Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

St Paul et hauts grades

5 Mai 2005 Publié dans #hauts grades

..C'était la quatorzième nuit que nous dérivions sur l'Adriatique ; vers minuit, les marins pressen­taient l'approche d'une terre. Jetant alors la sonde, ils trouvèrent vingt brasses ; à quelque distance, ils la jetèrent encore une fois et en trouvèrent quinze. Dans.la crainte que nous ne soyons peut-­être dressés sur des récifs, ils ont alors mouillé quatre ancres à l'arrière et souhaité vivement l'arrivée du jour. Mais, comme les marins, sous prétexte de s'embosser sur les ancres de l'avant, cherchaient â s'enfuir du bateau et mettaient le canot à la mer, Paul dit au centurion et aux soldats: "Si ces hommes ne restent pas à bord, vous, vous ne pouvez pas être sauvés". Les soldats ont alors coupé les filins du canot et l'ont laissé partir.

En attendant le jour, Paul engagea tout le monde â prendre de la nourriture: "C'est aujourd'hui le quatorzième jour que vous passez dans l'expectative, sans manger, et vous ne prenez rien encore. Je vous engage donc a reprendre de la nourriture, car il y va de votre salut. Encore une fois, aucun d'entre vous ne perdra un cheveu de sa tête". Sur ces mots, il prit du pain, rendit grâce à Dieu en présence de tous, le rompit et se mit à manger. Tous alors, reprenant courage, s'alimentèrent à leur tour. Au total, nous étions deux cent soixante-seize personnes à bord. Une fois rassasiés, on allégea le bateau en jetant le blé â la mer. Une fois le jour venu, les marins ne reconnaissaient pas la terre, mais ils distinguaient une baie avec une plage et ils avaient l'intention, si c' était possible, d'y échouer le bateau. Ils ont alors filé les ancres par le bout, les abandonnant à la mer, tandis qu'ils larguaient les avirons de queue; puis, hissant au vent la civadière, ils ont mis le cap sur la plage. Ils touchèrent un banc de sable et échouèrent le vaisseau; la proue, enfoncée, resta prise, tandis que la poupe était disloquée par les coups de mer.

Les soldats eurent alors l'idée de tuer les prisonniers, de peur qu'il ne s'en échappe à la nage. Mais le centurion, décidé à sauver Paul, les empêcha d'exécuter leur projet ; il ordonna à ceux qui savaient nager de sauter à l'eau les premiers et de gagner la terre. Les autres le feraient soit sur des planches soit sur des épaves du bateau. Et c'est ainsi que tous se sont retrouvés à terre, sains et saufs.

Une fois hors de danger, nous avons appris que l'île s’appelait Malte. Les autochtones nous ont témoigné une humanité peu ordinaire. Allumant en effet un grand feu, ils nous en ont tous fait approcher, car la pluie s'était mise a tomber et il faisait froid. Paul avait ramassé une brassée de bois mort et la jetait dans le feus lorsque la chaleur en fit sortir une vipère qui s' accrocha à sa main. A la vue de cet animal qui, pendait à sa main, les autochtones se disaient les uns aux autres: "Cet homme est certainement une assassin ; il a bien  échappé à la mer. mais la justice divine ne lui permet pas de vivre" Paul, en réalité secoua la bête dans le feu sans ressentir le moindre mal-, Eux s'attendaient à le voir enfler ou tomber raide mort ; mais, après une longue attente, ils constatèrent qu'il ne lui arrivait rien d'anormal, Changeant alors d'avis, ils répétaient: "C'est un Dieu ! ".

 

Partager cet article

Commenter cet article