Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Cérémonie de réception de maître secret Coën

5 Juillet 2012 , Rédigé par Rituel Elus Coën Publié dans #Rites et rituels

Le maître bleu avant d’être introduit dans la loge sera examiné sur tous les points des trois grades qu’il doit avoir reçu, c’est à dire d’Apprentif, de compagnon et de maître bleu ou symbolique, par un frère expert qui le trouvant orthodoxe en rendra compte en frappant sept coups à la porte de la loge annoncera un maître bleu qui désire être reçu maître secret et qu’il a les qualités requises qui lui fait mériter cette grâce.

Adoniram rendra compte au très puissant de la demande du récipiendaire et ajoutera qu’il répond de la capacité et zèle et constance

Le très puissant ordonne de l’introduire puisqu’il répond de lui. L’expert introduira le candidat et lorsqu'il entre en loge, il fera successivement le signe d’apprentif, de compagnon et de maître.

Adoniram le fera se prosterner ensuite le genou droit en terre, la tête baissée comme s’il était ébloui d’une éclatante lumière et pendant que le candidat est dans cette situation, le très puissant parle ainsi :

Vous n'avez vu jusqu’à ce moment mon frère que le voile épais qui vous cachait le Saint des Saints du Temple du vrai Dieu.

Votre fidélité, zèle et constance vous a mérité la faveur que je vous accorde et vous fera voir nos trésors en vous introduisant dans ce lieu saint et sacré, venez à moi en maître maçon contracter de nouveaux engagements.

Le frère Adoniram le fait relever, lui ordonne de marcher en maître bleu et se mettre à genoux au pied de l’autel pour y contracter son obligation qui est la même que celle du maître bleu, etc. etc.

Après l’obligation, le récipiendaire restant toujours à genoux, le très puissant descend une marche et lui met une couronne sur la tête mêlée de feuilles de laurier et d’olivier, en lui disant :

«Je vous reçois maître secret. Ce laurier représente la victoire que vous avez remportée sur vos passions. L’olivier est le symbole de la paix et de l’union qui doit régner parmi nos frères. Il ne tiendra qu’à vous de mériter la grâce que Dieu seul peut vous donner, c’est celle d'espérer de parvenir un jour dans le lieu saint pour y contempler le pilier de la beauté.

Je vous décore de cette clé d’ivoire suspendue au cordon bleu et triangulaire, bijou symbole de votre fidélité et de votre discrétion.

Ce tablier blanc et ces gants doublés de même marquent la candeur des maîtres secrets que vous avez mérité à juste titre.

Le cercle qui environne la lettre J\ initiale du nom sacré de l'Éternel est tracée sur la bavette de votre tablier.

Je vous donne en cette qualité rang parmi les lévites pour devenir dans la suite le gardien fidèle du saint des Saints et vous mets du nombre des sept pour remplacer le poste de notre cher maître Hyram Abiff et conduire les ouvrages que nous élevons à la divinité.

Votre mot de passe est Zizon mot hébreu qui signifie balustrade*(voir renvoi 1)

Notre signe est celui du silence répété, il se fait en portant l’index et le médius de la main droite sur les lèvres, répété de chaque main.

L’attouchement est de se prendre réciproquement la main droite ; porter en même temps la main gauche au coude et se balancer par sept (7) fois l’un l’autre.

On doit croiser les jambes pendant cette cérémonie (voir renvoi 2)

Les mots sacrés et mystérieux sont job, Adonaï, iua. Ces mots sont les trois noms que Dieu s'est donné en se manifestant pour la première fois sur la montagne de Sinaï. Ce grand mot de maître est celui que Moïse grava en dernier par une lame d’or triangulaire en caractères hébraïques lorsqu’il lui parla sur la montagne à la troisième fois.

Cette parole sacrée et mystérieuse ne vous sera communiquée que lorsque la providence divine le permettra.

Dieu défendit à Moïse de jamais prononcer ce nom ineffable.

Sélec, (renvoi 3), Aron et Salomon auront la faculté seulement de l’épeler dans la suite, lettre par lettre, sans jamais rassembler les syllabes.

Les neuf noms qu'il a plu à Dieu de se donner en dérivent et chacun de ces neuf (9) noms par ces neuf (9) voyelles ont huit (8) attributs se rapportant à la divinité ce qui ensemble fait 72 noms.

Ces mêmes noms constituent 888 lettres renfermées dans ces neuf (9) voyelles suivant les cabalistes et ces neuf (9) noms sont :

Eloah ; Adonaï ; Jeheva ; Job ; Aloïm ; Javhë ; Achab ; Ozem ; Jesoÿs.

Le récipiendaire sera conduit par le frère expert à tous les frères afin qu’il donne les mots de passe, signes, attouchements et paroles après quoi il se placera au milieu de la loge pour y entendre les instructions cy après :


Doctrine pour les maîtres secrets.

D : Êtes-vous maître secret ?

R : oui, je le suis et en fais gloire.

D : comment avez-vous été reçu ?

R : j’ai passé de l’équerre au compas.

D : où avez-vous été reçu ?

R : sous le laurier et l’olivier.

D : dans quel lieu avez-vous été reçu ?

R : dans le Saint des Saints.

D : Qui vous a reçu ?

R : Salomon aidé d’Adoniram inspecteur des ouvrages du temple.

D : Qu’avez-vous aperçu en entrant ?

R : Les traces de la majesté divine.

D : n’avez-vous rien aperçu de plus ?

R : j’ai aperçu le grand cercle, le delta au milieu et ce qu’il renferme placé au milieu de l’étoile flamboyante qui m’a ébloui d’un saint respect.

D : que représentent les caractères hébraïques qui sont renfermés dans le delta ?

R : des choses au-dessus de la portée des faibles humains que je n’ose prononcer.

D : nous sommes en loge et cela vous est permis.

R : j’ai vu la grande clarté éblouissante.

D : Que renfermait cette grande clarté ?

R : le nom ineffable du grand architecte de l’univers. Moïse seul en avait appris la vraie prononciation du grand architecte lui-même. Il fut défendu par une loi que Moïse fit publier de jamais prononcer ce nom mystérieux de sorte que l’on perdit la véritable prononciation et que nous sommes fort incertains aujourd’hui sur le nombre des syllabes qui composent ce nom sacré et redoutable.

D : qu’avez-vous aperçu de plus ?

R : Neuf (9) autres mots en caractères hébraïques.

D : où étaient-ils placés ?

R : dans les neuf rayons qui partaient du delta lumineux et flamboyant.

D : Que signifient ces neuf (9) noms ?

R : Ce sont les neuf (9) noms que Dieu s’est donné lui-même en parlant à Moïse sur le mont Sinaï.

D : Donnez-moi les neuf (9) noms avec leur signification.

R : Eloah, Adonaï, Jeheva, Javhé, Job, Aloïm, Achab, Ozem, Jesoÿs. Ces neuf (9) noms ont chacun 8 attributs de la divinité et qui en tout comprennent 888 lettres qui forment 72 noms qui sont pris comme les noms de la divinité selon l’alphabet des anges et l’arbre cabalistique.

D : que représente le cercle qui environne le delta ?

R : Il représente l’immensité de la présence de Dieu qui n’a ni commencement ni fin.

D : Que représente l’étoile flamboyante ?

R : c’est le météore qui doit nous guider à la divine providence.

D : Que signifie la lettre G qui est dans le centre ?

R : elle signifie gloire, grandeur et goméz.

D : Qu’entendez-vous par là ?

R : par la gloire, j’entends Dieu, par la grandeur, j’entends l’homme qui peut être grand par la perfection. Goméz, mot hébreu qui veut dire : « je rends grâce à Dieu de sa suprême puissance» Ce fut la première parole que prononça notre père commun en voyant Ève (renvoi note 4) à son réveil. (renvoi note 5)

D : Que signifient les cinq (5) rayons de l’étoile flamboyante ?

R : les cinq (5) ordres d’architectures qui furent employés à la construction du temple de Salomon ; les cinq 5 sens de nature au défaut d’un desquels l’homme ne saurait être parfait.

D : Qu’avez-vous vu de plus dans le Saint des Saints ?

R : L’arche d’alliance, le chandelier d’or à sept (7) branches et la table des pains de proposition.

D : Où était placée l’arche d’alliance ?

R : au milieu du Saint des Saints sous l’étoile flamboyante

D : que représente l’arche avec l’étoile flamboyante ?

R : tout de même que l’arche était l’emblème de l’alliance que Dieu avait faite avec son peuple et qu’elle avait été mise à l’ombre des ailes des chérubins, tout de même le cercle, le triangle ou delta renfermés dans l’étoile flamboyante sont l’emblème de la nouvelle alliance des francs-maçons.

D : Quelle était la forme de l’arche ?

R : un carré long.

D : de quoi était-elle ?

R : de bois de setim ou de cèdre couverte d’or au dehors et en dedans et surmontée d’une couronne d’or tout à l'entour et soutenue par douze chérubins d’or.

D : comment s’appelait la couverture de l’arche ?

R : le propitiatoire ou le lien qui servait pour apaiser la colère de Dieu.

D : que contenait l’arche ?

R : les témoignages que Dieu donna à Moïse autrement dit les tables de la loi.

D : que contenaient les tables ?

R : elles étaient de marbre blanc et contenaient dix (10) commandements en caractères hébraïques.

D : quels étaient ces dix (10) commandements ?

R : c’était le décalogue gravé par Moïse et dicté par le tout-puissant. La première table les quatre (4) commandements divins ; la seconde table contenait les 6 humains qui ne doivent regarder que les devoirs d’homme à homme.

D : comment les distingue-t-on ?

R : par les commandements de la loi divine et par les commandements de la loi humaine

D : dites-moi les quatre premiers qui regardent la divinité

D : à quoi servait la table ?

R : à y mettre douze (12) pains appelés de proposition qui doivent être toujours en la présence de Dieu ainsi qu’il l’avait ordonné.

D : de quoi étaient les pains ?

R : de la plus pure farine.

D : comment étaient-ils placés ?

R : six (6) à la droite et six (6) à la gauche formant deux piles.

123 123 123

D : que mettait-on au-dessus ?

R : de l’encens très luisant et du plus pur

D : pourquoi ?

R : pour qu’ils fussent un monument de l’oblation faite au seigneur

D : comment appelait-on le saint des saints en hébreu ?

R : dabir

D : que signifie ce mot ?

R : parole

D : pourquoi l’appelait-on de même

R : parce que c’était là où résidait la divinité et où il rendait ses oracles

D : qui construisit l’arche ?

R : lorsque moïse eut reçu l’ordre de Dieu pour construire l’arche, il fit choix de Bezeleer de la tribu de Juda, fils d’Uré et de Marie sœur de Moïse et Eliab fils d’Izamach de la tribu de Dan fort habiles

Le peuple témoigna tant d’ardeur pour cet ouvrage et offrit avec tant ??? son travail et son bien que Moïse fut obligé par l’avis même de ceux qui avaient la conduite de cet ouvrage de faire publier à son de trompe qu’il n’avait pas besoin de davantage

On commença donc à travailler à cet ouvrage selon le dessein et le modèle que Dieu lui-même avait donné à Moïse qui marqua aussi le nombre des vaisseaux ??? qu’on devaient mettre dans ce tabernacle pour servir aux sacrifices.

D : quel rapport ont les 7 branches du chandelier ?

R : le nombre représente celui des 7 planètes

D : qu’y avait-il au haut (bout) des 7 branches ?

R : il y avait à chacune une lampe et toutes ces lampes regardaient orient et midi [[est/sud[[

D : de combien de parties était composé le chandelier à 7 branches ?

R : de 70 parties

D : que signifie ce nombre de parties ?

R : ce nombre nous représente les 12 signes par lesquelles les 7 planètes font leur cours et les lampes ??? ces 7 planètes

D : que représente l’oeil toujours tracé dans nos loges ?

R : une seule lumière qui nous éclaire

D : comment montait-on aux galeries du temple ?

R : par un escalier en forme de vis que l’on montait par 3, 5 et 7 pratiqué dans l’épaisseur du mur dans la partie du nord

D : comment se nommait cet escalier ?

R : coquille

D : combien y avait-il de portes au saint des saints ?

R : une seule du côté de l’orient qu’on appelait ZARA [[la porte [sha"ar 2][[ couverte d’un tissu de pourpre d’hyacinthe d’or et d’azur

D : que nous représentent ces couleurs ?

R : les quatre éléments

D : quel âge avez-vous ?

R : trois fois vingt sept ans accompli 81

D : Quel est votre mot de passe ?

R : zizon

D : que veut dire ce mot ?

R : balustrade

Pour fermer la loge

D : frère inspecteur, quelle heure est-il ?

R : la fin du jour

D : Que vous reste-t-il à faire ?

R : pratiquer le bien, fuir le vice et rentrer dans le silence

D : puisqu’il ne nous reste plus rien à faire qu’à pratiquer le bien et fuir le vice rentrons dans le silence que la volonté de dieu soit accomplie ; il est temps de se reposer

Frère inspecteur, avertissez les frères que je vais fermer la loge par les nombres mystérieux

R : le frère inspecteur répète à tous les frères la volonté du très puissant qui frappe 7 coups avec ses mains qui sont répétés par tous les frères de la loge

On se retire et la loge est fermée

Grand discours de Moïse : Sinaï, tableau réel de l'univers entier.

Cette montagne(sinaï) est le tableau réel de l'univers entier. Elle se divise en sept parties connues sous le nom des sept cieux céleste universels, et les quatre cercles dont je viens de te parler sont appelés surcélestes parce qu'ils bornent et dirigent l'action des sept principaux agents de la création universelle. C'est dans le surcéleste que s’opèrent la pensée et la volonté divines, c'est de là que proviennent l'ordre, la vertu et la puissance d'action de tous les esprits qui actionnent dans l'univers. Les sept cieux reçoivent du surcéleste toutes leurs vertus et tous leurs pouvoirs, et ensuite les communiquent au corps général terrestre. Tel est l'ordre qui règne entre ces trois mondes.

Second discours de Moïse : Le nom conventionnel de Bethzaléel.

Israël, je t'ai laissé ignorer le véritable nom de l'ouvrier constructeur de ce redoutable tabernacle et tu ne l'as connu que sous le nom temporel de Bethzaléel. Ce surnom n'est que conventionnel, il n'annonce que l'origine reproductive des formes corporelles et n'enseigne point le vrai nom de celui ou de ceux qui les habitent. Il faut donc te dire que le véritable nom spirituel de cet ouvrier est Beth, qui veut dire opérant l'action de la pensée divine, ce qui est indiqué par la seconde lettre de l'alphabet hébreu, car la première, qui est l'aleph, exprime la pensée divine et la seconde, qui est la beth, exprime son action.

Second discours de Moïse : Le nom de Seth et le nom de Bethzaléel.

Après t'avoir expliqué, Israël, l'origine du nom spirituel que l'Eternel a donné à l'âme, de même que le changement du nom originel en celui spirituel, tu désirerais peut-être que je te donnasse l'explication du nom de Seth. Je te dis en vérité que ce nom signifie être admis au vrai culte divin, ou exécuteur parfait de la manifestation de la gloire et de la justice divines. Ainsi la postérité de Seth fut nommée enfants de Dieu et non pas enfants des hommes. Ce titre d'enfants des hommes fut réservé pour la postérité femelle de Caïn, qui fut enfantée par l'opération des démons, parce que son origine corporelle première provient de la seule faculté de l'opération du premier homme, qui fut le sujet de sa prévarication. Si tu désirais encore savoir de moi pourquoi l'homme constructeur du redoutable tabernacle a opéré toutes ses oeuvres temporelles sous un nom originel, je te répondrais que le nom originel de Bethzaléel a resté ainsi à cet homme, pour faire entendre à toute la postérité d'Adam la liaison intime de l'esprit avec la matière première, toutefois sans admettre de confusion entre l'un et l'autre.

Les biens empruntés par les Hébreux aux Egyptiens, dont leurs idoles matérielles.

Apprenez donc que tous ces vases, tous ces métaux et ces ustensiles d’or et d’argent n’ont servi à d’autres usages chez Israël qu’à la décoration du temple ou de l’arche d’alliance que Moïse éleva à la gloire du créateur, pour y opérer les différents cultes divins.

Second discours de Moïse : Confusion et dispersion des tribus d'Israël.

Mais, Israël, cette transmission n'est-elle pas un nouvel indice que l'héritage de la terre promise ne sera pas toujours chez toi ? Oui, cet exemple doit t'apprendre pour un temps immémorial que le véritable culte de l'Éternel sera également transmis, à ton préjudice, aux nations étrangères et, pour lors, ta mémoire sera si fortement obscurcie que tu ne te souviendras plus ni du nom de l'Éternel ni de ton propre nom animal spirituel. Ta dispersion sera entière et servira d'exemple à toute la terre, tu entreras une seconde fois en esclavage et en servitude de la terre d'Égypte, d'où tu ne sortiras plus qu'à la fin des temps. C'est alors que la manifestation de la gloire et de la justice du Tout-Puissant s'opérera pour la satisfaction des justes, à la honte des démons criminels et à celle des coupables mineurs non réconciliés. Il faut savoir néanmoins qu'avant ces derniers temps, il y aura grande confusion dans les tribus d'Israël. La désolation qui sera parmi elles les forcera de se séparer les unes des autres : le nombre supérieur se retirera très loin du nombre inférieur, qui sera subdivisé encore de son premier héritage, pour être un exemple frappant de la justice que l'Éternel a manifestée contre les enfants d'Israël, et leur terre promise restera inculte et stérile. Tu sais, Israël, que le nombre septénaire, 7, est un nombre spirituel temporel et que le nombre quinaire, 5, est un nombre spirituel matériel, susceptible de confusion et de malversation spirituelle divine ; c'est donc ce nombre supérieur septénaire des tribus qui se détachera du nombre inférieur quinaire et sera relégué dans un lieu de cet univers apparent que les mortels ordinaires ne pourront découvrir. Là, ces peuples justes achèveront de payer le tribut que le crime d'Israël doit encore à la justice divine et, par là, ils opéreront la juste réconciliation des enfants d'Israël. L'arche d'alliance d'Israël avec le Seigneur marchera aussi avec ce nombre septénaire, conjointement avec toutes les vertus et puissances spirituelles divines dont il est dépositaire, et les autres tribus dégénéreront en êtres de ténèbres.

L'arc-en-ciel, le rameau d'olivier

Cette branche d'olivier, prise par la colombe de préférence à tout autre bois, enseignait aux hommes le fruit dont ils se serviraient pour l'onction et la marque des puissants signalés, préposés par le Créateur pour la manifestation de son culte, ainsi qu'on l'a pratiqué chez Israël et parmi tous les sages.

Adam, au paradis terrestre, a mésusé de son verbe de création. Balustrade = appui ?

Par les six cercles, le Créateur représentait au premier homme les six immenses pensées qu'il avait employées pour la création de son temple universel et particulier. Le septième cercle, joint aux six premiers, annonçait à l'homme la jonction que l'esprit du Créateur faisait avec lui pour être sa force et son appui. Mais, malgré les précautions puissantes que le Créateur employa pour prévenir et soutenir l’homme contre ses ennemis, cet homme ne laissa pas d’agir selon sa propre volonté, par laquelle il se détermina à opérer une oeuvre impure.

Grand discours de Moïse : Opérations du monde surcéleste.

Tu vois donc, Israël, que l'action des habitants du surcéleste est infiniment plus considérable que celle de tout être spirituel occupé aux actions et aux opérations des deux mondes inférieurs ; tu le vois, dis-je, par les rayons de feu sortant des différentes circonférences qui constituent l'immensité du surcéleste et cette supériorité d'action ne doit pas t'étonner, puisque l'espace de l'immensité surcéleste est plus étendu que l'espace des deux mondes inférieurs qui, quand même il serait réuni, n'en approcherait jamais.

Examen du culte rendu par Énoch.

Pour cet effet, il fit parmi eux une élection de dix sujets, auxquels il déclara la volonté du Créateur et auxquels il prescrivit un cérémonial et une règle de vie pour pouvoir invoquer l'Eternel en sainteté. Il admit ces dix sujets à la connaissance de ses travaux listiques chaotiques (on donnera dans son lieu l'interprétation précise de ces deux mots, qui appartiennent aux sciences spirituelles divines). Il leur fit ensuite élever un édifice qui n'avait qu'un seul appartement, ou enceinte, dans laquelle se plaçaient ces dix sujets qu'Enoch avait choisis pour l'assister dans ses saintes opérations. Il donna à chacun d'eux une lettre initiale des saints noms de Dieu, ce qui formait en tout dix lettres, afin qu'ils suivissent avec régularité et précision toute espèce d'opérations agréables au Créateur et avantageuses pour les mineurs réconciliés. Après cette première opération, il les renvoya chacun dans leur tente, ou le quartier qu'il leur avait assigné lui-même, ainsi que Moïse l'a représenté depuis par le campement des Lévites autour de l'arche. Enoch tint cette assemblée d'opérations divines avec ses dix élus, de dix en dix semaines, et leur transmit dans chaque assemblée une nouvelle lettre initiale du saint nom de Dieu, de sorte qu'après sept assemblées chacun d'eux eut en son particulier deux mots puissants avec lesquels ils commandaient toute chose créée, depuis la surface terrestre jusqu'à la surface céleste. Ces deux mots consistaient en sept lettres dont quatre formaient le nom redoutable, puissant et invincible de l'Eternel, qui gouvernait et soumettait tout être créé dans le corps céleste, et les trois autres lettres formaient un nom saint qui assujettissait et gouvernait tout être créé sur le corps terrestre. Ces dix chefs, remis par les secours d'Enoch dans leurs premières vertus et puissances spirituelles divines, firent, par leurs opérations saintes, des prodiges si grands, qu'ils ramenèrent à eux plusieurs sujets de leur famille et qu'ils instruisirent les mineurs vraiment appelés par l'esprit saint dans les sciences qu'ils possédaient par le pouvoir et le ministère d'Enoch, type de réconciliation du genre humain.

La règle de la lettre B.

Cette marque de Jacob est dans sa postérité, pour un temps immémorial, une preuve de la prévarication d'Israël. C'est depuis cette époque qu'il a été défendu de la part de l'Eternel, soit dans le temple de Moïse, soit dans celui de Salomon, qu'aucune personne marquée à la lettre B de naissance ne fût admise au culte divin sous quelque prétexte que ce fût. Cette loi, qui a été donnée sous les peines les plus sévères, a été confirmée par le Christ, afin que tous ceux qui seraient et qui sont aujourd'hui chargés de faire opérer le culte divin dans son temple spirituel observassent cette ordonnance avec la plus grande exactitude.

Type de Noé flottant sur les eaux, tel le Créateur.

Les postérités de Caïn et de Seth ayant poussé leurs abominations non seulement jusqu'à abandonner le Créateur et son culte, mais encore jusqu'à commettre les fornications les plus immondes et auxquelles on ne peut penser sans frémir, le Créateur s'éleva contre ces prévaricateurs et contre les démons qui les avaient séduits. Il suscita à Noé, son fidèle élu, de se disposer à construire une arche en bois de cèdre, dans laquelle serait renfermé le témoignage de la justice divine qui allait s'exercer contre la terre et ses habitants. Ce bâtiment portait le nom d'arche, parce qu'il flottait sur les eaux et son fondement avait la forme comme le dessous du ventre d'un canard. Cette arche n'avait ni mâture ni voilure ni rames.

Pâtiments d'Adam, pâtiments de Noé ainsi que des brutes.

On ne peut concevoir quelles étaient ces peines que ressentait Adam, lorsque après avoir été entièrement libre et sans bornes, par sa nature d'être pur spirituel pensant, il se trouvait dans une prison de matière et qu'il était assujetti au temps. Il employa, en effet, quarante ans à gémir sur son crime, en réfléchissant sur ce qu'il avait été dans son premier principe, sur ce qu'il était devenu et sur ce qu'il devait devenir par la suite. Par ses lamentations, il se disposa à obtenir miséricorde du Créateur, et l'obtint, en effet, au bout des quarante ans de peines et de pâtiments nécessaires pour opérer son expiation. Il ne pouvait obtenir sa réconciliation qu'au bout de ces quarante ans, puisque c'était au bout de ce temps que devait naître, de lui et d'Eve, l'holocauste spirituel qui effacerait l'horreur de son crime et punirait l'abomination des démons séducteurs, et les pâtiments qu'Adam endura pendant tout ce temps nous sont clairement figurés par les pâtiments que les animaux ressentirent tant qu'ils furent sous la justice divine, et par les quarante jours que Noé passa avec ces animaux sur le mont Ararat nommé mont d'Arménie, d'autant mieux que Noé passa tout ce temps à rendre grâce au Créateur de ce qu'il l'avait bien voulu préserver, lui et le res te des animaux, du fléau qui venait de tomber sur la terre et sur tous ses habitants. Vous pourriez me demander ce qu'a de commun la prévarication des animaux raisonnables avec la conduite des animaux irraisonnables et pourquoi les uns et les autres sont confondus dans la même punition. Je vous répondrai à cela que non seulement les hommes de ces temps-là avaient abjuré le Créateur et adopté entièrement les insinuations des démons, mais qu'ils avaient encore poussé l'abomination jusqu'à jouir des brutes comme des femmes et à jouir également entre eux des passions contre nature. Ces crimes nous ont été retracés depuis par Sodome et Gomorrhe, qui ont laissé leur nom à ces horribles prévarications. Voyez à présent si vous devez être étonnés que le Créateur ait exercé sa justice sur les animaux irraisonnables, ainsi que sur les animaux raisonnables. Le Créateur a fait la même chose en punissant les deux villes que je viens de nommer que lorsqu'il frappa la terre du déluge. Il faut savoir, de plus, que le feu que l'Eternel fit tomber sur ces deux villes annonce celui qui doit mettre fin à la création universelle, ainsi que je l'expliquerai ailleurs.

Partager cet article

Commenter cet article