Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Chevalerie templière et hauts grades

17 Août 2005 Publié dans #hauts grades

Hugues de Payns, Geoffroy de St Omer et sept de leurs compagnons qui se trouvaient à la cour de Beaudoin II, Roi de Jérusalem, fondèrent l'Ordre du Temple en 1119, postérieurement au départ de la première Croisade. Hugues de Payns fut envoyé en France, au Concile de Troyes, en 1128, pour recruter et chercher des secours auprès du Pape et du Roi de France. Il fut tout de suite reconnu et soutenu par Saint Bernard, abbé de Clairvaux, qui, un peu plus tard, ayant apprécié les services et la noblesse des Templiers, soldats de la foi, écrivit en leur honneur "De Laude Militiae".  

Nous y lisons ces lignes dignes de nous inspirer :

"Une nouvelle Chevalerie est apparue dans la terre de l'incarnation. Elle est neuve, dis-je, et non encore approuvée dans le monde où elle mène un combat double tantôt contre des adversaires de chair et de sang, tantôt contre l'esprit du mal dans les cieux. Et que ces Chevaliers résistent par la force de leurs corps à des ennemis corporels, je ne juge pas cela merveilleux, car je ne l'estime pas rare. Mais qu'ils mènent la guerre par les forces de l'esprit contre les vices et les démons, je l'appellerai non seulement merveilleux mais digne de toutes les louanges accordées aux religieux. Le Chevalier est vraiment sans peur et sans reproche qui protège son âme par l'armure de la foi comme il couvre son corps d'une cotte de mailles : doublement armé, il n'a peur ni des démons ni des hommes." 

Ces paroles de Saint Bernard qui, peu après, à Vézelay, prêcha une nouvelle croisade, justifient que nous prenions pour exemple ces Chevaliers de foi et d'action.

Nos ancêtres se dirigeaient vers les lieux saint en une démarche comparable à celles, toutes symboliques, d'Orphée descendu à la recherche désespérée d'Eurydice, de Jason allant vers la Toison d'Or, de Parsifal en quête du Graal.

Là-bas, en Palestine, une Vérité était née, une Vérité s'était révélée aux hommes, une Vérité avait souffert pour les hommes. De là-bas, elle s'était répandue sur la terre entière après s'être libérée de ses liens charnels et être remontée dans son Empyrée.

Les Croisés marchaient vers le berceau de cette Lumière pour la soustraire au joug des infidèles et, aussi, disons-le bien, pour éclairer ceux-ci tout en leur empruntant de nouvelles pensées.

La Chevalerie Templière, tu le sais, a été abolie en 1314 parce qu'elle portait ombrage au pouvoir royal et au pouvoir ecclésiastique. Du coup, les tours des cathédrales sont restées inachevées. La sublime quête humaine vers la spiritualité a été abandonnée jusqu'à ce que notre Ordre la fit sienne. Telle la Chevalerie, il s'est mis en marche pour libérer la Jérusalem humaine de l'obscurité qui l'étreint encore et il a entrepris une nouvelle croisade.

tu entends l'écho des trois salves de canon qui furent tirées lors de nos trois premières concentrations. Des coups redoutables ont été portés aux ennemis           de la Lumière et de la Liberté. Mais, hélas!, notre Jérusalem est encore loin de la délivrance. Deux autres assauts doivent avoir lieu pour assurer l'avènement du Saint-Empire de l'esprit et de l'amour. Nous attendons les ordres. Que l'image d'une armée prête à l'action ne te quitte pas, car la lutte contre les puissances d'asservissement se poursuit. Quelles que soient les satisfactions que t'ont procurées tes stages dans les grades précédents, quels que soient les bénéfices que tu en aies tirés pour ton propre perfectionnement, il te reste à les résoudre en actes en coopération avec ceux dont tu deviens aujourd'hui l'égal.

 

Partager cet article

Commenter cet article