. Ceci nous conduit en quelque sorte à tracer l'histoire abrégée de la Franc-Maçonnerie, seul moyen de vous indiquer les rapports que la vraie Maçonnerie peut avoir avec l'ordre sublime et secret qui lui a donné naissance.

 

Partager cet article

Commenter cet article