Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Discours historique

18 Avril 2006 , Rédigé par Rituel d'Elu Secret Publié dans #hauts grades

 

 La pompe funèbre étant finie, et les travaux repris, Salomon n'eut pas de soin plus pressant que la perquisition des meurtriers d'Hiram, pour leur faire subir une punition proportionnée à leur crime. L'absence de trois Compagnons et de leurs outils, instruments de leur forfait, ne laissa aucun doute sur les coupables. Le plus vieux des trois, comme le plus criminel, fut désigné spécialement par le nom infâme d'Abibala, meurtrier du père. Un inconnu vint se présenter à la porte du palais, et s'étant fait introduire en secret auprès du Roi, lui révéla le lieu de la retraite des malfaiteurs. Salomon ne voulut confier à aucun étranger une commission si délicate ; mais, assemblant pendant la nuit le Conseil extraordinaire des Maîtres, il leur déclara qu'il avait besoin de neuf d'entre eux pour une commission importante, qui demandait du courage et de l'activité ; qu'il connaissait leur empressement et leur zèle ; qu'il ne voulait accorder de préférence à aucun d'eux, que le sort seul en déciderait, et que le premier que le sort aurait désigné serait le chef de l'entreprise. Il fit donc jeter devant lui tous les noms dans un scrutin. Le premier nom qui sortit fut celui de Joaben : il fut le chef de l'entreprise. Les huit autres furent élus successivement. Salomon congédia les Maîtres, et retint près de lui les neuf Elus. Il se retira avec eux dans le lieu le plus reculé des travaux ; là, il leur exposa la découverte qu'il venait de faire à l'aide d'un inconnu. Ils concertèrent entre eux les mesures qu'il fallait prendre pour réussir. Les Elus prêtèrent serment de venger la mort d'Hiram. Ils prirent pour mot de reconnaissance le nom du plus coupable, et sortirent de la ville avant le jour, afin de n'être vus de personne, marchant par des détours et des pays perdus, sous la conduite de l'inconnu. Ils arrivèrent à vingt-sept milles de Jérusalem, du côté de Joppa, près d'une caverne au bord de la mer, nommée la caverne de Benacar (fils de la stérilité, ou lieu stérile), où Abibala, meurtrier du père, et ses complices avaient coutume de se retirer. En effet, vers la fin du jour, ils aperçurent deux hommes qui marchaient avec précipitation vers la caverne. On les reconnut bientôt pour être des coupables, car, dès qu'ils eurent aperçu la troupe, ils prirent la fuite à travers les rochers, et se précipitèrent dans une fondrière, où les Maîtres les trouvèrent expirants.

Joaben, un peu écarté de ses camarades, aperçut le chien de l'inconnu, qui dirigeait sa route vers la caverne, ayant l'air de suivre quelqu'un à la piste. Ce zélé Maçon y court seul, et y pénètre par une descente fort roide, de neuf degrés, taillée dans le roc. Il aperçut, à la faveur d'une lampe, le traître qui venait de rentrer, et qui se disposait à se reposer. Ce malheureux, saisi de frayeur à la vue d'un Maître qu'il reconnut, se sacrifia lui-même en se plongeant un poignard dans le cœur. Joaben se saisit du poignard du traître, et sortit victorieux de la caverne. Il aperçut en sortant une source d'eau qui jaillissait d'entre les rochers ; il y courut se rafraîchir et remettre ses sens agités. Les Elus résolurent de laisser les corps en proie aux bêtes féroces ; ils s'emparèrent des têtes des trois scélérats, et repartirent dès le soleil couché. Ils se rendirent la nuit même à Jérusalem, où ils surprirent agréablement Salomon, en lui rendant compte de leur expédition. Il témoigna aux neuf Maîtres la satisfaction qu'il en avait, et voulut qu'ils portassent le nom distinctif d'Elus. Il leur ajouta six Maîtres qui n'étaient pas de l'expédition, ce qui forma le nombre de quinze Elus, au lieu de neuf qu'ils étaient dans le principe. Ils obtinrent, pour marque de décoration, une grande écharpe noire qui leur passait de l’épaule gauche à la hanche droite et au bout de laquelle était un poignard à poignée d'or. Les mots de reconnaissance et leurs signes furent analogues à l'action qu'ils venaient de faire. 

Par la suite, leur emploi fut l'inspection générale, à quoi les rendaient propres l'ardeur et la sévérité qu'ils avaient montrées. Lorsqu'il était question de rendre compte ou de procéder au jugement de quelque Maçon, le Roi les assemblait extraordinairement dans un lieu secret. L'inconnu, qui n'était qu'un pâtre, fut amplement récompensé. Il entra dans le corps des Maçons, et par la suite, quand il fut suffisamment instruit, il y obtint une place d'Elu. Les têtes des scélérats restèrent exposées pendant trois jours dans l'intérieur des ouvrages, avec l'instrument qui avait servi à leur attentat ; au bout de ce temps, elles furent consumées par le feu, leurs cendres jetées au vent, et leurs outils brisés. Le crime et la punition furent un secret. Salomon voulut qu'il restât concentré parmi les Maçons. La vengeance étant accomplie, il ne s'occupa plus que de mettre fin à son ouvrage. 

 

Partager cet article

Commenter cet article