Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Cagliostro

8 Juin 2012 , Rédigé par GLFMM Publié dans #histoire de la FM

 Source : http://www.grandelogefrancaisedememphismisraim.fr/

Celui que l'on a appelé " le Divin Cagliostro ", " le Grand Cophte ", est pour le grand public, la victime d'un double reniement:
De l'Eglise Catholique et romaine et des Obédiences non spiritualistes.


Le synonyme de charlatan, d'escroc ne lui a pas été épargné et il est regrettable que ceux-là même qui se réclament en partie de son Initiation s'appuient sur le document rédigé en 1791 par le Père Marcella sous l'instigation du Saint Office de Rome, " la vie de Joseph Balsamo, connu sous le nom de " Comte de Cagliostro ". Deux ouvrages sont plus intéressants, celui de Ribadeau Dumas comportant quelques contradictions, " Cagliostro, homme de Lumière ", et surtout celui de Trowbridge, " Splendeurs et Misères d'un Maître de la magie ", peu connu des lecteurs de culture latine.

Joseph Balsamo est né à Palerme en 1743, fils de Pierre Balsamo et de Félicia Bracconieri. Il a été baptisé le 08 juin 1743 à l'Eglise Métropolitaine de Palerme en présence de Jean-Baptiste Barone, parrain de Joseph Basile muni d'une procuration de Vincentia Cagliostro, marraine.

Il est à noter qu'un certain Giuseppe Balsamo a existé au siècle précédent a Toulouse en 1638. Celui-ci fit de nombreuses bonnes oeuvres fondées sur des connaissances Alchimiques certaines.

L'église a voulu salir la renommée de l'Hermétiste Cagliostro en le dénonçant comme usurpateur post-mortem de cette identité et ainsi rendre absolument incrédule sa philosophie et son idéologie. Ce sont les Jésuites qui participèrent activement a cette oeuvre, par jalousie de ce que représentait la Franc-Maçonnerie libertaire, n'ayant pu l'infiltrer ni la diriger.

Quelques mots sur les familles Blasant, Braconnier et Cagliostro.
La famille Balsamo était noble, certains de ses membres avaient rempli des fonctions officielles dans la gestion de la province de Sicile dans les siècles passés;

Giacomo Balsamo en 1613 fut Marquis Della Lamina " Storaticate " de Messine à 100 kilomètres de Palerme. Il reçut la principauté de Roccafiorata et fut décoré de l'Ordre espagnol de San Giacomo.

Francesco Balsamo, en 1759 acheta la principauté de Castellace et fut Sénateur et Syndic de Messine. Il eut deux fils, Giuseppe Balsamo Baron de Cataffi et Gianbattista Balsamo, Marquis de Monte Fiorito administrateur en 1773.

A cette même famille appartient Giarsuallo Balsamo, Grand Prieur de Messine de l'Ordre de Malte (1618) ainsi que plusieurs autres chevaliers de l'Ordre.

La famille Braconnieri de noblesse italienne de la région napolitaine était honorablement connue, sans pour cela qu'aucun des ancêtres n'aient eu de fonctions officielles.
- La famille Cagliostro était scindée en deux à cette époque à Messine.

Giuseppe Cagliostro, oncle de Félicia, marraine, fut administrateur des biens du Prince de Villafranca et c'est lui, issu de la noblesse sicilienne qui transmit au moment de son décès les titres, le nom et la charge à son petit neveu Joseph Balsamo qui porta dès lors le nom de Comte de Cagliostro.

En ce qui concerne ses armes, elles se composent d'un écu italien, semi-parti de clef de coupe en premier d'or à un oiseau de sable, au deuxième de gueule plein et au troisième d'azur plein, surmonté d'une couronne de Comte.

La jeunesse de Cagliostro fut mouvementée, il voyagea très tôt dans l'Europe occidentale suivant la correspondance de Borowski: " Les renseignements venus de Malte confirment l'arrivée dans cette île vers 1756, d'un prêtre sicilien accompagnant un jeune homme de 10 à 12 ans dont le signalement correspond à Cagliostro et qui voyagea ensuite avec le Chevalier d'Aquina et le Prêtre, décoré de l'Ordre de Malte en Orient ".

Joseph Balsamo, Cagliostro, aurait appris la Kabbale et les autres branches de l'Occultisme avec son précepteur et maître " Althotas " que certains prétendent être un aventurier grec ou lavantin. En fait, ce pseudonyme serait celui du prêtre. En lisant la dernière puis la première syllabe du " Nomen " on obtient sala, messager, suivi de thot, c'est-à-dire le messager de Thot, de la sagesse.

Plus tard, devenu adulte, Joseph Balsamo Cagliostro, il fit plusieurs voyages à Malte. En 1766 à vingt-trois ans il est reçu Franc-Maçon dans la Loge " Secret et Harmonie " dépendant de la Grande Loge Unie d'Angleterre. A cette époque on note un voyage supplémentaire dans l'Ile de Malte, la date de 1767 étant portée sur un parchemin des archives de l'Ordre, et on lui proposa de devenir l'un des membres chevaliers. Il refusa et partit pour Rome accompagné du Chevalier d'Aquina qui lui s'arrêta en Sicile. Cette date coïncide avec son retour en Italie après trois années d'absence ou l'on suppose sans preuves qu'il alla en Egypte et au Moyen-Orient.

Nous avons un témoignage de Goethe dans son " Italianische Reise ", repris par Constantin Photiadés dans " les vies de Cagliosto " des voyages du Comte de Cagliostro et de son épouse Lorenza Feliciani à Malte sous le nom du Marquis Pellegrini en 1767 et 1775.
" .... le Chevalier d'Aquino ( son frère aîné, le Marquis de Caramico, était Grand Maître de la Maçonnerie du Royaume de Naples, ainsi que son cousin, le Prince de Sangro di Sévéro qui avait assumé cette charge en 1750 ) passait à juste titre pour un modèle de courtoisie, d'humanité et de sagesse ... et le Marquis Pellegrini, collaborateur intime du Chevalier se présentait aux Napolitains comme un Adepte merveilleusement instruit de physique, de chimie, d'anatomie, de botanique, sans parler des Sciences Occultes... ".
A cette époque, en 1775, tout allait donc bien pour le futur comte de Cagliostro qui enseignait la Kabbale, les Sciences Occultes et quelques rudiments de médecine.

Le Chevalier d'Aquino ainsi que Cagliostro, après avoir été initiés à " Secret et Harmonie ", ont apportés les Rituels et Règlements en Italie, à Naples en 1767 ainsi que d'autres Initiations sous l'appellation " Arcana Arcanorum " et venues, semble-t-il avec certitude d'après les recherches effectuées depuis cette époque, des milieux Coptes du Caire.

Ces Transmissions sont connues aujourd'hui sous le titre de " Scala di Napoli ou Régime de Naples ".
Il fréquenta ainsi les Loges Napolitaines qui étaient interdites suivant un Décret Royal de 1751 que personne ne respectait.
En cette fin d'année 1775 le Roi voulut faire un exemple pour définitivement fermer la Franc-Maçonnerie en interpellant certains membres représentatifs dont Cagliostro, qui dès lors décida de voyager par toute l'Europe. Il partit pour Toulon-Marseille en emmenant avec lui ces transmissions qu'il diffusa également en Belgique plus tard, et arriva à Londres en 1776. Il descendit avec sa femme chez madame Juliet, Whitcombe Street N° 4. Elle leur recommanda bientôt madame Blévary, portugaise malade qui devint dame de compagnie de son épouse et monsieur Vitellini, italien, professeur et amateur de chimie, pour secrétaire. Les indiscrétions de ces deux derniers le décrivant comme un homme extraordinaire, véritable Adepte, faiseur de miracles et donneur d'argent aux nécessiteux, déclencha l'afflux à son domicile de quêteurs de tout poil. Cagliostro ferma sa porte et s'attira des inimitiés telles qu'il fut accusé de sorcellerie en 1777. Il quitta donc Londres et voyagea en Courlande, en Russie, à Strasbourg, à Lyon ou il fut fêté et honoré.

Paris le déclara innocent des accusations portées contre lui. ( En 1787, Monsieur O'Reilly, gentihomme irlandais, publia le journal intime de Vitellini, son secrétaire ou celui-ci, pris de remords se rétracte des accusations mensongères proférées à l'encontre de son maître ).

A Mitau en Courlande en 1779, il apparaît comme ayant des pouvoirs étranges. Les Loges passionnées pour cet homme et les recherches qu'il dispense, abandonnent leur rôle social et se tournent vers l'Hermétisme.

A Saint Petersbourg, les gens du meilleur monde briguaient l'honneur d'être de ses disciples aussi, on l'incita a y venir pour aider à l'extension de la Franc-Maçonnerie.

En avril 1780 il alla à Varsovie sous les instances du Prince Poninski, féru d'Alchimie, afin de lui prodiguer conseils et aide.

A Strasbourg durant les années 1781 et 1782, il parla de sa formation dans une école à Meddine ou les Adeptes faisaient voeu de dispenser un enseignement pour le bien de l'Humanité et soigner gracieusement. De fait les guérisons miraculeuses se succédaient sur son passage.

Il arriva à " l'hôtel de la Reine " à Lyon le 20 octobre 1784 à une époque où la Franc-Maçonnerie était tiraillée entre les réformes intellectuelles et politiques que mettait en place le Grand Orient de France et les intrigues des Jésuites.
Cagliostro, à la fois mystique et Gnostique fut accueilli avec enthousiasme et on l'invita en Loge ou des manifestations se déroulèrent en son honneur. Avec 12 Maçons, il fonda un Atelier " La Sagesse triomphante " afin de permettre à ces Maçons de développer leurs facultés, donner des preuves de la réalité et de l'ampleur de leurs propres pouvoirs grâce aux transmissions qu'il leur conférait.
Il quitta Lyon le 27 janvier 1785 pour Paris en laissant des Maçons formés par lui, et arriva le 30 janvier.
Survint alors " l'Affaire du Collier de la Reine ". Il fut embastillé en compagnie du cardinal de Rohan durant une dizaine de mois, sanctionné par un jugement proclamant leur innocence respective
Son élargissement fut prononcé le 31 mai 1786 à 21heures et il fut relâché le lendemain soir. Sa libération fut grandiose et huit à dix mille personnes entouraient son hôtel, on entendait retentir les cris de joie, les battements de tambour, tout cela sous des illuminations extraordinaires.

Mais ce bonheur fut de courte durée, car la haine de certains, en particulier du Ministre de la Justice Breteuil, le contraint à l'exil. Il alla ensuite à Londres puis en Suisse avant d'arriver à Rome.

A la demande du Suprême Tribunal du Saint Office de l'Inquisition, le Pape signe l'acte d'arrestation du Mage le 27 décembre 1789, l'instruction dure 18 mois et sa femme Lorenza ne l'aide pas dans ses dépositions.

Le 21 mars 1791, Cagliostro est condamné à perpétuité pour hérésie et " Maçonnisme ". On l'enferme au château Saint Ange le 20 juin et on brûle ses emblèmes Maçonniques de Grand Maître ainsi qu'une partie de ses livres.

Sa captivité est un long calvaire et afin de prévenir une éventuelle évasion, on l'étrangle dans sa cellule le 28 août 1795.
Personne ne sait ou se trouve sa dépouille ni celle de sa femme, elle même disparue mystérieusement.

Ainsi mourût celui que l'on a appelé " le Grand Copthe " un Hermétiste resté incompris du peuple et devenu dangereux pour l'ordre établi.


Sa Philosophie


La notion essentielle qui paraît dans la vie et l'oeuvre de Cagliostro fut celle d'un enseignant en matière Esotérique, Alchimique et Occulte, en ce sens il ne fut pas le seul, mais aussi et surtout celle d'un être qui prônait certaines valeurs essentielles.

Il tentait de démontrer à des chercheurs tâtonnant sur la route, que notre connaissance du monde est relative, erronée, nos sens ne nous permettant d'avoir des phénomènes que des notions subjectives toutes conventionnelles.

Or, il est d'autres sens, encore embryonnaires qui peuvent nous mettre en relation avec des formes inconnues de la Vie, celle-là même qui émane de l'Idée Originelle. Ainsi, il est possible de reculer les limites du connaissable sous condition de prouver également ce genre d'affirmations. C'est donc ce que fit le Comte de Cagliostro durant la dernière partie de sa vie, sachant ainsi que l'incompréhension des autres serait son plus grand ennemi.

Il partait d'idées courantes et utilisait le langage de l'époque dans le milieu ou il évoluait pour emmener peu à peu les esprits à ne songer qu'à la régénération de l'Homme. Pour cela seule suffisait la capacité de chacun à concentrer ses efforts sur l'augmentation de la dignité et la puissance de l'âme et qu'ainsi:

" ...Il n'était besoin ni de luminaires, ni d'hiéroglyphes, ni de formules magiques, qu'il suffisait d'un coeur pur et d'une âme forte, d'aimer, de faire le bien et d'attendre... " (Extrait du Rituel de la Maçonnerie Egyptienne XVIIIème S.)

A Madame de Recke il recommande encore: " Si ce n'est pas le désir seul de faire le bien qui nous pousse dans le mysticisme, n'allez, je vous en prie, plus loin! "

Enfin, il parlait à loisir d'une école, celle de Messine, qui reposait sur les notions d'unité de la Nature, que tout être avait des liens l'unissant intimement au Centre et qu'enfin, tout acte matériel devait être précédé d'un accomplissement dans le monde Spirituel.

Cagliostro laissait entendre qu'une Initiation graduée devait préparer l'Homme à ce degré d'évolution et qu'en ce sens la Franc-Maçonnerie était l'un des chemins pour peu qu'il soit à la fois pur et primitif ( C.F. Celui qui revient du passé ).
Il est vrai que les Sciences dites sacrées que sont l'Alchimie, l'Astrologie Esotérique et la Théurgie (Magie) sont les moyens les plus adaptés pour tenter de percevoir l'inconnaissable.

Partager cet article

Commenter cet article