Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

En Vérité, en Vérité, je vous dis de toi, Franc-Maçonnerie, je suis épris

5 Janvier 2013 , Rédigé par Frère Jacques Publié dans #Poèmes

Si j'ai pu évoquer certains Frères qui la composent.

Ils n'existent fort heureusement qu'à petites doses.

J'ai pu vous paraître incisif, un peu espiègle,

Parlant de ces hommes qui n'appliquent pas la règle.

 

Mais à quoi bon avoir des propos flatteurs

Envers des Frères que je qualifie de tricheurs

Sans être grand prophète, ils nous quitteront

N'ayant rien compris, ils seront déçus d'être Maçons.

 

Notre Ordre est avant tout philosophique,

Délivré du profane qui se veut tyrannique

On se doit de respecter les règlements

Sans pour autant oublier les sentiments.

 

Tout ce qui est bien vient du cœur,

Dit le renard à son petit Prince

Je crois que c'est la clef du bonheur:

Réfléchissez, la formule n'est pas mince.

 

Dans la vie tout n'est pas morose;

L'amour, la fraternité sont de belles choses.

Tout n'est jamais complètement noir,

En toute circonstance, il faut garder espoir.

 

Quelle est la bonne recette pour être Maçon?

Que faut-il faire pour être au diapason?

Qui peut se targuer d'avoir la formule

Qui fera des grands, des émules ?

 

Que l'on soit nombreux, là n'est pas le contexte.

A un moment donné, on est seul avec son texte.

 

Faut-il une éducation par un vrai gourou ?

Réussir tout seul à cogiter dans son trou ?

Ceux qui expriment de grandes idées,

Sont-ils eux-mêmes des gens parfaits ?

 

Initiations à travers un groupe, certes oui.

Essayer de répondre à des questions, oui.

Le renard dit que l'essentiel est invisible

Ce tout n'est-il pas déjà intraduisible ?  

 

Force de constater que la recherche est individuelle

Qu’elle se pratique à toutes les échelles

Que celui à qui l’ont est censé donner des leçons,

A parfois plus que vous bon sens et raison.

 

Initié, qu’est ce que cela veut vouloir dire,

Puisque l’étymologie du mot est : commencement de

Que l’on soit au zénith ou au nadir

Ne sommes-nous point persuadés d’en savoir plus ?

 

Ce qui convient à l’un peut déplaire à l’autre,

C’est pourquoi on peut toujours commettre une faute,

Il est malgré tout rare que les nouveaux sur la piste

Soient initiés et …… supérieurs à de vieux artiste

 

Les degrés de compréhension ne sont pas égaux

Certains comprennent vite, d’autres pas assez tôt.

Pourquoi ne pas tenir compte des motivations,

Qui peuvent se modifier après l’initiation ?

 

Liberté, liberté de pensée, liberté d’évoluer

En tous endroits avec des frères différents.

Voies tracées pour tous nos ateliers

Afin de convenir au mieux à nos tempéraments.

 

A quoi cela sert de se gargariser que l’on est meilleur,

En toute franchise, pourquoi le dirait-on ?

C’est à la Loge de le prouver, de tenir cette gageure,

D’essayer, par l’exemple, d’en faire des Maçons.

 

Pourquoi le nier ? Souvent c eux qui donnent des leçons

Seraient bien plus avisés d’en prendre pour de bon.

Les plus brillants orateurs ne sont pas toujours les plus solides,

Et certains cachent des ambitions, des idées perfides.

 

J’ai trop vécu, pris de coups, et trop d’expérience

Pour ne pas savoir qu’à l’intérieur des obédiences,

Parfois les plus beaux serments ne sont qu’indifférence.

Pour s’en rendre compte, il faut du temps, de la science.

 

Essayons de ne pas nous prendre trop au sérieux,

C’est la meilleure façon de ne pas devenir vieux.

Eternels débats où chaque Ordre veut inculquer

 Avec force raisons qu’il détient la vérité

 

Il serait plus sage de ne pas se voiler la face:

Que les profanes, même les plus sagaces,

Font leur demande parce qu'ils ont un ami,

Qu'ils connaissent très peu la Franc-maçonnerie.

 

N'est-il pas plus raisonnable qu'il en soit ainsi?

Sinon, à quoi bon servirait la période d'apprenti ?

Il veut venir parce que son ami rayonne,

Qu'il croit en lui, que ses théories sont bonnes.

 

Votre serviteur a émis des tas d'idées en vrac,

Peut-être est-ce là le privilège des Jacques.

Ce que je puis vous dire, ce dont je suis certain,

Même si je devenais alchimiste ou devin:

 

MAAT me guette peut-être pour demain

Car nul n'est maître de son destin.

Jusqu'à la cérémonie de la pesée des âmes,

J'aurai essayé de communiquer ma flamme.

 

En cultivant la forme active du verbe aimer,

En respectant toutes les formes de pensée,

Persuadé de n'être pas seul à détenir la vérité

D'avoir à tout moment pratiqué la Fraternité.

 

Oui, je dis cela sans forfanterie

C'est pourquoi je déteste la mesquinerie

Qu'à titre de testament philosophique,

Chacun se mette en cause, se critique,

Afin d'avoir beaucoup d'indulgence

Pour tous ceux qui donnent de leur présence.

 

Quand le Grand Architecte me donnera rendez-vous

Qu’il puisse me dire: "Tu as été fou, fou,

Mais comme ta bonté est extrême,

Viens près de moi, André, ... je te nomme Cent Cinquantième!

 

Si cette modeste planche a éveillé quelques consciences,

Ce sera pour moi la plus belle récompense.

 

J'ai dit.

Partager cet article

Commenter cet article