Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

COLONNES et TRADITION

6 Avril 2012 , Rédigé par robert Publié dans #Planches

En voici donc sommairement l’explication :

La terre se déplace autour du soleil sur une ellipse dont le soleil en est l’un des foyers. Par suite de cette fameuse précession des équinoxes, la terre ne revient pas, chaque année, tout à fait au point exact où elle se trouvait l’année précédente.

De part son déplacement elliptique, il en résulte que c’est alternativement le pôle Nord et le Pôle Sud qui se trouvent au point le plus éloigné du soleil au solstice d’hiver, d’où recrudescence du froid.

Ainsi, pendant 13 000 ans environ, le pôle Nord sera plus froid que le pôle Sud et, pendant des 13 000 ans suivants, ce sera le pôle Sud le plus froid………Alternance !

Je vous rassure, cela se démontre et cela a été démontré !

Il s’ensuit que chaque hémisphère connaît alternativement une période glaciaire et une période chaude. En termes courants, chaque hémisphère connaît, au cours de ce que l’on appelle la Grande Année de 26 000 ans ( c’est le temps mis par le point vernal pour faire tout le tour du zodiaque ) ; un printemps, un été, un automne et un hiver.

Or, pendant l’hiver d’un hémisphère, celui-ci se couvre de glaciers, les glaces s’accumulent et se fixent au pôle. Durant tout cet hiver, l’humidité atmosphérique vient se condenser là sous forme de glaces ou de banquises………Il y a donc un transfert de poids, sous forme d’eau glacée à l’une des extrémités de la terre, et ainsi, normalement il en résulte une baisse des eaux vers l’équateur et une accélération de la rotation de la terre sur elle même ( suivant en cela le principe de la conservation du mouvement angulaire !)

Puis vient l’été, ( au sens de la grande année) alors les glaces fondent et, sous forme d’eau retournent vers l’équateur, les glaciers qui couvraient la calotte polaire disparaissent et, selon que le réchauffement est plus ou moins rapide, les eaux se « précipitent » plus ou moins vite, provoquant obligatoirement des raz de marée et des submersions

A cela s’ajoute un phénomène mécanique. En effet, les régions équatoriales tournent plus vite que les régions polaires ( du moins en surface et c’est ce que l’on appelle la vitesse apparente) . Ainsi, à une distance de 100M du pôle, un point quelconque tourne autour de l’axe de la terre à une vitesse de 628M en 24H……En revanche, à l’équateur, ce point a une vitesse de 40 000 km  dans le même temps !

Il faut donc que l’eau accumulée au pôle, et qui regagne l’équateur à cause de la force centrifuge, passe de la vitesse 0 à cette vitesse 40 000 . Il est probable que les eaux qui descendent sont entraînées dans la rotation de plus en plus rapidement mais, par suite de leur inertie, elles créent un courant d’eau de plus en plus violent à mesure qu’elles s’approchent de l’équateur, un courant qui va d’Est en Ouest, dans le sens contraire à la rotation, un courant qui butte sur les continents, les presse, les submerge, les ravage !

Et si le réchauffement a été très rapide, alors la catastrophe est immense. Elle détruit à peu près tout, hommes, troupeaux, cultures, monuments et comme l’expliquait à Solon le prêtre de Saïs «  quand les Dieux purifient la terre par les eaux et la submergent, seuls les bouviers et les pâtres, dans les montagnes, sont sauvés…..et les flots ne laissent survivre que les illettrés et les ignorants. Ainsi de nouveau vous redevenez jeunes, sans rien savoir de ce qui s’est passé ici chez vous dans les anciens temps… ! !» ( dont acte !)

Or, les géologues et les préhistoriens situent la fin de la dernière période glaciaire boréale dans ce hiatus entre le néolithique et le mésolithique, c’est à dire au 9ème millénaire avant notre ère, vous observerez alors que cela recoupe parfaitement les « paroles » de Platon  et la Légende !

Il est probable qu’en ces temps, un phénomène inconnu a fait fondre les glaces avec une rapidité extraordinaire ( nous observons actuellement le même phénomène !) d’où la violence qui bouleversa non seulement les eaux mais les terres, donnant lieu à des éruptions volcaniques…

C’est évidemment aux environs de l’équateur que le phénomène a dut être le plus brutal, avoir le plus d’ampleur….et sans doute, il s’ensuivit, avant que l’équilibre perturbé ne soit rétabli, une sensible baisse des eaux au nord du 45ème parallèle, surtout dans les mers nordiques…….. !

D’où, peut être, cette tradition d’une région hyperboréenne plus dégagée de mers, plus ensoleillée, et peut-être aussi une explication de cette tradition qui fait repartir les civilisations des régions hyperboréennes, évidemment moins ravagées que les autres régions !

Puis, l’équilibre rétabli dans la nouvelle vitesse de rotation de la terre sur elle-même, les eaux reprirent possession des fonds nordiques. On comprend facilement alors que, dans un pareil cataclysme, le percement, la rupture de l’isthme de Tanger n’ait été qu’un incident, mais cet incident présente un aspect méditerranéen qui perdure encore………dans la symbolique !

( a suivre)

Partager cet article

Commenter cet article