Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Caïn et Abel épreuve de la fraternité

17 Juillet 2012 , Rédigé par T\ M\ Publié dans #Planches

Les Traditions, le texte, le rapprochement

J’avais annoncé en premier titre de ce travail Caïn et Abel, échec de la fraternité. Cependant l’annonce faite, un F m’interrogea sur échec ou épreuve ; il venait de corriger le titre et orienter ce travail. Caïn et Abel épreuve de la fraternité.

La question de la fraternité est une question vieille comme la Bible. La Bible est traversée d’histoires de fraternité. Avec le 1er fratricide, c’est l’accent sur la difficulté à coexister qui est mis en avant. La Bible montre que ce sont dans des affaires de sang, de pouvoir et de métaux que se joue la coexistence.

Mon travail s’articule en trois points : 1 Les Traditions, 2 Commentaire de Gen 4, et 3 Rapprochement à la démarche maçonnique.

CAIN ET ABEL GENESE 4

1 L'homme connut Éve sa femme. Elle devint enceinte, enfanta Caïn et dit: " J'ai procréé un homme, avec le Seigneur. "
2
Elle enfanta encore son frère Abel. Abel faisait paître les moutons, Caïn cultivait le sol.
3 A la fin de la saison, Caïn apporta au Seigneur une offrande de fruits de la terre;

4
Abel apporta lui aussi des prémices de ses bêtes et leur graisse. Le Seigneur tourna son regard vers Abel et son offrande,
5 mais il détourna son regard de Caïn et de son offrande. Caïn en fut très irrité et son visage fut abattu.

6
Le Seigneur dit à Caïn: " Pourquoi t'irrites-tu ? Et pourquoi ton visage est-il abattu ?
7 Si tu agis bien, ne le relèveras-tu pas ? Si tu n'agis pas bien, le péché, tapi à ta porte, te désire. Mais toi, domine-le. "
8 Caïn parla à son frère Abel et, lorsqu'ils furent aux champs, Caïn attaqua son frère Abel et le tua.
9 Le Seigneur dit à Caïn: " Où est ton frère Abel ? " - " Je ne sais, répondit-il. Suis-je le gardien de mon frère ? "
10 " Qu'as-tu fait ? reprit-il. La voix du sang de ton frère crie du sol vers moi.

11
Tu es maintenant maudit du sol qui a ouvert la bouche pour recueillir de ta main le sang de ton frère.
12 Quand tu cultiveras le sol, il ne te donnera plus sa force. Tu seras errant et vagabond sur la terre. "

13
Caïn dit au Seigneur: " Ma faute est trop lourde à porter.
14
Si tu me chasses aujourd'hui de l'étendue de ce sol, je serai caché à ta face, je serai errant et vagabond sur la terre, et quiconque me trouvera me tuera. "
15 Le Seigneur lui dit: " Eh bien! Si l'on tue Caïn, il sera vengé sept fois. " Le Seigneur mit un signe sur Caïn pour que personne en le rencontrant ne le frappe.

16
Caïn s'éloigna de la présence du Seigneur et habita dans le pays de Nod à l'orient d'Éden.
25 Adam connut encore sa femme, elle enfanta un fils et le nomma Seth, " car Dieu m'a suscité une autre descendance à la place d'Abel, puisque Caïn l'a tué ".
26 A Seth, lui aussi, naquit un fils qu'il appela du nom d'Enosh. On commença dès lors à invoquer Dieu sous le nom de Seigneur.

Le texte de Genèse 4 présenté ici est celui de la traduction œcuménique de la Bible. Nul ne peut prétendre épuiser les significations de l’Ecriture, ni les élucider. Nous pouvons noter que selon les différentes traductions, les variations peuvent être d’importance.

  1. Cependant des idées fortes se dégagent selon les Traditions :

La tradition juive ancienne développe des commentaires de lecture morale et explique qu’à ce stade de l’humanité, l’anéantissement d’un individu représente une catastrophe. Aucun homme ne peut prétendre vivre de manière autarcique et que l’inter dépendance constitue un des éléments fondamentaux de la vie en société.

La tradition chrétienne néo testamentaire noircit le personnage de Caïn. Jean 3.12 « Caïn était du mauvais et égorgea son frère. Et à cause de quoi l’égorgea t’il ? Parce que ses œuvres étaient mauvaises et celles de son frère justes ». Les siècles suivants verront le délestage du texte biblique de son sens moral au profit d’un sens second, christologique à la coloration anti-juive.

Interprétations gnostiques. C’est ici la notion d’un dieu inférieur, le démiurge qui sera le violeur d’Eve et le père de Caïn et Abel, ignorants et imparfaits, porteurs ainsi une vision pessimiste du monde. Seth fruit lui de l’amour d’Adam et Eve marquera le début d’une descendance non corrompue, victoire du pouvoir de Dieu.

Réflexions musulmanes. Issues de la sourate 5. « Il se trouva de bonnes raisons pour tuer son frère et il le tua. » L’interprétation fera apparaitre la querelle fratricide comme le prélude du refus que les hommes opposeront aux envoyés de Mahomet.

L’Occident Médiéval chrétien marquera une évolution vers un récit fondateur de civilisation. Maitre Eckart retiendra le fait que Caïn et Abel représentent les deux tendances de l’homme plus que l’opposition entre deux types d’hommes. » Les deux fils, le bon et le méchant signifient notre double nature, sensuelle et rationnelle : la nature sensuelle nous pousse vers le mal, c’est l’aliment du péché et le désir charnel. La nature rationnelle nous pousse vers le bien, c’est la voix de la conscience ».

La vision de Luther : Caïn et Abel, le juste et l’hypocrite. Quand on présenta pour la 1ere fois son fils à Martin Luther (1483-1546), il l’embrassa et dit : » Dieu combien Adam dut aimer Caïn, le 1er homme qui soit né ! Et le voila devenu assassin de son frère ! Honte à toi Caïn ! Pour Luther dieu renverse le cours des choses, la promesse ne s’adressait pas à Caïn mais à Abel, et marque le début de l’existence de deux Eglises, la vraie et celle des méchants... Caïn n’est pas damné en fonction de son œuvre mais de son impiété. Luther se reconnait en Abel, il préfère l’autorité divine à celle de l’Eglise caïnite du Pape.

Ensuite au 19°siècle, c’est plutôt Caïn qui inspire, il est l’étendard de la révolte, des rebellions antireligieuses : Byron, Baudelaire « Race de Caïn, au ciel monte, et sur la terre jette Dieu ! », Leconte de Lisle » Celui qui m’a conçu ne m’a jamais souri ! » Hugo lui fera de Caïn la figure germinative du vaste enchainement de ténèbres vivantes qu’est l’histoire humaine. « Pour vous assassiner, justes, l’homme a toujours entre les mains assez du 1er fratricide… ».

Aujourd’hui, l’identité d’Abel représente tout ensemble Jésus et Israël, et plus largement encore toutes les victimes de la violence meurtrière.

Aux lectures traditionnelles lues au fil des époques, il convient de rajouter des lectures d’orientation kabbalistiques qui s’inspirent des noms hébreux, ou alchimiques. Caïn est différent d’Abel dès la naissance. « Elle acquis un homme avec le Seigneur. Elle donna aussi le jour à Abel ». Il n’est pas acquis avec Dieu, il est le fils de sa mère. Différence de principe. Caïn, Qayin, signifie acquérir, Abel, Hevel signifie le souffle .L’ancrage et le mouvement. Sans Abel, Caïn n’est rien, il va juste survivre, mais privé d’âme. La création ne subsiste que par la complémentarité des principes. La postérité humaine se fera par Seth, qui deviendra le Père de l’homme Gen 4.25. Les quatre lettres, quatre consonnes phonétisées mais imprononçables du Tétragramme sacré sont Yod, He, Waw, He, elles ne sont ni un pluriel ni un singulier mais un masculin-féminin. Masculin pour Yod et Waw, Féminin pour He. Le Tétragramme, c’est Père-Mère , principe male, principe femelle.

L’être fondamental est androgyne. Puis selon Gen 1.27 : « Dieu créa l’homme à son image, homme et femme il les créa. » ce qui n’est pas contre dit par Gen 2.22 « Puis de la cote tirée de l’homme, Dieu façonna une femme et l’amena à l’homme ». Un Adam androgyne image de l’androgyne primordial. Dans le jeu des lettres hébraïques Abel, HEVEL contient le He féminin, et Caïn Qayin contient le yod masculin, comme pour Abram qui recevra le HE et deviendra Abraham GEn 17.5 » ton nom sera Abraham, car je te fais père d’une multitude »

Une lecture de Caïn et Abel qui les fait complémentaires de principes avant tout, ce que pourrait traduire l’image de Basile Valentin dans l’AZOTH du Rebis alchimique, matière double exactement équilibrée, au compas en main droite et équerre en main gauche. Vertu aurifique d’Abel.

2 Suivons maintenant le texte de GEN 4

Le crime, ce meurtre fondamental est une des conséquences de la chute d’Adam et Eve. Il est l’explication totale : le malheur humain suit l’expulsion du lieu idéal où le crime n’existait pas. En Eden la médiation est inutile. Le sacrifice, l’offrande procédera de l’existence d’une distance entre Dieu et les humains, c’est l’aspiration à rétablir la relation.

En 4.1, Eve pense déjà avoir rétablit la relation : » j’ai acquis un homme avec le seigneur » Caïn est le sauveur d’Eve après la Désobéissance. Caïn l’acquis est reconnu, Abel le souffle, aucune louange ne l’accueille, il est ajouté à Caïn. Caïn est lié aux objets, au sol, Abel lui est en charge d’êtres vivants. Abel est régi par le principe de vie, il développe une vertu d’amour.

Viennent ensuite les offrandes. Il faut renouer la relation, faire acte d’allégeance. C’est Caïn qui a l’initiative de l’offrande et qui semble vouloir l’approbation de Dieu. Abel l’imite.

Dieu choisit l’offrande d’Abel. Dieu ne compare pas les offrandes, il indique un choix, un standard. Le troupeau d’ABEL, évoque lui la vie. Caïn réduit le monde au produit de son travail. L’offrande d’Abel choisie provoquera la colère de Caïn. Pour lui, YAHVE a commis une injustice. Caïn ne pouvant assouvir sa vengeance contre Yahve, va se retourner contre Abel. Abel n’est plus le frère, il est le rival. Dieu invite pourtant Caïn à dominer son sentiment de jalousie. Caïn découvre sa fragilité, sa peur d’être menacé par le droit d’autrui à exister ; peur fondamentale de l’humanité.

Caïn comme Adam ne saura pas renouveler le défi, le meurtre sera consommé. Il va éliminer son frère sans comprendre que la simple acceptation de son inconsistance serait elle-même bénédiction. Caïn ne reconnait pas sa faute et se transforme en accusateur. Sa réponse insolente signifie c’est toi Dieu qui n’a pas veillé sur mon frère, c’est toi qui l’as tué. Caïn se place en irresponsabilité, il lui est impossible d’émerger à lui-même. Abel meurt donc, l’Eternel ne la sauve pas. C’est bien à l’homme de veiller sur son frère. Responsabilité de l’un à l’autre, présence de l’un à l’autre.

Survient alors la parole de repentance, demande d’aide à l’Eternel. Caïn ignorant l’interdit du meurtre, Dieu refuse la peine de mort au nom de la vie. Si Caïn a échoué à garder son frère, Dieu gardera Caïn par le signe mystérieux.

EVE dit en GEN 4.25 « Dieu m’a accordé une autre descendance ». La postérité humaine passera ensuite par Seth ancêtre de Noé.C’est ce que dira EVE en GEN 4.25 « Dieu m’a accordé une autre descendance ». Seth signifie le refus de l’alternative entre bourreau et victime. Seth est l’émergence de l’humain dans l’être, il dépasse les limites d’Abel.

Ainsi le récit biblique de GEN 4, n’oppose pas seulement deux frères mais s’attache à éveiller à travers cette histoire notre propre responsabilité envers autrui, condition pour partager l’existence.

Comment Abel, le souffle, l’inconsistant, le second, ce vaniteux peut il prétendre à la bénédiction ? Cette vision de la vanité d’Abel est la notre, à tous. Caïn avait besoin d’Abel pour être complet, il devait être le gardien de ce souffle frère. Notre avenir dépend de l’acceptation de ce souffle qui est en nous et hors de nous. Le point de départ est la constante négation de l’Abel en nous. Nous sommes tous des meurtriers d’Abel, des gardiens de notre frère.

Rapprochons maintenant la lecture de GEN 4 de notre démarche initiatique, de notre engagement maçonnique, chemin de vie, sculpture de soi. La Lumière que nous recevons et qui nous crée FM, est cette Lumière vers laquelle nous voyageons, retour au Principe. Principe créateur porteur du plan, postulat du sens au monde et à la vie. Il est de notre nature d’être obsédé par l’Insaisissable, Principe d’une Recherche, pas d’une Révélation. Différence de la Parole perdue et de la parole révélée. Le volume de la Loi Sacrée n’est pas la traduction de la Parole divine, il est le symbole de la Tradition, de l’histoire commune de l’humanité et qui doit être interprété sous l’angle de l’équerre et du compas, de la droiture de pensée et d’action, ainsi que de la justice. Construire et vivre une humanité apaisée exige l’amélioration de soi par une recherche constante sur notre propre nature et aussi mieux comprendre la nature de l’autre, sans qui nous ressentons que nous ne pouvons être nous même. La FM est une école de vie, une école à être où nous apprenons de Caïn et Abel à être le gardien de l’autre, de l’autre partie de soi-même. La possibilité de l’initiation, c’est rassembler ce qui est épars, c’est reconstituer l’intégralité de son être.

Ecole à être, école à veiller aussi. Etre l’appui, le soutien sur lequel et grâce auquel l’autre voit plus loin. Etre passeur de liberté par le don. Caïn donne avec la main, Abel offre avec le cœur, Caïn donne ce qu’il a, Abel offre ce qu’il est. Le rituel d’instruction au 1er et 3° degré : » Etes vous FM ? » » Mes FF me reconnaissent comme tel. La fraternité est d’abord une reconnaissance. Caïn n’a pas reconnu Abel. Le meurtre pouvait stériliser l’humanité comme la mort d’Hiram pouvait faire péricliter la construction de notre édifice. Les origines du grade de MM peuvent être rapprochées de Caïn et Abel.

Trois tuent Hiram, et trois refont l’unité du Maitre. Le maitre meurt par trois et renait par trois. Comme les deux frères doivent devenir trois par Seth pour refaire leur unité, l’accord avec Dieu, les trois principaux officiers de la Loge relèvent le Maitre. Notre mort symbolique, qui porte notre naissance spirituelle nous permet de refaire notre unité totalité. Le relèvement du Maitre se fait donc par l’action de trois, les cinq points parfaits de la Maitrise et la communication du mot sacré. Prise de Mains en griffe, rapprochement des pieds, des genoux, des cotés puis attraction des cœurs par appui des mains dans le dos, les cinq points parfaits fondent une réanimation successive pour sortir de la dualité du temps. La communication du mot sacré, mot substitué devient le souffle de revitalisation, reflet du souffle de vie d’Abel.

Les assassins d’Hiram, les mauvais compagnons porteurs de l’ignorance, le fanatisme et l’ambition sont des FF jaloux du salaire des MM comme Caïn, concentré des mêmes métaux, pouvait l’être de l’offrande d’Abel.

Les hommes perdent au 3° degré Hiram l’architecte, ils perdent ainsi le lien à la Grande Architecture, au Principe. C’est là la vocation des MM, la construction, la création ; l’homme est à l’image de Dieu, l’humanité est en charge du monde et doit le construire. La parole primitive fécondante est perdue avec la mort du Maitre, il faut une parole substituée et la faire revivre. La faire revivre passe par une élévation, le redressement du corps du Maitre.

Le FF entre dans le Temple à reculons, on l’amène au meurtre. Il remonte aux origines, à Caïn et Abel, s’affranchit-il du temps ? Il doit être reconnu innocent avant de se retourner. Après avoir enjambé le corps dans le cercueil, le FF prendra la place du MM dans le cercueil. L’un remplace l’autre, Maitre Hiram doit devenir un avec le nouveau Maitre. Les deux frères représentent la complétude d’Abel et Caïn. Dualité qui se résorbera dans l’unité du centre : le maitre devient le miroir pour tous les disciples à venir de leur être en devenir.

L’humanité entreprend une quête sans fin, la Parole n’est pas retrouvée une fois pour toutes, c’est une pensée vivante qui ne peut être figée et dont nous devons rassembler les éléments.Caïn et Abel, épreuve de la fraternité

Le nouvel Hiram, comme Seth, devient le germe d’une nouvelle humanité. Ainsi la violence primordiale ne définit pas l’échec de la fraternité, elle en est bien l’épreuve, épreuve toujours renouvelée comme le disent ses quelques mots :

Ici dans ce transport, moi Eve, avec mon fils Abel, si vous voyez mon fils ainé, Caïn fils d’Adam, dites lui que je… le poème n’est pas terminé, il est rapporté par Dan PAGIS, déporté à Auschwitz. Eve mère de tous les vivants, subit le même sort que son fils Abel. Elle est avec lui dans le wagon qui l’emmène au camp de la mort. Caïn a abusé de sa force, Caïn a obéit aux ordres.

L’histoire de l’humanité exige la plus grande vigilance, pour tous les Caïn que nous pouvons être.

TVM, j’ai dit.

Source : www.ledifice.net

Partager cet article

Commenter cet article