Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Instructions du Compagnon

7 Septembre 2007 , Rédigé par RER GODF Publié dans #Rites et rituels

Vous  venez  aujourd'hui,  mon  cher  Frère,  de  faire  le  second  pas  dans  le  cheminement maçonnique ; celui-ci, quoique plus simple en apparence, n'en est pas moins important et il vous  impose  de  nouveaux  symboles  à  méditer  qui  ne  peuvent  encore  vous  être  clairement expliqués ; écoutez, en attendant, les explications de votre réception. Elles vous aideront et vous faciliteront le nouveau travail qui vous est imposé. Avant d'être présenté à la Loge, vous avez été livré à la réflexion et à la solitude pour vous apprendre que le Maçon doit peser mûrement toutes ses démarches et se rendre un compte exact de ses motifs avant d'agir.

Vous avez ensuite été introduit en Loge comme déjà un homme éprouvé et satisfait des secours que l'Ordre lui avait procurés. On vous a accordé l'entrée pour vous fortifier dans les bonnes dispositions et dans la confiance dont vous paraissez rempli. 

Placé entre les deux Surveillants, à l'Occident, vous y avez trouvé en eux les guides et amis fidèles qui vous avaient préservé des dangers de vos premières épreuves et qui étaient encore également disposés à vous diriger dans la route qui vous restait à faire. 

Vous avez été assujetti à cinq voyages autour du Temple, pour vous apprendre que, lorsqu'on s'est une fois engagé dans le chemin de la vertu, il faut le suivre sans se décourager par les obstacles que l'on peut y rencontrer encore : la persévérance les diminue et la force pour les vaincre augmente en proportion de la confiance. 

Vous avez fait les voyages avec les yeux découverts, ce qui vous désigne que lorsque le Maçon a une fois ouvert les siens à la Lumière par un effort de sa propre volonté et de sa confiance, elle ne l'abandonne pas tant qu'il conserve de l'attrait. Vous l'avez reçue dans votre premier grade, mais  vous  êtes  encore  trop  peu  affermi  dans  les  vertus  maçonniques.  Vos  connaissances étaient  trop  imparfaites  pour  pouvoir  être,  sans  danger,  votre  propre  guide.  Il  fallait  vous garantir de ceux de la présomption et des préjugés dont les illusions égarent l'âme des mortels et vous mettre en état de méditer avec fruit les nouvelles maximes que l'Ordre vous destinait dans ce grade. . ..

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article