Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Fraternité et Solidarité

4 Avril 2013 , Rédigé par André M Publié dans #Planches

Avant d'entrer dans le vif du sujet, nous allons faire une petit détour dans une boulangerie. Cela nous permettra d'associer le sentiment fraternel et la farine du pain. Nous savons ce que représente la fraternité quand nous bénéficions de ses bienfaits. De même nous apprécions le goût du pain quand le boulanger fait bien son travail.

Mais lorsque l'inimitié s'installe dans une communauté, lorsque le sentiment fraternel disparaît au profit du jugement; avons-nous la volonté de rester objectif et d'entreprendre un voyage intérieur afin de mieux comprendre le sens du déséquilibre communautaire ? De même lorsque le pain est fade, trop cuit ou rassis, allons-nous trouver le boulanger pour savoir ce qui s'est passé ? Où changeons-nous de boulangerie ? Où encore cessons-nous de manger du pain ? Le travail que nous développerons dans cette planche s'apparente à celui qui consiste à chercher conjointement avec le boulanger le pourquoi du mauvais goût.

De cette façon nous irons dans le moulin pour comprendre les techniques de mouture de la farine, puis chez le paysan pour mieux saisir les interrelations entre la nature, le sol, les engrais et le type de blé. Puis, nous chercherons à comprendre le processus de germination du grain de blé en faisant confiance à notre intuition. Nous irons aussi parler avec la boulangère et avec l'association des maîtres boulangers pour leur annoncer que notre désir le plus fort est que tous les pains sur cette terre puissent avoir un bon goût. Enfin en tant qu'amateur de bon pain, nous nous assurerons que la qualité de la farine soit optimale chez tous les boulangers.

La Fraternité est selon le Larousse un "lien de solidarité qui devrait unir tous les membres de la famille humaine" et la solidarité " un sentiment d'un devoir moral entre les membres d'un groupe ou d'une communauté fondé sur l'identité de situation d'intérêt.". Notons que la solidarité met en évidence un sentiment d'un devoir moral c'est à dire de l'acceptation d'un ensemble de règle de conduite considérées comme bonne de façon absolue ou découlant d'une certaine conception de la vie.

La fraternité est donc par définition le comportement normal d'un groupe d'individus voulant assurer la cohésion et l'identité d'une communauté. Nous concevons aussi qu'il est indispensable d'établir des liens de solidarité pour en assurer la pérennité. D'autre part, nous pouvons imaginer que la dimension du groupe, son environnement, son organisation interne, ses objectifs, son niveau culturel, son histoire, son idéologie, sa conception de la spiritualité sont des paramètres essentiels qui vont qualifier le sentiment fraternel et les actions de solidarité.

N'y aurait-il pas alors dans cette évidente recherche d'identité du groupe et de sa gestion le germe de l'exclusion des autres groupes ? La définition de la fraternité du Larousse confirme bien que le lien de solidarité doit unir tous les membres de la famille humaine. C'est cela l'important. Malheureusement, notre société humaine est multiple, car elle est constituée de peuples et de nations avec des histoires très différentes qui n'ont pratiquement jamais cohabité pacifiquement. D'autre part les idéologies ont engendré des comportements antagonistes qui sont viscéralement intégrés dans les mentalités des peuples. Pourtant chaque individu vit une histoire unique, reflétant un potentiel historique générateur d'attitudes complexes pouvant être géré par la raison. La réalité montre que tout est totalement interdépendant que le passé souvent rattrape le présent et que malheureusement la raison est plus la fille de l'instinct que de la synthèse.

Ce constat fait que le multiple sous toutes ses formes est la substance ontologique de référence. Il ressort évidemment que l'analyse prime sur la synthèse et privilégie les mouvements désordonnés. l'Homme est agité, à l'égal d'un simple matelot sur un bateau perdu dans une tempête dont il ne sait plus quand elle a commencé, ni quand elle finira. Cela a pour conséquence que l'évolution de la société semble sans espoir, car rien de bon ne peut sortir du multiple. Mais au-delà de la multiplicité existe l'unicité qui heureusement apparaît lorsque le bateau navigue dans l'oeil du cyclone, dans cet espace de calme absolu qui transforme l'énergie au bénéfice d'une volonté sans faille vers la conquête du Soi, sous peine de retrouver les éléments déchaînés.

Nous voyons bien que la définition de la famille humaine est complexe, mais sans une approche spécifique de cette notion il ne peut y avoir de lien de solidarité universelle. En maçonnerie, nous sommes dans un effort constant pour édifier un temple universel. Cet effort s'exerce avant tout dans la connaissance de soi, car c'est en l'homme, et en lui seul que réside l'universalité. Celle-ci prendra véritablement un sens lorsque l'enseignement pratiqué dans les loges portera ses fruits et lorsque les initiations permettront l'émergence d'un état de conscience élargit. Cette transmutation des valeurs est la condition nécessaire pour que le maçon puisse insérer sa pierre dans l'édifice. C'est dans une telle situation que la Beauté de l'oeuvre sera perçue et que le véritable travail commencera.

Parler de fraternité universel, c'est d'abord s'intéresser au premier Homme et rechercher ce qu'il représente puisque en quelque sorte nous sommes ses descendants directs.

Toutes les civilisations ont cherché à comprendre l'origine du monde et de l'apparition de l'homme. Au 6 ème siècle avant J.-C. un poète grecque nommé Parménide a qualifié cette recherche par ces quelques mots: " il y a qu'il y a."

Nous sommes aujourd'hui encore et toujours dans ce besoin de chercher ce que signifie le savoir. Le progrès, bien sûr, a éliminé toutes les pratiques sacrées de nos ancêtres car aujourd'hui la foudre et les étoiles ont livré leur secret. Il n'est donc plus nécessaire de continuer à déifier les forces de la nature. C'est la conscience qui maintenant remplace les éléments expliqués par la science. L'âme et l'esprit sont les composants de cette recherche et sont constitutifs de la notion de spiritualité. Ce n'est plus un regard interrogatif vers un mystère cosmique mais c'est une prise de conscience de soi qui engendre le mystère de soi et des autres.

Cette nouvelle orientation nécessite une relecture des mythes et légendes afin de trouver de nouveaux équilibres plus en rapport avec les dernières découvertes de la psychanalyse et de la psychologie des profondeurs. Mais c'est évidemment plus difficile aujourd'hui, car dans notre civilisation mécaniste, l'intuition n'est plus reconnue comme une valeur à part entière puisqu'elle fournit des informations qui ne satisfont pas les critères de reproductibilité demandés par l'expérimentation scientifique.

Le plérôme des sorciers d'antan appartenait aux sphères célestes tandis que celui de l'homme moderne est dans sa psyché. Mais au-delà des notions de progrès qui engendrent un égocentrisme toujours plus fort, il reste des valeurs primordiales qui caractérisent la notion de premier Homme.

L'une de celles-ci est l'androgynie qui est fondamentale pour la compréhension du sentiment fraternel.

Il faut, tout d'abord, être clair, il n'existe pas d'androgyne sur terre. Tout au plus, il y a quelques individus qui ont la malchance de naître hermaphrodite, c'est à dire de posséder deux sexes distincts dans un même corps et de vivre un véritable calvaire. L'androgynie est donc un mythe et doit être compris comme tel. Il représente un état irrationnel qui détermine un espace dans notre conscience où cohabite une symbiose apaisée des forces constitutives de notre existence matérielle. Dans la tradition il est dit qu'au début l'homme et la femme ont un même corps pourvu de deux visages et que Dieu a fait naître l'homme et la femme en faisant don à chacun d'un dos. Selon le mythe de la Genèse, Eve est née d'une côte d'Adam ce qui confirme l'indifférenciation primordiale.

L'androgyne se retrouve aussi dans ''alchimie" puisque la pierre philosophale est appelée Rebis, l'être double qui naît de la fusion de Sol et de Luna, c'est à dire du souffre et du mercure. L'oeuvre au Blanc, inspirée par le souffre est appelée Rebis car elle est autonome et parfaitement pur. Le Rebis est souvent représenté comme l'oeuf philosophique des alchimistes ou l'oeuf cosmique contenant en essence l'état androgyne dont la partie féminine brandit l'équerre et la partie masculine le compas.

La tradition maçonnique a repris les éléments androgynes de l'oeuf cosmique alchimique en intégrant l'équerre et le compas en tant que symbole du premier grade. D'autre part, le tracé à partir de l'équerre donne des angles droits qui mènent naturellement au carré puis avec l'aide du compas il est possible d'inscrire un cercle autour du carré et de déterminer une nouvelle figure symbolisant l'androgyne primordial. Le soleil et la lune situé à l'orient de part et d'autre du V.'. M.'. donne analogiquement la direction à suivre , c'est à dire le retour vers l'Un , vers l'androgynie.

La tradition chinoise exprime la notion d'androgynie, relative au divin par le duo complémentaire lumière-obscurité. L'Etre originel est androgyne avant de recevoir sa polarité, c'est à dire avant que l'oeuf primordial ne se casse en deux moitiés et exprime les notions complémentaires mâle et femelle, ciel et terre, Yang et Yin. Le Yin et Yang à l'instar de l'Adam de la Genèse représente cette nécessaire fusion des principes complémentaire associé à la notion de liberté car il est nécessaire d'être libre pour parcourir les chemins qui mènent à l'oeuf cosmique et au paradis. Il en est de même pour le maçon qui doit s'élever suffisamment haut afin de découvrir les lignes de partage du pavé mosaïque et entreprendre une marche volontaire pour discerner au loin, du côté de l'orient, une ligne d'horizon baignée d'une lueur d'espoir.

L'androgynie est un symbole universel puisqu'il est présent dans de nombreuses traditions et à des époques différentes. Il est donc un élément de la loi de correspondance et peut donc être utilisé valablement dans une réflexion analogique.

Ce symbole est important, car il qualifie une origine primordiale où existe un état indifférencié qui est le générateur d'énergie fraternelle. Ce retour à l'Unité est la quête de l'initié, ou de tout individu suffisamment libre pour entreprendre de tels voyages intérieurs. Une telle démarche n'est pas facile car elle dépend du niveau de conscience ou du degré de liberté mais, quel que soit celui-ci, il sera nécessaire de travailler, de privilégier le plus souvent les devoirs que les droits. C'est dans une telle disposition d'esprit que la quête sera fructueuse et transformera l'obscurité du début en une pénombre prometteuse. La recherche de la Lumière est l'objectif premier du maçon, car il ne peut se satisfaire d'un clair obscure illuminé par des flashs dont l'origine est douteuse.

Les chemins ne seront pas les mêmes pour tous, mais le sommet de la montagne reste toujours présent en dépit du vécu et du karma des vies antérieures. Le désir et le besoin de marcher en direction de l'Orient reste tributaires d'une composante culturelle spécifique. Ainsi le matérialiste, souvent agnostique, adversaire convaincu de la métaphysique cherche la Vérité dans la réalité visible plutôt que dans des concepts spirituels ou ésotériques. Pour ne pas s'affronter à ses angoisses existentiels il trouve toujours des pirouettes intellectuelles qui le satisfont. Il privilégie la raison raisonnante qui apporte des explications et qui élude les problèmes atypiques. Le hasard détermine la cohérence en attendant mieux. Son comportement est difficile, car il donne force à une logique de conflit afin de d'identifier le vainqueur du vaincu. Son sentiment de fraternité est souvent très fort, mais il est défensif car appliqué unilatéralement à ce qu'il juge conforme à sa raison. L'universalité fraternelle est souvent absente, mais peut se développer dans une logique comportementale liée à l'acceptation d'une cohérence philosophique.

Il y a ensuite le théologien qui trouve toujours une réponse à ses angoisses métaphysiques dans les textes sacrés de la Bible, du Coran ou de la Thora pour ne parler que des religions monothéistes. Son comportement est dicté par la nature du dogme qui est la croyance en un Dieu unique et révélé, dont la finalité est le salut de l'âme pour tout ceux qui respectent les directives sacrées. Croire en un dogme c'est malheureusement exclure les autres philosophies du salut quel que soit le contenu universel de leurs textes sacrés. Une expression forte comme "aimez-vous les uns les autres" donne sa pleine mesure dans la communauté chrétienne. Pour qu'elle trouve une valeur universelle elle doit être élargie à la famille humaine par la conversion de tous au dogme chrétien. Cette attitude pose un vrai problème pour tout ceux qui réprouvent les propositions dogmatiques.

Il y a enfin le spiritualiste qui cherche le plus souvent dans la Tradition ésotérique les réponses à sa spiritualité. Son comportement premier est de donner du sens aux symboles proposés par la Tradition et de trouver une voie personnelle qui l'engage à chercher inlassablement sa propre dignité pour mieux respecter celle des autres. Son devoir est de rendre intelligible l'invisible et de transmettre aux générations futures la Vérité.

Les trois courants de pensées que nous venons d'évoquer se retrouve dans la maçonnerie à la fois au niveau des obédiences et des Frères. Le Grand Orient de France est l'exemple d'un courant de pensée rationaliste et agnostique tandis que les loges régulières c'est à dire celles reconnues par la Grande Loge Unie d'Angleterre sont d'inspiration théiste ou déiste par la reconnaissance constitutive du G\A\D\L\U\.

Ce qui unit indifféremment chaque maçon c'est l'initiation qui donne à la fois la qualité de frère et la reconnaissance d'un sentiment fraternel. Ce dernier s'exprimera distinctement selon la densité des courants de pensées que nous avons identifiés plus haut et sera fonction de la famille culturelle et spirituelle du frère (agnostique, théiste ou déiste) et du rite pratiqué dans sa loge (REAA, Rectifié, Français, Memphis Misraïm etc.). Ainsi un Frère agnostique membre d'une loge pratiquant le rituel rectifié se posera bien évidemment des interrogations différentes sur le sens de sa venue en maçonnerie qu'un frère chrétien.

Avons-nous le droit de remodeler son psychisme pour qu'il colle au rituel ? Bien sûr que non et par cet exemple nous montrons l'importance que l'on doit accorder aux enquêteurs afin que ceux-ci orientent le candidat vers une loge adaptée à ses pensées. Dans le cas cité, il aurait été préférable que le candidat frappe à la porte d'une loge pratiquant le REAA

La maçonnerie est multiple dans ses rituels parce que les hommes sont multiples dans leurs conceptions philosophiques. Les différents rituels permettent d'aborder dans les meilleures conditions une progression initiatique dont le seul but est la recherche de la Vérité. Mais au-delà du bon choix de la loge, il est nécessaire qu'un sentiment fraternel, véritable ciment de l'édifice rituélique accompagne la progression du nouveau frère. Rien ne pourra s'accomplir et s'assembler sans lui quelle que soit la volonté intellectuelle d'un candidat ou des membres d'une loge.

Mais qu'est-ce qui est à l'origine de ce sentiment fraternel ?

Nous sommes tous des Frères, c'est à partir de cette affirmation forte que le V.'. M.'. qualifie la communauté d'une Loge et définit magistralement le sentiment fraternel. Mais de quelle façon une telle affirmation peut-elle être reçue par un nouveau Frère, car dans un premier temps ce dernier doit s'identifier dans une nouvelle structure psychique, s'accepter dans une démarche initiatique pleine de mystères, partager ses doutes et ses joies dans un contexte méditatif et finalement aimer ce qu'il devient. Puis, parallèlement, il doit ressentir le sens communautaire de sa loge, s'intéresser à son activité, participer aux décisions et aimer inconditionnellement sa loge à travers l'amour de ses Frères. Enfin, il doit appréhender le sens de la famille humaine en général et tout faire pour que le sentiment fraternel l'engage dans une attitude humaniste globale dans le monde profane.

Comme nous le voyons le parcours est exigeant et demande une persévérance tenace car, rien ne sera épargner à celui qui a choisit d'être un fils de Lumière.

Son espoir est la certitude d'être sur le bon chemin qui mène vers la source d'où jaillit la Vérité. Mais parfois rien ne se passe comme prévu. L'échec est au bout du chemin . Pourquoi ?

Le théologien Anders Nygren dans son livre Eros et Agape a remarquablement distingué l'amour éros de l'amour agape. Son analyse nous permettra de bien distinguer ce qui parfois fait problème avec le sentiment fraternel.

L'éros est un désir, une aspiration, une faim qui nous fait convoiter ce qui nous manque. Amour et valeur sont dans ce cas étroitement liés. L'Homme cherche à vouloir se faire reconnaître des dieux qui est la suprême valeur. Mais les dieux n'aiment pas les hommes car ils vivent sans se laisser troubler par le désir ou la nécessité. L'amour n'appartient qu'aux hommes et va de bas en haut. Dans une telle conception, l'amour est intéressé et doit se mériter. Le modèle grecque de l'amour est l'amitié. L'ami doit mériter l'amour qu'on lui porte. Toute défaillance de l'ami rompt cette amitié. Enfin, c'est l'homme qui va chercher Dieu dans son for intérieur à travers la mystique et qui se fond avec lui.

Dans l'autre conception, l'amour agape va du haut vers le bas, de Dieu vers l'homme. Il aime sans tenir compte de la valeur, d'une manière spontanée et immotivée. Dieu aime toutes ses créatures sans limites et ne réserve pas seulement son amour aux justes, à ceux qui font du bien, mais il s'adresse à tous, aux justes, aux injustes, aux bons et aux méchants. Il support le refus, l’ingratitude. Cette conception de l'amour agape est vécue pleinement parce que le Christ est mort sur la croix pour sauver les hommes. Nous n'avons donc rien à redouter de nos péchés puisque le fils de Dieu s'est sacrifié pour nous. Un tel acte engendre naturellement l'amour du prochain et le sentiment fraternel. Aimer sans raison son prochain, ses ennemis son Frère et par suite la famille humaine est la voie qui mène à un comportement social respectueux des diversités.

La voie initiatique maçonnique est sans ambiguïté puisqu'elle demande au néophyte à la fois d'aimer ses frères et de rechercher en lui-même la Vérité en clair de vivre l'amour agape en toutes occasions jusqu'à même verser son sang et sacrifier sa vie pour un frère et d'identifier l'amour éros par la mort du vieil homme. C'est une démarche difficile qui nécessite beaucoup d'humilité, de persévérance et de patience afin d'éviter de créer des confusions puisque en tout temps un choix peut être fait entre l'amour agape et l'amour éros.

Dans la conception matérialiste du destin humain qui est celle, rappelons-le, de notre société libérale dite de progrès infini l'amour agape n'apporte aucunes valeurs particulières. Au contraire, elle tend à contrarier l'objectif premier qui est de maximiser le profit pour quelques actionnaires. C'est le règne de l'amour éros puisque le mérite est de récompenser et de distinguer le plus fort en exploitant tous les autres. Nous retrouvons aujourd'hui quelques deux milles ans plus tard, la conception policée de la spirituelle grecque, qui accordait des droits distincts aux élites et aux serviteurs. D'un côté, les nantis-actionnaires recherchaient une béatitude infinie dans le but d'être reconnus des dieux, représentés aujourd'hui par le capital. De l'autre côté, les esclaves-salariés étaient assujettis corps et âme à leur maître, n'intéressaient pas les dieux car sans valeur propre. Depuis le début du vingtième siècle, le libéralisme n'a pas trop montré son caractère esclavagiste vu qu'il devait se méfier d'un socialisme de type agape prôné par l'idéologie communiste.. Mais après la chute du mur de Berlin le capitalisme pur et dur peut régner sans partage et retrouver les vertus de l'amour éros.

Le développement technique, d'autre part, amplifie ce phénomène en accentuant l'individuation de tous. Il est en effet intéressant de noter que plus les besoins de base d'un individu sont réalisés, plus il devient égoïste, peu fraternel et pratique une solidarité indirecte c'est à dire, qu'il privilégie une action impersonnelle, par le paiement d'un chèque à une institution, par exemple, au lieu de réaliser un projet spécifique en tant que membre à part entière d'une association caritative.

La démarche maçonnique nécessite de comprendre le sens des deux amours agape et éros et de rechercher dans les rituels les symboles qui s'y rapportent. Lorsque le V.': M.'. ouvre les travaux en salle humide en disant de pratiquer la fraternité par l'harmonie, il indique que l'amour agape est la base de l'amour fraternel, qu'il doit être inconditionnel, sans jugement pour les actes passés comme nous l'avons définit plus haut. En faisant suivre le mot fraternité par le vocable harmonie, il enseigne qu'il existe en nous des forces antagonistes blanches et noires, souvent dissonantes et mal ordonnées, formatrices d'attitudes conflictuelles appartenant à l'amour éros. L'harmonie ou l'état androgyne est dans ce cas la seule voie qui donne du sens à la fraternité. En effet comment imaginer pratiquer une démarche fraternelle en gardant à l'esprit un sentiment de haine envers autrui en général ou d'un frère en particulier. Le paradoxe chez l'homme est qu'étant libre il acquière la possibilité de définir une fraternité à la carte et de lui trouver parfois une universalité subjective. Heureusement que l'harmonie remet tout à plat et casse l'édifice de la raison si minutieusement et patiemment construit et accepté. Le rituel maçonnique est alors une des voies qui propose de reconnaître la fraternité afin qu'elle satisfasse à nouveau à une morale fraternelle comprise par l'ensemble de la famille humaine. Une telle attitude présuppose évidemment le rejet de toutes considérations militaristes. En effet, comment concilier conjointement l'amour du genre humain et sa destruction. Le maçon doit être clair dans ses objectifs et ne peut pas cautionner deux attitudes antagonistes même si la raison d'état le demande. Dans notre rituel nous disons qu'il faut fuir les méchants. Il n'est jamais dit qu'il faut les tuer. C'est pourquoi, la maçonnerie doit entrer en sommeil chaque fois que les dispositions d'un état proposent des problèmes de conscience insoutenable pour un initié. La démarche est identique au niveau de la loge. Chaque fois qu'un frère a un comportement non fraternel. Il faut lui rappeler ses engagements et lui demander de retrouver le sens profond de son initiation et les vertus de l'amour agape car nous savons qu'une loge n'est que la représentation de l'ensemble de ses frères et qu'il suffit d'un seul maillon faible pour que la chaîne d'union perde de sa puissance spirituelle. Tous unis, main dans la main, loin des métaux, nous sommes alors une vraie fratrie, c'est à dire une communauté de frères égaux pratiquant avec l'intelligence divine symbolisée par notre coeur cette fraternité qui donne du sens à notre vie.

Que propose la loge pour vivre activement cette fraternité universelle ? Tout d'abord elle crée et constitue des francs-maçons. Ensuite elle s'assure que l'enseignement est suivit, puis elle propose un espace de communion fraternelle qui apaise les douleurs du monde profane. C'est dans une telle dimension spatio-temporelle sacrée que l’androgynie devient la source d’énergie fraternelle et qu’elle donne la force d'affronter dans la joie et sans peur la réalité du monde profane. Mais, l'homme privilégie spontanément le pouvoir au sentiment fraternel. Mais en même temps, il a aussi soif de connaissance et de comprendre le sens de sa vie. Pour ne pas rester esclave de sa pulsion égoïste, il doit retourner en loge. Cette demande mainte fois proposée par le rituel est essentiel, car il faut boire à la source du sens pour affronter cette abîme de complexité qu'est devenu la société humaine dans sa gestion du progrès technique.

Les loges maçonniques au 18 ème siècle comprenaient de nombreux frères d'origine aristocratiques, bien placés dans la société civile, ayant la confiance du roi et faisant partie de l'élite au pouvoir. Ils ont pourtant manifesté l'intention de partager leur idéal avec d'autres frères provenant de milieu plus modestes. Ils nous ont ainsi transmit cet élan égalitaire initiatique qui respecte la personnalité de chacun tout en lui insufflant un esprit chevaleresque. Par leurs actions, ils ont été les précurseurs de la démocratie et d'une fraternité, où l'intelligence du coeur a prédominé sur les intérêts corporatifs. Il faut encore plus aujourd'hui que hier donné un cadre de vie qui corresponde aux besoins de l'homme du vingt et unième siècle en définissant les rapports du temporel et du spirituel dans la cité. Le maçon peut parfaitement représenter ce lien et doit travailler dans ce sens. La loge, dans cette optique, est donc ce lieu de fermentation où s'exprime cette continuité chevaleresque, où les devoirs sont naturellement associés à la communauté et les droits à l'amélioration qualitative de sa personnalité. La structure d'une loge permet à chacun d'exprimer et de développer ses capacités propres et de faire valoir ses mérites sans flatteries aucunes. L'objectif final étant bien sûr d'acquérir suffisamment de force morale pour travailler avec joie dans la société profane afin de la transformer en une véritable démocratie moderne.

L'homme de demain, responsable de la Beauté divine sera à nouveau le porteur de l'arche d'alliance, sublime symbole des vertus chevaleresques et véritable pont entre le Haut et le Bas.

Nous pouvons être fier d'appartenir à une société qui a décidé de transmettre un tel esprit aux générations suivantes. Mais nous devons faire très attention de ne pas introduire des valeurs morales qui pourraient contrarier l'expansion naturelle du sentiment fraternel. Dans les temps qui courent il est tentant de considérer l'homme comme un produit asservit à un système économique et de l’aspirer au nom de la modernité et du progrès vers la négation de sa liberté principielle afin qu'il devienne un jeune loup au service d'une caste financière. La reconnaissance du mérite associée au seul force du pouvoir est contraire à l'idéal maçonnique et ne peut mener qu'à des actions n'apportant que ruines et pleurs. Le maçon est un constructeur qui doit insérer sa pierre dans un édifice reconnu par tous. C'est son credo. Ce dernier génère parallèlement une prise en compte d'une action sociale à la fois dans le monde profane et dans sa loge. La morale maçonnique est complexe car elle nécessite une adaptation permanente de nos pulsions duales au service d'un altruisme universel. C'est au nom de cette complexité que la tolérance dérange ; mais elle est nécessaire car elle gère la communication entre les différents niveaux de conscience. Sans elle, rien ne pourrait être créer au service de l'homme compte tenu de sa diversité caractérologique et de son karma. C'est une valeur essentielle qui permet à chacun de nous d'arpenter les chemins vicinaux de la connaissance dans une reconnaissance fraternelle respectueuse des mérites de chacun. Mais, par ailleurs, elle a disparut dans la bouche de nos grands commis d'entreprise. Car elle ne sert pas le profit, ni le" juste à temps".

Il y a donc une inadéquation entre les objectifs du monde moderne et ceux de l'homme en générale. Cela pose un vrai dilemme pour le maçon engagé dans le monde du travail. La discrimination par la recherche du plus fort et du plus qualifié engendre évidemment l'exclusion des moins performants. C'est inacceptable d'un point de vue maçonnique parce qu'elle crée deux castes qui génèrent des sentiments de haine l'une envers l'autre. Tout système qui construit des familles qui s'excluent par essence est mauvais. Comme nous l'avons dit plus haut, il faut s'élever au-delà de la ligne de partage du pavé mosaïque pour savoir où nous allons poser les pieds. Ce choix est celui du maçon et devrait être celui de tout homme responsable. Il doit simultanément s'accompagner d'une prise de conscience afin de briser le miroir qui reflète la virtualité égotique. De cette manière ils seront vraiment libres et de bonnes moeurs pour créer dans la joie.

Jérémy Bentham est un homme qui a accepté cette démarche. Il a développé l'utilitarisme qui est une tentative très intéressante d'organiser une société en terme de maximisation des utilités au service de tous. Son credo est que les hommes sont gouvernés par deux maîtres, le plaisir et la douleur et qu'ils tentent naturellement d'accéder au premier et d'éviter le second. Bentham part du principe que chaque individu préfère voir ses buts, ses idéaux, ses désirs réalisés plutôt que frustes. Il est donc normal d'un point de vue moral d'aider les autres afin qu'ils puissent réaliser leurs besoins.

D'autre part, chaque désir, chaque besoin valent indépendamment de sa valeur morale ou éthique. C'est donc une philosophie du progrès démocratique moderne car elle est respectueuse des mérites de chacun sans discrimination professionnelle ou par l'argent.

Dans un tel système, l'état doit évidemment intervenir en tant que gestionnaire du plaisir, du bonheur de chacun. Il doit réguler les dysfonctionnements des lois du marché par la création d'activités au service des plus démunis. Il doit intervenir dans les crises économiques pour identifier et satisfaire les besoins de chacun. Le monde politique n'est que le gestionnaire du bonheur des citoyens et non pas le valet inconditionnel d'un système commercial d'échange. Il doit créer des lois afin de satisfaire les besoins de tous pour le plaisir de vivre plutôt que la souffrance de vivre. Dans la tradition utilitariste le transfert de richesse des riches vers les pauvres augmente l'utilité de l'ensemble. Cette théorie est donc très proche de la conception maçonnique de la construction du temple universelle, car elle cherche à satisfaire les besoins de l'ensemble des citoyens dans un concept égalitaire tout en respectant les diversités professionnelles, culturelles, éthiques et spirituelles. C'est une tentative vraiment cohérente pour traduire rationnellement le commandement : " Aime ton prochain comme toi-même" et pour donner une définition rationnelle de l'altruisme. Il reste l'un des modèles fondamentaux de la construction de l'état moderne et égalitaire.

Si cette théorie n'a pas pu vraiment s'imposer dans toute son intégralité c'est que les nations et les peuples ne génèrent pas spontanément un sentiment fraternel universel. Chaque pays puise dans son histoire les raisons d'une discrimination sélective. Aucune morale altruiste ne naîtra d'une révolution sanglante qu'elles qu'en soient les beaux principes. Ainsi, la Liberté ne peut jaillir sur le dos de millions d'innocents sacrifiés en son nom, l'Egalité ne perdure pas dans la purification ethnique et la Fraternité n'apparaît pas sans spiritualité. Malgré les extraordinaires succès du progrès scientifique, le vingtième siècle a été le plus sanglant de l'histoire de l’humanité. Il y a donc une inadéquation violente entre la notion de progrès et la vie communautaire.

De même qu'une loge est un microcosme de la société, elle est aussi un lieu sacré où les maçons peuvent avoir les pieds sur Terre et la tête dans les Etoiles. C'est dans un tel laboratoire qu'ils apprennent à être libres en ayant l'intime conviction d'appartenir à une seule et même conscience collective. La Terre est issue du Ciel et chaque être naît pour vivre les vertus du Ciel, mais le Ciel n'a pas besoin d'aide. C'est la pratique du sentiment fraternelle qui permet avant tout de réaliser les efforts au service d'une vie communautaire harmonieuse. Vivre ensemble exige un savoir particulier dont la résultante première est l'existence de liens de solidarités pour assurer la cohésion et la pérennité de cette conscience collective.

Le maçon sait que les civilisations ne disparaissent pas à cause du Ciel mais par l'attitude des hommes. Son travail est sans relâche au service du perfectionnement de l'homme afin d'élargir son niveau de conscience et de responsabilité pour que l'Oeuvre en construction respecte la cohérence venant du Ciel et symbolisée par le G\ A\ D\ L\ U\

Mais ce hiatus entre progrès et vie communautaire n'est pas inéluctable car dans l'étude que nous venons de partager nous ressentons bien où le bas blesse. Le progrès ne peut pas être isolé du contexte politique, culturel, économique et spirituel. De même, l'Histoire des hommes ne peut pas être dissociée d'un état d'esprit qui rompt les déterminismes de la matière en établissant des rapports étroits entre le spirituel et le temporel. La Maçonnerie lutte contre tout ceux qui veulent esclavager la liberté. Pour ce faire elle privilégie l'esprit, le coeur et le caractère pour qu'il n'existe qu'une seule famille humaine fraternelle. Pour se faire comprendre elle doit aider les faibles, soulager ceux qui souffrent, combattre l'injustice, la misère, l'ignorance et prêcher inlassablement les vertus du coeur. Elle ne vit que par l'Homme et ne sera jamais le jouet d'une machine ou d'un concept fussent-ils le plus performant ou à la mode. Sa matière première est l'Amour, seule énergie divine qui nous rappelle que nous devons aimer la vie et en comprendre les arcanes.

C'est dans un tel état d'esprit que nous pourrons continuer à être moderne tout en vivant les symboles issus de la Tradition.

V\ M\ et Vous Tous mes Bien Aimés F\ Je vous remercie de votre attention.

Source : www.ledifice.net

Partager cet article

Commenter cet article