Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Kabbale et hauts grades

2 Mai 2005 Publié dans #hauts grades

...« Nous voici conduits à cet Infini, dont le nom hébreu "En Soph" vous a été révélé. vous connaissez aussi "Malkuth" ou le Royaume dont vous êtes Maîtres, puisque vous le circonscrivez avec votre compas mental.

Mais est-il possible de relier le Fini à l'Infini, le Concret à l'Abstrait, Malkuth à En Soph ? Nos prédécesseurs de l'Antiquité se sont posés la question, et vous savez déjà comment ils l'ont résolue, puisque vous avez traversé successivement les neuf voûtes kabbalistiques, caractérisées chacune par le nom d'un des Sephiroths.

Ce n'est point ici le lieu de vous enseigner en détail la doctrine des Sephiroths ou Nombres sacrés de la Kabbale. Les livres ne manquent pas et vous pourrez l'étudier à loisir. Pour orienter vos méditations sur ce sujet, efforcez-vous cependant de retenir les notions suivantes :

Malkuth Signifie ROYAUME. Or L'homme est le Roi de tout Ce qui est à Sa portée: il est appelé à régner sur l'Univers objectif, qui est son Royaume.

Le domaine de notre activité n'est d'ailleurs qu'une immense fantasmagorie, que l'Initié ne doit pas confondre avec la réalité vraie. Celle-ci ne tombe pas sous les sens; elle échappe aux méthodes d'investigation de la science expérimentale. Le savant moderne, armé de ses instruments d'observation, se condamne à ignorer ce qui se cache derrière les apparences des choses si, à l'exemple du philosophe ou du véritable Sage, Il ne s'applique pas à sonder l'Inconnu, en approfondissant les mystères dérobés à la connaissance de la masse grossière des hommes.

Jesod signifie BASE ou FONDEMENT. Tout objet perceptible se compose d'éléments qui échappent à nos perceptions. Ces éléments imperceptibles sont coordonnés, et maintenus entre eux dans des relations d'une relative fixité par une sorte de cadre hyperphysique, qui est le plan invisible ou occulte, mais concret, selon lequel les êtres se construisent.

Lorsque les Maîtres travaillent sur la planche à tracer, ils modifient le plan selon lequel la construction devra s'effectuer. Leur action s'exerce ainsi sur Jesod, fantôme idéal, base ou fondement de ce qui doit prendre corps.

Vous qui représentez Mohabon, le plus zélé des Maîtres de son temps, l'ami particulier d'Hiram-Abi, voulez-vous nous éclairer sur la signification de Hod ?

Ce terme fait allusion à la splendeur, à la Gloire du Grand Architecte de l'Univers.

Si nous travaillons à Cette Gloire, ce n'est pas seulement pour rendre hommage à l'Etre Suprême qui est forcément au-dessus de toute glorification

La Gloire resplendissante désignée par HOD s'identifie avec la Logique, l'ordre, la Coordination, la Loi, qui assurent le fonctionnement régulier de tous les rouages de l'organisme universel. Pour travailler à la Gloire du Grand Architecte, il s'agit donc de remplir fidèlement le rôle qui nous est assigné par la destinée ; que chacun accomplisse sa tâche particulière et qu'il fasse scrupuleusement son devoir, afin de donner la note qui lui est demandée dans le concert de l'harmonie universelle.

Netsah signifie Victoire ou Triomphe ; or, pour vaincre ou triompher il faut s'associer à la marche du Progrès, dont il importe de se faire l'agent actif.

NETSAH, HOD et IESOD constituent, dans l'arbre des Sephiroths, le ternaire dynamique, NETSAH représentant le principe générateur ou directeur du mouvement ou du travail universel; HOD est la loi selon laquelle s'opère œuvre constructive ou l'organisation universelle ; IESOD, enfin, figure le plan déterminé de ce qui doit se faire, le type constructif destiné à s'objectiver.

Tiphereth signifie BEAUTE Le Beau s'impose à nous ; il force notre admiration et nous oblige à l'aimer. Nos sentiments sont ainsi dominés par l'idéal qui se dégage de nos aspirations.

Ne craignons pas de désirer le mieux, fortifions notre désir, rendons-le profond, afin qu'il parte du plus intime de notre être. Sachons rêver avec ferveur, Construisant en rêve ce dont nous désirons ardemment la réalisation pratique. N'oublions pas que les plus grandes Choses sont nées de l'imagination d'un rêveur ?

Geburah se traduit par RIGUEUR, SEVERITE.  

Pec'had par PUNITION, CRAINTE, et Din par JUGEMENT.

Tous ces mots font allusion à la nécessité de se restreindre, de se limiter, de se maîtriser soi-même. L'être n'est libre que s'il sait se gouverner et par conséquent se dominer. De même que les richesses laborieusement accumulées ne doivent pas être dépensées inconsidérément ; il appartient au sage d'économiser les forces dont il dispose. La vie échappe à qui ne sait la retenir ; elle reste au service de qui la condense en soi, pour la mettre ensuite en œuvre à bon escient.

C'hesed signifie GRACE, MISERICORDE, MERCI, et Gedulah, GRANDEUR, MAGNIFICENCE.

Au ternaire dynamique constitué par les 7ème, 8ème et 9ème Sephiroths, se superpose un ternaire animique ou vital, dans lequel la 4ème Sephire correspond au principe d'expansion généreuse qui donne et répand la vie, alors que la 5ème administre la vie donnée, l'économise, l'empêche de se diluer, afin de la maintenir au degré de tension voulue. Quant à la 6ème Séphire, elle nous montre la Beauté comme le résultat de l'activité vitale ou animique.

Binah signifie INTELLIGENCE ou COMPREHENSION. C'est la faculté qui conçoit les idées. Elle a été comparée à une Vierge-Mère enfantant les images originelles des choses, car c'est une faculté féminine ou réceptive. C'est elle qui revêt l'idée pure d'une forme, grâce à laquelle elle devient exprimable, après avoir été formulée. Toute idée, en effet, doit se refléter dans l'imagination, afin de s'y traduire en image, et prendre ensuite le caractère d'une entité imaginaire, mais réelle dans le domaine de l'irréalité.

Le Penseur n'imagine pas en vain : il peuple l'ambiance mentale d'images destinées à être recueillies progressivement par les intelligences réceptives. Les idées ont besoin d'être semées par des hommes qui ne seront compris que plus tard. Le grain réparti germe, ce blé se développe, et, lorsque la moisson a mûri, une révolution intellectuelle se trouve accomplie.

C'hochmah signifie SAGESSE. Il s'agit ici de la Pensée créatrice, de cette suprême Raison, radiation de cette Lumière principielle qui éclaire toutes les intelligences. Cette Lumière brille en chacun de nous dès que nous avons su rendre transparentes les écorces corporelles qui tendent à l'obscurcir. Les purifications initiatiques font tomber le bandeau qui dérobait à notre vue la clarté de notre lumière intérieure.

L'Initié bénéficie d'une illumination produite par l'éclat de sa propre raison, rendue plus active, plus Consciente d'elle-même et mieux mise en rapport avec C'HOCHMAH, source centrale de toute sagesse et de toute raison.

Mais à qui revient le droit de s'identifier avec Ce qui est, avec ce qui possède l'Etre en-soi ?

Que sommes-nous, nous qui parlons, nous qui avons conscience de notre moi ? Personnalités éphémères, nous ne participons que transitoirement à l'existence Aucun de nous ne peut dire : Je suis, puisque nous n'apparaissons que pour disparaître.

Nous concevons cependant un principe possédant l'être véritablement, c'est l'Etre étant, que les Kabbalistes représentaient par le mystérieux tétragramme tracé sur la plaque triangulaire d'or incrustée dans le cube d'agathe auprès duquel vous avez été conduits.

Il ne m'appartient pas de vous révéler ici toute la portée du mot sur lequel de gros volume sont été tracés. vous êtes appelés à vous instruire par vous mêmes des divers systèmes de philosophique l'on s'est efforcé d'édifier sur ce qui nous a été conservé de fort anciennes et respectables traditions. Considérez simplement que le mot sacré par excellence, le mot ineffable qui ne doit pas être prononcé, se compose des quatre lettres, Jod, He, Vau, He.

Le Jod initial n'est qu'une virgule, principe de toute numération et écriture, ou mieux point primitif, point suprême, symbole de l'Unité inaccessible, en laquelle nous pouvons imaginer concentrée toute la vertu expansive des choses. Nous nous ferons ainsi une idée de l'Archée, principe de toute activité, cause agissante, sujet pensant, concevant, voulant et commandant, personnifiée dans l'Artiste, l'ouvrier, l'opérateur, le Créateur, l'Engendreur. Le He traduit le souffle qui sort de l'intérieur pour se répandre au dehors. C'est la Lumière de gloire, la splendeur d'En Haut. C'est l'émanation qui rayonne d'un point central pour remplir l'espace, c'est l'activité exercée par le principe actif (Jod) et sans laquelle celui-ci ne serait pas actif. Il s'agit donc ici, par rapport à Jod, de l'acte de penser, de concevoir, de vouloir, de commander.

Le vau figure le rapport qui relie la cause à l'effet. C'est la raison en Dieu, sa délibération, sa pensée agissant dans le libre choix de ses déterminations.

Quant au second He il manifeste le résultat de l'action, œuvre réalisée le travail effectué et s'effectuant la création en voie d'accomplissement. C'est la Lumière Créée, la Lumière de Dieu dans son Royaume… »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article