Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Bacon de la Chevalerie

19 Juin 2012 , Rédigé par ES Publié dans #histoire de la FM

Jean Jacques ( Lyon, 1731–Paris 1821) Figure importante de la maçonnerie des Lumières, Bacon de la Chevalerie semble avoir commencé sa carrière maçonnique à Lyon. Attiré par l'illuminisme  qui baigne la capitale des Gaules, on le trouve dans les années 1760 dans entourage de Martines de Pasqually  qui le nomme président du tribunal des Elus Coens . En 1764, on le rencontre à Rouen, où il a des attaches familiales et où il participe à la fondation et aux travaux de L'Unité, loge d'avocats du parlement de Normandie dont il devient le représentant auprès de la Grande Loge . Membre d'une loge militaire Iyonnaise située dans la mouvance de cette obédience , Saint–Jean de la Gloire, il prononce encore, le 16 janvier 1766, I'oraison funèbre du vénérable  défunt de cette loge. C'est donc avec une carrière maçonnique déjà bien remplie que cet officier bien noté par ses supérieurs participe activement à la naissance du Grand Orient , notamment à partir de mars 1773.
Il va, en effet, à cette occasion occuper un rôle essentiel, il est désigné comme député auprès du duc de Chartres (Orléans) et de Montmorency  le 8 mars pour leur annoncer leur accession aux plus hautes dignités, puis comme Grand Orateur en mai. Son action est marquée à partir de cette date par une évidente volonté de préserver le caractère nobiliaire de l'Art royal . Peu favorable à la démocratisation de l'Ordre, il est une des pièces maîtresses de la, mise en place d'une politique d'endiguement social de la pratique maçonnique menée par la noblesse initiée qui, paradoxalement, a pris les commandes à l'occasion de la réforme démocratique des institutions imposées durant les années 1771-1774. Bacon propose en effet le 27 octobre 1773 le maintien des artisans et domestiques parmi les frères servants . C'est cependant la stratégie qu'il adopte lors de la mise en place des hauts grades  qui témoigne de l'élitisme de ses conceptions. Protestant d'origine mais converti au catholicisme et devenu Grand Profès de l'Ordre de la Stricte Observance  dont on connaît le pouvoir d'attraction sur la noblesse, il parvient à faire signer un traité entre les Directoires Ecossais et le Grand Orient, ce qui permet aux maçons de l'obédience allemande, selon A. Joly, << d'adhérer à un Ordre étranger sans s'être séparé de la maçonnerie française >> . Plus tard, invité aux Convents de Paris organisés par les Philanthes , il soutient les initiatives destinées à permettre l'unification des hauts grades. Or, l'attitude unitaire est socialement, salvatrice pour maintenir la pureté d'un Ordre en proie aux agitations. Enfin, partisan de la maçonnerie féminine, il est l'un des initiateurs de la maçonnerie d'adoption  qui contribuera l'aristocratisation de la maçonnerie par son recrutement et par la concordance du fonctionnement de celle–ci avec mentalité nobiliaire et qu'il exprime à I'occasion de l'installation  de La Candeur , le 9 juillet 1775: " Ne croyez pas que lorsque nous excluons les femmes  de nos mystères, qu'elles soient pour cela loin de nos cœurs, nous leur rendons au contraire un culte plus secret et plus pur mais nous craignons que leur présence nous séduise au point de nous détourner de nos travaux... ".
Dans les provinces où il est député de nombreuses loges, son action prolonge logiquement l'attitude qu'il a adoptée à Paris Ainsi, à Rouen, il soutient les parlementaires des Bons Amis* qui ont quitté l'Ardente Amitié, cet atelier méprisé par les loges nobiliaires rouennaises qui devient bientôt le support de la politique menée par le frère Matheus. Soutenant pleinement l'initiative des rebelles, il défend leurs intérêts à la Chambre des Provinces.
Outre son importante activité sur le plan institutionnel il continue à fréquenter nombre d'ateliers parisiens A La Candeur il est maître des cérémonies en 1778, puis aumônier et il tient parfois le maillet en l'absence du vénérable. Il figure aussi sur les tableaux de La Fidélité. Simple associé libre en 1780, il est architecte de cette loge en 1782. Au sein ; d'une autre loge, La Double Intimité, il est le premier expert en 1788 auprès de Randon de Lucenay. Les tensions dont est victime la maçonnerie dans les années 1780 I'éloignent ce pendant quelque peu des temples. Colonel d'infanterie, il est devenu brigadier des armées du roi. En 1780, puis lieutenant–général à Saint–Domingue. Il y dispose de biens considérables et parallèlement, place des intérêts financiers dans le négoce familial à Rouen. La période révolutionnaire ramène Bacon, la tempête passée vers les colonnes des temples parisiens. Il fréquente en effet Les centre des Amis Réunis, à partir de 1796. A cette date, son nom n'étant pas rayé des listes de membres, on a la preuve que le frère Bacon figure parmi les actifs de l'atelier. Fidèle à cette loge, sa signature se trouve encore en octobre 1807 au bas des correspondances entretenues par celle–ci avec la rue du Pot–de–Fer. Il est vrai que le moment est crucial: Le Centre des Amis demande en effet, en octobre 1807 à pratiquer le Rite Ecossais Rectifié et à reprendre la maçonnerie d'adoption sous les formes préconisées par le décret du 10 avril 1774. La signature de Bacon, Grand Orateur Honoraire semble donner du poids à la demande de la loge. Bien rallié au régime napoléonien, on l'entend l'année suivante prononcer l'éloge funèbre de Roettiers de Montaleau, autre grande figure qui a vécu le passage de la maçonnerie des Lumières à celle des Bonaparte. Le discours prononcé le 5 mars 1808, par les qualités de vertu morale et de désintéressement qu'il attribue au défunt, résonne déjà comme le testament maçonnique d'un frère qui montre ce que, selon lui, doit être le parfait franc–maçon. En 1809, il est encore signalé comme dignitaire du Rite Ecossais Rectifie, comme Président Provisoire du Département de Paris, et avec le titre de membre honoraire de la loge parisienne où la pratique de ce rite s'est replié. Il meurt en 1821, laissant une fortune considérable et des biens importants à Saint–Domingue.
Source :
http://vrijmetselaarsgilde.eu/

Partager cet article

Commenter cet article