Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

REAA : les Inspecteurs Généraux

24 Juillet 2005 , Rédigé par Yves HIVERT- MESSECA Publié dans #hauts grades

DE GENERALISI MAGNI EPISCOPI VAGENTES (1)

La question de la genèse du R.'.E.'.A.'.A.'. n'a pas été totalement résolue.

Au commencement, légendes et histoire sont intimement liées. Comment s'effectua le passage entre le système "écossais" pratiqué à Paris, au début de la décennie 1760 et le système en trente-trois grades élaboré à Charleston en 1801-1202 ?

1°) TRENTE ANS D'ERRANCE DES DÉPUTÉS INSPECTEURS GÉNÉRAUX

a) Prolégomènes : MORIN et FRANCKEN

La lettre circulaire approuvée le 4 décembre 1802, par le Suprême Conseil de Charleston, et envoyée début janvier 1803, affirme que - Frédéric le Grand étant Grand Commandeur de l'Ordre du Royal Secret - Étienne MORIN a été nommé Inspecteur Général le 27 août 1761 par le Grand Consistoire des Princes de Royal Secret, sis à Paris et présidé par CHAILLON de JONVILLE, député du roi de PRUSSE. En réalité la " Patente MORIN" a été délivrée par la Grande Loge des Maîtres de Paris dite de France réorganisée par Augustin CHAILLON de JONVILLE, et par sa structure concentrique et dirigeante (au sens anglais de inner council) appelée Grand (ou Souverain) Conseil dont la clef de voûte était le grade de Chevalier Kadosh. Elle autorise notre petit bourgeois Quercynois catholique (c. 1717-1771), en départ pour les Amériques pour chercher fortune, à "former et établir une loge pour recevoir et multiplier l'ordre Royal des maçons libres dans tous les Grades parfaits et sublimes... " et " d'établir dans toutes les parties du monde la Parfaite et Sublime Maçonnerie... ". Après un périple assez long, par l'Angleterre et l'Écosse, MORIN arrive dans les Antilles, d'abord à la Jamaïque alors colonie britannique, puis en janvier 1763 à Saint- Domingue. Entre temps, un néerlandais Henry Andrew FRANCKEN (c.1720-1795), arrivé à la Jamaïque en février 1757, naturalisé citoyen bri- tannique le 2 mars 1758, employé auprès de la cour de la vice-amirauté de Kingston, y fait sans doute la connaissance d'Étienne MORIN avant que ce dernier n'arrive à Saint-Domingue. Il consacrera la fin de sa vie à diffuser dans les Antilles le système maçonnique ramené de Paris par MORIN.

Il s'agit d'une structure en vingt-cinq grades et sept classes, "établie" par MORIN lui-même, superposant aux trois degrés symboliques, vingt-deux hauts grades quasiment tous pratiqués en France dans Ies décennies 1750/1760 (et non inventés par MORIN comme l'accusèrent trop souvent des chroniqueurs maçons des siècles suivants). Le nouveau standard n'est plus terminé, comme à Paris par le Kadosh, mais par celui de Sublime Prince du Royal Secret (2). On désigne, à tort, ce système propagé par MORIN sous le nom de Rite de Perfection alors que lui-même, pour insister sur l'importance du nouveau grade terminal, le dénommait Ordre du Royal Secret.

Même si la Grande Loge a révoqué en 1766 les lettres-patentes de 1761, MORIN continue son travail d'organisateur et de propagandiste dans les Antilles, notamment à Kingston où il érige un Grand Conseil des Princes Maçons. C'est durant ces années que MORIN a sans doute conféré à FRANCKEN le titre de Député Inspecteur général.

En 1767, ledit FRANCKEN commence un séjour de deux ans sur le continent nord-américain, où il agit comme " Grand Inspecteur de toutes les Loges relatives aux degrés supérieurs de la Maçonnerie, depuis Maître Secret jusqu'au 29è degré ", ses pouvoirs étant " confirmés par le Grand Conseil des Princes Maçons, dans l'Île de la Jamaïque" (3).

Le 6 décembre 1768, FRANCKEN nomme Député Inspecteur Général pour les Indes Occidentales et l'Amérique du Nord et Kadosh, Moses Michael HAYS (1739-1805) juif d'origine néerlandaise, " natif, habitant et négociant de la ville de New York en Amérique du Nord ", président en 1767 de la Shearith Israel Congregation de sa ville natale, futur Vénérable de la loge King's David, sise à New York, futur Grand Maître de la Massachusetts Independant Grand Loge (1788), futur co-fondateur de la Massachusetts Bank. Le même jour, FRANCKEN signe comme "Prince des Maçons et Député Grand Inspecteur Général" une autre patente nommant Député Inspecteur Général Samuel STRINGER (1735-1817), WASP\ natif d'Annapolis (Maryland) et célèbre médecin d'Albany (Etat de New York). Il est possible que durant son séjour nord-américain, FRANCKEN ait nommé d'autres Députés Inspecteurs Généraux.
 

Quelques mois plus tard, FRANCKEN, de retour à la Jamaïque, est l'un des deux Députés Inspecteurs Généraux fondateurs du Grand Chapitre des Sublimes Princes du Royal Secret, 25è , érigé par MORIN le 30 avril 1770, à Kingston. MORIN continue son travail en nommant d'autres Députés Inspecteurs Généraux, notamment le 1or juin 1770, à Jacmal (Saint-Domingue), le sénéchal de cette ville, ANTOINE MENESSIER de BOISSY avec pouvoir d'initier Il aux sublimes grades depuis le quatrième jusqu'au vingt-quatrième savoir Me Secret & III. chevalier de l'aigle blanc & noir ". Le magistrat est également promu Prince Grand Commandeur du Royal Secret avec pouvoir de conférer ce grade chaque année "à trois Chevaliers Princes Maçons". MORIN meurt, l'année suivante, en novembre, à Kingston, où il est enterré.

FRANCKEN va prendre le relais. Le 30 août: 1771 , il signe comme Prince du Royal Secret it Député Inspecteur, les rituels du 15è au 25è de l'Ordre du Royal Secret. Le manuscrit contient la plus ancienne version présentement connue des Constitutions dites de 1762. Le 30 octobre 1783, FRANCKEN date et signe comme Prince du Royal Secret et Plus Ancien [Senior] Député Grand Inspecteur pour toutes les loges, Conseils, Chapitres, & c. sur les deux Hémisphères un Rituel(5) du 4è au 25è de l'Ordre du Royal Secret. Le manuscrit(6) est remis au Député Inspecteur Général pour les Indes Occidentales et l'Amérique du Nord David SMALL.

Comme MORIN, FRANCKEN meurt à Kingston en 1795. La chaîne qu'ils ont initiée, se continuera notamment sur le continent nord-américain.

b) Les premiers Députés Inspecteurs Généraux itinérants en Amérique du Nord.
 

A leurs tours, les Députés Inspecteurs Généraux nommés par FRANCKEN ne resteront pas inactifs. En pleine guerre d'indépendance, en 1781, M.M.DAYS visite Philadelphie (Pennsylvanie) et y "crée" plusieurs Députés Inspecteurs Généraux, notamment le 4 avril, avec la Virginie pour attribution, Abraham FORST(FORST), négociant juif d'origine londonienne.

Le 25 juin 1781, lors de la formation de la Loge de Perfection, sise à Philadelphie, sont mentionnés six Députés Grands Inspecteurs tous nommés par HAYS. D'abord le président de la réunion Solomon BUSH, Député Inspecteur Général pour la Pennsylvanie, médecin du quartier de Whitemarsh (Philadelphie)devenu lieutenant colonel, assisté d'Isaac DA COSTA (1721-1783) qualifié d'Inspecteur Général pour la Caroline du sud. Ce juif londonien émigré devenu un très riche négociant de Charleston où il occupait également l'office d'hazan de la synagogue, fut banni en mars 1781, par les britanniques lors de la reprise de la ville, pour avoir refusé de prêter serment de loyauté à la Couronne. Les minutes de la réunion citent quatre autres Députés Inspecteurs Généraux :

- pour les Îles sous le Vent, Samuel MYERS (1755-1836), juif de New York, entrepreneur en Virginie et futur mari de Judith HAYS, fille de M.M.HAYS.

- pour la Caroline du nord, Simon NATHAN ( 1822), juif londonien émigré qui joua un rôle très important dans la Mickve Israel Congregation de Philadelphie et dans la construction de la première synagogue de cette ville,
- pour le New-Jersey, Thomas RAN DALL, sur lequel on possède peu de renseignements biographiques,

- pour la Georgie, Barend Moses SPITZER (1796), autre juif de Charleston réfugié à Philadelphie au printemps 1781, également membre de la Mickve Israel Congregation lors du retour dans sa cité.

Enfin, lors de la réunion des Députés Grands Inspecteurs, le 23 octobre 1781 , on trouve, délégué pour le Maryland, nommé sans doute au printemps par HAYS, Joseph M.MYERS (1755-1836), futur négociant à Richmond (Virginie), où il sera promu en 1783 Député Inspecteur Général pour la Caroline du sud.

Entre octobre 1785 & le printemps 1789, le Major général Augustin PREVOST est nommé Député Inspecteur Général sans doute par HAYS. En effet, le 5 octobre 1785, PREVOST visite la Loge de perfection de Philadelphie en tant que Prince du Royal Secret accompagné de Thomas RANDAL, Député Inspecteur Général. Le 19 août 1789, Augustin PREVOST désigne à son tour - preuve qu'il a reçu cette fonction - Député Inspecteur Général, William Moore SMITH (1759-1821), WASP, négociant de Philadelphie, futur Grand Maître des Maçons de Pennsylvanie (1796-1797). Le 1er février 1790, à Philadelphie, le même Augustin PREVOST nomme Député Inspecteur Général le français Pierre LE BARBIER DUPLESSIS (1748-1815), futur Grand Secrétaire de la Grande Loge de Pennsylvanie (1790-1794). La patente est égaIement signé par William M. SMITH.

De même, le 13 septembre 1790, Samuel STRINGER nomme Député Inspecteur Général, Stephen VAN RENSSELAER (1764-1839), presbytérien d'origine néerlandaise, futur sénateur et Lieutenant gouverneur de l'État de New York, futur président du Bureau de l'agriculture de l'État de New-York, futur chancelier de l'Université de l'État de New-York & futur fondateur du Rensselaer Polytechnic Institute, sis à Troy (NY).

Avec la promotion d'Abraham JACOBS, on rencontre un autre maillon entre le Rite dit de Perfection et le R:.E:.A:.A:.. Ce dernier, né à New York en 1757, reçu Maître Maçon dans la Solomon's Lodge N° 1, de Charleston, puis exalté en 1787, aux" Ineffables Degrés" par la Loge de Perfection, laquelle lui délivre le 1er mai 1788, un certificat signé par John MITCHELL, avait été avancé au grade de Chevalier du Soleil à Kingston, le 9 novembre 1790, par Moses COHEN, en présence d'Abraham FORST. Le 20 mars 1792, à Savannah (Georgie), JACOBS reçoit le degré de Grand Maître d'Écosse, [vingt-neuvième et] ultime degré de la Maçonnerie écossaise..." d'Israël DELIEBEN "autorisé par le Très Puissant et Illustre Grand Con,seil de Dublin" sous l'autorité du "Très Puissant et Illustre Marquis de Kildare, nouveau Duc de Linster"(7) mais également par "Patente et pouvoir" d'Heinrick WILMANS (1751-1795), "Grand Inspecteur pour toutes les Loges des Sublimes Degrés de la .. Maçonnerie par le Très Puissant ,et Illustre Grand Conseil de Stockholm en Suède sous l'auspice immédiat de son Altesse Royale le duc de Soud Menderland"(8). Ledit Henry WILMANS, né à Brême en 1751, luthérien, très important négociant de Baltimore, sis 17 Calvert Street, établit dans cette ville, le 21 décembre 1792, une Loge de Perfection en qualité de Grand Inspecteur Général. Ce titre semble indiquer un rang hiérarchique supérieur à celui de Député Inspecteur. Certains historiens ont émis, sans preuve probante, l'hypothèse que H. WILMANS est le mystérieux Frère "prussien"(9) qui aurait conféré le 33è degré à JOHN MITCHELL.

c) Progressivement, l'affaire se concentre sur Charleston

Entre temps, la liste des Generalisi Magni Episcopi Vagentes s'allonge. Le 12 janvier 1794, à Charleston, Moses COHEN, ancien courtier et boutiquier sur la Deuxième Rue, près du marché de Philadelphie, élevé Chevalier du Soleil en 1790, à Kingston, en présence d'Abraham FORST, est nommé Député Inspecteur Général par Barend M. SPITZER. A son tour, le 11 janvier 1795, à Kingston, Moses COHEN nomme Député Inspecteur Général le médecin juif Hyman ISSAC LONG, qui avait reçu les "Ineffables Degrés" de la Loge de Perfection de Charleston. Le 14 août, réfugié de Saint-Domingue, à cause de la révolte des noirs, le comte ALEXANDRE DE GRASSE-TILLY (1765-1845), aristocrate et officier français, s'installe dans cette ville.

Entre temps, le 2 avril 1795, B.M. SPITZER, nommé en 1781, nomme à son tour, Député Inspecteur Général, le colonel John MITCHELL (1741-1816), un irlandais catholique émigré en Pennsylvanie, puis installé en 1791 à Charleston. Le 24 juillet 1796, GRASSE-TILLY et son beau- frère le notaire Jean Baptiste Marie DELAHOGUE sont parmi les fondateurs d'une Loge sauvage, La Candeur. En novembre 1796, sept Frères de la dite Loge, DELAHOGUE, GRASSE-TILLY, Pierre CROlE MAGNAN, Jean Abraham MARIE, Remy Victor PETIT, Alexis Claude ROBIN & Dominique SAINT-PAUL reçoivent des patentes de Député Inspecteur Général ainsi que des rituels de l'Ordre du Royal Secret, du médecin Hyman Isaac LONG,. ruiné et mourant.

Enfin, il faut également noter dans cette liste des Députés Inspecteurs Généraux, Germain HAQUET(1751-1835), nommé en 1798, à Philadelphie par Pierre LE BARBIER DUPLESSIS. A Port Républicain (ex-aux princes), le 15 août 1799, Germain HAQUET à son tour, nomme Député Inspecteur Général le Bourguignon Antoine MATHIEU DU POTET. De retour en France à la même époque que GRASSE-TILLY, HACQUET y ramera le Rite de Perfection, créera le Grand Conseil des Princes Maçons du Rite Écossais d'Hérodom avant de devenir président du Suprême Conseil des Rites. Il est piquant de noter que les deux Frères ennemis qui ramenèrent d'Amérique deux systèmes "écossais" concurrentiels, le " maintenu" (Perfection/Heredom) et "l'inauguré" à Charleston (R:.E:.A:.A:.) étaient issus de la même transmission MORIN/FRANCKEN/HAYS.
 

2°) LE TRAVAIL DES DÉPUTÉS INSPECTEURS GÉNÉRAUX

a) la fondation d'ateliers sur le continent nord-américain.

Le principal rôle des Députés Inspecteurs Généraux est d'avoir introduit et développé l'Ordre du Royal Secret dans les treize colonies bri- tanniques qui deviendront après l'Indépendance, les États-Unis d'Amérique du nord, en élevant des Maçons à divers grades et en érigeant des Ateliers principalement dans cinq états: Caroline du Sud, Maryland, Massachusetts, New York et Pennsylvanie.

Lors de son séjour de 1767-1769, FRANCKEN fonde une Loge de Perfection dite L'Ineffable, sise à Albany (État de New York). La Loge est officiellement "ouverte" le 11 janvier 1768 sous la présidence de William GAMBLE, assisté de Samuel STRINGER(1O), Premier Grand Surveillant, Thomas LYNOTT, Deuxième Grand Surveillant, Richard CARTWRIGHT, Grand Trésorier, Henry CUYLER, Grand Secrétaire, Thomas SWORDS et Augustin PREVOSTT.
En 1782, Solo mon BUSH, Député Inspecteur Général pour la Pennsylvanie, fonde une Loge de Perfection à Philadelphie.
 

Après Charleston en 1783, un quatrième Atelier dit King Solomon Lodge of Perfection est installé à Holmes'Hole, Martha's Vineyard (Massachusetts) en 1791 en vertu d'un Charte délivrée par M.M. HAYS. En 1792, une cinquième Loge de Perfection sera érigée à Baltimore par Henry WI LLlAM.

b) Charleston, lieu privilégié de l'Écossisme.
 

Mais c'est en Caroline du sud, et tout spécialement à Charleston, que va s'opérer la métamorphose de l'Ordre du Royal Secret en R,'.E,'.A,'.A,'.. La ville principale de la Caroline du sud est un vieux foyer maçonnique. La Solomon's Lodge tient sa première réunion le 27 octobre 1736. À compter de la décennie 1750, l'Orient subit les conséquences des rivalités des deux obédiences anglaises.

Ainsi la Grande Loge de Londres (dite des Modernes) y possède une Grande Loge Provinciale de Caroline du sud qui se proclame une première fois autonome en 1777. Mais lors de la reprise de la ville par les troupes britanniques de CLINTON au printemps 1779, elle se replace dans le giron de l'obédience métropolitaine. Elle le demeurera jusqu'en 1788 où elle se déclarera à nouveau indépendante sous le nom de Grand Lodge of the Society of Free and Accepted Masons (F&AM). Elle compte alors onze Loges dont cinq à Charleston.

Entre temps, le 5 février 1787, cinq loges(11) de la tradition (anglaise) des Anciens fondent la Grande Lodge of South Carolina, Ancient York Masons (AYM). Les deux obédiences se détestent non seulement pour des raisons maçonniques mais également à cause des divergences politiques de ses membres. Patriotes et souvent membres de confessions minoritaires, de nombreux officiers de cette obédience (Mordecai GIST, Edward WEYMAN) sont également adhérents de la Loge de Perfection. Ainsi le colonel John MITCHELL, Premier Grand Surveillant de la loge de Perfection est Second Grand Surveillant de la dite Grande Loge (1789-1790). En effet, dès le début de la décennie 1780, le Rite de Perfection s'était installé à Charleston en février 1783 avec l'établissement et la constitution d'une Loge de Perfection par Isaac DA COSTA:I:. Le 20 février 1788, trois autres Députés Grands Inspecteurs, Abraham FORST, Joseph M. MYERS et Barend M.SPITZER ouvrent un Grand Conseil de Princes de Jérusalem à Charleston.

L'arrivée de DELAHOGUE et de GRASSE-TILLY va quelque peu modifier le paysage maçonnique. Leur Loge La Candeur fondée en 1796, sous le premier maillet de DELAHOGUE depuis décembre 1797, va être - sur leurs demandes - affiliée sous le n° 12, le 2 janvier 1798, à la Grand Lodge F & AM de Caroline du sud. Sur son tableau du 27 décembre 1798, GRASSE-TILLY figure comme Vénérable, Député Grand Inspecteur Général(12), Grand Commandeur du Temple et Prince Maçon - Fondateur." Entre temps, DELAHOGUE, GRASSE-TILLY et les cinq autres Députés Grands Inspecteurs, sous l'autorité. du Grand Conseil des Princes Maçons, sis à Kingston (transmission Hyman 1. LONG), avaient fondé, toujours à Charleston, le 13 janvier 1797, un Conseil de Kadosh, puis un Grand Conseil des Princes du Royal Secret en juin 1798.
 

En août 1799, GRASSE-TILLY quitte la Grande Loge F & AM, fonde un nouvel atelier "La Réunion française"(13) laquelle est installée le 10 août 1799 par la Grande Loge AYM sous le no45. Ce passage de l'obédience moderne à l'obédience ancienne n'est pas sans signification quand on sait que tous les membres du Suprême Conseil de Charleston des années 1801-1802 appartiennent à la Grande Loge AYM.

Dans cette fin de siècle, quatre des cinq Loges de Perfection fondées aux États-Unis sont plus ou moins en sommeil. Seule maçonne encore celle de Charleston. Les trois seuls Ateliers où le Rite de Perfection est encore actif sont donc la Loge de Perfection (pour les grades du 4è au 14è), le Grand Conseil des Princes de Jérusalem et le Sublime Grand Conseil des Princes du Royal Secret(14) tous trois établis à Charleston. Sauf la Loge de Perfection, tous ses Ateliers sont présidés par John MITCHELL qui dirige également un Souverain Chapitre de Rose-Croix de "Heroden". On peut supposer que dans cet Orient, une réorganisation des hauts gardes eut lieu. Pour couronner et pérenniser ce travail, un nouveau grade sera créé par dédoublement de celui de Député Grand Inspecteur. Ainsi va être élaboré, entre 1798 et 1801, un nouveau système(15) en trente-trois degrés sous l'autorité de Souverains Grands Inspecteurs généraux, Grands Commandeurs à vie.

c) " l'inauguration" du Suprême Conseil de Charleston (1801)

Progressivement, on sort des zones d'ombre de cette création. Ainsi le 24 mai 1801, une patente, rédigée en anglais et signée John MITCHELL, élève le médecin Frédérich DALCHO, londonien d'origine prussienne, Kadosh, Prince du Royal Secret et le nomme Député Inspecteur Général. Cette patente est également signée par DELAHOGUE, GRASSE-TILLY, Abraham ALEXANDER, Isaac AULD, Israël DELIEBEN et d'autres. Le lendemain, DALCHO reçoit de John MITCHELL le degré de Souverain Grand Inspecteur Général. Il est également nommé membre du Suprême Conseil du 33è degré dans les États-Unis d'Amérique et Lieutenant Grand Commandeur. Ce deuxième document est signé par MITCHELL et endossé par Abraham ALEXANDER, Isaac AULD, Jean Baptiste DELAHOGUE, Emmanuel De LA MORA, Israël DELIEBEN, Alexandre de GRASSE-IILLY, James MOULTRIE et Sampson SIMSON. Le 23 septembre courant, ledit DALCHO prononce un discours "Oration"(16) devant la Loge de Perfection de Charleston(17)Un an plus tard, une lettre circulaire du 4 décembre 1802 dite le Manifeste annonce publiquement "l'inauguration" (opening), le 31 mai 1801(18), du Suprême èonseil du 33è degré pour les États-Unis d'Amérique. Cette décision avait été prise le 10 octobre de l'année précédente. Pour la rédaction du texte, un comité avait été constitué par trois membres: F.DALCHO, Isaac AULD et Emmanuel De LA MOTTA. Envoyé au début de janvier 1803, le Manifeste affirme, en autres, que le roi de Prusse, Frédéric Il, a ratifié la Grande Constitution de 1786, à Berlin, le 1er mai. L'initiative de cette création revenait à John MITCHELL, qui, quelques mois plus tôt, dans des circonstances demeurées mystéieuses, aurait reçu communication d'un 33è degré Souverain Inspecteur Général et de Grandes Constitutions, en français, datées du 1er Mai 1786 et attribués mystiquement à Frédéric II.

On sait seulement qu'en 1829, DALCHO croyait se souvenir que MITCHELL avait reçu le 33è degré d'un Prussien de passage à Charleston, qui était habilité à le conférer, et qui lui avait fait signer une obligation en français(19). Quoiqu'il en soit, le Manifeste précise que ledit Suprême Conseil a été "ouvert " "par les Frères John MITCHELL et Frederick DA LCHO, Souverains Grands Inspecteurs Généraux, et dans le cours de la présente année [lire 18021 l'effectif des Grands Inspecteurs Généraux fut complété, conformément aux Grandes Constitutions". Furent ainsi cooptés Abraham ALEXANDER (1743-1816), juif londonien émigré à Charleston où il occupera diverses fonctions dans la Beth Elohim Congregation, Isaac AULD, né en Pennsylvanie,. " congrégationaliste rigide" (20) docteur en médecine, Thomas Bartholomew BOWEN, (1741-1816), né en Irlande, ancien major du Pennsylvanie Rifle Régiment, devenu imprimeur à Charleston, Jean Baptiste DELAHOGUE, Israël DELIEBEN (1740- 1807), juif religieux mais libéral, né à Prague, fabricant et négociant à
Charleston, Alexandre de GRASSE-TILLY et Emanuel de LA MOTTA
(1760-1821), négociant et adjudicateur, également membre de la Congregation Beth Elohim et assistant-lecteur de la synagogue de Charleston.
 

On ignore toujours pourquoi le Suprême Conseil de Charleston a attendu plus d'un an pour annoncer officiellement sa naissance, et pourquoi cette annonce fut faite après le départ de DELAHOGUE et GRASSE-TILLY pour Saint-Domingue? Quoiqu'il en soit sur le registre annuel pour l'année 1802 imprimé par T. B. BOWEN, les deux français sont remplacés par Moses Clava LEVY (1750-1839), juif polonais né à Cracovie, futur président de,la Congregation Beth Elohim de Charleston et par James MOULTRIE (1764-1836), presbytérien d'origine écossaise, docteur en médecine de l'Université d'Edimbourg, futur président de la Medical Society of South Câ.rolina.

d) L'aventure aux Isles.
 

Lorsqu'il quitte Charleston en mars 1802, GRASSE-TILLY reçoit du Suprême Conseil des lettres certifiant sa triple qualité de Grand Inspecteur Général, membre du Suprême Conseil et Grand Commandeur à vie pour les Isles Françaises des Indes Occidentales(21). Il se rend à Saint- Domingue où il reprend du service dans l'armée française. Il reçoit le commandement du fort du Picolet jusqu'à sa reddition le 29 novembre 1803. Entre temps, avec l'aide de DELAHOGUE, GRASSE-TILLY établit un Suprême Conseil sis au Cap Français, dont on possède un tableau(22) daté du 31 mai 1802. Outre nos deux voyageurs, on trouve trois membres de la Loge et du Chapitre Les Sept Frères réunis (23). Armand CAIGNET, Jean DALET et Louis HERO(24). Le 8 juillet 1802, GRASSE-TILLY nomme Antoine BIDEAUD, Député Grand Inspecteur Général et certifie le cahier de Souverain Grand Inspecteur Général du 33è, ou Grand Chevalier Élu du Temple, dernier Degré de toute Maçonnerie, Ancienne et Moderne... Le 11 juillet, BIDEAUD, devant DALET et GRASSE-TILLY, jure Il de ne donner copie des règlements du 33è grade à nul personne au monde, sans préalablement en avoir obtenu une permission par écrit du Souverain Grand Inspecteur Général, Grand Commandeur du Souverain Grand Conseil du 33è grade des Isles de l'Amérique du vent & sous le vent établis au Cap français ou de son Lieutenant-Commandeur ". Le 25 juillet, BIDEAUD, à son tour, certifie le Cahier du degré de Grand Inspecteur Général 33è qu'il a lui-même "littéralement copié de celui du Puissant Frère Auguste de Grasse... " . Las, ledit document disparaîtra mais BIDEAUD jouera un rôle certain dans le développement du nouveau rite.
 

Quant à DELAHOGUE, il reçut le 29 juillet 1804 une Patente du Suprême Conseil des Grands Inspecteurs Généraux du 33è degré dans les États-Unis d'Amérique l'autorisant à établir des loges, Chapitres et Conseils ... à la Nouvelle-Orléans.

Entre temps, GRASSE-TillY, prisonnier des britanniques, est libéré au début de 1804 comme citoyen américain
(25)
. Il regagne Charleston. Là, lui parvient une décision le mettant à la disposition du ministère français de la Guerre. Il décide alors de regagner la France, débarque à Bordeaux le 4 juillet 1804 et arrive à Paris à la fin du mois. La grande et belle aventure du système qui ne se nommait pas encore Écossais, Ancien (et) Accepté, allait commencer.

 

 

Yves HIVERT-MESSECA

Notes

1 littéralement Des Députés Inspecteurs Généraux Itinérants. Ce titre en forme de jeu de mots a été" construit" en référence à la centaine d'évêques non rattachés à une Église déterminée, excommuniés par Rome et qualifiés par le Vatican d'episcopi vagantes ou évêques marginaux.
2 Ce nouveau degré terminal est-il une " invention" de MORIN? ou l'a-t- il découvert (reçu?) lors de son passage dans les îles britanniques?
3 Cf. la Patente du 26 décembre 1767 remise aux fondateurs de l'Ineffable loge of Perfection, sise à Albany.

4 White anglo-saxon protestant.
5 On connaît un deuxième manuscrit FRANCKEN, présentement à Londres, à la bibliothèque de la Grande loge Unie d'Angleterre, depuis 1980.
6 Actuellement dans les Archives du Suprême Conseil des Etats-Unis/Juridiction Nord (Washington).
7 Sans doute William Robert FITZGERALD, plusieurs fois Grand Maître d'Irlande.

8 En réalité, Carl duc de Sëdermanland (1748-1818), futur roi Charles XIII de Suède, Grand Maître de la Grande Loge de Suède en 1774, puis Vicarius Salomonis en 1777 jusqu'en 1811.
9 En réalité,il est de la ville libre de Brême. 
10 * = Député Inspecteur Général
11 Les Loges n° 38, 40  et 47 érigées sous les auspices de la Grande Loge de Pennsylvanie, et les Loges n° 190 établie le 30 septembre 1774 et dont l'un des fondateurs est Isaac Da COSTA, et n° 236, ouverte en 1786, toutes deux sous l'autorité de la Grande Loge (anglaise) des Anciens.
12 Selon les sources, GRASSE-TILLY a été nommé Député Inspecteur Général (Grand Député Inspecteur Général ou Député Grand Inspecteur Généra!) en 1796. La majorité des documents de Charleston a été rédigée en français, ce qui implique que la traduction des nominations de Deputy Gen'f3rallnspector (ou Deputy InspectQr Generan anté- rieures à la période et rédigées en anglais, ne peut être que Député Inspecteur Général. Ensuite, on peut imaginer des transformations successives : Député Grand Inspecteur Général, puis Souverain Grand Inspecteur Général.

13 Outre GRASSE-TILLY, La Réunion Française a été fondée par cinq autres Députés Inspecteurs généraux créés par LONG après la première série de promotions en novembre 1796, les frères ALLEMAND, DUPUY, GROSCHANT, REMOUSSIN & TOUTAIN, ainsi que deux autres maçons CIRAND et PLACIDE.
1411 est possible qu'il existe à Charleston deux Consistoires qui fusionnent entre 1799 et 1800 (Cf. Alain BERNHEIM, Le bicentenaire des Grandes Constitutions de 1786... in Renaissance Traditionnelle n° 69, p. 64/65).
15 L'élaboration de ce nouveau système en trente-trois degrés ne veut pas dire que les anciens disparaissent. D'après le Registre publié en 1802 à Charleston, trois rites sont pratiqués à Charleston: le nouveau système en trente-trois degrés, le système ancien de MORIN, en vingt-cinq degrés et la " Rose-croix de Heroden " (cf. Alain BERNHEIM, op. cit., p. 16).
16 DALCHO prononcera un deuxième discours, le 21 mars 1803, devant la Loge de Perfection de Charleston. Le texte sera également imprimé et publié avec diverses annexes dont la Circulaire de 1802 et quatre articles de la Grande Constitution de 1786.
17 Dans ce texte imprimé en 1801, à Charleston, et donc antérieur à la rédaction et à l'envoi du Manifeste, John MITCHELL est qualifié de Président du Suprême Conseil des Maçons des États-Unis (et non de Souverain Grand Commandeur).
18 Il existe donc un écart de sept/huit jours entre les documents DAlCHO et " l'inauguration" du Suprême Conseil.
19 lettre de Moses HOlBROK du 30 mars 1829, in Ray Baker HARRIS, History of the Supreme CounciI33ème..., Washington, 1964, p. 95.
20 Historiquement, le congrégationalisme désigne les Églises indépendantes opposées à la fois à l'anglicanisme et au presbytérianisme écossais. Il prône la séparation des Églises et de l'État et l'autonomie des congrégations locales (églises locales paroissiales). Ce sont des congrégationalistes qui arrivèrent en Amérique sur le Mayflower en 1620.
21 Ce document ne figure pas sur le Livre d'Or de De GRASSE-TillY.
22 Ce document est connu par le Registre BIDEAU évoqué plus loin sous le titre Tableau des membres du Suprême Conseil au 33è Grade établis aux Isles Françaises de l'Amérique. Alain BERNHEIM, op. cit., p. 56, fait remarquer que si le mot établis est au pluriel, il s'agit du tableau des Grands Inspecteurs Généraux" établis aux Isles "
23 DELAHOGUE et GRASSE-TillY se sont affiliés à la loge et sont fondateurs du Chapitre.
24 D'après APIKE, AASR of Freemasonry, p. 193-194, ledit Suprême Conseil compte également Pierre TOUTAIN et Antoine BIDEAUD.
25 Il avait obtenu la citoyenneté américaine le 17 juin 1799.

 

Partager cet article

Commenter cet article

alain bernheim 12/08/2009 17:09

compilation avec, ajoutées, deserreurs du compilateur