Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

prologue des constitutions des jésuites

24 Juillet 2005 Publié dans #spiritualité

PROLOGUE DES CONSTITUTIONS

1. Bien que ce soit la souveraine Sagesse et Bonté de Dieu notre Créateur et Seigneur qui doive conserver, conduire et faire avancer dans son saint service cette très petite Compagnie de jésus, comme elle a daigné la faire commencer; et bien que, pour ce qui est de nous, ce soit la loi intérieure de la charité et de l'amour de Dieu que l'Esprit Saint a coutume d'écrire et imprimer dans les cours qui doive, plus que des Constitutions extérieures, y aider; cependant, parce que la suave disposition de la Providence divine demande la coopération de ses créatures, et parce que le Vicaire du Christ notre Seigneur l'a ainsi décidé, et qu'ainsi nous l'enseignent dans le Seigneur les exemples des saints et la raison elle-même, nous estimons nécessaire d'écrire des Constitutions qui aident à mieux avancer, conformément à notre Institut, dans la voie du service divin que nous avons commencé à suivre.

2. Et bien que ce qui est premier et a le plus d'importance soit, dans notre intention, ce qui concerne le corps de toute la Compagnie (dont on recherche principalement l'union, le bon gouvernement et la conservation en son bon état pour une plus grande gloire de Dieu), cependant, parce que ce corps est constitué de ses membres et que, dans l'exécution elle-même, vient d'abord ce qui concerne chacun des membres, aussi bien dans leur admission que dans leur progression et leur répartition dans la vigne du Christ notre Seigneur, [A] c'est par là que l'on commencera, avec l'aide que la Lumière éternelle daignera nous communiquer pour son honneur et sa louange.

PROLOGUE CONCERNANT LES DECLARATIONS ET AVIS SUR LES CONSTITUTIONS

La fin des Constitutions étant d'aider à la conservation et à l'accroissement du corps entier de la Compagnie et de chacun de ses membres, pour la gloire de Dieu et le bien de l'Église universelle, et, en outre, toutes ces Constitutions et chacune d'elles, prises en elles-mêmes, devant être conformes à cette fin, celles-ci doivent remplir trois conditions.

La première : qu'elles soient complètes, pour que l'on pourvoie à tous les cas, dans la mesure du possible.

La deuxième : qu'elles soient claires, pour diminuer les occasions de scrupules.

La troisième : qu'elles soient brèves, autant qu'elles peuvent l'être tout en étant complètes et claires, pour qu'on puisse les garder en mémoire.

Pour mieux respecter ces trois conditions, en plus des Constitutions plus universelles et plus sommaires, qui seront plus maniables pour pouvoir être observées par les Nôtres et montrées aux gens de l'extérieur quand il le faudra, il nous a paru bon dans le Seigneur d'ajouter ces Déclarations et Avis qui, n'ayant pas moins d'autorité que le reste des Constitutions et entrant davantage dans les détails, pourront informer ceux qui ont la charge des autres sur certaines choses que la brièveté et le caractère universel du reste des Constitutions rendaient moins claires. Mais en plus des unes et des autres, qui concernent des choses immuables et que l'on doit observer partout, quelques autres ordonnances seront nécessaires, que l'on pourra adapter aux divers temps, lieux et personnes, dans les maisons, les collèges et pour les emplois de la Compagnie, tout en gardant pourtant l'uniformité entre tous, dans la mesure du possible. De ces ordonnances ou règles, il ne sera pas question ici : nous avertirons seulement que chacun doit les observer quand il se trouve là où elles sont observées, selon la volonté de celui qui y sera le Supérieur.

Pour en revenir donc à ce dont il est question ici, l'ordre de ces Déclarations correspondra à celui des Constitutions, partie par partie et chapitre par chapitre, chaque fois qu'il y aura quelque chose à expliquer. Cela sera indiqué par une lettre dans les Constitutions, qui correspondra à la même lettre dans les Déclarations. On procédera ainsi d'une façon ordonnée, aidé par la faveur de celui qui est le principe de tout ordre, lui qui est la Sagesse très parfaite et infinie.

DECLARATIONS SUR LE PROLOGUE DES CONSTITUTIONS

A. La manière de procéder qui convient habituellement est d'aller du moins parfait au plus parfait, surtout pour ce qui concerne la pratique ; car ce qui est premier dans l'exécution est dernier dans la considération qui, de la fin, descend aux moyens. Et c'est ainsi qu'on procédera en dix Parties principales auxquelles se ramènent toutes les Constitutions.

La première concerne l'admission en probation de ceux qui désirent suivre notre Institut.

La deuxième, le renvoi de ceux qui n'y sembleront pas aptes.

La troisième, le maintien et le progrès dans l'esprit et dans la vertu de ceux qui y seront retenus.

La quatrième, la formation dans les lettres et dans les autres moyens d'aider le prochain, pour ceux qui auront progressé eux-mêmes dans la vie spirituelle et dans la vertu.

La cinquième, l'incorporation dans le corps de la Compagnie de ceux qui auront été ainsi formés.

La sixième, ce que doivent observer pour eux-mêmes ceux qui ont été incorporés.

La septième, ce qu'on doit observer envers le prochain dans la répartition des ouvriers et leur emploi dans la vigne du Christ notre Seigneur.

La huitième, ce qui crée l'union de ceux qui sont ainsi répartis, entre eux et avec leur tête.

La neuvième, ce qui concerne la tête, et le gouvernement qui de la tête descend jusqu'au corps.

La dixième, ce qui concerne, sur le plan universel, la conservation et l'accroissement de tout le corps de cette Compagnie en son bon état.

Tel est l'ordre suivi dans les Constitutions et dans les Déclarations, en considérant la fin que nous nous sommes fixée: la gloire et la louange de Dieu notre Créateur et Seigneur. …

 

Partager cet article

Commenter cet article