Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

De la Croix

29 Avril 2012 , Rédigé par JM Ragon Publié dans #symbolisme

Les grades de Rose-Croix comprenant, dans les emblèmes de leurs formules religieuses, la découverte de la CROIX, la connaissance de son culte et l'apologie de ce signe divin, nous devons, avant d'aller plus loin, expliquer cet emblème.


 La CROIX est de toute antiquité et d'une antiquité inaccessible aux traditions [Note de l'auteur : Tandis qu'au milieu du dernier siècle, deux villes, grecques d'origine devenues romaines par la conquête, sortirent des cendres du Vésuve, pour présenter à l'Europe les détails les plus ignorés de la civilisation païenne et l'art délicat de la Grèce ; dans un autre hémisphère et par un hasard non moins heureux, deux villes aussi importantes que Pompeia et Herculanum, pour l'histoire des nations, puisqu'elles témoignent de l'antiquité d'un monde nouveau pour nous : Palenque, la ville du désert, et Mirla, la ville des morts, situées dans le Incalan, présentèrent aux regards de quelques voyageurs égarés les ruines de leurs édifices immenses, production d'un art original et entièrement inconnu, éparses sur une surface de plusieurs miles : celles de Palenque a dix-huit lieues d'étendue. Là, des temples, des palais, de vastes tombeaux ornés de tout luxe de la sculpture, vinrent témoigner de la puissance d'une nation dont les annalesnous manquent, et présenter, à la pensée, toute la civilisation d'un grand peuple.
Trente ans après la découverte de ce fait immense pour l'étude, le gouvernement espagnol prépara une exploration de ces villes, dont les ruines colossales offraient, dans les récits, quelque chose de fabuleux.
Dans les ruines de Palenque, les bas-reliefs fixés aux édifices et postérieurs à la sculpture des divinités, présentent plus d'intérêt, en raison de leur travail plus régulier et des détails qu'une meilleure exécution permet d'y reconnaître.
Les caractères anthropologiques des personnages offrent une race d'hommes chez lesquels l'angle facial est tellement aigu, qu'ils n'ont, pour ainsi dire, point de front. La similitude que présentent toutes ces figures doit y faire reconnaître un type national exprimé avec vérité. On peut se convaincre de ces faits importants sur le bas-relief au trait, dessiné dans le Recueil du Musée des familles, et, qui par sa composition complète, est un des morceaux les plus curieux. Il représente une homme et une femme faisant l'offrande de leur enfant à une divinité dont l'emblème est un oiseau posé sur la branche verticale d'une CROIX sculptée avec soin. Il est inutile de rapporter toutes les conjectures sur la présence d'une croix (non encore expliquée) au milieu de ce monument singulier. « Je dirai seulement, dit M. Albert Lenoir, à qui nous empruntons ce passage, que le nom de Palenque était ignoré jusqu'à la fin du siècle dernier (1800), qu'aucune des relations antérieures ne fait mention de ce nom, et que 330 lieues séparent les ruines de cette ville de la capitale de Montézuma, et, par conséquent, de l'habitation principale des conquérants chrétiens. »]
Elle était, chez les anciens, un symbolede la jonction cruciale que forme l'écliptique avec l'équateur aux points du ciel qui répondent d'un côté, entre les Poissons et le Bélier, et de l'autre, un centre de la Vierge ; voilà pourquoi la crux ansata ou le thau sacré des Egyptiens, en forme de croix ornée d'une anse, qu'on voit dans la sphère au-dessus de la fontaine jaillissante, est devenue la clef du Nil, le ciel la présentant sous cette forme. Elle est aussi devenue l'attribut d'Isis ou de la Vierge, puisque ce point traverse cette constellation ; ce qui a fait dire qu'isis ouvrait les écluses du Nil, et faisait refluer les eaux sur les plaines riveraines, lorsque le soleil couvrait de ses feux la constellation de la Vierge, après son repos solsticial (Albert Lenoir)


La CROIX, devenue un objet d'adoration, n'était, pour les initiés, qu'une image des équinoxes, lorsque le soleil, dans sa course annuelle, couvre successivement ces deux points. Cette figure céleste est donc, suivant qu'elle désigne le printemps ou l'automne, un symbole de vie ou de mort, de régénération ou de destruction : la croix devait donc appartenir à la légende qui a le soleilpour objet.
La croix des pammilies égyptiennes que portaient les prêtres aux fête d'osiris, comme le symbole du principe fécondant, était un triple phallus offert à la vénération des peuples. Il désignait aussi les trois éléments, terre, air, feu, regardés comme étant sortis de l'Eau, élément primitif qui aurait été l'origine des choses. Cette idée cosmologique était celle de l'auteur de la Genèse, puisque avant toutes choses il plaça l'existence de l'eau Ce ne fut qu'en 680 qu'il fut ordonné, par le sixième synode de Constantinople (canon 82), qu'à la place de cet ancien symbole, on représenterait un homme attaché à une croix [Note de l'auteur : Ce symbole automnal, image de la fin prochaine des choses, caractérise la religion triste du Christ. Sur la sphère, on voit, à cette époque, le Bootès (le bouvier), l'homme des constellations, figurer à côté de la jonction cruciale de l'écliptique avec l'équateur. Homme, en grec, se nomme Andros, qu'on a traduit par André, et au lieu de le laisser à côté, on l'a mis sur la croix qui a pris le nom de Croix de Saint-André. – Voilà pourquoi les Ecossais de Saint-André célèbrent leurs fêtes aux équinoxes au lieu des solstices dont ils renversent les colonnes, antiques symboles de ce deux points du ciel que le soleil, l'Hercule céleste, n'a jamais dépassés.
On a été surpris de voir que l'orateur d'un CONSEIL de Paris, à la fête équinoxiale d'hiver (le 30 novembre 1859), au lieu d'entretenir son auditoire de ce fait astronomique où le bootès, ayant à la main le rameau de l'automne, semble, en descendant les signes inférieurs, entraîner, séduire (seducere, mener avec soi) la Vierge, qui, dans cette descente, doit écraser la tête du serpent, emblème de l'hiver ; au lieu de ce tableau paradisiaque, exhuma des anciennes légendes, celle de Saint-André, patron de l'Ecosse, étranger à la maçonnerie. Il est vrai que la maçonnerie des Ecossais de Saint-André est une maçonnerie à part, qui a signalé sa dissemblance avec la véritable, par le renversement des colonnes solsticiales.
Une croix apparut, dans l'air, à Constantin, et il triompha ; ce prodige est ainsi expliqué par quelques auteurs : « Des légions romaines où le christianisme s'était propagé, séduites et commandées par leurs évêques, qui s'étaient entendus avec Constantin, arborèrent l'étendard de la croix, passèrent dans les rangs de cet heureux compétiteur, et causèrent les désastres de Maxence.]
; ce qui fut confirmé par le pape Adrien 1er, et les femmes substituèrent une croix au petit phallus d'or qu'elles portaient au cou.
C'est à l'époque de la résurrection annuelle de la nature que les chev:. rose-croix immolaient l'Agneaupascal, emblème qui représente le soleil printanier, lorsqu'à son passage dans le signe du Bélier, il devient symboliquement l'Agneauréparateur des malheurs du monde, c'est-à-dire qu'il vient effacer le mal introduit sur la terre pendant l'hiver.

Source www.boutiquefs.com

Partager cet article

Commenter cet article