Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Étude au 13e degré dit de Royal Arche

30 Août 2012 , Rédigé par X Publié dans #Rites et rituels

Nous voici arrivé au 13e degré du Royal Arche, c’est le degré central de la 4e classe destinée à la formation des maîtres. Cette classe nous fait participer au thème central du « NOM INEFFABLE »
Il est appelé aussi la royale arche d’Enoch, ou la royale arche de Salomon ou royale arche écossaise.

Sa signification
Il y a là associé un adjectif anglais (Royal) et un substantif féminin français (Arche). Il faudrait à mon sens prononcer à l’anglaise l’adjectif et arche selon la prononciation française.
En adoptant cette dénomination, du titre anglais de Royal Arch ou Royal Arche sous une forme anglo française on semble donner au titre de ce 13e degré un SENS CRYPTIQUE c'est-à-dire caché, ce qui le rattache de façon subjective à la symbolique de la CRYPTE qui est d’ailleurs le LIEU INITIATIQUE du 13e degré.
Le titre de ce grade ne désigne pas une FONCTION comme celle de Secrétaire intime, de grand maître architecte, d’élu des neuf, etc. C’est le seul titre depuis celui d’apprenti qui ne désigne pas une fonction, à exercer dans le monde, dans le temple universel, fonction ayant un rapport plus ou moins direct avec la construction du temple.
Ce titre de Royal Arche me semble être l’ESSENCE de ce que nous sommes, c'est-à-dire le Lieu, l’Arche, le Coffre où l’Innommable, l’Incommunicable est à jamais enfermé.
Chacun de nous est le lieu même du MYSTERE le plus profond, dont le nom ne peut ni ne doit être prononcé, s’il l’était, le mystère ne serait plus.
Chacun de nous serait donc l’Arche cachée dans la Crypte du temple universel, ce lieu le plus secret du temple de l’Univers. Chacun de nous est l’arche sacrée du mystère. C’est en nous qu’est le lieu même du secret.
Ce titre de « Royal Arch » est le plus empreint d’ésotérisme que certaines autres dénominations du même grade comme la royale Arche d’Enoch ou la royale Arche de Salomon.

L’article défini – la - et le complément du nom à valeur possessive, précisent, spécifient l’arche comme la « chose » d’Enoch ou de Salomon. Ces dénominateurs font de l’arche un objet de légende. Par ces dénominations trop spécifiques s’estompe à mon avis le sens initiatique profond, laissant l’arche trop attachée à une figure légendaire. Tandis que le titre de « Royale Arch » nous
situe au coeur même du symbole initiatique.

Par ailleurs si on se réfère au livre de Raoul BERTEAUX : la Symbolique de la Loge de Perfection, Salomon, raconte la légende d’Enoch a institué l’ordre de Royal Arche. Et le mémento des grades de perfection d’Edmond GLOTON désigne les FF par leur qualité de CHEVALIER de Royal Arche.
Ce 13e degré serait donc le premier degré de CHEVALERIE. Il assure le lien avec les grades à venir. Et c’est peut être aussi en cela que le 13e degré est le degré le plus important de la 4e classe des grades. Il est le grade compris entre le 12e grade de consécration des maîtres et le 14e grade de consécration des Elus

En quelques mots pour rappeler l’IDEAL de la CHEVALERIE qui se résume en un accord de loyauté absolue envers des croyances et des engagements auxquels toute la vie est soumise. Il appartient à la classe des guerriers par opposition à la classe sacerdotale et toute la symbolique du chevalier s’inscrit dans un complexe de combat et dans une intention de spiritualiser le combat. Il lutte contre la force du mal y compris les institutions de la société lorsqu’elles lui paraissent violer ses exigences intérieures (cf. le dictionnaire des symboles).

La décoration du temple
1 – selon le mémento des grades de perfection d’Edmond GLOTON Le collège ou loge royale, se tient dans un lieu voûté, souterrain, sans portes ni fenêtres, il est tendu de blanc.
On s’y introduit par une trappe placée au sommet de la voûte, laquelle est peinte en blanc. Cette voûte est supportée par neuf arches portant les noms des neuf premiers architectes qui sont :
JOD : le Principe, la Cause première
JHAO : Qui est vivant
JAH : Dieu fort
EHEIAH : Qui sera
ELIAH : Dieu très haut
JAHEB : Qui fait grâce
ADONAI : Le Seigneur
EL HHANAN : Dieu Compatissant
JOBEL : Qui pardonne
Ce sont tous des noms de dieu

La loge royale est éclairée par neuf lumières
􀀹
huit flambeaux formant un octogone au centre du temple
􀀹
un flambeau à mi chemin de l’orient et de l’autel La loge royale ou collège comporte cinq officiers :
􀀹
le trois fois puissant Grand Maître représente Salomon, est placé à l’est,
􀀹
le second officier représente HIRAM roi de Tyr, il se place prés de Salomon du coté sud, c'est-à-dire à sa gauche,
􀀹
le troisième officier représente JABULUM c’est le grand trésorier. Ce nom dont on ne connaît pas la signification, nous dit VUILLAUME, pourrait dériver de JOBEL le 9e architecte…ce qui prendrait du sens.
􀀹
le quatrième officier représentant STOLKIN est le grand inspecteur, il se place à l’occident,
􀀹 le cinquième officier représentant JOHABEN est le grand secrétaire, il est placé au sud.

Approche symbolique de la trappe et des neuf lumières
Nous sommes donc dans une CAVITE SOUTERRAINE sans porte ni fenêtre. Rien ne peut l’éclairer qui viendrait de l’extérieur aucune lumière exotérique pourrons nous dire. La lumière ne peut venir que de l’intérieur, c’est là qu’est le LIEU de la VRAIE LUMIERE.
La seule entrée est une TRAPPE, placée au sommet de la voûte, c'est-à-dire une porte horizontale par laquelle on peut descendre à l’intérieur.
Le trappe sépare ce qui est en haut, de ce qui est en bas. Mais le bas symbolise ici le Monde des Profondeurs, le Monde de la Connaissance, alors que le haut symbolise le Monde des Apparences, le Monde de la non-connaissance.
Faut il rappeler que le mot trappe désigne aussi un ordre religieux celui des trappistes qui quittent le monde - celui des apparences disions nous - et se retirent à la Trappe pour aller dans le Monde de l’Approfondissement.
A ce propos et cela pour ajouter un petit sourire, je citerai Chateaubriand qui nous écrit dans la vie de Rancé : « La Maison-Dieu s’appelle aujourd’hui la Trappe : Trappe dans le patois du Perche signifie degré,…Notre Dame de le Trappe veut donc dire Notre Dame des Degrés »
Est-ce que nous ne méditons pas sur l’un des degrés du REAA, le 13e, ainsi que sur le mot Trappe.
Nous aurions pu faire passer le mot trappe à la trappe comme on dit, en n’y portant pas attention, mais il m’a semblé que ce petit élément presque insignifiant pouvant passer inaperçu dans l’approche de notre légende initiatique jouait un rôle non négligeable.

Les neuf lumières qui éclairent la loge royale sont disposées comme je l’ai dit plus haut :
􀀹
huit flambeaux forment un Octogone
􀀹
un flambeau est disposé à mi chemin de l’orient et de l’autel. Nous touchons ici à la symbolique des nombres 8 et 9 ainsi qu’à celle de la figure géométrique de l’octogone.
Le nombre 9 est le dernier des chiffres. D’une manière générale et dans de très nombreuses
traditions et mythes, il est « la mesure des gestations, des recherches fructueuses et symbolise le
couronnement des efforts, l’achèvement d’une création «
Le nombre 9 étant le dernier de la série des chiffres, il annonce à la fois une fin et un commencement, c'est-à-dire une transposition sur un autre plan. Il est le dernier des nombres de l’univers manifesté, il ouvre la voie des transmutations.
Mais ici le passage au nombre 9 est symboliquement présenté par 8 plus un légèrement détaché à mi chemin de l’orient et de l’autel. Cette symbolique nous indique que nous sommes ici sur la voie de l’achèvement d’une gestation l’achèvement d’une création. Peut être la nôtre ? Que nous sommes sur la voie du couronnement de nos efforts et de nos recherches. Quant au nombre 8, il est symbolisé par un octogone. Dans la symbolique chrétienne la forme octogonale symbolise la résurrection ce qui fait que les fonds baptismaux ont souvent une forme octogonale ou s’élèvent sur une rotonde comprenant huit piliers.
Les huit piliers de lumières disposés selon une forme octogonale ne signifient ils pas de façon analogique aux fonts baptismaux, qu’il s’agit pour nous non pas d’une résurrection mais d’une transmutation du plan de la matière au plan de l’esprit, du plan de la vie matérielle au plan de la vie spirituelle. Car l’octogone a une valeur de médiation entre le carré (la terre) et le cercle (le
ciel). Il est dans un rapport avec le monde intermédiaire entre la terre et le ciel. Ne met il pas sur la voie de l’inaccessible quadrature du cercle qui symbolise l’effort de l’homme pour transformer sa propre substance en substance divine c'est-à-dire à se purifier, se perfectionner, à découvrir et mettre en oeuvre sa propre transcendance ?

La base légendaire du rite d’initiation au 13e degré

Il est deux récits liés analogiquement. Le premier récit repose sur la vision d’Enoch. Il serait trop long de le résumer et ce n’est pas le récit dont s’inspire notre rituel. En effet notre rituel est basé sur la kabbale.
Nous allons ensemble relire ce récit afin de nous remémorer notre initiation au 13e degré. Mais il faudrait aborder aussi la symbolique des portes à laquelle le nom d’un sefiroth est attaché.
Nous ne pouvons aujourd’hui que les rappeler. « Longtemps après Salomon, trois voyageurs arrivèrent, au pas lent de leur chameau, à
Jérusalem transformée en désert. Les voyageurs étaient des mages, en pélèrinage. Ils découvrirent une excavation située à l'angle Sud Est des ruines du temple. Un objet brillait dans le fonds du puits. Ils attachèrent leurs ceintures bout à bout. Le chef du groupe descendit, soutenu par les deux autres. »
Pour comprendre la nature de l'objet trouvé, il faut se reporter plusieurs siècles en arrière. Hiram Abi ayant reçu le deuxième coup, et prévoyant le troisième, avait jeté son bijou dans le puits. Ce bijou du métal le plus pur avait la forme d'un delta d'une palme de côté; il était suspendu par une chaîne comportant 77 anneaux; l'avers portait le Nom Ineffable; le revers était lisse.
En descendant dans la profondeur du puits, le mage constata que la paroi était divisée en 10 zones annulaires, faites de pierres de couleurs différentes. Il ramassa le bijou et constata qu'il portait le Nom Ineffable : il était un initié. Il découvrit une ouverture par laquelle il pénétra et, dans l'obscurité, toucha une paroi qui lui paraissait être une porte de bronze. Il remonta avec l'aide de ses
compagnons.
Les trois retournèrent au puits. Ils placèrent une extrémité de leurs ceintures nouées bout à bout sur une pierre plate, sur laquelle on lisait encore le mot « Jakin » et firent rouler dessus un fût de colonne où l'on voyait le mot « Boaz ». Chacun se laissa glisser au fond du puits, muni d'une torche.
Ils arrivèrent devant une porte de bronze. Le mage découvrit un ornement en relief, entouré d'un cercle composé de 22 points; il prononça le mot Malkuth; la porte s'ouvrit. Ils descendirent un escalier de 3 marches, puis arrivèrent à un palier triangulaire; tournant à gauche, ils empruntèrent un escalier de 5 marches conduisant à un palier triangulaire; tournant à droite, ils empruntèrent un
escalier de 7 marches et finalement un escalier de 9 marches.
Ils se trouvèrent devant une porte de bronze portant un décor figurant une pierre d'angle. Le mage prononça le mot Iesod ; la porte s'ouvrit, ouvrant le passage vers une salle voûtée. Une nouvelle porte de bronze fermait le fond de la salle voûtée. Ils découvrirent successivement 10 portes, portant chacune un décor; chacune des portes S'ouvrit dès que le mage prononça le mot correct.
Voici les ornements successifs des portes : un cercle de 22 points, une pierre d'angle, un soleil rayonnant, une tête de lion, une lune resplendissante, une règle, une courbe gracieuse, un oeil, un rouleau de la Loi et une couronne royale.
Voici quels étaient les « Mots » correspondants. Malkuth, lesod, Hod, Nizah, Tiphereth, Pechad, Khesed, Biznah, Chochmah, Kether.
La 9e Voûte était brillamment éclairée/par 3 lampadaires d'une hauteur de 11 coudées, portant chacun 3 branches, dont chacune supportait 3 lampes. Les pèlerins éteignirent leurs torches et, après s'être déchaussés, s'avancèrent devant les lampadaires, en s'inclinant 9 fois.

Ils découvrirent un autel cubique, de marbre blanc, de 2 coudées de côté, situé à la base du triangle formé par les 3 lampadaires.
Les objets suivants étaient représentés sur les faces de l'autel cubique.
􀀹
Face avant : règle, compas, équerre, niveau, truelle, maillet.
􀀹
Face latérale gauche : triangle, carré, étoile flamboyante, cube.
􀀹
Face latérale droite : Les nombres 27, 48, 343, 729, 1332, 2197.
􀀹
Face arrière : l'acacia symbolique.
􀀹
Sur l'autel : une pierre d'agate de 3 palmes de côté, portant le mot Adonaï.
Les deux disciples lurent ce nom; après quoi le mage leur déclara : « Il est temps pour vous de recevoir le dernier enseignement qui fera de vous des Initiés complets. Ce nom n'est qu'un vain symbole qui n'exprime pas réellement l'idée de la Conception Suprême ». Il prit la pierre d'agate à deux mains et la retourna, disant à ses disciples : « Regardez. La Conception Suprême, la voilà. Vous êtes au Centre de l'Idée ». Les disciples épelèrent les lettres : Iod, He, Vau, He. Ils ouvrirent la bouche pour prononcer le mot, mais le mage leur cria - « Silence. C'est le Mot Ineffable qui ne doit sortir d'aucune lèvre ». Il retourna ensuite la plaque triangulaire du bijou de Hiram Abi. Ensuite il expliqua que la pierre fut placée non par Salomon, mais par Enoch, le premier de tous les initiés, l'Initié-Initiant, qui ne mourut point et qui survit dans ses fils spirituels. Enoch vécut longtemps avant Salomon. On ne sait à quelle époque furent bâties les 8 premières Voûtes et la 9e creusée dans le roc.
La 9e salle voûtée comportait une onzième porte. Les disciples demandèrent au mage de l'ouvrir. Ils essuyèrent un refus et se rebellèrent. Ils prononcèrent au hasard quantité de noms. Au moment où l'un d’eux dit: « En Soph » « infini ». la porte s'ouvrit avec fracas, tandis qu'un vent violent éteignit toutes les lumières. Le mage ayant réussi à refermer la porte, ils se prirent par la main, longeant la paroi dans l'obscurité. Ils retrouvèrent l'escalier aux 9, 7, 5 et 3 marches. Le mage montra le cercle découpé dans le ciel par l'ouverture du puits et leur dit : « Les 10 cercles que nous avons vus en descendant symbolisent les 9 voûtes (ou Arches) et l'escalier. La dernière porte correspond au nombre 11, celle d'où à soufflé le vent du désastre : c'est le ciel infini avec les luminaires hors de portée qui le peuplent ».
Les mages retournèrent, en méditant, à Babylone.

Ordre et Signes.
Premier signe, dit d'admiration. - Lever les mains au ciel lit tête penchée à gauche. (Ce signe est L’ordre du grade.)
Deuxième signe. - Fléchir la jambe, gauche.
Attouchement. - Porter les mains sous les aisselles du F
comme pour l'aider à se relever ; on dit en même temps TROUBBAHANI, HAMAL, ZEBULOUM Le F
fait la même chose et répond
Mot sacré. -. JEHOVAH
Batterie. - Deux et trois –
Age. Soixante-trois ans accomplis.
Insignes. - Cordon pourpre en sautoir. - Bijou : un triangle d'or ou médaille ; d'un côté est gravée une trappe, de l'autre un triangle.
ZEBULOUM en hébreu signifie habitacle, le ciel, la demeure de Dieu
Le mot sacré est donc représenté sous la forme de « JEHOVAH ». Il ne devrait pas être prononcé à ce grade puisque le mot ineffable qui est présente à ce grade gravé sur la plaque d’or qui se trouve sur le cube d’agate ne peut être prononcé qu’au 14e grade par les grands élus…..on ne devrait nous dit Raoul BERTEAUX au 13e grade que le recevoir et le communiquer avec deux FF

en répétant ses lettre s alternativement JOD HE VAW HE

Nous n’avons fait qu’effleurer la symbolique de ce grade. C’est en quelque sorte une introduction.
Avons-nous jusqu’à présent fait autre chose que de nous approcher de chacun de ces grades.

source : http://emsomipy.free.fr

Partager cet article

Commenter cet article