Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Golden Dawn Z2 : les formules de la magie et de la lumière (3)

17 Novembre 2012 , Rédigé par Rituel de la Golden Dawn Publié dans #déviances et sectes

. Vav Divination

A. La Forme de Divination.

B. Le Devin.

C. Les Forces agissant dans la Divination.

D. L'objet de la Divination.

E. La préparation de tout ce qui est nécessaire et la parfaite compréhension du
processus, de façon à se représenter un lien entre le procédé employé et le
Macrocosme.

F. L'Invocation du Très-Haut, la mise au point des moyens de divination et
initiation de ses forces.

G. La première entrée en matière. Première affirmation des limites et
correspondances : commencement du travail.

H. La formulation proprement dite, soigneuse, de la question, et la
considération de toutes ses correspondances et leurs classifications.

I. L'annonce à haute voix que toutes les correspondances choisies sont correctes
et parfaites. Le Devin place sa main sur l'instrument de Divination. Se tenant à
l'Est de l'autel, il se prépare à invoquer les forces dont il aura besoin pour
la Divination.

J. Invocation solennelle des forces spirituelles nécessaires pour aider le Devin
dans la Divination. Puis il dit :"Apparais devant moi aussi claire que dans un
miroir, ô vision magique requise pour l'accomplissement de cette divination".

K. Enoncer clairement la question. Il faut mettre par écrit ce qui est déjà su,
ce qui est supposé ou sous-entendu, et ce qu'on cherche à savoir. Et veiller à
vérifier au début du jugement la partie qui est déjà connue.

L. Puis, le Devin distingue clairement en deux groupes ou parties les arguments
pour et les arguments contre, le succès de l'objet d'une divination, de façon à
tirer une conclusion préliminaire allant vers l'un ou l'autre côté.

M. Première formulation d'un jugement final à partir des prémisses déjà
obtenues.

N. Même chose qu'à la partie L.

O. Formulation d'un second jugement, cette fois issu de l'évolution découlant de
celle indiquée dans le jugement précédent, qui était un préliminaire à cette
opération.

P. La comparaison du premier jugement préliminaire avec le second jugement, qui
en est issu, afin que le Devin puisse se faire une idée de l'action probable des
forces au-delà du plan réel, par l'invocation d'une figure angélique, appropriée
au processus. A ce sujet, attention à ne pas se fourvoyer dans le fourmillement
des idées préconçues, mais s'appuyer seulement, après de rigoureuses
vérifications, sur les indications données par la forme angélique. Et à moins
qu'il ne s'agisse réellement d'une nature angélique, les informations ne seront
pas sûres, étant donné que, si c'est un élémental, il sera inférieur au plan
désiré.

Q. Le Devin formule maintenant son jugement de façon complète et minutieuse,
aussi bien pour un futur immédiat que pour un développement d'icelui, prenant en
compte des connaissances et des indications données par la forme angélique.

R. Ayant le résultat devant lui, le Devin accomplit maintenant un nouveau
processus de divination, basé sur les conclusions auxquelles il est arrivé, de
façon à poser les bases d'un travail futur.

S. Il distingue les côtés positifs et négatifs pour un nouveau jugement, et tire
une conclusion pour une nouvelle opération.

T. Le Devin compare alors soigneusement le jugement dans son ensemble et toutes
les décisions auxquelles il est arrivé, avec leurs conclusions, et prononce
alors simplement un jugement succinct.

U. Le Devin donne des conseils au Consultant sur l'utilisation qu'il fera du
jugement.

V. Le Devin définit clairement avec quelles forces il sera nécessaire de
travailler afin de combattre le Mal, ou de fixer le Bien, comme l'a révélé la
divination.

W. Enfin, il faut se souvenir que pour le Devin, la divination est comme un
travail sacré de la Divine Magie de la Lumière, et ne doit pas être pratiquée
pour satisfaire une curiosité concernant les secrets de quelqu'un d'autre ; et
si par ce moyen venait la connaissance de ce types de secrets, il faudrait les
respecter et ne pas les trahir.

V. Hé, Alchimie

A. La Cucurbite ou l'Alambic.

B. L'Alchimiste.

C. Les procédés et les forces employés.

D. La matière à transmuter.

E. La sélection de la Matière à transmuter, la mise en place, le nettoyage et la
disposition des récipients, du matériel, etc., nécessaires au bon fonctionnement
du processus.

F. L'Invocation Générale des Forces Supérieures de l'Action. Mise en place de la
Matière dans la cucurbite ou l'oeuf philosophal, et invocation d'une force
neutre pour qu'elle agisse au-dedans, dans l'obscurité et le silence.

G. Le commencement du processus lui-même. La régulation et la limitation au
niveau de Chaleur et d'Humidité requis pour le travail. Première évocation
suivie de la première distillation.

H. Enlever le résidu qui reste après la distillation, de la cucurbite ou de
l'alambic, le broyer dans un mortier jusqu'à l'obtention d'une poudre. Cette
poudre est placée à nouveau dans la cucurbite. Le fluide déjà distillé est
cohobé. La cucurbite ou l'oeuf philosophal doit être fermé(e).

I. La cucurbite ou l'Oeuf Philosophal étant scellé(e) hermétiquement,
l'Alchimiste annonce à haute voix que tout est prêt pour l'invocation des forces
nécessaires à l'accomplissement du travail. La Matière est maintenant placée sur
un Autel, sur lequel se trouvent les éléments et les quatre armes, sur le
triangle blanc et sur une Tablette flamboyante d'une nature générale, en
harmonie avec la matière choisie pour le travail. Debout maintenant à la place
du Hiérophante, à l'Est de l'Autel, l'Alchimiste devra poser sa main gauche au
sommet de la cucurbite, lever la droite en tenant la Baguette de Lotus par la
bande du Bélier (car dans le Bélier réside le commencement de la vie de
l'année), prêt à commencer l'invocation générale des forces de la Lumière divine
pour qu'elles opèrent pendant ce travail.

J. Les paroles de l'invocation (à haute voix) des forces générales requises,
répondant à la classe du travail alchimique à accomplir. La conjuration des
Forces requises pour qu'elles agissent dans la cucurbite, pour le travail en
question. Le tracé dans l'air au-dessus d'elle, avec l'arme appropriée des
figures linéaires, signes, symboles et autres, nécessaires. Puis l'Alchimiste
dit : "Aide-moi, Seigneur de l'Univers, ma propre Ame Supérieure". Il lève la
cucurbite en l'air à deux mains en disant : "Apparaissez et agissez là, ô Forces
de la Lumière Divine."

K. Maintenant, il laisse la matière se putréfier dans le Bain-Marie, à une
chaleur très douce, jusqu'à ce que la noirceur commence à survenir, et même
jusqu'à ce qu'elle devienne complètement noire. Si, de par sa nature, la mixture
n'admet pas le noir complet, que l'alchimiste l'examine astralement, jusqu'à ce
que l'apparence astrale devienne d'une noirceur aussi épaisse que possible, et
il pourra éventuellement aussi évoquer une forme élémentale pour lui indiquer si
le noir est suffisant. Mais que l'Alchimiste, ce faisant, soit sûr de ne pas
être trompé, car une nature de type élémental sera facécieuse de part sa nature
symbolisant les Ténèbres. C'est pourquoi il ne faut rien lui demander de plus
concernant le travail à ce stade, mais seulement ce qui concerne la noirceur. Et
cela peut être vérifié par la présence même de l'élémental, qui devra être noir,
ou bien vêtu d'un noir intense. (Note : pour cette évocation, utiliser les noms,
etc., de Saturne).
Quand la mixture est suffisament noire, l'Alchimiste enlève la cucurbite du
Bain-Marie, la place au Nord de l'Autel, et accomplit sur elle une invocation
solennelle des forces de Saturne, pour qu'elles agissent en elle. En tenant le
bâton par la bande noire, il dit alors : "La voix de l'Alchimiste etc. ", La
cucurbite est maintenant ouverte et la Tête de l'Alambic ajustée pour la
distillation. (Note : dans toutes les invocations de ce type, on devra utiliser
une tablette flamboyante pour supporter la cucurbite. Il faut savoir que
certains des processus peuvent prendre des semaines, voire des mois, avant que
l'obtienne la force nécessaire, et cela dépendra plus de l'Alchimiste que de la
matière).

L. Ensuite, l'Alchimiste distille à chaleur douce jusqu'à ce que plus rien ne
vienne. Il enlève alors le résidu et le réduit en poudre. Il replace cette
poudre dans la cucurbite et cohobe.
La cucurbite est maintenant placée à nouveau dans le Bain-Marie à chaleur douce.
Lorsqu'il semble assez bien dissous à nouveau (indépendamment de la couleur),
l'enlever du bain. Elle va subir une autre cérémonie magique.

M. Maintenant, l'alchimiste place la cucurbite à l'Ouest de l'Autel, tenant la
Baguette de Lotus par le bout noir, dit une invocation magique de la Lune à son
déclin, et de la Queue du Dragon. La cucurbite est alors exposée à la lumière de
la lune (celle-ci étant décroissante) pendant neuf nuits consécutives, en
commençant à la pleine lune. La Tête de l'Alambic est alors replacée.

N. Répéter le processus de la partie L.

O. La cucurbite est maintenant placée à l'Est de l'Autel, et l'Alchimiste dit
une invocation à la Lune lors de sa croissance, et à la Tête du Dragon (en
tenant le bâton par le bout blanc), pour qu'elles agissent sur la matière. La
cucurbite est alors exposée neuf nuits consécutives (se terminant à la Pleine
Lune) aux rayons lunaires. ( Là, comme pour toute exposition semblable, que le
ciel soit très nuageux n'est pas gênant, il faut simplement que le récipient
soit placé dans une position où il serait à même de recevoir les rayons directs,
si les nuages se retiraient).

P. La cucurbite est à nouveau placée dans le triangle blanc sur l'Autel.
L'Alchimiste fait une invocation des forces du Soleil pour qu'elles agissent
dans la cucurbite. Celle-ci est alors exposée aux rayons solaires pendant douze
heures chaque jour : de 8 h 30 du matin à 8 h 30 du soir. (Cela devrait de
préférence se faire quand le soleil est dans une position forte dans le
zodiaque, mais peut se faire à n'importe quel moment, sauf quand il est en
Scorpion, en Balance, en Capricorne, ou en Verseau).

Q. La cucurbite est à nouveau placée dans le triangle blanc sur l'autel.
L'Alchimiste répète les paroles : "Enfant de la Terre, longtemps as-tu demeuré,
etc.", puis en tenant au-dessus d'elle la Baguette de Lotus par la partie
blanche, il dit : "je mets en toi les forces de la Lumière invoquées", et répète
les paroles mystiques. A ce moment, des étincelles de lumière brillante et
ardente devraient apparaître dans la cucurbite, et le mélange lui-même (autant
que sa nature le lui permet) devrait s'éclaircir. Maintenant, il peut invoquer
un élémental de la cucurbite en harmonie avec le mélange, et juger par la nature
de la couleur de sa robe et de son chatoiement si la matière a atteint la
condition requise. Mais si les éclairs n'apparaissent pas, que la robe de
l'élémental ne brille pas et ne chatoie pas, alors la cucurbite est placée
pendant sept jours dans le triangle blanc, avec à la droite de l'Apex du
triangle une tablette flamboyante du Soleil, et à sa gauche une autre de la
Lune. Rien ne doit la perturber ou la bouger pendant ces sept jours, mais elle
ne restera pas dans l'obscurité, sauf la nuit. Enfin, l'alchimiste répète
l'opération ci-dessus mentionnée sur la cucurbite, et ce processus peut être
répété à trois reprises si la lumière étincelante n'apparaît pas. Car si cela
n'avait pas lieu, ce travail serait inutile. Mais si après trois fois la lumière
n'apparaissait toujours pas, c'est un signe qu'il y a eu une erreur dans le
travail, qui vient soit de la disposition de l'Alchimiste, soit du maniement de
la cucurbite. C'est pourquoi il faut répéter les invocations du soleil et de la
lune, ainsi que les expositions, et sans aucun doute, si elles sont effectuées
avec soin (surtout celles de la Tête et de la Queue du Dragon, ainsi que celles
de la lune, comme il a été dit, car elles sont d'une très grande force
matérielle), cette lumière se manifestera alors assurément dans la cucurbite.

R. Tenant la Baguette de Lotus par la partie blanche, l'Alchimiste dessine
maintenant sur la cucurbite le symbole de l'Epée Flamboyante comme si elle
descendait dans le mélange. Puis il place la cucurbite à l'Est de l'Autel.
L'Alchimiste se tient debout entre les piliers et fait une invocation solennelle
des forces de Mars, pour qu'elles agissent dans la cucurbite. Celle-ci est
maintenant placée entre les Piliers (ou leurs symboles dessinés) pendant sept
jours, sur une tablette flamboyante de Mars. Après ce temps, il faut ajuster la
Tête de l'Alambic, et distiller d'abord au Bain-Marie, puis dans le Bain de
Sable, jusqu'à ce que toute la mixture soit distillée.

S. Maintenant, l'Alchimiste prend le fluide et accomplit sur lui une invocation
des forces de Mercure, pour qu'elles agissent dans le clair distillat, de façon
à y faire apparaître le Mercure Alchimique, ou même le Mercure des philosophes.
(On ne doit pas travailler avec le résidu ou tête de mort (Caput mortum) à ce
moment-là, mais le mettre de côté pour une future utilisation). Après
l'invocation du Mercure Alchimique, une certaine brillance devrait se manifester
dans tout le distillat, c'est-à-dire qu'il ne doit plus seulement être clair,
mais aussi brillant et étincelant. Maintenant, l'Alchimiste l'expose dans un
réceptacle hermétique pendant sept jours à la lumière du Soleil ; à la fin de
cette période, on doit voir distinctement à l'intérieur des étincelles de
lumière (on peut utiliser un oeuf philosophal, mais le réceptacle de l'Alambic,
s'il est hermétiquement fermé, convient).

T. Le résidu, ou Tête de Mort (Caput Mortum), est maintenant enlevé de la
cucurbite, réduit en poudre fine, puis remis. Une invocation des forces de
Jupiter doit être faite sur cette poudre. On la garde ensuite dans l'obscurité
sur une Tablette flamboyante de Jupiter, pendant sept jours. A la fin de cette
période, on doit voir une petite lueur autour d'elle, mais si elle n'apparaît
pas encore, répéter l'opération jusqu'à trois fois, alors un faible éclat
lumineux apparaîtra de façon certaine.

U. Une Tablette flamboyante de chacun des quatre Eléments est maintenant placée
sur un autel disposé comme il est montré sur le dessin, et sur lequel sont aussi
placées les armes élémentaires, comme il est clairement indiqué. Le récipient
contenant le distillat est placé entre les Tablettes de l'Air et de l'Eau, et la
cucurbite, avec la Tête de Mort, entre les Tablettes du Feu et de la Terre.
L'Alchimiste fait alors une invocation utilisant spécialement le Suprême Rituel
du Pentagramme, avec les instruments magiques mineurs appropriés. D'abord pour
qu'agissent les forces du Feu dans la cucurbite sur la tête de mort. Secondement
pour qu'agissent celles de l'Eau sur le distillat. Troisièmement pour
qu'agissent des forces de l'Esprit sur ces deux derniers (en utilisant la partie
blanche du Bâton de Lotus). Quatrièmement, pour qu'agissent les forces de l'Air
sur le distillat ; et enfin pour qu'agissent les forces de la Terre sur la Tête
de Mort. Que la Cucurbite et le réceptacle restent ainsi pendant cinq jours
consécutifs, à la fin desquels des étincelles de lumière se manifesteront dans
les deux mélanges. Et ces étincelles devraient être légèrement colorées.

V. L'Alchimiste, gardant encore les récipients dans les mêmes positions les uns
par rapport aux autres, mais enlevant les Tablettes des éléments de l'autel,
leur substitue une Tablette de Kéther. Celle-ci doit être blanche avec des
inscriptions dorées, et est placée sur, ou dans le triangle blanc, entre les
récipients. Il adresse alors une invocation solennelle aux forces de Kéther,
pour amener le résultat qu'il désire, en effectuant sur chaque récipient le
symbole de l'Epée Flamboyante.
C'est la plus importante de toutes les Invocations. Elle ne réussira que si
l'Alchimiste est resté en contact intime avec son Moi Supérieur pendant le
travail de l'invocation et la confection de la Tablette. Et à la fin de cela, un
éclair puissant et translucide prendra la place des étincelles légèrement
colorées dans la cucurbite. Alors le fluide étincellera comme un diamant, alors
que la poudre dans la cucurbite brillera légèrement.

W. Le liquide distillé est maintenant versé du récipient sur le résidu de la
Tête de Mort dans la cucurbite, et le mélange apparaîtra d'abord nuageux. Il est
alors exposé au soleil pendant dix jours consécutifs (dix est Tiphéreth
traduisant l'influence de Kéther). Il est à nouveau placé sur le triangle blanc
sur l'Autel, sur une Tablette flamboyante de Vénus, avec une invocation
solennelle de Vénus, pour qu'elle agisse sur le mélange. Puis, on laisse
celui-ci pendant sept jours, à la fin desquels on regarde quelles formes,
couleurs, et apparences a pris la Liqueur, car il devrait maintenant apparaître
un certain éclat, plus doux, dans le liquide, et un élémental peut être évoqué
pour vérifier les conditions. Quand cet éclat plus doux est manifeste dans le
liquide, on place la cucurbite au Bain-Marie pour digestion à chaleur douce
pendant sept jours. On la place ensuite au Bain-Marie pour distillation, en
commençant par une chaleur douce, et en finissant à forte température. Distiller
ainsi jusqu'à ce que plus rien ne vienne, même avec une chaleur des plus
violentes. Garder le fluide dans une fiole hermétiquement fermée. C'est un
Elixir dont l'utilisation dépend de la substance à partir de laquelle il a été
préparé. Si cette substance était médicinale, c'est un remède, si c'était un
métal, il servira à purifier les métaux. Pour cela, l'Alchimiste devra user de
son jugement. Il place le résidu sans le réduire en poudre dans un creuset bien
cacheté et mastiqué. Puis il place celui-ci dans l'Athanor, le faisant d'abord
chauffer à rouge, puis à blanc, et cela à sept reprises, pendant sept jours
consécutifs, chaque jour retirant le creuset dès qu'il a été porté à la chaleur
la plus élevée possible, lui permettant de refroidir progressivement.
Le moment préférable pour ce travail est le milieu de la journée. Le septième
jour de cette opération, il reste à ouvrir le creuset et observer quelle forme
et quelle couleur a pris le Caput Mortum.
Il sera soit comme une pierre précieuse, soit comme une poudre scintillante. Et
cette pierre ou cette poudre sera d'une Vertu Magique en harmonie avec sa
nature.

Ainsi s'achève ce qui est écrit au sujet des Formules de la Magie et de le
Lumière.

 

Partager cet article

Commenter cet article