Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

contre les ariens

28 Septembre 2005 , Rédigé par ST HILAIRE DE POITIERS Publié dans #spiritualité

C'est un grand mot que le mot de paix; c'est une belle pensée que la pensée de l'union; mais il n'y a de paix que dans la doctrine de l'Église et de l'évangile de Jésus Christ; mais il n'y a d'union qu'à ce prix. Qui en doute ? Cette paix qu'après sa passion glorieuse Jésus Christ a prêchée à ses disciples, cette paix qu'avant de les quitter Il leur a recommandé de garder comme un gage de son mandat éternel, c'est elle que nous avons toujours appelée de nos voeux, elle qui fut l'objet constant de nos efforts, et que nous avons travaillé sans relâche à ramener, à affermir parmi nous. Mais nos espérances ont été trompées; ce grand ouvrage, nous ne l'avons pas accompli; nos péchés, hélas ! ne l'ont pas permis, et les ministres de l'antéchrist, ces hommes qui osent se glorifier d'une odieuse paix, qui n'est autre chose que l'union dans l'impiété, se sont dressés contre nous ! eux, les évêques du Christ ! non, non, ce ne sont que les prêtres de l'antéchrist.

Qu'on ne nous accuse point de nous emporter contre eux en paroles outrageantes; nous ne faisons que proclamer hautement la cause de la désolation publique; il faut qu'elle soit connue de tous. Nous savons qu'il a paru plus d'un antéchrist, même au temps de la prédication de saint Jean, et quiconque n'admet pas la Personne du Christ telle qu'elle a été prêchée par les apôtres est antéchrist, puisque ce mot, dans sa véritable acception, signifie contraire au Christ. Aujourd'hui, sous le masque d'une fausse piété, sous l'enseigne mensongère de la prédication évangélique, on aspire à renverser la puissance et l'empire de Jésus Christ.

Ah ! donnons des larmes aux malheureux temps où nous sommes; affligeons-nous, mes frères, de cette folle opinion qui met Dieu sous le patronage des hommes, et de cet esprit d'intrigue qui appelle le siècle au secours de l'Église. Mais dites-moi, je vous en prie, dignes évêques, qui croyez encore à la vérité de ce grand nom, à quels suffrages les apôtres ont-ils eu recours pour prêcher l'évangile ? Quelles puissances leur sont venues en aide, quand ils publiaient le nom de Jésus Christ et qu'ils faisaient passer les nations du culte de l'idolâtrie au culte du vrai Dieu ? Allaient-ils mendier l'appui des rois, quand, dans l'horreur des prisons, gémissant sous le poids des chaînes et le fouet des bourreaux, ils chantaient l'hymne d'action de grâces ? Était-ce par des ordonnances impériales que Paul, jeté en spectacle à la foule, rassemblait une Église pour Jésus Christ ? N'est-ce pas qu'il se couvrait de la protection de Néron ? de Vespasien et de Dèce, dont la haine contre nous a été si féconde en conversions ? Peut-être que, vivant du travail de leurs mains, réunis dans l'ombre des retraites les plus obscures, parcourant, en dépit des arrêts du sénat et des édits des rois, les villes et les campagnes, et soumettant des peuples entiers, peut-être que ces hommes n'avaient pas les clefs du royaume des cieux ? peut-être que la Puissance divine ne s'était pas manifestée contre les préventions de la terre, quand les prédications évangéliques étaient devenues d'autant plus nombreuses que la défense de prêcher le nom de Jésus Christ était devenue plus rigoureuse ?

De nos jours, hélas! la foi divine a besoin des suffrages des grands du siècle, et le Christ est accusé d'impuissance, parce que l'ambition ne rougit pas de prostituer son Nom à ses propres fins. L'exil et les cachots jettent l'effroi au sein des Églises, et la foi qui a grandi dans l'exil et dans les cachots s'impose aux consciences; consacrée par la fureur des bourreaux, elle se prise à la faveur de ses ministres; elle proscrit les prêtres, et c'est à la proscription des prêtres qu'elle doit sa propagation; elle se glorifie de l'amour du monde, et si le monde ne l'eût point poursuivie de sa haine, Jésus Christ ne l'eût point avouée. Voilà les faits dont tous les yeux sont frappés, dont toutes les bouches s'entretiennent; et comparez à l'Église aujourd'hui désolée l'Église que nous avons reçue des apôtresŠ

Mais ce qu'il n'est plus permis d'ignorer, c'est ce que je vais dire en peu de mots. La Volonté toute puissante de Dieu a assigné au temps sa mesure; les siècles sont comptés; les livres saints nous l'enseignent. Et voilà que nous sommes arrivés aux jours de l'antéchrist, dont les ministres se transformant, selon l'Apôtre, en anges de lumière, effacent dans les esprits et dans les consciences celui qui est le Christ. Pour que l'erreur s'élève jusqu'à la certitude, on ne parle de la vérité qu'en termes ambigus; on sème partout le doute; il n'y a plus d'unanimité, et le partage des esprits révèle assez la présence de l'antéchrist. De là la lutte des opinions; de là vient qu'avec la foi en un seul Christ on en prêche deux; de là vient que l'esprit d'Arius, cet ange des ténèbres, s'est changé en ange de lumière, et que ses héritiers, Valence, Usacius, Auxence, Germinius, Gaïus, à la faveur de coupables innovations, osent lui aplanir les voies, et l'introduire dans la société chrétienne.

Le Christ, à les entendre, n`a pas la même Divinité que le Père; ce n'est plus qu'une créature supérieure aux autres créatures, et que la Volonté de Dieu a tirée du néant; un Dieu né de Dieu avant tous les temps, mais qui n'est point de la même substance que Dieu; Dieu le Fils n'est pas aussi véritablement Dieu que le Père, et si les l'évangiles nous prêchent l'Unité du Père et du Fils, cette unité doit s'entendre seulement de la volonté et de l'amour, et non pas de la Divinité. Mais si cette unité n'est qu'un rêve, pourquoi donc confessent-ils que le Fils est Dieu avant tous les temps et avant tous les siècles, si ce n'est peut-être que ce Nom de Dieu s'attache à ce qui est éternel ? Tous les régénérés ne sont-ils pas fils de Dieu ? La création des anges ne remonte-t-elle pas au-delà du temps ? Qu'ils l'avouent donc, c'est pour rendre moins odieuse l'intuition de l'antéchrist qu'ils donnent au Christ le nom de Dieu, parce que des hommes en ont été honorés; et s'ils disent que le Christ est véritablement Fils de Dieu, c'est que le sacrement du baptême nous confère ce titre; qu'Il est né avant le temps, c'est qu'avant le temps aussi sont nés les anges et le démon même. Ainsi donc ils ne donnent à Jésus Christ que les attributs de l'ange ou de l'homme. Mais ce qui est vrai, mais ce que la loi nous ordonne de croire, à savoir que le Christ est véritablement Dieu, c'est-à-dire que le Père et le Fils ont la même Divinité, ils le nient; et par l'effet d'une fraude impie et d'un mensonge il arrive que la famille du Christ n'est point dissoute, car le peuple croit que là où sont les mots, là est aussi la foi. On dit : Dieu le Christ et le peuple croit à la sincérité de l'expression. On dit : Fils de Dieu, et le peuple croit véritablement Dieu l'être qui est né Dieu. On dit encore : Avant les temps, et le peuple croit que ce qui a précédé les temps est de toute éternité. Ainsi il y a plus de foi dans l'oreille du peuple qui écoute que dans le coeur du prêtre qui parle. Si les ariens entendent que le Christ est vraiment Dieu, leur profession de foi n'est plus un piège; mais que s'ils entendent qu'il est Dieu, et qu'ils nient qu'il est vrai Dieu, il n'y a plus qu'un nom sans la chose; il n'y a plus de vérité.

Bien que les registres des églises, bien que les livres soient remplis de leurs blasphèmes impies, je n'en dirai pas moins ce qui est naguère advenu. Un prince, animé par un sentiment de piété, et dans l'intention de rétablir la paix, a publié un édit dont l'effet, contre son attente, est de porter le trouble dans l'Église de Milan, où les vrais principes fleurissent dans toute leur pureté. Au risque de déplaire, j'ai élevé la voix, j'ai montré qu'Auxence n'est qu'un blasphémateur, un ennemi du Christ, et j'ai ajouté qu'il ne partage point la foi du prince ni la croyance publique. Ce cri d'alarme a ému le prince, et il a ordonné une conférence où ont paru avec nous dix évêques. D'abord, ainsi que cela se pratique dans les tribunaux civils, Auxence a calomnié notre personne; il a dit qu'autrefois j'avais été condamné par Saturninus, et que ce n'était point en qualité d'évêque qu'il convenait de m'entendre. Ce n'est pas ici le moment de dire quelle fut ma réponse; mais nos juges, pour faire court à des personnalités, déclarèrent qu'il ne s'agissait que d'une question de foi, ainsi que le prince l'avait ordonné. Alors, comme il y avait du danger à nier, Auxence déclara qu'il croyait le Christ vrai Dieu; qu'Il était de la même substance que le Père, qu'il avait la même Divinité. Il fut arrêté que cette déclaration serait consignée par écrit, et, dans la crainte que la mémoire de nos juges ne fût infidèle, je proposai de faire remettre cette déclaration écrite au prince par l'entremise du questeur, et j'en joins ici une copie pour prévenir l'accusation de mensonge. On exige qu'Auxence répète ce qu'il a dit; on exige même qu'il l'écrive de sa main. Après avoir long-temps réfléchi, il s'arrange de manière à tromper la bonne foi du prince: il rédige son écrit dans le style de l'antéchrist.

Et d'abord il consacre les actes qu'à l'entendre l'impiété du concile de Nicée aurait abrogés, et sans doute qu'à ses yeux la violence faite aux évêques atteste la sincérité de la foi. Il affirme ensuite qu'il ne connaît point Arius, et cependant il a été attaché à l'église d'Alexandrie que gouvernait Grégoire, et qui faisait profession ouverte d'arianisme. Je ne veux rien dire du synode de Rimini; c'est assez de vous faire connaître toutes les ruses du démon. Il devait donc déclarer par écrit que le Christ est vraiment Dieu, et qu'il a la même Substance et la même Divinité que le Père; mais, par un artifice diabolique, il dispose les termes de manière que le mot vrai se rapporte pour rester fidèle au système des ariens, non pas à Dieu, mais à Fils; et, pour remarquer mieux encore la différence du rapport, il ajoute : né du Père vraiment Dieu, en telle sorte que le Père est véritablement Dieu et le Christ seulement véritablement Fils. Dans le reste, Auxence parle, il est vrai, d'une seule Divinité; mais il a soin de ne pas y associer le Fils, et ainsi le Père seul est Dieu.

On n'en publie pas moins partout qu'Auxence a déclaré par écrit que le Fils est vraiment Dieu, et qu'il a la même Substance et la même Divinité que le Père, et que ses opinions ne diffèrent en rien de celles que je professe. Le prince lui-même croit à la sincérité de la foi de cet imposteur. Alors je ne peux imposer silence à mon indignation, et, comme déjà ce mystère d'impiété cessait d'être couvert des ombres qui l'avaient jusques alors enseveli, je crie que tout ceci n'est que mensonge, que la foi est trahie et qu'on se joue indignement des hommes et de Dieu. Pour toute réponse, je reçois l'ordre de quitter Milan et de n'y pas reparaître contre la volonté du prince.

Voilà, mes chers frères, vous qui vivez dans la crainte du jugement de Dieu, voilà comment les choses se sont passées. Auxence n'a pas voulu confesser ce qu'il y avait danger pour lui à nier, sa déclaration le prouve. Si l'écrit est sincère, c'est moi qu'il faut accuser; au contraire, si les mots écrits ne sont pas l'expression de la déclaration verbale, comprenez bien que c'est l'antéchrist qu'il prêche, et non pas le Christ. Mais il a joué sur les mots pour tromper ses juges, et heureusement j'ai déchiré le voile qu'il avait jeté sur son impiété

Il n'y a pas deux Dieux, dit-il, parce qu'il n'y a pas deux Pères. Qui ne voit, d'après cela, que cet aveu de l'Unité de Dieu est particulier au Père, en tant qu'il est seul ? d'où ce mot vraiment satanique : "Nous connaissons un seul vrai Dieu Père;" et il ajoute traîtreusement : "et le Fils, semblable au Père qui l'a engendré, " selon les Écritures. Si ces mots se trouvent ainsi dans les livres saints, Auxence est innocent, je le déclare, mais si le Père et le Fils ne sont qu'un dans la vérité de la divinité, pourquoi cette idée de ressemblance ? Le Christ est l'Image de Dieu; mais l'homme aussi est l'image de Dieu, puisque Adam a été fait à son image et à sa ressemblance. Pourquoi donc digne héritier d'Arius, n'accorder au Christ qu'une prérogative de l'humanité ? Pourquoi faire tomber le prince et l'Église dans le piège dressé par ce Satan dont tu es fils ? Dieu, Christ, tu réunis ces deux mots : pourquoi abuser d'un nom ? ne sais-tu pas que Pharaon a donné à Moïse ce nom de Dieu ? Tu dis que le Christ est le Fils et le premier-né de Dieu, ne sais-tu pas qu'Israël est aussi le fils premier-né de Dieu ? Oui, dis-tu, le Christ est né avant les temps : ne sais-tu pas que le démon est né aussi avant les temps ? Le Christ est semblable au Père ! ne sais-tu pas que l'homme aussi est l'image et la ressemblance de Dieu ? Mais les attributs véritables du Christ, tu les nies pour Le dépouiller en même temps de la Divinité et de la Substance du Père. Cependant, toi et tes dignes maîtres, vous m'accusez d'hérésie. Eh bien ! formule donc, comme tu l'entendras, cette impiété dont je suis coupable, assigne donc un nom à mes blasphèmes. Quant à moi, je déclare antéchrist quiconque ne reconnaît pas dans le Fils la même Divinité que dans le Père, et qui ne fait entendre dans ses prédications que le Fils est aussi véritablement Dieu que le Père. Si cet attribut de la Divinité appartient au Père et au Fils, pourquoi ne l'avoir pas écrit en termes exprès ? Si tu ne le crois pas, pourquoi ne l'avoir pas déclaré avec la même franchise ?

J'aurais voulu, mes chers frères, tenir secret cet odieux mystère et ne pas révéler en détail les blasphèmes d'Arius; mais, puisque cela n'est pas permis, que chacun de vous du moins comprenne bien jusqu'où s'étendent pour lui les limites de cette permission. Un sentiment de pudeur m'empêche d'en dire davantage, et je ne veux pas d'ailleurs souiller ma lettre des impiétés de d'arianisme. Écoutez encore un seul avis : gardez-vous de l'antéchrist ! abstenez-vous de toute communication avec l'hérétique. Sous le prétexte de la paix et de la concorde, vous vous rendez à l'église. Vous faites mal de tant aimer les murailles, de respecter l'Église dans les bâtiments Pouvez-vous douter que l'antéchrist ne doive s'asseoir un jour dans ces mêmes lieux ? Il y a plus de sécurité pour moi au sommet des monts, dans la profondeur des forêts, aux bords des lacs, dans l'horreur des cachots et au fond des gouffres. Car c'est là, mes chers frères, que l'Esprit de Dieu descendait au coeur des prophètes; c'est là qu'il animait leurs voix. Rompez, rompez tout pacte avec Auxence, l'envoyé de Satan, l'ennemi du Christ, avec cet homme qui porte la désolation dans le sein de l'Église, qui nie la foi, ou dont chaque profession fut un piège; et qui n'a trompé que pour blasphémer. Qu'il rassemble les synodes qu'il voudra; qu'il me proclame hérétique comme il l'a déjà fait; qu'il soulève contre moi la haine et la colère des puissances de la terre; jamais, non, jamais il ne sera que Satan à mes yeux; il est arien !... La paix ! je ne la chercherai qu'avec ceux qui, jetant l'anathème avec le concile de Nicée sur les ariens, prêcheront que le Christ est vraiment Dieu.

 

Partager cet article

Commenter cet article