Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Carl Gotthelf von Hund

13 Avril 2012 Publié dans #histoire de la FM

Carl Gotthelf von Hund (Manua, Lipse, HauteLusace, 1722 - Memmgen, Thuringe, 1776)

 

Le fondateur de la Stricte Observance templière était le descendant d'Otto Heinrich von Hund und Altengrotkau qui vivait à Ratisbonne en 1312. L'une des branches de la famille s'établit en Silésie au XVIIe siècle. La qualité de baron fut décernée à Hildebrand Rudolph petit-cousin de Joachim Hildebrand qui était le père de Carl Gotthelf von Hund, mais non à ce dernier. Orphelin de père à 8 ans, héritier d'une fortune importante, Carl Gotthelf fait ses études à Leipzig.

Le 24 juin 1751, il crée sur sa terre de Kittlitz la loge Aux Trois Colonnes. Merzdorf en recopia les procès-verbaux inédits, rédigés en français, et les reproduisit en 1842 dans le Cirelkorrespondenz der Egbünde (Schroder*) dont un exemplaire se trouve aux archives* de la ville de Hambourg. Des indications biographiques de première main concernant von Hund se trouvent au folio 71: « Charle Gotthelff de Hund et Altengrokau, Seigneur de Unwürde, Kittlitz, Gebeltzig, Oppeln, Manua, Liske etc. Chambelan de S. A. S. l'Électeur de Cologne, naquit le 11. de Sept 1722 à Manua, fut reçu Franc-maçon l'an 1741 le 18. d'Octobre à francforth sur le Mayn dans la Grande [Loge] sous la conduite du comte de Schönborn, Conseiller Privé actuel de S. M. I. le prince Auguste de Baden et le prince George de Hesse d'Armstadt, etant surveillants ayant pour répondant le Prince frederic de Hesse d'Armstadt, le prince de Nassau Welbourg et le comte de Wilt, et fut fait le même jour Compagnon, l'an 1742. Le 21 de Juliet il fut reçu Maître dans la [loge] aux 3 Roses à Gent, par Messer Bocland, maître en Chaire, et le 22 d'Aoust Écossais par Mylord duc - d'Albermarle à Bruxelles, et prit le surnom de Chev:- de l'Épée. Il fut second surveillant dans sa [loge] nommée à l'Arbre rompu, et après Premier Surveillant dans la même Le 13. d'Octobre de la meme année il fut fait Maçon Sapant et reçut des nouvelles lumières. Il entra en qualité de 1. Surveillant dans la nouvelle [loge] aux 3 Compas à Paris le 12 de Decbre 1742. Le 3 Janvier de l'année l 743. L a [loge] le choisit pour maître en chaire, et le 6e Janvier il la cassa au nom du Grand Maître et la forma de nouveau sous le nom de la [loge] Étrangère le 24. de Janvier 1743. Le 13 de Novb. 174.3 il resigna en faveur du Baron Merklem, se reservant ses droits en cas de son retour à Paris. Il reçut avant son départ des Instructions Particuliers, et en passant par Strasbourg il aida à établir une [loge] sous le nom de l'Épée d'or, et eriga enfin cette [loge] aux 3 Colonnes le 24 Juin 1751.»

La présence de von Hund au couronnement de l'empereur Charles Vll est attestée par la liste des participants vérifiée par Kloss*.

 

Depuis plus de deux siècles, les historiens se posent la meme question: von Hund a-t-il reçu un grade chevaleresque ou templier à Paris? La question a été obscurcie par les écrits de son ami Christian Friedrich Kessler von Sprengseysen (1730-1809) reçu maçon en avril 1754 à Unwürde par von Hund qui l'arme chevalier, Eques a Spina le 16 janvier 1764. Dans l'éloge funèbre prononcé par Kessler et dans les quatre livres qu'il publia après 1786 pour défendre la mémoire de von Hund, se rencontrent de nombreux éléments inexacts.

Le témoignage de Carl Heinrich Ludwig Jacobi apparaît plus digne de foi. Né le 8 mai 1745, secrétaire de l'ordre à 21 ans, Jacobi rédigea un Bref examen de l'histoire de la franc-maçonnerie et de l'ordre des Templiers en Allemagne, en particulier des frères appartenant au système dit de la Stricte Observance depuis 1742. Dans ce manuscrit en partie inédit, Jacobi admet que la plupart des membres de la Stricte Observance étaient convaincus que von Hund avait été reçu à Paris en 1743 dans l'Ordre de Jérusalem par le Grand Maître de l'Ordre, Charles Edouard ou Jacques 111, qui l'aurait nommé Grand Maître de la 8e Province. Tout en estimant probable que von Hund a fréquenté à Paris une loge d'exilés jacobites* qui auraient attendu de lui une aide financière pour le débarquement qu'ils préparaient en Écosse, Jacobi affirme ne jamais avoir entendu von Hund faire de déclarations à ce sujet.     

Lorsqu'en juin 1751, à Kittlitz, von Hund crée avec des frères fort jeunes-ils ont 27 ans en moyenne-une loge et un chapitre dont le champ d'activité ne s'étend pas au-delà de la Lusace, il n'exerce aucune activité maçonnique depuis près de 8 ans. Or Jacobi, qui grandit à Kittlitzt se rappelle qu'en 1750 ou en 1751 un officier écossais nommé O'Keith vint y rendre visite à von Hund. Il aurait été porteur d'un message du Grand Maître.

Il semble probable que ce visiteur était le général James Keith. Issu d'une célèbre famille de jacobites écossais proscrits, Keith avait du à la position qu'il occupait à la tête des troupes de l'impératrice Anna l'autorisation de se rendre en mars 1740 à Londres où le &rand Master Elect, son cousin John Keith, 3e comte de Kintore, l'avait nommé Grand Maître Provincial pour la Russie * . Frédéric avait nommé James Keith General-Feldmarschall en septembre 1747 et gouverneur de Berlin en octobre 1749. Sa visite fournirait une explication à l'activité maçonnique manifestée par von Hund à partir de 1751 à propos de laquelle Schröder dans ses Materialien a publié des documents. La guerre de Sept Ans interrompt les travaux du chapitre qui reprennent en 1763, une fois la paix revenue.

 

On sait qu'un chapitre dit « de Clermont » avait été ouvert à Berlin par un prisonnier de guerre français au sein de la Mère Loge* Aux Trois C;lobes le 19 Juillet 1760, que son légat général, le pasteur Rosa, en modifia le rituel et créa de nombreux chapitres de ce système en Europe dont l'un à Jena (léna). En septembre 1763, un escroc de génie se présente au chapitre de Jena sous le nom de Johnson, Grand Prieur de l'Ordre du Temple de Jérusalem, Eques a Leone magno, arrivant d'Écosse. Il déclare que les rituels sont faux et les constitutions reçues de Berlin sans valeur. Il répète ses dires en présence de Rosa qu'il a eu l'audace de convoquer et dont la comparution se termine en déroute. Le 12 octobre 1763, ces événements sont annoncés à von Hund. Persuadé que cet envoyé est un ambassadeur authentique, von Hund entre en correspondance avec lui. Les deux hommes se rencontrent six mois plus tard au Convent d'Altenberg. Démasqué, Johnson s'enfuit. Rejoint, il est emprisonné sans jugement et meurt à la Wartburg dans la cellule qu'avait occupée Luther.

Entouré par deux organisateurs de talent qui se sépareront vite de lui, Zinnendorf* en 1766, Schubart deux ans plus tard, von Hund et la Stricte Observance dominent la maçonnerie allemande pendant 12 ans. Von Hund meurt le 8 novembre 1776 un an après le Convent de Braunschweig*. Il fut enseveli, comme Schubart, dans sa grande cape blanche.

Carl Gotthelf, baron de Hund et d'Alten-Grottkau, Seigneur de Lipsa, Manau et Lutenbeerwalde en Oberlausitz, Conseiller d'État de sa majesté impériale, Conseiller privé du Tsar, Fondateur de l'Ordre Illustre de la Stricte Observance Templière, fut titulaire de l'Ordre russe de Sainte-Anne de Russie. Il portait cette croix cousue sur son habit. Cette distinction fut instituée à Kiel en 1735 par Charles Frédéric, duc de Schleswig-Holtstein, en l'honneur de son épouse Anna Petrovna, fille du Tsar Pierre le Grand. Leur fils devint par la suite le Tsar Pierre III. Le Tsar Paul 1 er en fit l'Ordre Russe pour récompenser les fonctionnaires distingués par leurs mérites rendus à l'État et les militaires en temps de paix. La plaque (au centre) se portait toujours sur la poitrine droite à l'inverse de toutes les autres décorations russes. Elle correspond à une étoile d'argent à huit rayons chargée d'un médaillon en or portant une croix à quatre branches émaillée de rouge, avec la devise abrégée: Amantibus Justitiam, Pietatem et Fidem

 

Source : http://gleo.fr/

Partager cet article

Commenter cet article