Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

la bataille de Clontarf(Order of Eri)

22 Mai 2005 , Rédigé par E Buyck Publié dans #fondements historiques de la FM

Contexte historique
Depuis 1012, les seigneurs de l’Irlande du nord n’ont de cesse de se révolter contre l’autorité du grand roi d’Irlande, Brian Boru du Dal Cais. Grand « pacificateur » du pays et premier roi à mettre en œuvre une politique et un gouvernement digne d’une grande nation. Brian est obligé de régler par les armes les différents soulèvements qui secouent le nord du pays. Les Danois et autres vikings installés dans le royaume ont été maîtrisés et éliminés. Seuls restent dans la le nord, des commerçants et des artisans vikings qui ne représentent pas une grande menace.
C’est à cette époque que Mael Morda, roi illégitime du Leinster et beau-frère de Brian, se confond avec Sygtrygg « Barbe de soie », roi des vikings de Dublin, afin d’élaborer une rébellion contre Brian Boru. En effet, le roi du Leinster à besoin du soutien des vikings d’Irlande pour que son plan d’insurrection réussisse, car ceux-ci ont gardés des contacts avec la mère patrie, d’où il sera facile d’attirer des mercenaires et autres aventuriers pour se joindre à la révolte.
A l’Hiver 1013, Brian Boru prend connaissance de cette alliance dangereuse pour l’Irlande et il se prépare immédiatement, en levant toutes les troupes disponibles des régions d’Irlande encore soumises à son autorité. Il fait aussi appel à des vikings Christianisés qui lui sont restés fidèles
Pendant ce temps là, Sygtrygg bat le rappel de ses alliés nordiques, restés au pays. Les seigneurs Sigurd d’Orkney et Brodir de Man répondent présent à l’appel si généreux du roi du Leinster. En effet, ce dernier promet beaucoup de choses afin d’attirer tous les aventuriers des pays nordiques : des terres, des esclaves et toutes autres richesses à prendre à l’ennemi.
Les deux armées se rencontrent à Clontarf, un Vendredi Saint, le 23 Avril 1014. L’armée Irlandaise de Brian Boru se trouve face à l’armée des coalisés, qui lui barre le passage vers Dublin où se trouve le prudent Sygtrygg.
Le champ de bataille est idéal pour une telle confrontation. Le flanc droit de l’armée viking repose sur la baie de Dublin, où les navires attendent le résultat de la rencontre. Des hauteurs se trouvent sur le flanc gauche.

Les forces en présence
La particularité de cette bataille, est que l’on trouve des vikings dans chaque camp.
Brian Boru a le soutien de vikings d’Irlande récemment christianisé, alors que Mael Morda, via son allié Sygtrygg, fait appel à tous les mercenaires vikings de l’outre mer, lesquels sont placés sous le commandement du Earl Sigurd d’Orkney, le possesseur du fameux étendard magique, le corbeau noir.
Il est à noter que ces vikings mercenaires sont très bien équipés, notamment en cottes de mailles.
Quelque soit le camp choisi, toute l’Irlande va se retrouver à Clontarf pour régler le sort du royaume dans un bain de sang.
Qu’ils soient du Meinster, du Leinster, de Tara, de Dublin, de Connacht, etc….tous sont venus pour défendre leur cause.
On y trouve aussi des écossais, des celtes nordiques comme les Gael Gaedhil et même quelques guerriers du continent.

La difficulté de la reconstitution de ce style de bataille est que les sources divergent même pour les noms des chefs de guerre : il existe des variations sur l’orthographe ou sur la localisation dans la bataille.
Idem pour le placement des troupes dans la ligne de bataille. Par exemple, le commandement des vikings de Dublin revient au Earl Dubhgall pour une source alors qu’une autre, donne les noms de Dolat et Conmael. De même Brodir peut s’appeler Broder ou Brodar selon la source. C’est encore pire pour les noms Irlandais car là, il faut tenir compte du celte et de sa prononciation pour l’orthographier plus ou moins proprement.

Placement des troupes
Brian Boru divise son armée en 3 divisions dont une composée principalement de vikings. On place à l’arrière un allié pas très fiable, le roi Malachi de Meath, dont on doute de la fidélité car on le soupçonne d’avoir entretenu des contacts avec l’armée adverse. Il faut dire aussi, que c’est Brian Boru qui a déposé Malachi de son titre de grand roi d’Irlande pour lui prendre sa place. On comprend mieux, le manque de motivation du roi de Meath. Comme nous sommes un Vendredi Saint, Brian Boru de prendra pas part à la bataille, afin de pouvoir prier. C’est son fils, Murchad Boru qui gérera l’affaire à sa place. L’armée ennemie, se divise elle aussi en 3 divisions dont une regroupant les forces des rebelles Irlandais du roi Mael Morda. Les vikings de Dublin se placent à gauche alors que les mercenaires de Sigurd d’Orkney sont sur la droite proche du rivage de la baie de Dublin où se trouvent le camp et les drakkards.

La bataille
L’engagement est violent et personne ne fait dans le détail. L’Irlande est à prendre et c’est celui qui aura fait preuve de son courage qui pourra l’obtenir. Les sagas (celtes ou nordiques) raisonnent encore des hauts faits d’armes des guerriers présents à Clontarf.
Murchad Boru emmène les troupes irlandaises au contact et sa bravoure personnelle, renforce l’ardeur de ses hommes. Armé d’une épée dans chaque main, Murchad pourfend tous les adversaires qu’il rencontre. Suivis par la noblesse d’Irlande, Murchad se trouve partout et il bouscule les lignes adverses. Son propre fils, âgé de 15 ans, prend part à la bataille avec autant de courage que les nobles guerriers. Les vikings ne sont pas en reste et les grandes haches font un ravage dans les rangs ennemis. Au cours de la mêlée, Brodir de Man rencontre Wolf le Querelleur, lequel le touche par deux fois avec sa lourde hache. Brodir ne doit la vie qu’en se faufilant dans les lignes ennemies, accompagné par ses gardes du corps.
Au centre, Le rebelle Mael Morda est aux prises avec les guerriers du Meinster et il les repousse. Sigurd d’Orkney vient le renforcer en plongeant dans la bagarre avec ses housecarles et son étendard magique le « Corbeau noir ».
La légende veut que le porteur de l’étendard le « Corbeau noir » ne survive pas à la bataille. Et plusieurs fois, le guerrier qui le porte est tué et son remplaçant aussi.
Ainsi, Sigurd propose au chef Icelandais Thorstein de tenir l’étendard. Ce dernier refuse et s’écarte. Sigurd ne pouvant laisser le « Corbeau noir » sans protection, décide de le tenir lui même. Il meurt peu après de la main même de Murchad Boru. La légende est vérifiée (1).
Les assauts répétés de Murchad font plier les troupes de Brodir dont l’absence au sein des combats se fait de plus en plus ressentir.
Les vikings de Man n’en peuvent plus et rompent le combat. Malgré toute sa bravoure, Murchad Boru commence à se fatiguer et il se fait surprendre par un chef Norvégien, Anwur ou Eric selon les sources. Ce dernier lui inflige une blessure grave mais Murchad a encore assez de force pour couper en deux son adversaire, avant de s’écrouler à terre. Il meurt le lendemain de ses blessures.
Les rebelles irlandais du Leinster, se retrouvent isolés face à l’armée du grand roi.
Mael Morda n’a plus qu’à se replier s’il ne veut pas se faire envelopper par les ailes ennemies. il n’y a plus de ligne de front et les combats sont devenus sporadiques.
La fatigue gagne les rangs et les blessés s’accumulent. Une fois rallié, les guerriers du Meinster repartent à l’attaque des rebelles.
Cette contre-attaque permet de conclure la journée par un ultime massacre entre guerriers irlandais. Mael Morda et de nombreux chefs des deux camps se font tuer sur place.
A l’aile gauche des vikings, les vikings de Dublin affrontent ceux de Manx qui se battent pour Brian Boru et l’Irlande. Là aussi, le combat est violent et l’armement lourd des vikings aggrave les dégâts. Petit à petit, les vikings de Dublin sont amenés à se retirer de la mêlée. La défaite de leurs alliées irlandais entraîne le repli général des vikings de Dublin.
Sur l’aile droite viking, les hommes de Sigurd d’Orkney doivent eux aussi admettre le résultat des combats : Leur chef est mort en défendant l’étendard magique le « Corbeau Noir ».
Il n’y a plus d’espoir et ils refluent vers leurs navires qui les attendent sur la rive de la baie de Dublin. Ils sont suivis en cela par les hommes de Brodir qui cherchent, eux aussi, à éviter l’encerclement.
La poursuite s’accompagne encore une fois d’un massacre. Le fils de Murchad Boru, Tordelhbach, y perdra la vie en poursuivant jusque dans l’eau, deux danois qui voulaient rejoindre un navire.
Pendant ces événements, Brodir de Man a su se faire oublier, en restant à l’abri d’un petit bois. De là, il a réussit à localiser la position de Brian Boru et des quelques gardes du corps qui l’entourent. Occupé à prier, Brian a juste le temps de prendre son épée avant de se faire tuer par Brodir en personne.
Brian est décapité sur le coup. Brodir ne profitera pas longtemps de sa victoire car il se fait intercepter un peu plus tard par des guerriers irlandais, rendu furieux par la mort du grand roi. Wolf le querelleur décide alors de mettre à mort Brodir en lui prodiguant un châtiment généralement réservé aux lâches. Il est éventré et ligoté à un arbre avec ses propres intestins et on laisse ainsi attendre la mort.
Sur la fin de la bataille, le roi Malachi et ses hommes s’approchent vers la ligne de front afin de participer à la curée. Toujours prudent, Malachi ne s’engage à prendre parti qu’une fois que le sort de l’Irlande est bien défini. Elle restera au mains des irlandais.

Résultat
Elle scelle le sort de l’Irlande avec le sang de la noblesse irlandaise. Parmi les morts, se trouvent des rois (Brian Boru, Mael Morda…), des princes (Murchad Boru et son fils ainsi que d’autres fils de brian) et un grand nombre de valeureux guerriers. On estime à 1600/4000 hommes les pertes des irlandais. Les pertes vikings monteraient jusqu’à 6000 hommes. La présence viking en Irlande est éradiquée pour longtemps. Ils s’attaqueront désormais à l’Ecosse et à l’angleterre.
Les vikings restés en Irlande sont absorbés au sein de la population de l’île. Seul roi encore capable d’asseoir son autorité, Malachi de Meath réclame le trône et succède à Brian Boru pour diriger la grande Irlande.

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article