Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Constitutions d’Anderson : Règlements Généraux

20 Juin 2012 , Rédigé par Constitutions d'Anderson Publié dans #histoire de la FM

I. Le Grand-Maître, ou son adjoint, a l'Autorité et le Droit, non seulement d'être présent dans toute Loge vraie, mais aussi de présider où qu'il se trouve, avec le Vénérable de la Loge à sa Gauche. Il peut ordonner à ses Grands Surveillants de l'assister; ceux-ci ne doivent

pas agir comme Surveillants dans les Loges particulières, mais en sa Présence et sur son Ordre. Là, en effet, le GRAND-MAîTRE peut commander aux Surveillants de cette Loge, ou à tous Frères qu'il lui conviendra, de l'assister et d'agir comme ses surveillants pro tempore.

II. Le Vénérable d'une Loge particulière a le Droit et l'Autorité de réunir les Membres de sa Loge en un Chapitre, comme il lui plaît, en cas d'Urgence ou Nécessité, aussi bien que de désigner l'heure et le lieu des réunions usuelles. En cas de Maladie, Décès, ou Absence obligée du Vénérable, le Premier Surveillant doit agir comme Vénérable pro tempore s'il n'y a là aucun Frère présent qui ait été Vénérable de cette Loge précédemment. En effet, l'Autorité du Vénérable absent revient au précédent Vénérable s'il est présent; celui-ci ne peut néanmoins agir avant que le Premier Surveillant (ou, en son Absence, le Second Surveillant), ait réuni la Loge.

III. Le Vénérable de chaque Loge particulière, ou l'un des Surveillants, ou quelque autre Frère de cet Ordre, doit tenir un Registre contenant le Règlement Intérieur, les Noms des Membres, avec la Liste de toutes les Loges de la Ville, les Heures et Lieux usuels de leurs Réunions, et tout ce qu'il est convenable d'écrire de leurs Transactions.

IV. Aucune Loge ne doit initier plus de CINQ nouveaux Frères à la fois, ni tout Homme de moins de Vingt-Cinq ans, et qui doit être aussi son propre Maître; à moins, cependant, d'une Dispense du Grand-Maître ou de son Adjoint.

V. Aucun Homme ne peut être initié ou admis comme Membre d'une Loge particulière, sans notification préalable qui doit être faite un Mois avant à ladite Loge, de façon à permettre toutes Enquêtes convenables sur la Réputation et les Aptitudes du Candidat; à moins, cependant, de la Dispense précédemment indiquée.

VI. Aucun Homme ne peut être initié comme Frère, ou admis comme Frère dans une Loge particulière, sans le Consentement unanime de tous les Membres de cette Loge, présents au moment où le CANDIDAT est proposé; et leur Consentement doit être demandé formellement par le Vénérable. Les Frères doivent signifier leur Consentement ou Désaccord de leur prudente Manière soit virtuellement, soit de façon formelle, mais avec Unanimité. Ce Privilège naturel n'est d'ailleurs pas sujet à Dispense, car les Membres d'une Loge particulière en sont les meilleurs Juges; et si un Membre querelleur leur était imposé, cela pourrait gâcher leur Harmonie ou entraver leur Liberté, ou même encore détruire la Loge et la disperser: ce qui doit être évité par tous les Frères bons et loyaux.

VII. Lors de son initiation, tout nouveau Frère doit  “ vêtir ” convenablement la Loge, c'est-à-dire déposer, devant tous les Frères présents, quelque chose pour le Secours aux Frères indigents ou malheureux; et le Candidat donnera ce qu'il jugera convenable, mais davantage que la petite Redevance prescrite par le Règlement Intérieur de cette Loge particulière. Cela sera confié au Vénérable, ou aux Surveillants, ou au Trésorier si les Membres ont jugé utile d'en désigner un. Le Candidat doit également promettre solennellement de se soumettre aux Constitutions, Règlements et Obligations, et à tous autres bons Usages qui peuvent lui être prescrits au Moment et à l'Endroit convenables.

VIII. Aucun Groupe ou Nombre de Frères ne doit se retirer ou séparer de la Loge dans laquelle ils ont été reçus comme Frères, ou admis ensuite comme Membres, à moins que la Loge ne devienne trop nombreuse. Même alors, il faut une Dispense du Grand-Maître ou de son Adjoint. Lorsqu'ils se sont ainsi séparés, ils doivent, soit se réunir aussitôt à telle autre Loge qu'ils le désirent, et avec le unanime de ses Membres (voir ce qui a été prescrit plus haut), ou bien obtenir une Patente du Grand-Maître pour se grouper et se réunir en une nouvelle Loge. Si quelque Groupe ou Nombre de Maçons prend l'initiative de former une Loge sans la Patente du Grand-Maître, les Loges régulières ne doivent pas le soutenir, ni considérer ces Maçons comme des bons Frères réunis régulièrement, ni approuver leurs Faits et Gestes; au contraire, elles doivent les traiter comme Rebelles jusqu'à ce qu'ils aient fait amende honorable ainsi qu'en décidera le Grand-Maître en sa Sagesse, et jusqu'à ce qu'il les ait approuvés par sa Patente: et cela doit être signifié aux autres Loges, comme il est de Coutume lorsqu'une nouvelle Loge doit être inscrite dans la Liste des Loges.

IX. Si quelque Frère se conduit mal au point de troubler sa Loge, il doit être dûment admonesté, à deux reprises, par le Vénérable ou les surveillants devant la Loge réunie. S'il n'amende point sa Folie et ne se soumet avec Obéissance au Conseil de ses Frères, s'il réitère ses Offenses à leur égard, alors il sera traité selon le Règlement Intérieur de cette Loge particulière, ou de toute autre façon qu'en décidera l'Assemblée Trimestrielle en sa grande Sagesse; et un Règlement nouveau en pourra être fait par la suite.

X. Quand la Loge particulière se réunit, la Majorité de ses Membres a le Privilège de donner au Vénérable et aux Surveillants des Instructions avant la réunion du Grand Chapitre (ou Loge), lors des trois Assemblées Trimestrielles mentionnées ci après, et aussi de la Grande Loge Annuelle. En effet, le Vénérable et les Surveillants sont les Représentants de la Loge, et à ce titre, ils sont supposés exprimer son Opinion.

XI. Toutes les Loges particulières doivent, autant que possible, observer les mêmes Usages, de la sorte, et pour cultiver la bonne Compréhension entre Francs‑Maçons, quelques Membres de chaque Loge seront chargés de visiter les autres Loges aussi souvent qu'on le jugera utile.

XII. La Grande Logeconsiste en la réunion des Vénérables et Surveillants de toutes les Loges particulières et régulières selon les Archives. Le GRAND‑MAITRE la préside, avec son Adjoint à sa Gauche, et les Grands Surveillants installés à leurs Places respec­tives. Elle doit tenir une ASSEMBLÉE TRIMESTRIELLE vers la Saint­ Michel, la Noël et l'Annonciation, en tout Endroit convenable et tel que le désignera le Grand Maître. Là, aucun Frère ne doit être présent s'il n'est Membre régulier, sauf Dispense; et s'il est autorisé à y assister, il n'aura pas le droit de Vote ni même celui de donner son Avis, sauf Autorisation accordée sur demande par la Grande Loge; à moins, toutefois, qu'il n'y soit dûment invité par ladite Loge. Toutes les Affaires doivent être décidées en Grande Loge par une Majorité des Votes (chaque Membre a une Voix, et le Grand ­Maître en a deux), à moins que ladite Loge laisse quelque point particulier à la Décision du Grand Maitre, et dans l'intérêt de l'Execution.

XIII. A ladite Assemblée Trimestrielle, tous les Problèmes concernant la Confrérie en général, ou les Loges particulières, ou les Frères isolés, doivent être discutés et résolus avec calme, posé­ment et mûrement. Là seulement les Apprentis peuvent être reçus Maîtres et Compagnons, sauf Dispense. Là aussi, tous Différends qui ne peuvent être discutés et réglés en privé, ni par une Loge particulière, doivent être examinés sérieusement, et résolus. Si quelque Frère s'estime lésé par la Décision de ce Tribunal, il peut se pourvoir en Appel devant la Grande Loge Annuelle qui suivra, et sur demande écrite adressée au Grand-Maître, ou à son Adjoint, ou aux Grands Surveillants. Là aussi, les Vénérables ou les Surveillants de toutes les Loges particulières doivent apporter et fournir une Liste des Membres qui ont été initiés ou même admis en leurs Loges particulières depuis l'Assemblée de la Grande Loge. Un Registre doit être tenu par le Grand Maître, ou son Adjoint, ou plutôt par quelque Frère que la Grande Loge désignera comme SECRÉTAIRE. En ce Registre seront inscrites toutes les Loges, avec leurs Heures et Lieux habi­tuels de Réunions, les Noms de tous les Membres de chaque Loge, et toutes les Affaires de la Grande Loge qu'on jugera convenable d'inscrire. On devra aussi étudier les Méthodes les plus sages et efficaces pour recueillir l'Argent qui doit être donné, et d'en disposer, qu'il soit remis pour la Bienfaisance ou pour le seul Secours aux loyaux Frères tombés dans la Pauvreté ou la Maladie mais à personne d'autre. Cependant, chaque Loge particulière disposera de ses propres Fonds de Bienfaisance à l'usage des Frères pauvres et selon son propre Règlement Intérieur; à moins que toutes les Loges ne se mettent d'accord (par un nouveau Règlement) pour remettre à la GRANDE‑LOGE, lors de son Assemblée Trimestrielle ou Annuelle, les Aumônes recueillies, afin de constituer ainsi un Fonds commun pour un meilleur Secours aux Frères pauvres. On doit nommer aussi un TRÉSORIER, un Frère de bonne Aisance mondaine, qui sera Membre de la Grande Loge en raison de son Office et devra être toujours présent; il aura Pouvoir de proposer quoi que ce soit à la Grande Loge, surtout en ce qui concerne son Office. Tout l'Argent recueilli devra lui être remis pour la Bienfaisance ou tout autre Usage de la Grande Loge, et il inscrira le tout en un Registre avec les Utilisations respectives à donner aux diverses Sommes. Il devra les dépenser ou débourser en vertu de certain Ordre signé, ainsi que la Grande Loge le prescrira par la suite en un nouveau Règlement. Toutefois, il ne pourra pas voter lors de la désignation d'un Grand Maître ou des Surveillants, mais il le pourra dans toute autre Transaction. De même, le Secré­taire sera Membre de la Grande Loge en raison de son Office, et pourra voter en toutes circonstances, sauf à l'élection d'un Grand­ Maître ou des Surveillants. Le Trésorier et le Secrétaire doivent avoir chacun un Employé qui doit être Frère et Compagnon, mais ne sera jamais Membre de la Grande Loge et ne pourra prendre la parole sans y être autorisé ou invité. Le Grand Maître, ou son Adjoint, doit toujours avoir à sa disposition Trésorier et Secrétaire, avec les Employés et Registres, de manière à voir comment vont les Affaires, et savoir ce qu'il est utile de faire en cas d'urgente Nécessité. Un autre Frère (qui doit être Compagnon) doit être mandaté pour surveiller la Porte de la Grande Loge; mais il n'en sera point Membre. Ces Offices pourront d'ailleurs être expliqués plus longuement dans un nouveau lorsque la Nécessité et l'opportunité en apparaîtront davantage que maintenant à la Confrérie.

XIV. Si, à toute GRANDE‑LOGE, régulière ou occasionnelle, trimestrielle ou annuelle, le Grand Maîtreet son Adjoint se trou­vaient absents tous deux, alors le plus ancien Franc‑Maçon présent, et Vénérable actuel d'une Loge, présidera comme Grand Maitre pro tempore, et sera investi à ce moment de tous Pouvoirs et Honneurs; à moins qu'aucun Frère ne soit présent qui n'ait été précédemment Grand-Maître ou Grand-Maître Adjoint. En effet, le précédent Grand-Maître, s'il est présent, ou encore l'ancien Adjoint, doivent toujours, et de Droit, remplacer le Grand Maitre actuel et son Adjoint.

 XV. A la GRANDE‑LOGE, personne ne peut agir comme Sur­veillant, sinon les Grands Surveillants eux mêmes s'ils sont présents. S'ils sont absents, le Grand-Maître, ou la Personne qui préside à sa place, doit ordonner à des Surveillants privés d'agir comme Grands Surveillants pro tempore; le rôle de ceux ci sera alors tenu par deux Compagnons de la même Loge désignés à cet effet ou envoyés là par le Vénérable particulier. Si ce dernier omettait de le faire, les Compagnons seront alors désignés par le Grand Maitre, de sorte que la Grande Loge puisse toujours être complétée.

XVI. Les GRANDS‑SURVEILLANTS, ou tous autres Frères, doivent d'abord renseigner l'Adjoint sur les Affaires de la Loge. ils ne doivent point faire appel au Grand-Maître sans le faire connaître à l'Adjoint, à moins que celui ci ne refuse d'intervenir en toute Affame nécessaire: en ce Cas, ou en Cas de Différend entre Adjoint et Grands Surveillants ou autres Frères, les deux Parties doivent aller en Accord devant le Grand-Maître, qui peut aisément trancher la Controverse et régler le Différend en raison de sa grande Autorité. Le Grand-Maître ne doit recevoir d'Avis relatif aux Affaires de la Maçonnerie que de son Adjoint d'abord, sauf en certains Cas tels qu'en peut très bien juger Son Honneur. Et si le Recours au Grand-Maître est irrégulier, il peut aisément ordonner aux Grands­ Surveillants, ou à tous autres Frères s'adressant à lui, de se rendre chez son Adjoint, qui doit assurer l'Expédition rapide des Affaires et les exposer avec Ordre devant Son Honneur.

XVII. Aucun Grand Maître, Grand Maître Adjoint, Grand­ Surveillant, Trésorier, Secrétaire, ou quiconque les remplace, fût ce à titre provisoire, ne peut être en même temps Vénérable ou ­Surveillant à une toge particulière. toutefois, aussitôt que l’un d’eux s'est honorablement acquitté de son Grand Office, il retourne à son Poste ou ses Fonctions dans sa Loge particulière, d'où il avait été appelé pour officier plus haut.

XVIII. Si le GRAND‑MAITRE ADJOINT est malade ou absent par nécessité, le Grand-Maître peut choisir tout Compagnon qu'il lui plaît comme Adjoint pro tempore Mais celui qui est choisi comme Adjoint à la Grande Loge (de même que pour les Grands Surveil­lants) ne pourra être libéré de ses Obligations sans que la Cause n'ait été honnêtement décidée par la Majorité de la Grande Loge. Et si le Grand Maître est gêné, il pourra réunir une GRANDE‑LOGE à l'effet de lui exposer la Cause et demander Aide et Concours; en ce cas, si la Majorité de la Grande Loge ne peut réconcilier le Maître et son Adjoint (ou ses Surveillants), elle doit autoriser le Maître à libérer son Adjoint (ou ses Surveillants), et à choisir aussi­tôt un autre Adjoint; et ladite Grande Loge doit désigner en ce cas d'autres Surveillants, de manière que l'Harmonie et la Paix soient préservées.

XIX. Si le Grand Maître abusait de son Pouvoir et se rendait indigne de l'obéissance et la Sujétion des Loges, il serait traité alors de la manière qui sera fixée par un nouveau Règlement: jus­qu'ici, en effet, (65) l'ancienne Confrérie n'a jamais eu l'occasion de le faire, parce que tous ses GRANDS‑MAÎTRES se sont toujours montrés dignes de cet honorable Office.

XX. Le Grand Maître, avec son Adjoint et ses Surveillants, doit (au moins une fois) se déplacer et visiter toutes les Loges de la Ville, durant sa Maîtrise.

XXI. Si le Grand Maîtrevient à décéder pendant sa Maitrise, ou s'il tombe malade, ou voyage au delà des Mers, ou soit, de toute autre façon, incapable d'assurer ses Fonctions, l'ADJOINT (ou, en son Absence, le Premier GRAND‑SURVEILLANT; ou, à défaut, le Second; ou encore, si besoin, tout groupe présent de trois Véné­rables de Loges) doit réunir immédiatement la GRANDE‑LOGE pour discuter ensemble de cette Nécessité. Elle enverra deux de ses Membres pour inviter le précédent GRAND‑MAITRE à reprendre son Office, ce qui lui revient maintenant; s'il refuse, on s'adressera à celui qui l'a précédé, et ainsi de suite; mais si aucun ancien Grand-Maître ne peut être trouvé, alors l'Adjoint agira comme Président jusqu'à ce qu'un remplaçant soit désigné; et s'il n'y a point d'Ad­joint, on prendra le Maître le plus ancien.l

XXII. Les Frèresde toutes les Loges de Londres, Westminster et environs, doivent se réunir en COMMUNICATION ANNUELLE et Fête, en quelque Lieu convenable, le Jour de Saint‑Jean Baptiste, ou le Jour de Saint Jean‑l'EVANGÉLISTE; la Grande Loge  déter­minera cela par un nouveau Règlement; comme elle s'est réunie les Années précédentes au Jour de la Saint Jean‑Baptiste; mais à condition: Que la Majorité des Vénérables et Surveillants, avec le Grand-Maître, son Adjoint et ses Surveillants, aient décidé, lors de leur Assemblée Trimestrielle, trois mois plus tôt, qu'il doit y avoir une Fête, et une Assemblée Générale de tous les Frères. Par contre, si le Grand-Maître ou la Majorité des Vénérables particuliers y sont opposés, on doit y renoncer pour cette Fois. Mais que la Fête pour tous les Frères ait été décidée ou non, la Grande Logedoit cependant se réunir annuellement en quelque Lieu convenable, le Jour de la SAINT‑JEAN. Si ce Jour est un Dimanche, alors on prendra le Jour suivant, de façon à choisir chaque Année un nouveau GRAND‑MAITRE, un Adjoint, et des Surveillants.

XXIII. Si on le juge opportun et que le GRAND‑MAITRE, avec la Majorité des Vénérables et Surveillants, sont d'accord pour organiser une GRANDE FÊTE selon l’ancienne et louable Coutume des Maçons, alors les Grands Surveillants seront chargés de préparer des Tickets portant le Sceau du Grand-Maître; ils en disposeront et recevront l'Argent des Tickets, et ils achèteront les Matériaux de la Fête. Il leur faudra trouver un Local commode et convenable

pour y festoyer. Ils seront enfin chargés de toutes autres choses concernant la Réception. Mais pour que les Travaux ne puissent être trop pénibles pour les deux Grands Surveillants, et pour que tous les Problèmes soient sûrement et rapidement traités, le Grand-Maître (ou son Adjoint) aura Pouvoir de nommer et désigner tel Nombre de Servants que Son Honneur jugera utile. Ceux ci agiront de concert avec les deux Grands Surveillants; toutes choses relatives à la Fête seront décidées entre eux à la Majorité des Voix, à moins que le Grand-Maître (ou son Adjoint) n'intervienne par une Décision ou un Ordre particuliers.

XXIV. Surveillants et Servantsdoivent, à tout moment, se tenir prêts à exécuter les Ordres et Directives du Grand-Maître ou de son Adjoint, pour tout ce qui concerne les Lieux. Si Son Honneur et l'Adjoint sont malades ou absents par Nécessité, les Surveillants Surveillants et Servants doivent inviter Vénérables et Surveillants à se réunir à l'effet de leur donner Ordres et Directives; mais ils peuvent aussi prendre toute l'Affaire sur eux mêmes, et agir pour le mieux. Les Grands Surveillants et les Servants doivent rendre compte de tout l'Argent qu'ils reçoivent ou dépensent, devant la Grande­ Loge, après le Dîner, ou lorsque celle ci jugera utile de leur demander des Comptes. Le Grand Maitrepeut, si cela lui plait, convoquer en temps voulu tous les Vénérables et Surveillants des Loges pour se concerter avec eux sur l'organisation d'une Grande Fête, et sur toute Urgence ou Eventualité s'y rapportant, et pour lesquelles il désire un Avis; mais il peut aussi prendre toute l'Affaire sur lui même.

XXV. Les Vénérables des Loges doivent désigner chacun un Compagnon discret et expérimenté, pour former un COMITÉ grou­pant un Membre de chaque Loge. Ce Comité doit se réunir pour recevoir dans une Pièce convenable chaque Personne munie d'un Ticket; il aura Pouvoir de la traiter de la façon qu'il jugea conve­nable, de manière à l'admettre, ou à l'exclure s'il y a un motif. L'essentiel est de ne chasser aucun Homme avant d'avoir fait la Connaissance de tous les Frères qui se trouvent à l'intérieur du Local. L'examen préalable évitera des Erreurs: aucun vrai Frère ne pourra être exclus, et aucun faux Frère (ou simple Imposteur) ne sera admis. Ce Comité devra se réunir de très bonne heure, le Jour de la Saint Jean, à l'Endroit convenu, et même avant que n'arrivent toutes Personnes munies de Tickets.

XXVI. Le GRAND‑MAITRE doit désigner deux (ou plus) Frères sûrscomme Portiers ou Concierges; ceux ci devront aussi arriver de bonne heure sur les Lieux, pour certaines bonnes Raisons; et ils se mettront aux Ordres du Comité.

XXVII. Les Grands Surveillants, ou les Servants, doivent désigner à l'avance tel Nombre de Frères qu'ils jugeront aptes et convenables pour servir à Table; si cela leur convient, ils pourront discuter avec les Vénérables et Surveillants des Loges à propos des Personnes les plus convenables, ou les accepter sur leur recom­mandation. Personne, en effet, ne doit servir en ce Jour là s'il n'est Maçon libre et Accepté; et ainsi, l'Assemblée demeure libre et harmonieuse.

XXVIII. Tous les Membres de la Grande Loge doivent être en place longtemps avant le Dîner, avec le Grand-Maître sortant, Son adjoint à leur tête ; et ils doivent s’organiser de manière : 1° A recevoir tous Appels dûment déposés, ainsi qu'il est prescrit plus haut, et de sorte que l'Appelant puisse être entendu et l'Affaire traitée à l'amiable avant Dîner, si possible. Mais si c'est impossible, l'Affaire doit alors être différée jusqu'après l'élection du nouveau Grand Maître; et si elle ne peut être résolue après Dîner, on pourra la remettre et la renvoyer à un Comité particulier, qui la réglera dans le calme et en fera un Compte Rendu à la prochaine Assemblée Trimestrielle. Ainsi, l'Amour Fraternel peut être préservé; 2° A prévenir tout Différend ou Ennui qu'on peut craindre de voir surgir en ce Jour: De la sorte, aucune Interruption ne peut être causée à l'Harmonie et au Plaisir de la GRANDE‑FÊTE.

3° A se consulter sur tout ce qui concerne la Décence et le Décorum de la Grande Assemblée, et prévenir l'indécence et les mauvaises Manières: l'Assemblée, en effet, est formée de gens indistinctement mêlés; 4° A recevoir et examiner toute bonne Motion ou tout Pro­blème d'extrême importance pouvant émaner des Loges parti­culières, et présentés par leurs Représentants, les divers Vénérables et Surveillants.

XXIX. Après la Discussion de ces Problèmes, le Grand-­Maître et son Adjoint, les Grands Surveillants, ou les Servants, le Secrétaire, le Trésorier, les Employés, et toute autre Personne, doivent se retirer, et laisser seuls les Vénérables et Surveillants des Loges particulières: ceux ci doivent en effet se consulter à l'amiable sur l’élection d’un NOUVEAU GRAND‑MAITRE, ou maintenir le présent, s'ils ne l'ont fait le Jour précédent. S'ils sont unanimes à maintenir le présent Grand Maitre, Son Honneur doit être appelé, et l'on doit lui demander humblement de faire à la Confrérie l'Honneur de la diriger pendant l'Année suivante. On saura après Dîner s'il accepte ou non: Car cela ne doit être révélé que par l'Election elle même.

XXX. Vénérables et Surveillants, et tous les Frères, peuvent alors discuter librement ou se grouper comme il leur convient, jusqu'au moment du Dîner, où chaque Frère prendra sa Place à la Table.

XXXI. Quelque temps après le Dîner, la GRANDE LOGE est constituée, non en Privé, mais en Présence de tous les Frères, même s'ils n'en sont point Membres; et ces derniers, en consé­quence, ne doivent prendre la Parole que s'ils y sont autorisés et invités.

XXXII. Si, au cours d'un entretien privé avec le Vénérable et les Surveillants, le Grand‑Maîtresortant a accepté de rester en fonctions durant l'année suivante, alors un Membre de la Grande­ Loge, mandaté à ce propos, doit exposer à tous les Frères la bonne Administration de Son HONNEUR; puis, se tournant vers lui, il doit, au Nom de la Grande Loge, le prier humblement (s'il est Noble) de faire à la CONFRÉRIE le grand Honneur (et s'il n'est point Noble, la grande Bonté) de continuer d'être son Grand Maître durant l'Année à venir. Lorsque Son Honneur aura indiqué Son Acceptation par un Salut ou une Allocution, comme il Lui plaira, ledit Membre délégué de la GRANDE‑LOGE le proclamera Grand Maître, et tous les Membres de la Loge devront le saluer dans les Formes. Alors, pendant quelques Minutes, tous les Frères auront Permission de déclarer leurs Satisfaction, Plaisir et Congratulations. XXXIII. Mais si le Vénérable et les Surveillants n'ont pas, en privé, ce Jour avant Dîner, ni le Jour précédent, prié le Grand-­Maître sortant de continuer sa Maîtrise durant une autre Année, ou si lui même, ainsi sollicité, n'a pas accepté, alors le GRAND­MAITRE sortant doit désigner un Successeur pour l'Année à venir. Si celui ci, présent, est approuvé unanimement par la Grande Loge, il doit être proclamé, salué et congratulé comme nouveau Grand-­Maître(comme il est indiqué plus haut), et immédiatement installé par le Grand Maître sortant, selon l'Usage.

XXXIV. Mais si cette Désignation n'est pas unanimement approuvée, le nouveau Grand Maître doit être immédiatement choisi au Scrutin. Tous les Vénérables et Surveillants écrivent leurs Noms, ainsi que le Grand Maître sortant; puis celui ci tire un Nom, et l'Homme dont le Nom est tiré le premier par le Grand­-Maître sortant, et que le Hasard aura ainsi désigné, sera le GRAND-­MAITRE pour l'Année à venir. S'il est présent, on doit le proclamer saluer et congratuler comme indiqué plus haut, et il doit être immédiatement installé, selon l'Usage, par le Grand Maître sortant.

XXXV. Le GRAND‑MAITRE sortant ainsi maintenu (ou le NouveauGRAND‑MAITRE ainsi installé) doit ensuite désigner et nommer son Grand Maître Adjoint, que ce soit le sortant ou un nouveau; et celui ci doit être aussi proclamé, salué et congratulé comme indiqué plus haut. Le Grand Maîtredoit aussi désigner les nouveaux GRANDS­SURVEILLANTS; et si ces derniers sont unanimement approuvés par la Grande Loge, on les doit proclamer, saluer et congratuler comme indiqué plus haut. Sinon, on doit les choisir au Scrutin, de même façon que pour le Grand Maître. De même, les Surveillants des Loges privées doivent être également choisis au Scrutin dans chaque Loge, si les Membres n'y sont pas d'accord sur la désigna­tion faite par le Vénérable.

XXXVI. Mais si le FRÈRE désigné comme son Successeur par le présent Grand Maître (ou éventuellement choisi au Scrutin par la Majorité de la Grande Loge) se trouve absent de la Grande Fête pour cause de Maladie ou d'Absence obligée, il ne peut être proclamé NOUVEAU GRAND‑MAITRE, à moins que le Grand-Maître sortant (ou un groupe de Vénérables et Surveillants de la Grande Loge) ne puisse garantir sur son Honneur de Frère que ladite Personne, ainsi désignée ou choisie, acceptera volontiers ledit Office. Dans ce cas, le Grand Maitre sortant devra agir comme son Délégué, et désigner en son Nom l'Adjoint et les Surveillants; c'est aussi en son Nom qu'il doit recevoir les Honneurs d'Usage, Hommage et Congratulations.

XXXVII. Le Grand Maitredoit alors autoriser quelque Frère (Compagnon ou Apprenti) à prendre la parole en une Allocution adressée à son Honneur, ou à présenter une Motion dans l'intérêt de la Confrérie. Cette Motion doit être, soit aussitôt examinée et conclue, soit renvoyée à l'Etude de la Grande Loge dès sa prochaine Assemblée, régulière ou extraordinaire.

XXXVIII. Le GRAND‑MAITRE ou son Adjoint, ou tout Frère désigné par lui, doit alors faire une Allocution à tous les Frères et leur donner de bons Conseils. Finalement, après quelques autres Transactions qu'on ne saurait écrire en aucun Langage, les Frères peuvent se retirer, ou demeurer plus longtemps, comme il leur plaît.

XXXIX. Chaque GRANDE‑LOGE Annuelle a l’Autorité et le Pouvoir inhérents de faire de nouveaux Règlements, ou de modifier les présents, dans le réel Intérêt de notre ancienne Fraternité: Mais cela, à condition que les anciennes Limites (“ LAND‑MARKs ”) soient toujours soigneusement respectées, et que toutes modifi­cations ou Réglementations nouvelles soient proposées et acceptées à la troisième Assemblée Trimestrielle précédant la Grande Fête Annuelle. Elles doivent aussi être proposées à l'Examen de tous les Frères avant le Dîner, même aux plus jeunes Apprentis, et par écrit. L'Approbation et le Consentement de la Majorité de tous les Frères présents sont absolument nécessaires pour rendre obli­gatoires ces Modifications, qui doivent être solennellement deman­dées après le Dîner, et après l'installation du nouveau Grand-Maître. C'est de cette manière que furent demandés et obtenus les présents RÈGLEMENTS lorsqu’ ils furent proposés par la GRANDE­ LOGE à environ 150 frères, le jour de la Saint Jean Baptiste, en I72I.

Partager cet article

Commenter cet article