Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

l'Ecuyer Novice : RER05

5 Mai 2005 , Rédigé par R AMADOU Publié dans #hauts grades

Il y eut, au cours de l'histoire du R.E.R., des membres de l'Ordre intérieur, Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte, qui n'étaient pas maçons. Depuis le Convent général du Rite, à Genève en 1969, les C.B.C.S., et par conséquent les Ecuyers Novices, ne se recrutent pas seulement habituellement, mais nécessairement parmi les frères du R.E.R.
Si l'on discute encore sur les origines des emprunts à la tradition chevaleresque dans la confection des échelles de grades maçonniques, sur la part de Ramsay, sur les initiatives allemandes, sur la valeur de la tradition de Kilwinning, personne ne conteste que la référence à l'institution de la chevalerie est entrée telle quelle dans la tradition maçonnique, sinon comme un corps étranger, au moins avec le destin d'un greffon.
L'institution du noviciat est donc très simplement l'équivalent de la période de stage qui préparait les jeunes gentilshommes à l'adoubement. Elle n'a pas de signification maçonnique spécifique. Le Convent général du Rite Rectifié siégeant à Zurich en 1958, en modifiant et amendant les constitutions et statuts du rite, a stipulé que ce titre d'Ecuyer Novice ne correspondait pas à un grade. Les membres de cette classe, non armés Chevaliers après trois ans d'attente, sont replacés dans la position précédente de Maître Ecossais de Saint-André.

1. - Le troisième degré de la Stricte Observance Templière comportait pour premier grade celui d'Ecuyer Novice. Le titre, dont les deux mots peuvent sembler contradictoires, évoque l'image à la fois militaire et monastique de l'Ordre du Temple dont la Stricte Observance avait fait son modèle. ( Ainsi se rapproche-t-elle davantage en esprit du Temple médiéval, que les autres rameaux maçonniques de l'écossisme auxquels d'ailleurs les grades de son deuxième degré l'apparentent ).

Un rituel d'Ecuyer Novice de la Stricte Observance daté de 1754, a été publié par SteelMaret ( ps. Bouchet et Boccard, Archives secrètes de la Franc-Maçonnerie. Collège métropolitain de France à Lyon. Deuxième province dite d'Auvergne 1765-1852, Lyon, Librairie de la Préfecture, 1893, pp. 4143 ). Il est bref, à peu près dépourvu de contenu doctrinal et correspond à une situation d'attente.

2. - Dans l'Ordre des Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte, l'Ecuyer Novice est le cinquième grade du Rite Ecossais Rectifié, le premier de son Ordre intérieur. Il a été formellement et nommément repris du grade synonyme de la Stricte Observance. Le Maître Ecossais qui y est candidat doit avoir un an d'ancienneté dans ce grade et être âgé de vingtcinq ans au moins, sauf dispense.
C'est à peine un grade, plutôt une position préparatoire, dans la stricte signification du terme >) ( Jean Baylot ).

Mais le noviciat, d'un an au moins, prépare au Chevalier Bienfaisant de la Cité Sainte. On est, avec lui, déjà en dehors de la Maçonnerie proprement dite, ou symbolique; on est au-delà des symboles.
Les membres de l'Ordre intérieur, Ecuyers Novices et Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte, sont groupés en Cornmanderies; les Commanderies en Préfectures. L'ensemble des Préfets constitue le Grand Directoire et l'ensemble des dignitaires des préfectures constitue le Grand Chapitre. Les dignitaires les plus élevés sont le Grand Prieur, le Grand Prieur adjoint, le Grand Chancelier et le Vicaire général qui gouvernent l'Ordre à l'échelon national, celui du Grand Prieuré.

3. - Le nouveau rituel avait été préparé par Jean de Turkheim pour le Convent des Gaules ( Lyon, 1778 ). Celui-ci y fit apporter une modification importante, le 4 décembre 1778, au cours de sa septième séance dont voici un extrait du compte rendu ( ms. Lyon 5 482 ):

On donna communication du nouveau noviciat. Le Convent, reconnaissant unanimement la stérilité de l'ancienne réception, approuva le nouveau formulaire avec la clause qu'en place d'un catéchisme parfait pour les novices, qui tiendrait trop des grades inférieurs, les deux respectables Frères Chanceliers seraient priés conjointement de rédiger une instruction suivie pour les novices, dans laquelle on leur rendrait compte de tous les rapports de la Maçonnerie avec le Saint Ordre. Le Convent renvoya à une autre séance l'examen de cette instruction.

Le lendemain on à fixé les signes, mots et attouchements de l'Ecuyer Novice.

A Wilhelmsbad, en 1782, le Convent entérina et perfectionna dans la continuité.

De nombreux documents relatifs au noviciat du Rite Ecossais Rectifié sont conservés, principalement à la Bibliotheque Municipale de Lyon ( fonds Willermoz ) et dans les archives du Grand Orient des Pays Bas ( fonds Kloss ). Plusieurs ont été publiés par Steel-Maret ( op. cit. pp. 52-53 et 92-115 ). Cf les bibliographies du Rite Ecossais Rectifié ( manuscrits et imprimés ) établies par Amadou ( hors commerce ) et par Jean Saunier ( Eléments d'une bibliographie, Le Symbolisme, octobre-décembre 1968, pp. 56-68 ) et la bibliographie générale que ces deux auteurs ont compilée en collaboration ( à paraître ).

Je n'ai pu mettre la main sur un exemplaire de l'ouvrage ainsi décrit: Rituel pour la réception au grade d'Ecuyer de l'Ordre des Chevaliers Bienfaisants ( Brunswick, 1782, f, 15 p ) en français et en latin et ne suis pas même sûr, quoique je le croie, que ce soit un imprimé.

4. - Dans la forme de l'Ecuyer Novice de la Stricte Observance, et en dépit du caractère provisoire de ce grade, Willermoz et Turkheim suivant leur mouvement général, ont infusé de la doctrine martinésiste.

On retrouve quelques phrases du rituel de la Stricte Observance; le mot du grade, qui réfère directement, quoique par anagl amme, à la succession templière postérieurement à Jacques de Molay, a été conservé. Mais,comme on verra, I'histoire est contée d'une manière neuve.

5. - La doctrine du grade est suggérée dans les questions préparatoires auxquelles le Mâître Ecossais est tenu de répondre par écrit, avant sa réception, et que voici:

I. - Le Temple élevé par Salomon dans la Cité Sainte, elant le type général de la FrancMaçonnerie, pensez-vous que ce type ait été choisi d'une manière arbritraire ou qu'il y ait des rapports enssentiels entre ce type et l'instruction maçonnique, et quels pourraient être ces rapports ?

II. - D'après l'étude que vous avez dû faire des symboles et emblèmes maçonniques, et d'après les instructions morales que vous avez reçues dans vos grades précédents, quelles idées vous formez-vous sur l'origine historique et sur le but essentiel de l'instruction maçonnique ?

III. - Si la Franc-Maçonnerie se rapportait à quelques connaissances rares et essentielles, pensez-vous qu'il serait au pouvoir des hommes de communiquer toutes ces connaissances ? Et, dans le cas contraire, quels seraient les vrais moyens de se les procurer ?

6. - Les idées qui forment l'armature doctrinale du grade sont à chercher dans la longue instruction. Nous analyserons donc ce morceau d'Apprenti Chevalier.

En préambule, I'importance du Temple comme symbole est réaffirmée. Le voile se lève un peu plus sur la signification: c'est que les vrais Maçons , ainsi que la cérémonie l'a montré, sont destinés à devenir Chevaliers de la Cité Sainte, que, zeles défenseurs de la religion du divin Christ, vivant dans l'espérance, la foi et la charité, ils bâtissent dans le Temple du Seigneur, et sous le voile des symboles et emblèmes maçonniques, ils cherchent par une douce persuasion à y conduire ceux qui en sont le plus éloignés.
Mais le voile tout entier ne sera ôté que plus loin dans la carrière. On fixera le novice sur l'origine et le but primitif de la Franc-Maçonnerie.
La première partie de l'instruction propose, à cette fin, une vue générale du Régime Rectifié considéré sous ses rapports moraux. Il y a l'Ordre primitif et il y a l'Ordre maçonnique. Le premier a donné naissance au second. Le Régime Rectifié comprend deux classes: la classe symbolique, celle des Maçons, et l'Ordre équestre, avec ses deux grades. La réunion de toutes les classes considérees relativement au but fondamental de l'Ordre primitif et essentiel constitue l'Ordre maçonnique en général et les deux classes dont nous venons de parler constituent le Régime Rectifié. ))

Dans cette seconde classe les emblèmes cessent . Vous avez appris sous le voile des symboles qu'il est des devoirs importants pour l'homme; I'on vient de vous faire entrevoir la nécessité de les remplir avec fidélité; cherchez par cette voie la science et avant elle vous trouverez, mon bien-aimé Frère, un trésor plus précieux, c'est la sagesse. ))

La deuxième partie traite de l'origine de l'initiation maçonnique. Ce n'est pas l'Ordre du Temple ni celui des Chevaliers de la Cité Sainte, c'est un Ordre sublime et secret qui vise un but très élevé et ne peut être appelé que le Haut et Saint Ordre. Entre cet Ordre par exellence et la Franc-Maçonnerie, I'Ordre du Temple forme un anneau de la chaîne.

Aussi la troisième partie donne les motifs de la filiation avec l'Ordre du Temple: Les Chevaliers Templiers ont occupé un rang distingué chez ceux qui ont possédé des connaissances d'un Ordre supérieur relatives à la vraie Maçonnerie )); ils en confièrent quelques-uns aux Maçons qu'ils avaient avec eux.

C'est donc uniquement comme Maçons (...) que nous conservons une filiation avec l'Ordre du Temple.

Avant de s'occuper en détail des Chevaliers du Temple, il faut parler de l'ancienne chevalerie. La quatrième partie s'efforce d'en communiquer une idée succincte. L'Ordre de Chevalerie a un caractère d'antiquité et de mystère qui peut permettre d'y voir des analogies avec l'Ordre essentiel, le Saint Ordre.

Les Templiers font l'objet de la cinquième partie qui en allègue la tradition secrète. Considérons les neuf fondateurs de l'Ordre du Temple. Soit que le Haut et Saint Ordre les ait instruits directement, soit que les Esséens ( sc. Ies Esséniens ) aient été les intermédiaires dont le Saint Ordre s'est servi, ou qu'après s'être communiqués sur quelques objets il ait permis aux Esséens de les initier à leurs mystères, on est convaincu assez généralement que ies Templiers furent choisis pour devenir dépositaires de quelques connaissances dont la propagation importait au bonheur des hommes; aujourd'hui, on ne doute plus que ces connaissances n'aient des rapports essentiels avec la Franc-Maçonnerie et que, par son secours, on ne parvienne à les recouvrer, surtout depuis qu'on s'est confirmé dans l'opinion que les Templiers ont connu l'initiation maçonnique et n'en sont pas les instructeurs. En effet, il a été constaté, à l'époque du Convent de 1782, qu'ils ont pratique et professé la Maçonnerie dans ses principaux et plus anciens emblèmes.

Jacques de Molay, dans sa prison, initia aux connaissances secrètes son neveu le Comte de Beaujeu. Beaujeu fut élu Grand Maître. Pierre d'Aumont lui succéda qui se réfugia avec quelques Chevaliers en Ecosse, où il rencontra George Haris qui lui succéda à son tour. Haris permit aux chevaliers de se marier, comme étant l'unique moyen de conserver l'Ordre, en concentrant tous ses secrets dans leurs familles; ils se perpétuèrent d'abord par leurs enfants, ensuite ils s'associèrent d'autres personnes par des initiations à différents degrés afin de s'assurer de leur discrétion.

Il ne s'agit donc pas de vouloir expliquer les grades symboliques de la Maçonnerie par les faits historiques de l'Ordre du Temple.

Les symboles signifient des connaissances plus générales et plus importantes ; les sciences et connaissances primitives de l'homme, connaissances professées par les sages d'Orient et successivement répandues par eux dans les différentes contrées de l'Europe. Les Templiers n'en ont connu qu'une partie; elles ne se peuvent plus retrouver dans leur integrité que dans le Haut et Saint Ordre.

Conclusion: pas d'autre motif pour avoir conservé le titre de Chevaliers et pris celui de Chevaliers Maçons de la Cité Sainte. ~>

Et que le novice garde son regard attaché sur les symboles et allégories à l'homme physique, moral et intellectuel. <~ C'en est assez, mon bien-aimé Frère, pour vous instruire: à mesure que vous avancez, le cercle s'agrandit; le pas que vous venez de faire est important. Vous cherchez à remonter au but primitif de la Franc-Maçonnerie et l'on vous a attaché a un Ordre qui correspond avec ceux qui seuls peuvent vous instruire. Si vous savez quelque jour vous faire reconnâ~tre pour un vrai Chevalier Maçon de la Cité Sainte, si vous bâtissez constamment dans le Temple du Seigneur, vous pouvez concevoir l'espoir de parvenir à un but si désiré.

Partager cet article

Commenter cet article