Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

En Sof

30 Août 2012 , Rédigé par Franck Bailly Publié dans #Planches

En Sof est un concept si important, qu'il m'a semblé indispensable de le présenter dans un premier temps, en le resituant dans son contexte historique et mystique, en essayant d'aller aux sources de la tradition. En effet tant d'ouvrages traitant de la Cabbale sont sujets à caution: interprétations, explications, exégèses plus ou moins proches de la mystique juive, voire des ouvrages carrément fantaisistes ou incompréhensibles.

Le mot Cabbale vient de la langue hébraïque "qabbalah" qui enferme deux sens profonds

            - Le premier est TRADITION, car la Kabbale est le véhicule de la tradition ésotérique.

            - Le deuxième sens est ACCEPTATION, en référence à un passage du livre HaBahir

(textes fondamentaux de la Cabbale) où les mystiques sont dits "Acceptés devant Dieu".

Kabbalah c'est recevoir directement en contemplant sans intermédiaire. En hébreu, QIBEL est le verbe « recevoir » et QABEL se traduit par « en face de ... ». Il y a donc idée de « contemplation » associée à « réceptivité ». C'est dans ce rapport que KABBALAH prend tout son sens. C'est l'interprétation juive symbolique et ésotérique des texte de la bible et dont le livre classique est le Zohar ou livre des splendeurs, les deux autres livres essentiels étant Le Yetzirah ( le livre de la formation), et le Sépher habahir.

 

La Cabbale est un système métaphysique et mystique par lequel l'initié connaît Dieu et l'Univers. Cette connaissance a pour but de l'élever au-dessus des notions communes du monde profane, et de lui faire comprendre le sens mystérieux de la Création divine manifestée et révélée.

Les secrets cabalistiques sont immanents à l'Ecriture Sainte de la Torah, mais ne peuvent être saisies par le non initié qui prend les textes au sens littéral, au pied de la lettre.

L'ancien testament est un livre de Symboles. Ses récits sont le voile qui cache les révélations. La mission des cabalistes est de découvrir ce sens caché par des méthodes qui ont été transmises oralement pendant très longtemps.

Selon les différentes sources, plusieurs hypothèses sont à retenir sur l'origine de la Cabbale :

            - Une légende dit qu' Adam aurait reçu de l'ange Raziel un livre cabalistique. Ce livre aurait été transmis à Salomon, qui a l'aide de la Cabbale a acquis sa légendaire sagesse et sa puissance.

            - Dans un autre récit, le livre Yetzirah est attribué à Abraham. Mais en général, il est dit que c'est sur le Mont Sinaï que Moïse reçut la "Clef des Ecritures ". La tradition enseigne que Moïse « en face » de Dieu, « reçut ») les Lois :

            - La Loi Ecrite ou les dix "paroles" hébraïques, que nous appelons les dix nombres ou les dix commandements dans la culture Chrétienne. .

            - La Loi Orale, laquelle donne l'explication de la Création grâce à la kabbale transmise également à Moïse par Dieu, Cette explication se fait par les Vingt-deux lettres hébraÏques, et les dix nombres. " Ces paroles, dit Dieu, tu les transmettras, et celles-ci tu les cacheras" .

            - Au cinquième siècle avant Jésus-Christ, Esdras donne une interprétation symbolique de la Torah.            

            - d'autres sources prétendent que le rabbin Akiba ( 50 env - 135 ) écrivit le livre Yetzirah et son élève le rabbin Simon Bar Yohaï composa le Zohar. Ce livre est considéré comme le pilier de la sagesse cabalistique.

            - Cependant l'origine d'une doctrine cabalistique "formelle" pourrait être placée à des époques bien plus récente, époque gaonique (591 à 1038 après J.-C. ).

            - Mais en fait, le "mot" Cabbale n'apparaîtrait pas avant le 11ème siècle, et le livre du Zohar semble avoir été écrit au 13ème siècle, dans sa forme actuelle, par Moïse de Léon (1250-1305).

Quant au livre Yetzirah, la tradition et les historiens ne sont pas d'accord entre eux. Il semble être un assemblage de trois textes d'époques différentes : le livre tel qu'on le connaît est cité à partir du VI ème siècle après J.-C., et les premiers commentaires connus datent du Xème siècle.

Quoi qu'il en soit l'idée cabalistique de la construction de l'Univers à l'aide des nombres et des lettres viendraient s'intriquer à la même époque avec la philosophie grecque Pythagoricienne et Néopythagoricienne (-600 av J.C). Cabbale et Pythagoricisme, toutes deux sources de grands apports au Rite Ecossais Ancien et Accepté.

 

I - Le concept de En Sof, noyau des émanations divines.

"La plus haute connaissance est ce que l'on ne peut pas connaître, l'interrogation qui représente les bornes supérieures de la compréhension humaine : " Qui ? "-" Mi ?" C'est le deus absconditus que seules peuvent définir la négation et la négation de la négation..../...

C'est le dieu latent ne pouvant être conçu avec des termes terrestres. Le plus souvent un terme négatif le désigne, En Sof, "sans fin", c'est-à-dire Infini mais en quelque manière Non-être, En—non pas absence totale d'être mais potentiel non manifesté, Ce En qui se révélera en Ani (qui signifie " Je" ).

L'En Sof est Dieu pensé par Dieu. Tous les autres Noms désignent Dieu pensé par l'homme et se rapportent donc à l'Eternel qui s'est manifesté en créant, s'est révélé à Moïse sur le Sinaï, et a donné sa Loi au peuple d'Israël. Elohim n'est pas une hypostase de l'En Sof, mais la limite au niveau de laquelle l'homme peut concevoir Dieu — qui en réalité ne descend jamais jusqu'à notre ignorance, et qui se tient toujours au-dessus de la Sagesse elle-même.

Il existe donc deux mondes divins qui en réalité ne font qu'un, unis comme le charbon et sa flamme. Le premier, inintelligible et au-dessus de tout connaître, ne peut être imaginé qu'à travers un mot: En Sof. Le second par lequel il est possible d'approcher une compréhension de Dieu est le monde des Séphirotes. " Rabbi Siméon Bar Yochaï.

Que dire après une telle concision pour l'essentiel !

 

La Cabbale, conceptualise l'Arbre de vie (ou Séphirotique) pour comprendre les différents flux qui régissent les rapports harmonieux de l'homme avec son être intérieur et intime comme avec l'univers et Dieu.

Cet arbre commence à l'occident avec MalKuth pour se diriger vers l'Orient : Kether. Kether n'est pas la première des premières, la cause des causes. Si elle est première, elle a donc un début et une fin. Kether est ce qui se rapproche le plus de hvhy, l'insondable, l'ineffable.

Il est en effet constitué de 10 Séphirotes : Malkuth, Yessod, Hod, Netsah, Tipheret, Gevourah, Chésed, Binah, Hochmah, Kether . La première triade, ou triade psychique est constituée de Kether ( la tête), Hochmah (l'intelligence ) et Binah ( la sagesse), et le juste est le fondement des mondes:

            - ATSILOUTH (monde d'émanation),

            - BERIAH ( monde de création),

            - YETZIRAH (monde de formation),

            - ASSIAH ( monde d'action, stade final du processus créateur),

Il est sa force cosmique. Au-delà de l'arbre séphirotique, après Kether se trouve En Sof qui est l'incompréhensible, l'infini divinité, dont émanent les dix séphirotes.

Les dix séphirotes sont contenues dans l'Adam Kadmon qui est l'homme primordial.

Alors que Dion Fortune et Z'ev ben shimon halévi décompose En soph en trois termes : En, En Sof, En Sof Aur, on ne trouve qu'un terme, celui de En Sof, employé par Papus et Virya. Le mot En Sof est donc employé communément par ces derniers pour les trois termes : En, En Sof et En Sof Aur.

Ainsi En Sof fait partie de ce que l'on appelle les trois voiles de l'existence négative : les trois mondes de la non-manifestation.

            - En Sof Aur : la lumière sans limite, juste après Kether

            - En Sof : l'illimité ou l'incompréhensible.

            - En ou la négation, cela désigne l'être ou l'existence d'une nature qui échappe à notre pensée.

Les trois voiles de l'existence négative se trouvent à l'arrière-plan de Kether puisque l'origine des choses est inaccessible en terme humain.

 

En Arabe le voile se dit « hijab », ce qui se traduit par "ce qui sépare deux choses."

Il signifie donc, selon qu'on le met ou qu'on l'enlève: la connaissance cachée ou révélée.

C'est un rideau interposé entre le chercheur et son objet. Le symbole du voile permet de concevoir ce qui dépasse la pensée. Le voile est un truchement ne cachant qu'a demi, il invite à connaître ... Eveillant la curiosité du cherchant.

Un voile peut se déchirer mais surtout il peut être ouvert à un endroit pour les uns et à un autre endroit pour d'autres (Cf. Pythagore).

J'utiliserai donc le terme En Sof comme celui regroupant les trois termes suscités.

En Sof est le sans fin. C'est le terme que j'emploie pour conceptualiser Dieu incogniscible.

Au-delà de En Sof est Dieu absolument indéfinissable.

En Sof est l'existence indéfinie, pensée pure, illimitée.

En Sof est également le non être, donc Di hvhyeu que l'on ne peut nommer.

En Sof est l'Un ou tout a son origine, ou tout a son existence, et vers quoi tout retourne.

En Sof est l'unité inséparée de l'existence et de la non-existence, du non manifesté en potentialité de se manifester (le manifesté commençant par Kéther). L'homme ne peut comprendre En Sof que par sa manifestation extérieure, ou splendeur que sont les séphirotes, à référer au terme " ZIZA"[ divulgué au 4ème degré. Dans les dix séphirotes sont aussi le rayonnement des dix noms de Dieu. Et Dieu est au delà de En Sof. AZRIEZ de Gerone dit que le En Sof est sans limite, et que rien n'existe hormis lui, et qu'il est au-dessus de tout. Il est la parfaite Unité indifférenciée et absolue. Les Séphirotes sont conçues pour représenter l'Unité divine dans les différents attributs et fonctionnant en parfaite imbrication et harmonie pour l'équilibre cosmique et l'équilibre de l'homme.

 

II- En sof et le REAA

 

La Franc-maçonnerie, est une voie initiatique qui procède à la progression de soi. Cet accès se fait grâce à une quête de la Connaissance, symboliquement représenté au REAA par la parole perdue, communiquée au 13ème degré, h v h y, considéré comme «LA CONCEPTION SUPREME», l’initié est au centre de l’IDEE.

Cet accès à la Connaissance nous rapproche peu à peu du "Principe unique" et Il y a pour moi une continuité logique de progression entre ce qui se passe dans le cabinet de réflexion et la 11ème porte qui s’ouvre par la parole « EN SOF».

Rappelons-nous que de l'épreuve du cabinet de réflexion, l’herméneutique de la mort du 3ème degré, à l' éveil pour l’intelligence et pour la compréhension de l’existence intimement vécue de la vie spirituelle qui va être développée au cours des degrés suivants du 4ème au 14ème, Le franc Maçon est toujours sorti vainqueur de ses Epreuves.

La rupture

Au 13ème degré, il y a rupture. Le Maçon est pour la première fois confronté à une épreuve qu'il ne peut surmonter. Il échoue, malgré les encouragements et mises en garde de ses compagnons:

«Il est temps pour vous de recevoir le DERNIER ENSEIGNEMENT, qui fera de vous des INITIES COMPLETS(...) la CONCEPTION SUPREME, la voilà! VOUS ETES AU CENTRE DE L’IDEE.»

Après de telles paroles de promesses d’aboutissement, comment ne pas se réjouir d’avoir enfin atteint le but ultime pour ses cherchants: «en sof» un vent violent, souffle divin...La porte s'ouvre et ils sont dans la plus grande des terreurs, ils sont incapables de comprendre ce qui se passe. Ils sont stupéfiés. Je pense que là, il est signifié pour le maçon au 13ème degré qu'il y a une limite dans sa démarche, et peut-être que cette limite, vient se référer à l'acquisition de nouvelles connaissances, de nouveaux savoirs de nouveaux secrets etc... Dans les loges de perfections, contrairement à ce qui se passe dans les loges bleues, on ne parle plus d'amour, on ne parle plus de fraternité.

Je pense que la rupture se fait à ce niveau là. C'est à dire que je crois qu'on ne peut pas aller plus loin, dans ce domaine, à ce moment là de la progression initiatique, uniquement si on s'intéresse à la connaissance. Je crois nécessaire alors d’en revenir à l'Amour et à la Fraternité. C'est le message essentiel du 13 ème degré. A quoi pourrait servir d’acquérir toutes ces connaissances, pour tenter de se rapprocher du principe, s’il n’existe pas d’Amour. La création primordiale est un acte d’amour, la démarche maçonnique se doit d’être un acte d’Amour. C’est le sacrifice de son Ego, au profit de l’Amour de son prochain, dans le but ultime de se préparer, de préparer l’humanité à ne parler qu’une seule langue, celle de l’amour, seul complément de la Connaissance pour participer effectivement au divin.

Je ne peux pas aller plus loin dans cette voie là, il faut que j'appréhende autre chose, et ce que je dois appréhender à mon avis c'est l'amour divin. C'est l'amour de Dieu et c'est l'amour de mon frère.

 

Source : http://www.franckbailly.fr/deh/www/Documents/planches/13/ensof/ensoph.htm



 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article