Déclaration du 28 juillet 2012 des cinq Grandes Loges européeennes

Publié le par César

Mes frères,

Le 10 juin dernier, cinq GL européeennes prenaient acte de l’effondrement de la GLNF à laquelle elles retiraient leur reconnaissane, et produisaient « la déclaration de Bâle », invitant la « French regular Freemasonry » à se regrouper pour constituer un seul ensemble, sollicitant par la même occasion la GLdF pour y jouer un rôle majeur.

Or ces cinq mêmes GL viennent de produire une seconde Déclaration en date du 28 juillet 2012. Cette Déclaration, rédigée cette fois à Berlin, insiste à nouveau sur la chance historique pour la Franc-maçonnerie Française.

Elles soulignent à nouveau leur volonté d’apporter leur aide dans ce sens, sans mettre pour autant l’un ou l’autre des partenaires éventuels, plus en avant que d'autres.

Par ailleurs un des points sensibles de cette Déclaration, est qu'elle insiste sur le caractère contre-productif et les risques que font courrir certains en cherchant à créer des Districts favorisant des visées particulières et qui de fait n’ont pour effet que de fragmenter davantage.

La Déclaration du 28 juillet 2012, s’adressant alors à d’autres GL (ou autres entités maçonniques ?) que certains ne manqueront pas de reconnaître, elle devient une véritable mise en garde. Il n’est qu’à lire le paragraphe ci-dessous :

“Against this background, any attempt of foreign Grand Lodges to set up French districts of their own would be extremely unhelpful. It would be counterproductive as it can only mean further fragmentation and would impede a future reconstruction of regular Freemasonry in France.

Based on the erroneous concept that France is now an "open territory", such moves would be totally unacceptable as it would imply a violation of internationally accepted Masonic rules. In case these rules should indeed be so violated by a foreign Grand Lodge, the five undersigned Grand Lodges would not hesitate to take all necessary measures.”

Traduction (non certifiée, faite par le bar de la Marine) :

« Compte tenu des circonstances, toute tentative par des Grandes Loges étrangères, en vu d’établir divers Districts qui leur soient propre, serait extrêmement non constructif. Ce serait contre productif, n’ayant pour seul effet que d’accroître la framentation et d’handicaper la reconstruction future en France d’une Franc-maçonnerie régulière.

Reposant sur le concept erroné que la France est maintenant « un territoire ouvert », de telles tentatives seraient totalement inacceptables car elles signifieraient la violation de règles maçonnique internationalement reconnues. Pour le cas où ces règles viendraient effectivement à être violées par une Grande Loge étrangère, les cinq Grandes Loges signataires n’hésiteraient pas à prendre toutes les mesures nécessaires ».

Il est difficile d’être plus clair !!!

Sans être un grand devin des multiples sous-entendus de cette Déclaration, chacun peut voir que plusieurs projets sont visés, notamment celui d’Antares avec la Russie, qui se voit ainsi tué dans l’œuf.

Il est aussi tout à fait interessant de noter que l’une des cinq Grandes Loges signataires n’est autre que la Grande Loge d’Allemagne.

Compte tenu de la récente démarche « Phaleg » engagée par le GPRF pour emmener les Frères du RER vers l’Allemagne, c‘est à se demander si l’accord de la Grande Loge d’Allemagne a été sollicité, ou si tout ce montage a été fait dans son dos, et s’il va pouvoir subsister ?

Cela signifie aussi que tel ou tel groupe de Frères qui auraient voulu pratiquer les hauts grades de leur rite dans le cadre d'un éventuel District étranger sur le sol de la France, n'en trouvera pas.

Mais le point le plus important, concerne la « proposition » faite par les cinq GL de piloter un processus de négociation avec les obédiences françaises concernées afin de travailler de concert à cette reconstitution d’une maçonnerie régulière en France. Nous savons que des échanges ont déjà eu lieu avec certaines GL étrangères, ainsi la récente rencontre des GM et DGM de l'Alliance avec la GL d'Ecosse. Il est plus que probable que la GLdF et la GLTSO aient elles aussi eu des échanges avec telle ou telle GL.

Ainsi, cette Déclaration confirme plusieurs points essentiels : La maçonnerie régulière Française recomposée va renaître avec l’aide plus qu’active (pilotage de négociations à venir) de la Maçonnerie régulière européenne, mais de toute évidence, ce sera sans la GLNF.

Dans un peu plus d’un mois, avec l’officialisation (attendue mi septembre) de la décision de la GLUA du retrait de sa reconnaissance de la GLNF et l’engagement d’un processus piloté par les cinq GL européennes c’est véritablement une nouvelle ère qui s’ouvrira pour la maçonnerie régulière française.

Fraternellement,

César

 source : le-myosotis-paca.over-blog.com

Commenter cet article

Evangelistos 01/08/2012


Les cinq GL européennes, dont l’action est appuyée par de nombreuses Grandes Loges étrangères,  viennent de confirmer plusieurs points importants. 


Leur analyse de la situation en France est claire : quoi qu’il arrive dans les semaines qui viennent, la GLNF ne peut plus être considérée comme le réceptacle de la reconnaissance d’une
régularité traditionnelle. Il est trop tard et la position des GL ne changera plus à son égard. Plus personne ne croit qu’elle puisse, en raison des clans qui la déchireront encore pour
longtemps, retrouver la sérénité nécessaire. C’est pourquoi ceux qui prétendent par leur personnalité pouvoir inverser cette tendance, en dépit des multiples pertes de reconnaissance déjà votées
ou en cours, disent des contre vérités. 


Par ailleurs, les districts (type Phaleg en Allemagne, type Antarès en Russie ou ailleurs) sont considérés comme des éléments de dispersion de la FM régulière, au contraire de ce que prétendent
leurs promoteurs. Les cinq Grandes Loges signataires de cette déclaration, dont la Fédération des GL allemandes et la Hollande, s’opposent à la création de district sur le territoire français qui
n’est pas considéré comme libre.  Les Rites qui avaient envisagés d’aller dans cette voie vont devoir renoncer et se contenter de loges de Frères français sur le territoire national de la
Grande Loge étrangère qui les accueillerait. Les Frères voulant pratiquer les hauts grades n’auront donc pas à faire partie d’un district qui n’existera pas. 


Dans le même esprit les 5 Grandes Loges appellent au rassemblement des Frères en encourageant les petites obédiences et les loges isolées à s’associer pour construire une entité ou plusieurs
entités de taille significative. Dans ce cadre la GL AMF par son nombre de Frères et de Loges souveraines, sa pratique de différents Rites dans leur authenticité, et son organisation totalement
régulière, a vocation de les aider en leur tendant la main. 


Les problèmes de la GLNF ont détruit à l’extérieur l’image et la confiance envers une Franc maçonnerie française régulière qui se prétendait exemplaire. Il est maintenant  évident qu’il
faudra des mois et plus probablement des années pour qu’une ou plusieurs obédiences françaises soient reconnues par la Franc Maçonnerie internationale régulière. Personne ne veut revivre ce qui
vient de se passer. Quelques unes comme la GLdF, dont une partie des membres aspirent à la reconnaissance,  et la GL- AMF, dont l’organisation est issue d’un processus régulier, vont être
observées et étudiées pour déterminer si leurs pratiques sont conformes et leur volonté de respecter les critères de reconnaissance indiscutable.  


Ceci se fera dans le cadre d’échanges et de discussions qui ont déjà commencées avec de nombreuses Grandes Loges étrangères. Elles accompagneront utilement les contacts et les négociations qui
seront menées avec le Groupe des Cinq auteur des déclarations de Bâle et de Berlin dans les douze prochains mois.