Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

les hérésies(Sabellius, Arius)2

18 Juillet 2005 , Rédigé par St Thomas d'Aquin Publié dans #spiritualité

..Le second article, c'est qu'il y a trois personnes dans une seule essence divine, d'après ces paroles de saint Jean, ch. ult. : « Il y en a trois qui rendent témoignage dans le ciel, le Père, le Verbe et l'Esprit saint, et ces trois ne sont qu'une seule chose. » Il y a aussi plusieurs erreurs sur cet article de foi.

 


La première, c'est celle de Sabellius qui a admis l'unité dans l'es-sence, mais qui a nié la Trinité des personnes, disant : Qu'une seule personne est tantôt appelée Père, tantôt Fils et tantôt Saint-Esprit.

 


La seconde, c'est celle d'Arius qui a admis la Trinité des personnes, mais qui a nié l'unité d'essence, disant : Que le Fils est d'une autre substance que le Père, qu'il est une créature, qu'il est inférieur au Père, qu'il ne lui est ni égal ni coéternel, qu'il a commencé d'être après le temps où il n'avait pas été. Le Seigneur dit en saint Jean contre ces deux erreurs, ch. X : « Le Père et moi nous sommes un. » Ce qui fait, comme dit saint Augustin, que, de ce qu'il dit, Un, il délivre de l'erreur d'Arius, de ce qu'il dit : « Nous sommes au pluriel, il délivre de celle Sabellius. »

 


La troisième, c'est celle d'Eunomius qui a avancé que le Fils n'est pas semblable au Père. L'Apôtre dit contre cette erreur dans son Epître aux Colossiens, ch. I : « Qui est l'image de Dieu. »

 


La quatrième, c'est celle de Macédonius qui a soutenu que le Saint-Esprit est une créature. Il est dit contre lui dans la deuxième Épître aux Corinthiens, ch. III : « Mais le Seigneur est esprit. »

 

 
La cinquième est celle des Grecs, qui soutiennent que le Saint-Esprit procède du Père, mais qu'il ne procède pas du Fils. Il est écrit dans saint Jean, contre eux, ch. XIV : « Mais le Paraclet est l'Esprit du Père, que le Père vous enverra en mon nom, » à savoir, parce que le Père l'envoie comme l'Esprit de son Fils et comme procédant du Fils. On lit dans saint Jean, ch. XVI : « Il me glorifiera, parce qu'il recevra de moi. » Il est dit dans le Symbole contre toutes ces erreurs : « Je crois en Dieu le Père et en son Fils unique qui n'a pas été créé, consubstantiel au Père ; je crois au Saint-Esprit, Seigneur, qui vivifie, qui procède du Père et du Fils. »

Partager cet article

Commenter cet article