Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Chevalier de l'Epée (Bibliothèque municipale de Lyon, Fonds Willermoz, Ms 5933) (1)

5 Septembre 2012 , Rédigé par JB Willermoz Publié dans #Rites et rituels

Quand le récipiendaire est prêt, le Terrible le conduit à la porte de la tour, auprès des Gardes qui l'interrogent et auxquels il répond. (Le Terrible lui dicte ses réponses.)  

Garde :            Que demandez-vous ?  

Récipiendaire :Je demande s'il est possible de parler à votre Souverain.  

Garde :            Qui êtes-vous ?  

Récip.:             Le premier d'entre mes égaux, Maçon par rang et captif par disgrâce.  

Garde :            Quel est votre nom ?  

Récip.:             Zorobabel.  

Garde :            Quel est votre âge ?  

Récip.:             70 ans.  

Garde :            Quel est le sujet qui vous amène ici ?  

Récip.:             Les larmes et la misère de mes Frères.  

Garde :            Attendez, nous tâcherons de faire parvenir vos plaintes au Souverain. L'un des Gardes frappe 7 coups à la porte de la tour en Chevalier de l'Épée. Le 2eGénéral 2eSurveillant frappe 7 coups sur le maillet du Premier Général Premier Surveillant, celui-ci sur celui du 2eet le Souverain ensuite.  

2eGén.:           Un Garde frappe à la porte de la tour en Chevalier de l'Épée.  

1erGén.:          Souverain Maître, un Garde, etc.  

Souv.:             Général Premier Surveillant, qu'on l'introduise. Gardez avec toutes les précautions ordinaires ; dans le trouble où je suis il n'est point de petits avis à négliger. Le 2eSurveillant va à la porte, frappe, ouvre, amène le Garde à l'occident qui, croisant les bras, s'incline et dit :  

Garde :            Le premier d'entre les égaux des Maçons, âgé de 70 ans, demande à paraître devant vous.  

Souv.:             Qu'il soit introduit dans la tour de notre palais ; nous l'interrogerons. Le Garde fait une autre prosternation, s'en retourne, fait entrer le récipiendaire dans la tour, la referme et le Souverain lui demande:  

Souv.:             Quel sujet vous amène ici ?  

Récip.:             Implorer la justice et la bonté du Souverain.  

Souv.:             Sur quoi ?  

Récip.:             Demander grâce pour mes Frères qui sont en servitude depuis 70 ans.  

Souv.:             Quel est votre nom ?  

Récip.:             Zorobabel, le premier d'entre mes égaux, Maçon par rang et captif par disgrâce.  

Souv.:             Quelle est la grâce que vous demandez ?  

Récip.:             Que sous la faveur du Grand Architecte de l'Univers la justice du roi nous accorde la liberté et qu'il nous permette d'aller rebâtir le Temple de notre Souverain.  

Souv.:             Puisque d'aussi justes motifs vous conduisent ici, que la liberté de paraître devant nous à face découverte lui soit accordée. Aussitôt les Généraux vont ouvrir la porte de la tour et l'amènent à l'occident et le font prosterner.  

Souv.:             Zorobabel, j'ai ressenti comme vous le poids de votre captivité ; je suis prêt à vous en délivrer et de vous accorder la liberté sur l'instant si vous voulez me communiquer les secrets et les mystères de la Maçonnerie pour qui j'ai toujours eu la plus profonde vénération.  

Récip.:             Souverain Maître, lorsque Salomon nous en donna les premiers principes, il nous apprit que l'égalité devait être la 1èrecolonne ; elle ne règne point ici : votre rang, vos titres, votre supériorité et votre cour ne sont point compatibles avec le séjour où l'on s'instruit des mystères de mon Ordre. D'ailleurs vos marques extérieures me sont inconnues et les serments inviolables qui m'engagent et que je ne puis fausser m'empêchent de vous dévoiler de tels mystères ; si ma liberté est à ce prix, je préfère la captivité.  

Souv.:             J'admire la fermeté de Zorobabel ; il mérite la liberté par sa fermeté dans ses engagements. Les Frères y répondent tout de suite en baissant et relevant la pointe de leur épée.  

Souv.:             Général F. 2eSurv., faites faire à Zorobabel les 70 tours de l'occident, midi, orient et septentrion, que je réduis à 15, pour que cette route lui fasse trouver la grâce que sa discrétion mérite. De retour, le 2eSurv. frappe 7 coups et le Premier Surv. Dit :  

1erGén.:          Que demandez-vous ?  

2eGén.:           Le voyage mystérieux de Zorobabel est fini.  

1erGén.:          Souverain Maître, le voyage, etc.  

Souv.:             Je vous accorde, Zorobabel, la grâce que vous m'avez demandée; je consens que vous soyez mis en liberté. Le Souverain frappe 7 coups qui servent de signal aux Généraux pour ôter à Zorobabel ses fers, ce qu'ils font, et le Souverain dit :  

Souv.:             Allez dans votre pays ; je vous permets de rebâtir le Temple détruit par mes ancêtres ; que vos trésors vous soient remis entre les mains avant le soleil couché. Soyez reconnu chef sur vos égaux ; j'ordonnerai qu'on vous obéisse en tout lieu de votre passage. Qu'il vous soit donné toute aide et secours comme à moi-même ; je n'exige de vous qu'un simple tribut de trois agneaux, cinq moutons et sept béliers que j'enverrai recevoir sous le portique du nouveau Temple ; et si je le demande, c'est plutôt pour me ressouvenir de l'amitié que je vous jure que par reconnaissance. Approchez, cher ami. (Les Généraux le font approcher.) Je vous arme de cette épée pour marque distinctive sur vos égaux ; je suis persuadé que vous ne l'emploierez qu'à leur défense ; en conséquence, je vous crée Chevalier de l'Epée. (En disant ces derniers mots, il lui frappe de son épée sur l'épaule et l'embrasse ; et donnant le tablier et le cordon vert qui passe de l'épaule gauche à la droite:) Pour vous marquer mon estime, je vous décore d'un tablier et d'un cordon que j'ai adoptés à l'imitation des ouvriers de votre Temple, quoique ces marques ne soient accompagnées d'aucun mystère. Cependant je ne les accorde qu'aux Princes de ma cour par honneur ; désormais vous pouvez jouir comme eux des mêmes avantages. , je vous remets entre les mains de mon Premier Général qui vous donnera des guides pour vous conduire en sûreté auprès de vos Frères et au lieu où vous devez rebâtir le nouveau Temple. Le Premier Général le fait rentrer dans la tour et l'y laisse pendant que les Frères passent en silence dans le 2ndappartement.  

Dès qu'un Servant avertit le Terrible que tous sont entrés, celui-ci prend le récipiendaire, le mène par derrière la tenture à l'endroit où est le pont qui conduit au second appartement à l'entrée duquel il trouve des Gardes qui l'arrêtent, lui arrachent son cordon et son tablier vert, et veulent l'empêcher de passer ; mais il les force, les met en fuite et arrive à la porte du 2ndappartement.

Le Terrible frappe 7 coups en Chevalier de l'Épée. Les Frères dans ce second appartement ne sont plus de la cour de Cyrus. Dès qu'ils entendent frapper ils prennent à la ceinture du tablier une truelle qu'ils tiennent de la main gauche et leur épée de la droite. Le tracé de la loge est couvert d'un drap rouge. Le 2ndSurveillant frappe 7 coups le premier.  

2ndSurv.:         J'ai entendu frapper à la porte de la loge en Chevalier de l'Épée.  

1erSurv.:         Très Excellent Maître, on frappe, etc.  

T. Exc.:            Très Puissant Frères Second Surveillant, voyez qui frappe.  

2ndSurv.:         (Le 2ndfrappe et ouvre, disant :) Que demandez-vous?  

Récip.:             Je demande à revoir mes Frères, ces restes infortunés de la fraternité qui sont échappés de la captivité, afin de leur donner des nouvelles de ma délivrance de Babylone. (Le 2ndSurv. revient, frappe; le Premier lui répond et le 2nddit :)  

2ndSurv.:         C'est un Frère captif de Babylone qui dit avoir été délivré et qui demande  à être réuni au sein de la fraternité.  

1erSurv.:         Très Excellent Maître, c'est un Frère, etc.  

T. Exc.:            Mes Frères, la nouvelle de ce captif pourrait avoir son fondement. Les 70 années sont expirées, le jour de la réédification du Temple est arrivé: ne négligeons point un aussi précieux augure. Faites-lui demander son nom, de quel pays il est, son âge, pour éviter la surprise. (Le 2ndfrappe, on lui répond ; il ouvre et dit:)  

2ndSurv.:         Quel est votre nom ?  

Récip.:             Zorobabel.  

2ndSurv.:         Où est votre pays ?  

Récip.:             En deçà du fleuve Starbuzanaï, à l'occident de la Syrie.  

2ndSurv.:         Quel est votre âge ?  

Récip.:             70 ans. (Le Second Surv. referme la porte, frappe et dit au Premier Surv. :)  

2ndSurv.:         Ce captif qui vient de Babylone se nomme Zorobabel ; il est d'un lieu en deçà du fleuve Starbuzanaï, à l'occident de la Syrie, et il a 70 ans.  

1erSurv.:         Très Excellent Maître, ce captif, etc.  

T. Exc.:            Zorobabel, le nom du pays en deçà le fleuve Starbuzanaï, âgé de 70 ans; oui, mes Frères, la captivité cesse et notre sommeil finit. Ce captif fut justement le prince de la tribu souveraine qui doit relever notre Temple ; qu'il soit admis parmi nous et soit reconnu pour guider et soutenir nos travaux. (Le Second Surv. va frapper, ouvre, reçoit le captif et le conduit à l'occident.)  

1erSurv.:         Très Excellent Maître, voici Zorobabel qui désire être admis au sein de la fraternité.  

T. Exc.:            Zorobabel, faites-nous un récit succinct de votre délivrance.

Partager cet article

Commenter cet article