Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

Irlande à jamais !

27 Décembre 2012 , Rédigé par Amelia Pond

irish-flag-cd51f.jpgPour certains, cette francisation de l’expression anglicisée « Erin go Bragh » ne veut absolument rien dire, mise à part, peut-être, une déclaration de guerre, ou encore une obscure citation de cet Irlandais fou, qui combattit auprès de William Wallace, dans le film « Braveheart ».

Mais il n’en est rien !

Erin go Bragh est l’anglicisation d’une expression venant de l’irlandais ancien, afin d’exprimer clairement, sans ambigüité, son allégeance sans faille envers l’Irlande, la Verte, l’impénitente, que même l’envahisseur, de Londres d’aujourd’hui ou de Stockholm de jadis, n’a jamais réussit à faire fléchir.

On naît Irlandais. On meurt Irlandais !

L’expression, qui est aussi la devise de la République d’Irlande, provient de l’expression irlandaise Éire go Bràch. Cette dernière est un extrait d’une phrase couramment utilisée, jadis, en proverbe par ceux et celles parlant l’Irlandais, langue officielle de la République (à ne pas confondre avec l’anglais, qui n’est considérée que comme une langue de communication accessoire). Go bhfanad in Éirinn go bràch, que l’on peut librement traduire par « Puis-je à jamais demeurer en Irlande ».

Mais qui ne voudrait pas ?

À l’instant, je vous épargne l’analyse linguistique, afin de vous expliquer toute la subtilité de l’utilisation de « bràch » dans ce contexte particulier, n’étant point moi-même un linguiste. Sachez, toutefois, que l’expression emphase sur le concept d’éternité. Donc, il ne faut nullement dire cette phrase à la légère. Ce sont de lourds mots, avec des conséquences.

L’expression, avant de devenir la devise officielle des Enfants d’Érin, fut utilisée dès les années 1780, afin de déclarer son identité irlandaise, ainsi que sa fierté irlandaise à la face du reste du monde, en opposition au régime britannique qui avait cours. Ce n’est qu’en 1847 que l’expression en irlandais passa à l’anglais, et fut ainsi popularisée sur une grande échelle, par les immigrants/déportés irlandais, particulièrement ceux et celles ayant trouvé refuge aux usa.

Il est à noter que dans le Nord de l’Irlande, toujours sur le joug de Londres, l’expression revêt également un sentiment de rébellion et défiance, mais surtout de rejet de l’autorité de Londres en terres irlandaises.

Dire « Erin go Bragh », c’est affirmé son désir de voir la fin de l’occupation militaire britannique de l’Irlande, que cela soit le Nord (province d’Ulster) ou le Sud (la République.

Mais une devise n’est rien, sans un drapeau, des couleurs, pour lesquels se battre.

Vert,

Blanc,

Orange.

Le Tricolore irlandais. Simple. Beau. Majestueux.

Avant d’être le drapeau officiel de la République d’Irlande en 1937, le Tricolore était celui d’un mouvement de libération nationale, particulièrement celui de la Young Ireland. Ce groupe de révolutionnaires visait la fin du lien britannique en Irlande, afin que cette dernière puisse pleinement s’épanouir dans l’indépendance. Le Tricolore fut d’ailleurs offert à Thomas Meagher, fondateur de la Young Ireland, par une groupe de femmes françaises, sympathisantes à la cause irlandaise, en 1848.

L’origine du Tricolore demeure quelque peu nébuleuse. Certains prétendent que le design s’inspire du tricolore terre-neuvien, en raison de la similarité des couleurs et du fait que le père de Meagher était de Terre-Neuve. D’autres prétendent que c’est le tricolore français, qui en est l’inspiration unique, particulièrement en raison de la connotation révolutionnaire qui s’y rattache. N’oublions pas qu’en 1848, plus d’une Nations connaissait son printemps. La révolution était à l’ordre du jour, et sur les lèvres de tous les peuples opprimés.

Le Tricolore ne sera que sporadiquement utilisé de 1848 à 1916, afin de représenter la doctrine de la Young Ireland, et du mouvement de libération qu’elle chapotait. Ce n’est qu’en 1916, lors du Soulèvement de la Pâques (Easter Rising), une révolte populaire visant le renversement de la gouverne britannique en Irlande par les armes, que le Tricolore fut adopté par tous, afin de représenter le mouvement républicain moderne irlandais.

Lors de la Guerre d’Indépendance, le Tricolore fut adopté par la République Irlandais (formé d’un gouvernement provisoire et clandestin) dès 1919. À la fin de celle-ci, lors de l’établissement de l’Irish Free State, partiellement souverain, ce dernier opta pour le Tricolore, voulant rallier les derniers opposants républicains, contre la partition de l’Île en 1921-22. Et lors de la création de la République d’Irlande, par l’établissement d’une Constitution irlandaise, en 1937, le Tricolore devint officiellement le drapeau de tous les Irlandais, tant en Irlande qu’en exile.

« The national flag is the tricolor of green, white and orange. » (art. 7)
Mais que signifient les couleurs qui forment le Tricolore, me demanderiez-vous ? Je réponds à la question d’une simple réponse : ce sont l’Irlande passée, présente, et future, réunies en un seul tissu…

Le Vert représente la tradition républicaine irlandaise, ainsi que la tradition gaélique de l’Irlande.

L’Orange représente l’orangisme nord-irlandais, qui tire ses principes de la seule Bataille de la Boyne de 1690, durant laquelle Guillaume d’Orange, un protestant, écrasa les troupes du roi d’Angleterre, Jacques II, un catholique. Depuis, chaque 12 juillet, les Orangistes de l’Ulster ne cessent de nous rappeler cette seule victoire de la civilisation wasp sur l’Irlande gaélique.

Le Blanc représente la réconciliation de toutes ces traditions, pour une paix durable.

Le Tricolore est donc un symbole d’inclusion, ainsi qu’un message d’espoir de réunification des deux Irlandes, que Londres s’est amusée à diviser.

Érin go Bragh !

Source : http://www.clixer.net/~lesechos/spip.php?article315

Partager cet article

Commenter cet article