Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Grade de Grand Ecossais de Werwantes

3 Juin 2012 , Rédigé par Fonds Latomia Publié dans #hauts grades

Réception d'Apprenti


La loge doit être tendue de noir, tous les Offi­ciers en domino ou tunique noire; le Très Puissant Maître, étant à sa place, ouvre la loge par sept coups; les Surveillants répondent de la même ma­nière et il leur demande ensuite :

D. Quelle heure est-il ?

R. La première heure du jour que Dieu employa à la création du monde.

Le Très Puissant dit : « Voici la première heure du jour de la Création du monde; voici de plus la première année que Salomon travailla à construire le Temple; il est temps de nous mettre à l'ouvrage ! ». Les Surveillants répètent; on annonce ensuite que la loge est ouverte; après que le Très Puissant ait demandé aux Frères le motif qui les rassemble, qu'on y ait répondu et agréé le candi­dat, le Maître des Cérémonies sort de la loge pour le préparer et lui bande les yeux, après quoi il lui fait une exhortation sur l'excellence du grade auquel il doit être initié, le conduit ensuite à la porte, où il frappe sept coups; les Surveillants y répondent, on fait demander ce que c'est; le Maître des Cérémonies répond : « C'est un Frère Maître Maçon qui désire être reçu Apprenti Ecossais ». Le Très Puissant, en étant informé par le Premier Surveillant, lui ordonne de voir s'il est en un état décent et s'il a la qualité re­quise; dès qu'il lui a répondu qu'il y est et qu'il les a, on ouvre la porte; ensuite le Maître des Cérémonies introduit le récipiendaire en loge où il le place entre les deux Surveillants; après quoi, on lui fait faire neuf tours, que l'on peut réduire à trois, le tout par le midi; ensuite, on le fait avancer jusqu'au pied du trône du Très Puissant pour y prêter son Obligation sur l'Evangile, et ce par trois pas d'Apprenti en avant et en arrière; après qu'il ait prêté son Obliga­tion, on le renvoie à l'occident et on lui donne la lumière; après quoi, on le fait avancer derechef vers le Très Puissant, de la même manière qu'auparavant; son Obligation prêtée, tous les signes sont bons pour l'Apprenti, pour y répondre, il faut faire tout l'opposé des signes que l'on voit faire, ce qui s'appelle signe de controverse; l'attouchement se fait en passant la Main droite sous le coude de celui qui examine et [en] se donnant réciproquement quelques secousses; le mot est „e'. ; l'âge neuf ans; il y a encore d'autres mots qui sont a.c.a.c.i.a. et T.u.b.a.l.k.i.n.

Le Très Puissant passe un petit cordon rouge au col du récipiendaire où pend un triangle doré; on ne fait point d'instruction d'Apprenti, on leur explique seulement les quatre points cardinaux, le cercle, la Chambre, qui est en-dessous de l'Arche de Noé ou est par-dessus la lettre V.

Fermeture de la Loge d'Apprenti

Le Très Puissant, après avoir frappé sept coups, demande aux Surveillants ,Quelle heure> est-il ? »; ils répondent « Set heures ! ». Le Très Puissant marque par sept coups les heures et dit : « Voici la septième heure et le septième jour que Dieu se reposa après en avoir employé six à créer le monde; voici la septième armée que Salomon employa à la dédicace du Temple; il est temps de nous reposer ! ». Les Surveillants répètent la même chose. Le cordon d'Apprenti doit être autour du col, le tablier bordé de rouge; quand on lui demande s'il est Ecossais, il doit répondre « Oui, je le suis » en levant les yeux au ciel pour faire voir qu'il a été re‑

çu.

Réception de Compagnon Ecossais

La décoration de la loge est la même que celle d'Apprenti, mêmes habillements; il est introduit de même, excepté qu'on le fait voyager par vingt-sept tours que le Très Puissant peut réduire; on le fait avancer par les trois pas de Compagnon, qu'il doit faire en avant et en arrière. Le signe est de porter la main droite sur l'épaule gauche et de se couper le corps diagonalement jusqu'à la hanche droite; la réponse au signe est de porter la main droite ou­verte, les doigts tendus et serrés l'un contre l'autre, sur le nombril. L'âge [est] vingt-sept ans; le mot Jeo, les deux autres Schi et Moa 2.

Après le signe et le mot donné, on fait coucher le récipiendaire sur le ventre et sur le Tableau, de façon que son visage soit sur l'Etoile Flamboyante; on lui demande alors s'il connaît la lettre G, il ré­pond qu'il la connaît; on lui demande alors ce qu'el­le signifie. R. Glo., gran., Géo.

D. Ne la connaissez-vous pas sous un autre nom ? R. Go. 2

D. Ne la connaissez-vous pas autrement ?

R. Non.

Pendant ce temps, tous les Frères quittent leurs dominos ou vêtements noirs, ils les jettent sur le corps du récipiendaire, de manière cependant qu'il ait toujours la liberté de voir l'Étoile Flamboyante; et, dans ce temps, on lève une tapisserie, ou rideau, de sorte que la loge soit en bleu, tous les Frères avec leurs habits ordinaires, décorés de leurs cor­dons et tabliers; ensuite, on relève le récipiendaire, on lui fait prêter son Obligation derechef et on le décore d'un cordon de deux pouces de largeur, où pend un triangle semblable à celui d'Apprenti, on le lui passe de l'épaule droite à la hanche gauche; le Tablier est le même que celui d'Apprenti.

On explique aux Compagnons le Triangle, la let­tre G et les lettres hébraïques signifiant « au seul

Eternel ».

L'attouchement de Compagnon est de se prendre la main droite et de la porter, en trois temps, devant l'estomac l'un de l'autre, en prononçant le mot Moa.

Réception de Maître Ecossais

La loge doit être tendue de rouge; le récipien­daire y étant introduit par le Maître des Cérémonies, on lui fait faire quatre-vingt-un tours que le Très Puissant peut abréger; après quoi, on le fait marcher en avant et en arrière trois pas de Maître, on lui fait prêter son Obligation comme dans les grades précé­dents, ensuite, on lui donne l'attouchement, le signe et le mot. Le signe est de former une équerre avec la main droite, le pouce et le doigt index, et porter la main sur le front; on y répond par celui de repos, qui est celui de former un triangle des deux pouces et des deux index, que l'on applique sur le ventre ou que l'on porte sur la tête; comme on ne doit pas s'en servir que dans un extrême besoin, il se nomme signe d'appel. L'attouchement se fait en embrasant les épaules de celui qui vous examine et de le serrer un peu, et de prononcer le mot Gomes, partie à une oreille, partie à l'autre; de plus, mettrele pied à côté de celui de l'examinateur, mais en de­hors. Le mot est Gom., les deux autres Gab. et Gib. t. On décore le Maître d'un large cordon rouge tombant de l'épaule droite à la hanche gauche, au bout duquel pend un triangle surmonté d'un com­pas; dans chacun des angles sera posée une des let­tres suivantes : G. S. V.; ils portent sur leurs tabliers doublés de rouge, au milieu, trois angles entrelacés, qui forment une étoile à neuf branches et que l'on peut broder ou peindre; s'il arrivait que les Maîtres Ecossais eussent d'autres grades, ils pourraient les marquer sur leurs tabliers. Quant aux cordons, ils n'en peuvent porter que deux, y compris celui des charges de la loge; les trois lettres signifient Gom., beauté parfaite, Gloire ou Grandeur, Soumission et Union; on n'explique l'instruction qu'aux Maîtres seulement.

Instruction Ecossaise pour les Maîtres

D. Etes-vous Ecossais ?

R. J'ai vu la Grande Lumière.

D. Comment avez-vous été reçu ?

R. E avouant mon ignorance et en sortant des ténè­bres pour passer dans un lieu éclairé où réside la vérité.

D. Pourquoi vous êtes-vous fait recevoir Ecossais ? R. Pour devenir plus parfait et digne de guider mes Frères dans le chemin de la vertu.

D. Quel est le premier Maître qui a tenu loge ? R. Saint Jean-Baptiste sur le Jourdain.

D. Combien y a-t-il de sortes de loges ?

R. Trois sortes, la juste, la simple et la parfaite. D. Expliquez-moi cela

R. Trois la gouvernent, cinq la composent et sept la rendent juste et parfaite.

D. Pourquoi trois la gouvernent-ils ?

R. Comme la Trinité gouverne le monde, ainsi trois gouvernent la loge.

D. Pourquoi cinq la composent-ils ?

R. Comme les cinq sens de la nature, que le Grand Architecte a donné à l'homme, le rendent parfait et que, sans l'un d'entre eux, il serait défectueux, de même, il faut cinq Maçons pour rendre une loge juste et, qu'en outre, le nombre cinq désigne la Géométrie, cinquième des sciences; il a été adopté dans le sens philosophique par les vrais Maçons, qui ont le bonheur d'atteindre au sein inaltérable d'une félicité vraie.

D. Pourquoi sept la rendent-ils parfaite ?

R. Parce que le Grand Architecte employa six jours à la Création du monde et se reposa le septième; en mémoire de Salomon, qui mit six ans à la construction du Temple et qui le dédia la sep­tième année; de plus à cause des sept sceaux du Livre de Vie.

D. Pourquoi fait-on monter sept degrés aux Appren­tis ?

R. Pour leur apprendre qu'ils peuvent s'élever grade par grade à la perfection en devenant toujours plus vertueux.

D. Pourquoi, lorsqu'on vous fait recevoir Ecossais,

vous fait-on marcher en avant et en arrière ?

R. Pour marquer qu'un bon Maçon ne doit point rougir de reculer, c'est-à-dire défaire ce qu'il a fait pour rendre son ouvrage plus parfait.

D. Qui compose le Tableau Ecossais ?

R. Le Cercle, le Triangle et la lettre G entourée de rayons.

D. Que signifie le Cercle ?

R. L'immensité de Dieu, qui n'a jamais eu de com­mencement et qui n'aura jamais de fin.

D. Que signifie le Triangle ?

R. La Trinité.

D. Que signifie la lettre G ?

R. C'est la lettre initiale du premier mot que prononça Adam et qui est la maîtresse parole de l'Ecossais.

D. Que signifie la Chambre qui est sous le Cercle ? R. La troisième, où fut mise l'Arche d'Alliance.

D. Quel âge avez-vous ?

R. Quatre-vingt-un an.

D. Si la maîtresse parole était perdue, où l'iriez-vous chercher ?

R Dans la 81 page des oeuvres de Madame Go­mès

D. Qui êtes-vous ?

R. Le fils aîné.

D. D'où venez-vous ?

R. De la Capulie.

D. De quel pays êtes-vous ?

R. Cabaliste.

On ouvre la loge et on la ferme en Compagnon par vingt-sept coups et les mêmes demandes que celles qui sont dans l'Instruction. Celle des Maîtres [s'ouvre] par quatre-vingt-un coups.

Les trois loges doivent être éclairées, la première L par neuf bougies, la seconde par vingt-sept et la troi­sième par quatre-vingt-une.

 

Partager cet article

Commenter cet article