Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Cérémonie de reconnaissance conjugale

9 Juillet 2009


Préparation du Temple

 

  

Le Temple sera décoré et fleuri. On laissera en son milieu un large

espace où sera placée la table de « Reconnaissance Conjugale ». Sur

cette table, enveloppée d'une draperie, sont disposés et recouverts d'un

voile les objets symboliques nécessaires à la cérémonie soit :

 

- Le Cordon conjugal qui est un Grand Cordon de Maître de dimensions

suffisantes pour pouvoir embrasser en même temps les deux époux.

 

- Un Cordon bleu d'adoption destiné à l'épouse.

 

- Une baguette de verre transparent rayée à la lime dans son milieu afin

de pouvoir être facilement brisée.

 

- Trois petits verres de cristal, l'un contenant un peu de vin, l'autre

un peu d'eau, le troisième vide.

 

- Une corbeille décorée emplie de fruits et de fleurs.

  

- Un flambeau à trois branches au milieu de la table, ou bien un

flambeau simple à chaque coin.

 

- L'anneau conjugal.

 

Des places sont réservées sur les « colonnes », c'est-à-dire sur les

côtés au Nord et au Sud pour les membres de la famille. Des fleurs

seront distribuées aux dames présentes.

Les Maçons et les époux se réunissent au préalable dans les parvis, à

l'extérieur du Temple. Au contraire, les profanes sont directement

introduits dans le Temple et placés sur les colonnes, les Dames au

premier rang. 

Les Maçons pénètrent alors dans le Temple, décorés de leurs insignes et

rangés en cortège de la manière suivante:

 

en tête, le Porte-étendard; après lui, coude-à-coude, le Grand Expert

et le Maître des Cérémonies; puis viennent tous les Frères, deux-à-deux,

les bras croisés tenant chacun, dans la main droite, un glaive placé la

tête en bas.

 

puis le Vénérable suivi des deux Surveillants, chacun d'eux portant

son maillet de la main droite appliquée contre la poitrine, puis les

autres Officiers de la Loge.

La Musique se fait entendre pendant que les Maçons se rangent sur les

colonnes. Quand tout le monde est en place, la Musique s'arrête, le

Vénérable frappe un coup de maillet.

 

VEN. - Frères ler et 2ème Surveillants, vous savez que la présence de

profanes dans le Temple nous interdit d'ouvrir nos Travaux suivant nos

rites accoutumés. Veuillez donc simplement inviter les personnes

étrangères à notre Ordre, qui se trouvent placées sur chacune de vos

colonnes, à suivre les cérémonies symboliques qui vont se dérouler sous

leurs yeux avec l'attention sympathique et le silence respectueux que

méritent les doctrines, les usages et les traditions séculaires des

Francs-Maçons.

 

 Cette annonce est répétée par les deux Surveillants et le Vénérable

déclare ouverts les Travaux en Tenue Blanche de la Loge.

 

Les délégations maçonniques composées d'invités de marque, hauts

dignitaires, sont reçues aux acclamations de « Liberté! - Egalité! -

Fraternité! » pendant que les Frères lèvent leurs glaives et forment la

Voûte d'Acier.

Les époux attendent à la porte du Temple.

 

ler SURV. - Vénérable Maître, il y a dans le parvis un de nos Frères,

accompagné par une jeune femme qu'il a épousée devant l'officier de

l'état civil. Il vient nous la présenter et réclamer pour elle la

protection de la Maçonnerie.

 

VEN - Quels moyens devons-nous employer, Frère Ier Surveillant, pour

assurer à cette jeune femme la protection que son mari, qui est un des

nôtres, a le droit, en effet, de nous demander pour elle?

 

ler SURV- Que notre Frère la conduise dans ce Temple afin qu'au

milieu des profanes et des Maçons qui emplissent aujourd'hui cette

enceinte, son union soit publiquement reconnue selon les Rites

traditionnels de notre Ordre.

 

VEN - Qu'il soit fait comme vous l'indiquez,

 

La Musique joue une « Marche nuptiale » pendant que les époux pénètrent

dans le Temple.

 

VEN - Mon Très Cher Frère, en conduisant aujourd'hui au milieu de vos

Frères, dans la Loge à laquelle vous appartenez, la femme que vous venez

d'épouser suivant les lois de votre pays, vous nous donnez un nouveau

témoignage de votre attachement à notre Ordre. Je vous en félicite et

votre épouse est la bienvenue parmi nous. Les cérémonies symboliques qui

vont, suivant nos Rites accoutumés, entourer vos premiers pas dans

l'existence nouvelle où vous entrez n'ont rien de commun, ni dans la

forme, ni dans le fond, avec celles que déploient, dans des

circonstances analogues, les diverses sectes religieuses dont la

Maçonnerie a précisément pour but de combattre les superstitions

détestables et les dangereuses tendances.  

Maintenant, je vous invite l'un et l'autre à vous lever et à vous tenir

debout devant moi (ils se lèvent). Persistez-vous mon Frère à réclamer

de nous, au nom de votre femme et au vôtre, la reconnaissance de votre

union conjugale ?

 

Le F. EPOUX - Nous persistons, Vénérable Maître.

 

VEN. - Promettez-vous, alors, de demeurer tous les deux fidèles aux

règles et aux traditions de notre Ordre, de cultiver dans la famille

nouvelle que vous allez fonder les grands principes de Liberté,

d'Egalité, de Fraternité, de solidarité et de justice que proclament les

Francs-Maçons?

 

Le F. EPOUX - Nous le promettons Vénérable Maître.

 

VEN. - Vous engagez-vous à élever vos enfants dans ces principes?

 

Le F. EPOUX - Nous nous y engageons.

 

VEN- Nous allons donc célèbrer votre Reconnaissance Conjugale selon

nos Rites accoutumés. Je vous invite en conséquence à accorder l'un et

l'autre l'attention la plus recueillie à la haute signification de nos

Symboles qui, si vous vous y prêtez, graveront dans vos esprits, en

rendant leur empreinte plus durable, les principes généraux qui doivent

être désormais la règle de votre conduite familiale.

 

Le voile qui recouvre la table est enlevé et les Frères qui portent

l'équerre, le compas, le niveau et le maillet se rangent au milieu du

Temple et déposent ces outils sur la table. Le Cordon conjugal est alors

passé aux époux, c'est-à-dire placé en écharpe de l'épaule droite de

l'époux à l'aisselle gauche de l'épouse. Le Frère époux passe lui-même

l'anneau conjugal au,doigt de sa femme. La baguette de verre symbolique

est placée entre les mains des époux.

 

VEN- Cette baguette est de verre, et si elle possède la pureté, la

transparence et l'éclat que doit avoir tout amour légitimement partagé,

elle en a aussi la fragilité. Si vous ne teniez pas avec prudence la

baguette qui vous unit en ce moment, elle tomberait bientôt sur le sol

et vous n'en recueilleriez que les inutiles débris.

 

La baguette est reprise par le Frère Grand Expert qui la brise sous les

yeux des époux.

 

VEN - Ils comprendront par ce symbole que leur union peut être

volontairement et légalement rompue par eux comme vient de l'être cette

baguette. Nous rendons hommage à la logique et à la sagesse des

législateurs républicains qui ont introduit dans nos lois le principe du

divorce si longtemps réclamé par nous ****.

 

Un verre de vin est remis à l'époux et un verre d'eau à l'épouse. Ils

doivent chacun en verser le contenu dans le verre vide.

 

VEN - Que ce mélange symbolique leur rappelle que leurs qualités

diverses doivent s'unir et se tempérer en une commune harmonie.

 

Le Cordon conjugal est alors enlevé et le Cordon d'adoption maçonnique

est passé au cou de la jeune femme.

 

VEN. - Il lui rappellera le lien étroit et puissant qui la rattache

désormais à notre Ordre et la fidélité qu'elle doit à nos doctrines et à

nos institutions.

 

Les Frères se réunissent alors au milieu du Temple et forment un ovale.

Ils ont tous les bras croisés, le glaive pointe en bas dans la main droite.

 

VEN - Formez la Chaîne d'Union, mes Frères. Et vous, Frère Grand

Expert, faites circuler notre attouchement mystérieux par le Midi et par

le Nord.

 

ler SURV - Vénérable Maître, le signe n'a pu parvenir jusqu'à moi sur

la colonne du Midi par l'absence d'un des anneaux de cette Chaîne. Le

Frère qui représente cet anneau est retenu au milieu du Temple par la

femme qu'il a conduite ici et il n'a pu se joindre à nous pour complèter

notre Chaîne dUnion.

 

Le Frère époux est invité à reprendre sa place où il est conduit par son

épouse. Cette fois le signe circule et la Chaîne est parfaite sur les

colonnes du Nord

 

VEN - C'est à cette jeune femme que nous devons mes Frères d'avoir pu

renouer notre Chaîne d'Union momentanément brisée. Souvenons-nous, par

cet exemple, du rôle important que les femmes peuvent et doivent jouer

dans le fonctionnement régulier de nos institutions.

 

En échange de l'éducation nouvelle dépouillée de préjugés et de

superstitions que nous leur donnerons, elles seront nos auxiliaires

fidèles dans les oeuvres humanitaires que nous entreprenons; elles nous

élèveront avec ardeur de jeunes générations de bons Maçons et

deviendront ainsi un des instruments les plus précieux de propagande.

 

L'époux est reconduit près de son épouse et lui transmet au nom de tous

les Frères un triple baiser. Les Frères lèvent leurs glaives alors que

les époux promettent de pratiquer ensemble les vertus que l'on enseigne

dans les Temples, d'élever leurs enfants dans le respect de la science,

de la raison et dans le mépris des superstitions.

 

VEN- En échange de cette promesse, au nom du GRAND ORIENT DE FRANCE

et en vertu des pouvoirs qui m'ont été conférés par cette Respectable

Loge, je proclame la Reconnaissance Conjugale de ces époux. Je les

déclare membres de la grande famille maçonnique et je vous prie, mes

Frères, de les reconnaître en cette qualité et de leur prêter en toutes

circonstances l'affection, l'aide et la protection que se doivent entre

eux les Maçons.

 

Une corbeille de fleurs et de fruits est offerte à l'épouse. On entend

alors la Musique. Ensuite, le Frère Orateur prononce un discours. Puis

le Vénérable remercie l'assistance et, pendant que la Musique qui

s'était tue reprend, on fait circuler le Tronc de la Veuve (devant les

profanes on dit « le tronc hospitalier »). Enfin les époux sortent avec

leurs familles respectives et les invités profanes. Il ne reste plus que

des Maçons dans le Temple.

 

VEN - Séparons-nous en paix, mes Frères, nos Travaux en Tenue Blanche

sont terminés.

Partager cet article

Commenter cet article

hrms 10/07/2009 14:52

 C'est toujours très interessant de prendre connaissance de rituels, d'autres obédiences, mais je pense qu'afin de bien pouvoir en profiter, il serait néanmoins utile d'en indiquer la source. En lisant le rituel on apprends qu'il s'agit du GODF, mais ce dernier étant une fédération de rites, il concerne quel rite, quelle est la date de sa rédaction...etc. C'est toujours bon à savoir pour qui est soucieux d'un minimum de rigueur.Cette remarque est valable aussi pour le rituel Charbonnier de Naples. qui précède.hrms

19/07/2009 10:52


Je sais, certains voudraient que je cite la source en l'occurence pour ce texte le GODF.Mais d'autres veulent que le secret de l'origine de ces textes soit préservée..
L'important c'est de pouvoir les lire..