Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Hiram et les jésuites

29 Mai 2012 , Rédigé par Nicolas de Bonneville Publié dans #fondements bibliques de la FM

Les symboles du grade de maître ont été empruntés de la conjuration que formèrent les amis de Charles premier pour venger sa mort, et mettre son fils sur le trône. Les jésuites en ont formé aisément les cérémonies funèbres d'un ordre ecclésiastique, à l'instant où un novice y fait la profession publique de ses vœux. Le drap mortuaire, le cadavre, le Miserere, psaume de mort, le cercueil d'Hiram-Abif, tout y est funèbre.

Cet Hiram-Abif, H et A remplacent ici les lettres B et G du grade de compagnon ; elles reviennent au même et représentent également le nombre 9 ou la lettre I jésuite.

La lettre H, est pour le chiffre 8 ; la lettre A, est pour le chiffre I ; total 9, ou jésuite. Nous avons déjà montré que B, la deuxième lettre, et le G, la septième de l'alphabet, donnaient le nombre consacré neuf, ou la lettre I jésuite.

H et A forment le chiffre du Maçon parvenu à la maîtrise ; B et G forment le chiffre de l’apprenti devenu compagnon ; ces deux chiffres, différents en apparence, expriment également qu'ils sont jésuites.

Au dessus du cadavre couché dans le cercueil, veille un I, qu'on explique par l’ancien mot de maître, Jéhovah ; voilà le vrai jésuite, celui qui est le représentant de Dieu, celui qui tient la place de Dieu, locum Dei tenens.

L'apprenti, ou temporel, garde la colonne I dans le parvis du temple ; le compagnon, ou scolastique, entré dans la chambré du milieu, et le maître, ou coadjuteur spirituel, vient dans le sanctuaire, où il fait sa profession. Il meurt pour le monde.

Les trois pas vers le maître ne sont ici qu'une répétition des trois vœux ; il enjambe de l’équerre au compas, c'est-à-dire, de l’obéissance au commandement. En sa qualité de coadjuteur spirituel, il va commencer à aider le Dieu de l’ordre ; on lui donnera des emplois.

En mourant pour le monde, le maître Maçon-Jésuite n'a point la face tournée contre terre ; il est couché sur le dos ; c'est pour le distinguer des moines vulgaires. On relève le récipiendaire par les cinq points de la maîtrise ; cinq attouchements par lesquels le profes embrasse et saisit le nouveau maître. Jusqu’à la griffe du maître, ou l’impression des cinq doigts séparés, « tout est ici conforme à la réception du coadjuteur spirituel dans l’ordre des jésuites ».

Le mot de passe chiblim - C – qui représente le coadjuteur spirituel, s'explique dans les catéchismes avec beaucoup de finesse ; ces chiblim sont, dit le catéchisme, des tailleurs de pierre qui savaient préparer leurs matériaux avec tant de précision, que l’architecte pouvait bâtir sans qu'on entendit, aux environs, ni marteaux ni haches. Pouvait-on mieux exprimer le silence et le secret du travail jésuitique ?

Le nouveau mot de maître Mac-Benc est expliqué par le fils de la veuve, c'est-à-dire, Charles II, fils de la reine veuve ; ce Charles II est la parole perdue que cherchèrent alors les Maçons. II faut remarquer ici que le mot Grec logos ne signifie pas seulement le verbe, ou la parole, mais encore le fils : ils cherchaient donc le fils de Charles premier qui était perdu.

Outre cela, le mot Mac-Benac symbolise L'ordre par ses deux lettres majuscules ; - M — 12, B - 2, c'est-à-dire, 14 ; le chiffre 14 donne la lettre O, ordo. Ainsi la société littéraire de Bacon se trouva changée en ordre.

Et comme le mot propre de ce grade est Iehovah I, ou jésuite, l'ensemble des lettres M, B et I exprime ordo jesuitarum, l’ordre des jésuites.

On a fait du mot Jéhovah un mot de passe, c'est-à-dire, un mot qui doit être caché : c'est encore une allégorie pour exprimer que personne ne doit savoir le vrai nom des Maçons.

Les Maçons eux-mêmes, selon le catéchisme, doivent chercher le nom qui leur appartient.

Le maître tué dans le nouveau système signifie l'ordre des jésuites ; les trois compagnons qui l'ont tué vers l’orient, le midi et le septentrion, sont les trois royaumes, l'Angleterre, l'Ecosse et la France, d'où les jésuites ont été chassés au commencement du seizième siècle ; ces trois royaumes sont justement placés à l'orient, au midi et au septentrion.

Le corps du maître Hiram, suivant leurs modernes lectures ou légendes allégoriques, fut cherché par neuf maîtres ; l'ancien catéchisme dit que le corps d'Hiram fut cherché par quinze maîtres, ce qui revient au même. 9 est J ou jésuitae, jésuites. 15 donne P pattres, pères jésuites. On frappe par trois fois trois, en neuf, parce que les trois vœux sont parfaits.  

Extrait de Les Jésuites chassés de la Maçonnerie par Nicolas de Bonneville 1788

Source : www.ledifice.net

 

 

Partager cet article

Commenter cet article