Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

J'ai taillé ma Pierre brute, elle est devenue cubique !

10 Mars 2014 , Rédigé par X Publié dans #Planches

Ai-je pour autant modelé mon esprit ?
Tailler la pierre brute ou plutôt tailler « SA » pierre brute?
Travail de Titan, s’il en est, pour moi qui suis loin d'être un manuel et qui ne suis pas bâti comme un hercule.
Dès la porte du temple franchie lors de l'initiation, c'est le premier travail que l'on m'a demandé d'accomplir à moi, le nouvel apprenti maçon; il m'a fallu frapper 3 fois sur la pierre brute située en haut de la colonne du nord, à l'aide de 2 outils : le maillet d'une main qui frappera sur le ciseau tenu dans l’autre main pour commencer à tailler cette pierre.
Mais, pourquoi cette pierre et pas une autre, d'ou vient elle ? peut être d'une quelconque montagne transformée en carrière que l'on a exploité à coup de dynamite pour en extraire des tonnes comme elle, qui serviront, soient réduites en graviers pour être amalgamés à du béton
pour en faire n'importe quoi d'utile ou d'inutile suivant comment on emploiera ses capacités. Où alors mise de côté, car on s'est aperçu que sa forme, ses couleurs, sa composition, sa matière méritaient que l'on s'attarde à l'observer et à réfléchir à ce qu'on allait en faire ; peut être quelque chose de beau, de solide qui sortirait de l'ordinaire soit quelque chose d'unique et d'artistique comme une sculpture ou une œuvre d'art ou au contraire faisant partie d'un tout remarquable comme un mur de temple celui de Salomon par exemple ou un bel ouvrage d'art comme nos cathédrales ; c'est peut être la question que se pose le personnage dans l'illustration que nous connaissons tous de l'apprenti Franc-maçon en train de réfléchir l'air dubitatif devant sa pierre brute avant de commencer à la tailler.
Mais avant d'en arriver là, notre pierre va subir des transformations.
Mais comment commencer? De quelle manière et par où commencer ? et surtout avec quelle force frapper sur le ciseau pour ne pas risquer de l'éclater en mille morceaux.
C'est avec beaucoup de temps, et d'efforts que j'ai acquis le début du savoir faire et la méthode pour arriver à me servir de mes outils correctement ce qui a permis que cette pierre commence à ressembler à quelque chose. Cette pierre, qui, n’est autre que mon moi profond que je me dois de transformer. Ce « moi » véritable « Pierre Brute » va-t-il se modeler au fil du temps et de l’avancée de l’acquisition d’un nouveau savoir sur le chemin initiatique ? Essayons d’y voir un peu plus clair.
Il ne faut pas confondre, vouloir bien faire et prétendre savoir bien faire, l'accomplissement du vouloir bien faire et poursuivre un idéal de perfection. Il faut écouter, se connaître et analyser ses défauts et ses qualités . Donc tel Sisyphe, j'ai essayé de modeler cette pierre et remis sans cesse l'ouvrage sur le métier.
Savoir et vouloir rentrer en soit. Deux préceptes rentre en action : la volonté et la capacité. Sur le mur du cabinet de réflexion, lors de mon initiation, il était écrit à la craie ce mot : VITRIOL j'ai demandé à l'époque, au second surveillant qui avait la charge de mon instruction maçonnique, la signification de ce mot. C'est du latin me dit il, c'est l'abréviation des mots: "Visita Interiora Terrae Rectificandoque Invenies Occultum Lapidem"qui se traduit par:" Visite l'intérieur de la terre, et en te rectifiant, tu trouveras la pierre cachée". Je connais maintenant la signification de cette citation.
D'ou le besoin de mesurer son effort, son comportement en fonction des besoins, il faut sans cesse s'adapter observer et analyser la situation dans laquelle on se trouve pour mieux réagir en toute connaissance de cause après avoir réfléchit et pris la sage décision d'agir le moment venu. Serait ce un comportement anglo saxon ? en tout cas, ils ont une expression typique pour décrire cet état de fait qui est "wait and see" attends et observe.
Mais vouloir se perfectionner est ce pour autant être orgueilleux ou vaniteux ? vouloir se perfectionner et penser que l'on avance sur le chemin, est c pour autant avoir le sentiment d'avoir avancé sur la voie de la vraie connaissance ? Pour ma part, je suis passé du silence à la
parole, mais mon impatience est elle pour autant récompensée ? En effet, j'ai , dans cet atelier et avec l'expérience de mes Frères, pris conscience du chemin que j'avais à parcourir ; j'ai pris également qu'en fait la Maçonnerie est une école de perfection ou je devais émousser mes
ambitions vers plus de modestie pour ressurgir ou plutôt renaître avec l'acquisition d'un savoir plus important grâce au travail que j'ai accompli en compagnie de mes frères.
La pierre brute est taillée et ajustée avec mes nouveaux outils qui m'ont été confiés lors de ma précédente augmentation de salaire tout d'abord au cours du premier voyage où j'ai reçu les ceux du tailleur de pierre: un ciseau et un maillet qui sont des outils complémentaires (la pensée et l'action, l'imagination et la raison, la force et la sagesse) puis au cours des voyages suivants, les outils du bâtisseur :
l'outils de la Force représenté par le levier c'est la volonté irrésistible au service de l'intelligence et de la justice. Archimède a dit : "Donnez moi point fixe et avec un levier je soulèverai la terre".
Les outils de la sagesse : Ce sont l'Equerre, le Compas et la Règle, mesure et rigueur dans la pensée, honnêteté, relativité et moralité de jugement.
Les outils de la Beauté : Ce sont le Niveau et la Truelle le premier pour constater l'horizontale stabilité de l'édifice, le second pour assurer la parfaite jointure des pierres et le lissage impeccable du crépit.
Autrement dit : Force et sagesse comme principes de Liberté, pour une Beauté faite d'Egalité et de Fraternité.
Mais à quoi servent ces outils ? on pourra les classer comme suit :
1°) à tracer le plan : ce sont l’Equerre, le Compas, la Règle ;
2°) à réaliser le plan : le Ciseau et le Maillet, Levier et Truelle ;
3°) à vérifier la bonne exécution du plan : l’Equerre, le Compas, la Règle, le Niveau.
Chacune de ces classifications paraît cohérente en elles-même, tout en bousculant une autre cohérence, celle des cinq enseignements initiatiques du Grade de Comp\ : les Sens en éveil, l’Homme s’ouvre aux Arts et aux Sciences et, par son travail, devient un Bienfaiteur de l’humanité. Le Bienfaiteur de l’humanité, n’est-ce pas le Pentagramme de l’absolu symbolisé par l’Etoile Flamboyante frappé de la Lettre G ?
J'ai donc employé mes nouveaux outils pour tailler ma pierre brute mais elle n'est pas devenue cubique pour autant et loin de l'être, en revanche, lorsque vous m'avez accueilli au sein de votre respectable Loge, le second surveillant m'a pris en charge et m'a aidé à refaire le chemin que j'aurai dû parcourir quelques temps auparavant, puisque m’étant retrouvé orphelin de ma Loge mère laquelle ayant décidé unilatéralement de partir à Bordeaux et qu’en plus j’ai, par là même, changé de rite. Passé du Rite de Memphis-Misraïm au R\E\A\A\ .
Sans tarder, j'ai dû remettre en question mon instruction et mes acquis précédemment engrangés. Ma difficulté majeure fut d'intégrer le changement de rite et je dois dire que si l'ambiance fraternelle des Frères Apprentis comme celle de toute la Loge que j'ai côtoyé à ce moment n'avait pas été au top niveau, je crois pouvoir dire que j'aurais volontiers baissé les bras.
Deux ans après, avec ces mêmes Apprentis, qui sont devenus mes Frères Compagnons, nous avons travaillé ensemble à façonner cette pierre, brute, devenue cubique. A leur contact, et avec l'aide du 2ème surveillant, du 1er Surv\ et des Frères Maîtres, je crois avoir acquis la certitude et un peu plus d'aptitude d'aller plus loin.
Aujourd'hui et après réflexion faite, je suis en mesure de penser que j'ai modifié, du moins en partie mon comportement, ma façon de penser, comme j'ai conscience d'avoir avancé modestement sur le plan spirituel et intellectuel.
Tout en restant toujours vigilant pour arriver à gommer mes défauts et essayer de les transformer en qualité en travaillant à remettre l'ouvrage sur le chantier pour polir la pierre afin de passer à l'étape suivante.
Une chose m'a permis, tout en m'obligeant, d'évoluer sur le chemin du savoir, c'est lorsque le Vénérable Maître m'a confié la charge de Maître d'Harmonie. Cela m'a donné une confiance en moi, dans la mesure de mes moyens limités de rechercher en fonction de l'ordre du jour et des planches, la concordance musicale en rapport avec le rituel et les symboles c’est un travail d’apprentissage enrichissant. Le fait aussi d'avoir la charge et la responsabilité de l’éclairage du Temple et de sa modulation en fonction du rituel me donne la chance de m'imprégner au maximum du rituel pendant la tenue et d'y être attentif pour intervenir précisément le moment venu, et pas question pour moi de me laisser distraire par-ci par-la pendant le déroulement d’ouverture et fermeture des travaux, de la cicumambulation des FF\dans le Temple, ou bien pendant la lecture des Planches…De toutes les façons, le Véné\M\veille au grain et sait par un simple regard me remettre dans le droit chemin si par un malheureux hasard je dévie quelque peu.
Au début c'était un peu n'importe quoi n'importe comment mais comme dit le poète, avec le temps ….est- ce que je réussis à faire ou ne pas faire mon travail correctement? Mes Frères, vous êtes là pour me le dire.
J'ai pris conscience dans cette évolution de mes défauts, mais laquelle en réalité s'est révélée d'une fragilité que je n'aurai pas soupçonné sans la découverte de mon moi profond.
ALORS !…AI-JE POUR AUTANT MODELE MON ESPRIT ?
A cette question. Comment répondre sans être présomptueux ?
Je répondrais que le terme « modelé » me dérange un peu dans la mesure où l'on conserve toute sa vie sa personnalité et son individualité que l'on à acquis dans les prime enfance, qui son faites de ses défauts et de ses qualités. Ne dit-on pas que l'individu à les défauts de ses qualités et les qualités de ses défauts ? tout dépend de la proportion et de l'équilibre de celles- ci.
Tout ce qui est dans l'univers est régi par la lois des contraires, et ne saurait exister sans cela ; tout cela est une question de rapport de l'un pour l'autre. On ne ferai aucune différence entre les carrés du pavé mosaïque si ceux n'était pas noir et blanc. Précisément, parce que, le blanc est blanc et parce que le noir est noir, l’essentiel, est de pouvoir être en mesure de bien discerner le filet de la limite de l’équilibre entre le noir et le blanc. Et de passer de l'un à l'autre suivant le moment et les réactions positives ou négatives plus ou moins sensibles aux événements extérieurs On sait que l'être parfait n'existe pas. Le drapeau Israélien est constitué de deux triangles opposés, l'un pointe en haut et à l'inverse l'autre pointe en bas. Ceci rejoindrai peut être un concept maçonnique d’Universalité, qui veux que tout ce qui est en bas est comme ce qui est en haut en haut.
Mais revenons à l'individu si j'ose dire tel qu'en lui même. Après avoir visiter l'intérieur de la terre et rectifier ce qu'il y a à rectifier, ce qu'il à trouver l'a fait réfléchir sur son comportement vis à vis de la société et des personnes qui composent cette société. Dans le testament philosophique une question posée me revient à l'esprit qui est celle ci : "Que pouvez faire de positif pour le bien de la cité et de ses habitants?" un autre paragraphe m'interpelle aussi c'est la définition de la Franc Maçonnerie et qui dit ceci : " la Franc-Maçonnerie, institution essentiellement philosophique, philanthropique et progressive à pour objet la recherche de la vérité, l'étude de la morale et la pratique de la solidarité. Elle travaille à l'amélioration matérielle et morale, au perfectionnement intellectuelle et sociale de l'humanité. Elle a pour principes la tolérance mutuelle, le respect des autres et de soi-même, la liberté absolue de conscience. Considérant les conceptions métaphysiques comme étant du domaine exclusif de l'appréciation individuelle de ses membres, elle se refuse à toute affirmation dogmatique. La Franc Maçonnerie a pour devise LIBERTE EGALITE FRATERNITE.
J'ai analysé avec attention tous les termes de cette définition qui à mon avis résume toute l'application de ce qu'est la taille de SA pierre brute.

Comme dit la publicité, ce que l'on fait à l'intérieur, il faut que ça se voit à l'extérieur.

J'ai dit .

Source : www.ledifice.net

Partager cet article

Commenter cet article