Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Nautoniers de l'Arche Royale(extrait)

4 Janvier 2007 , Rédigé par gibelain Publié dans #hauts grades

Mon Frère, bien que vos progrès dans la Franc-Maçon­nerie vous permettent de reconnaître quelques-uns des sym­boles représentés ici, je dois vous dire que cette Planche ne se rapporte pas seulement à ce Grade C'est la reproduction d'une ancienne Planche, peinte bien des années avant que les divers Grades de la Maçonnerie, tels que nous les connaissons maintenant, ne deviennent des Juridictions ma­çonniques souveraines Elle comporte par conséquent, et d'une manière syncrétique, non seulement des allusions aux origines de l'Ancienne et Honorable Fraternité des Franc-Maçons, mais aussi des symboles se rapportant à d'autres Ordres de la commu­nauté  maçonnique, dont certains ne pourront vous être expli­qués aujourd'hui.

En haut de la Planche vous remarquerez la Montagne de la Vision ,symbole de cette clarté d'intros­pection et de perception dont jouirent les hommes justes de jadis, qui purent ainsi s'élever au-dessus des folies de l'hu­manité et, par le précepte, l'exemple et la prophétie, décou­vrir le chemin que l'homme doit toujours s'efforcer de suivre.

Parmi eux, le premier sur lequel je me dols d'attirer votre attention est le patriarche Noé  qui tient de la main gauche un triangle équilatéral et de la droite une hache, mal discernable ici. Le Livre de la Genè­se nous dit qu' «ayant suivi les voies de DIEU », rendu sur la Montagne de la Vision, lui fut montrée la destruction qui guettait la malignité des hommes Désirant préserver les principes de la Science pour la postérité de ceux que DIEU daignerait épargner, l'ancêtre de Noé, Henok éleva deux colonnes l'une qu'il fit de marbre, et l'autre de briques  la première résistant à la dissolution par l'eau, la seconde à la destruction par le feu

A l'intérieur de chacune d'elles, il pratiqua une cache secrète dans laquelle il déposa les archives de la sagesse «pour que, dit-il, la Sagesse ne disparaisse pas totalement, avec le Mal, de la surface de la terre » Ces colonnes furent placées en sûreté dans une caverne à laquelle on accédait par une galerie de neuf arches, sommairement représentées ici,  puisque le secret de leur disposition, comme les moyens d'accès de l'une à l'autre, étaient seu­lement communiqués de père en fils et sont maintenant perdus Le pilier de marbre résista à la montée des eaux mais ne fut retrouvé que très longtemps après, quand son contenu fut pour la première fois mis au jour, providentiel­lement préservé pour les générations futures

La vision d'Henok ne devait se réaliser qu'à l'époque de son arrière petit-fils, Noé Le Livre d'Henok rapporte en effet que «la femme de Lamek mit au monde un enfant dont la chair était aussi blanche que la neige et la carnation telle la rose, dont les cheveux étaient blancs comme la lai­ne et longs et qui avait des yeux magnifiques Quand il les ouvrait il illuminait toute la maison — tel le soleil — et toute la maison était lumineuse Et lorsqu'il fut reçu des mains de la sage-femme et ouvrit la bouche, il s'adressa au SEIGNEUR de Justice Lamek fut terrifié du prodige et alla voir son père Metoushèlah pour lui dire qu'il avait engen­dré un enfant différent de tous les autres Metoushèlah consulta Henok qui 'demeurait avec les anges' et Henok expliqua qu'a cause de la malignité du monde, un déluge devait s'abattre, niais que Noé et ses enfants sciaient épar­gnés »

Et Noé devint homme  et trouva grâce aux yeux du SEIGNEUR, qui se laissa fléchir dans Sa détermination de détruire toute chair sous les Cieux, de crainte que la Droiture ne disparaisse aussi avec le Mal, de la surface de la terre Selon les instructions divines, Noé construisit l'Arche  et y fit entrer sa famille et tous les animaux qu'il put rassembler Alors le SEIGNEUR ouvrit les vannes d'un grand déluge qui recouvrit la terre et détruisit toutes les créatures vivantes, mais l'Arche  dériva en sécurité à la surface des eaux.

Quand (Ge 8,2-9) «les réservoirs de l'Abîme se fermè­rent ainsi que les ouvertures du ciel et la pluie fut rete­nue au ciel, [et que] les eaux diminuèrent sur la terre, Noé ouvrit la fenêtre de l'Arche qu'il avait faite Il lâcha le corbeau qui s'envola, allant et venant Puis il lâcha la colombe pour voir si les eaux avaient bais­sé sur la surface du sol Mais la colombe ne trouva pas où poser la patte , elle revint à lui vers l'Arche dessus  car les eaux couvraient toute la sur­face de la terre » Tandis qu'il attendait son retour, Noé re­posa sa tête dans le creux de son bras  sur le rebord de la fenêtre , et quand elle revint enfin, il tendit la main afin qu'elle se pose sur son doigt en disant «Voilà, elle approche et (Ge 8, 9, 12) il «la prit pour la faire rentrer dans l'Arche Il attendit encore sept autres Jours et lâcha à nouveau la colombe hors de l'Arche Le soir elle revint à lui, et voilà qu'elle avait au bec un frais rameau d'olivier Et Noé sut ainsi que les eaux avaient baissé sur la terre Il attendit encore sept Jours et lâcha la colombe qui ne revint plus vers lui » Noé fut ainsi assuré que, la colombe ayant trouvé un en­droit où se poser, il pourrait bientôt quitter l'Arche en tou­te sécurité et en paix. De ces circonstances, les deuxième et troisième Signes de ce Grade tirent leur origine La co­lombe et le rameau d'olivier sont, comme vous le savez, universellement considérés comme des symboles de Paix.

Quand les eaux s'abaissèrent, l'Arche demeura échouée sur le Mont Ararat et Noé en fit sortir les animaux afin qu'ils croissent et se multiplient. Puis avec ses trois fils, il éleva un autel au SEIGNEUR et il offrit des holocaustes sur l'autel DIEU dit alors (Ge 8, 11-13) « J'établirai Mon alliance avec vous . aucune chair ne sera plus exterminée par les eaux du Déluge, il n'y aura plus de Déluge pour ravager la terre. Voici le signe de l'alliance que je mets entre Moi, vous et tout être vivant avec vous, pour toutes les générations futures. J'ai mis Mon arc dans la nuée pour qu'il devienne un signe d'alliance entre Moi et la terre » Ainsi l'Arc-en-ciel, la Colombe et le Rameau d'Olivier rappellent les origines de ce Grade et, ensemble, constituent le Bijou porté par tous les Nautoniers de l'Arche.

Sous la main de DIEU, à la demande d'Henok et de Noé, Sagesse et Droiture furent ainsi préservées de la des­truction. Dans la Maçonnerie des Nautoniers de l'Arche Royale nous commémorons plus particulièrement Noé et ses fils Japhet et Sem qui sont représentés par le Vénérable ,alors que Cham, troisième fils de Noé, n'est pas représenté parmi nous

Les mots du Grade, qui vous ont été communiqués lors de votre Élévation, se trouvent au Livre de la Genèse (5, 3-29), dans la généalogie d'Henok et de Noé « Adam engendra un fils qu'il appela Seth  qui engendra En­osh, qui engendra Qénân, qui engendra Maha­lael qui engendra Yéred ou Jared, qui engendra Henok qui engendra Metoushèlah ou Mathusalem qui engendra Lamek qui engendra un fils l'appela du nom de Noé en disant "Celui-ci nous réconfortera de nos labeurs et de la peine qu'impose à nos mains un sol maudit par le SEIGNEUR" »

Bien des siècles plus tard, lorsque Moise se tint de­vant le Buisson Ardent dans le Désert du Sinaï, il lui fut ordonné par DIEU d'aller en Égypte pour y délivrer le peuple d'Israël de l'esclavage Connaissant ses propres défauts, il demanda un signe, afin qu'il sache que le SEIGNEUR serait avec lui dans sa tâche DIEU lui ordonna alors de jeter son bâton sur le sol, ce qu'il fit, et le bâton se changea en serpent Moise effrayé mais convaincu, fit le signe de paix  et sur l'ordre divin, saisit la queue du serpent qui redevint un bâton dans sa main

Ainsi affermi par DIEU, Moise fit de nombreux pro­diges en Égypte pour, enfin, conduire les Hébreux jusqu'au rivage de la Mer Rouge L'histoire de la traversée miracu­leuse de celle-ci et de la destruction de l'armée égyptienne par engloutissement vous est, sans nul doute, familière Est ici représenté l'instant de cette heureuse délivrance, quand Moise et tout le peuple élevant la voix dans une louange spontanée, chantèrent comme il est dit au Livre de l'Exode (15, 1) « Je veux chanter le SEIGNEUR, Il a fait un coup d'éclat. Cheval et cavalier, en mer il jeta » .Cet épisode ne fait pas partie de l'histoire traditionnel­le de ce Grade, mais il ne vous échappera pas qu'ici, pouf la deuxième fois, le Tout-Puissant usa de la force des eaux pour détruire le Mal, et fournit les moyens par les­quels la sécurité de ceux qu'Il avait choisis fut préservée

 

Partager cet article

Commenter cet article