Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

L'Alchimie de l'Âme

22 Septembre 2012 , Rédigé par Patrick Carré Publié dans #symbolisme

Les Maçons des Loges de Perfection connaissent en leurs degrés ultimes deux états successifs : l’exaltation des Chevaliers de Royal-Arche contemplant le Triangle Sacré et le Nom Ineffable, puis la paix des GEPSM dans l’alliance avec la Vertu et les hommes vertueux. Ils se manifestent et évoluent en deux espaces temps différents : l’immédiateté et le secret bien gardé du cœur illuminé au 13èmedegré, et le temps des œuvres des Grands Elus au 14ème degré, et génèrent deux états d’être et entre eux une douce tension, le souffle de l’être vertueux soufflant sur le feu de la nostalgie du Nom Ineffable. Cette nostalgie rappelle au 15ème degré, Chevalier d’Orient et de l’Epée, celle des Hébreux en captivité à Babylone, la douleur de l’exil et la mélancolie préludant à leur libération par Cyrus et à la joie de leur retour à Jérusalem.

Dans la gravure de Dürer « Mélancolia I», l’ange a déposé autour de lui les instruments d’une recherche ésotérique, pensée qui conçoit l’existence comme une énigme dont serait déchiffrable un sens. « Il s’est tenu à la pointe du désir de sens, a multiplié les procédures de l’esprit, mais n’a trouvé à chaque fois que l’imminence d’une signification ultime. Par différence avec la nostalgie, qui se comprend comme un manque, la mélancolie est à chaque fois une plénitude dans cette imminence. Elle se tient entre le sens et la vérité, où sens et absolu sont disjoints, et a rapport au sentiment d’une idée, en deçà de la certitude d’une vérité. » (Maël Renouard) Il y a, en même temps, plénitude et absence du dernier mot, du sens ultime, la Parole I.N.R.I. qui s’épelle et ne se prononce pas.

 

Cette humeur accompagne sous des formes diverses le cheminement initiatique en ces degrés où est omniprésent le roi Salomon, et avec lui le sceau de Salomon  , hiéroglyphe du Lapis alchimique qui réunit les symboles de la Terre  et de  l’Air  et conjugue en lui les éléments fixes et volatils d’une alchimie intérieure. Il symbolise le travail de la psyché, un travail dans le temps sacré des Maçons qui transforme le temps profane en véritable genèse. C’est ainsi que les alchimistes comparent leur « prima materia » à un chaos où cette genèse, traduite par « Ordo ab Chao » (devise figurant à l’Occident des Loges), opère tout d’abord par dissolution.

 

La période de dissolution, dit Fulcanelli dans « Les Demeures philosophales », est « la clé du Magistère cachée sous l’axiome énigmatique « solve et coagula » : dissous (le corps) et coagule (l’esprit) … Par la volatilisation régulière du fixe et sa combinaison avec le volatil, le corps se spiritualise et l’esprit, abandonnant son vêtement souillé, en revêt un autre de plus grand prix, auquel les anciens maîtres donnèrent le nom de mercure philosophique … Ce mercure est exprimé par deux V entrelacés de la pointe, signe alchimique connu de l’alambic … Les philosophes ont traduit l’union du fixe et du volatil, du corps et de l’esprit, par la figure du serpent qui dévore sa queue. L’Ouroboros des alchimistes grecs, réduit à sa plus simple expression, prend ainsi la forme circulaire, tracé symbolique de l’infini et de l’éternité, comme aussi de la perfection. » Cet Ouroboros figure à l’Orient des Temples, au-dessus du plateau du Très Sage, et les deux V entrelacés ne sont pas sans rappeler l’Equerre et le Compas placés sur l’autel des serments des premiers degrés du Rite.

 

La mélancolie est la marque de la gestation de l’âme et le fruit du travail intérieur des Maçons devenus Adeptes, durant lequel les principes élémentaires dissous (Soleil Lune) , présents à l’Orient des Temples aux degrés symboliques, se transforment en principes principiés (Soufre Mercure) . La conjonction des principes  induit aussi la constitution d'un corps mixte, c'est-à-dire d'un Sel  médiateur et tiers-agent nécessaire pour lier les extrémités du « vaisseau de nature » des alchimistes en sorte de provoquer une attraction « par amitié » et « sans discorde » pour reprendre les termes d'Empédocle.

 

Sous l’action du feu des Adeptes, l’œuvre consiste à domestiquer les pulsions du corps d’une part, et de l’âme dans son état primitif de Soufre  d’autre part. Alors que le corps est incombustible et stable (symbole de la salamandre), l'âme demande à être modelée car elle vient à peine de sortir de terre, de la « materia prima ». L'âme primitive, de nature ignée et de forme éthérée, est issue en droite ligne du Chaos et son état tient encore du serpent puisqu'on n’y trouve pas encore d'esprit qui y soit mêlé. Aussi cette âme est-elle comme folle et incontrôlée : c'est à l'Artiste d'y insuffler le logos régulateur, c'est-à-dire le Mercure.

 

« Fulcanelli a montré que le Soufre et le Mercure  ne forment, au fond, qu'une seule et même substance, selon la forme qu'elle emprunte. Il en est de même de ce pouvoir relationnel antagoniste ou agoniste que subissent ces principes. Sont-ils élémentaires ? Alors, ils s'affrontent. Sont-ils principiés ? Alors, ils s'attirent. » (Hervé Delboy). C’est pourquoi la dissolution est à la fois considérée comme « une humeur sombre et mélancolique qui évoque la mort et la tombe », mais aussi comme la nuit spirituelle de l'âme, « un état absolument positif, dans lequel la lumière divine, invisible... pénètre l'âme et la purifie. » (Saint Jean de la Croix ) et rappelle la Passion du Christ, la « Passio » dans « Les racines de la conscience » de Jung.

 

« Après l’élévation des principes purs du composé  philosophique, le résidu est prêt à fournir le Sel mercuriel ( ), auquel de vieux auteurs ont souvent donné l’épithète de Dragon babylonien. … le Sel des Philosophes (est) ce Roi couronné de gloire, qui prend naissance dans le feu afin, dit Hermès, que les choses occultes deviennent manifestes. » (Fulcanelli, Les Demeures Philosophales). En Chapitre, deux rois, Cyrus et Darius, succèdent à Salomon aux 15ème et 16èmedegrés du REAA pour illustrer cette autre phase du « labeur » où les trois principes Mercure, Soufre et Sel sont à l’œuvre. Une fois les Hébreux libérés, « projetés » hors de Babylone, ces deux Rois demeurent en puissance leurs protecteurs. Ne pouvant être menacés par le feu des combats sur la route de Jérusalem, ils symbolisent le Corps incombustible, le Sel  dont s’éloigne le Soufre  l’Âme en route vers son Royaume Jérusalem, symbolisée par le peuple hébreux guidé et inspiré par l’Esprit, son Mercure Zorobabel.

 

La génération du couple à partir des principes élémentaires  est illustrée dans les degrés de Perfection par le passage de l’opposition Bien/Mal à la conjugaison de la réflexion et du sentiment, de la Raison et du Cœur, l'antinomie du sens et du sentiment n'existant pas. C'est bien plutôt d'une dualité complémentaire qu'il faut parler, à la façon de l'aspect dual onde/particule que revêt un corpuscule lorsqu'on le soumet à la mesure. Cette dualité se retrouve dans les fonctions alternatives et complémentaires dans la conscience des « projections » et des « transferts » dans la psychologie jungienne, illustrés dans les légendes des grades du REAA par le symbolisme du mouvement et de l’union de principes emblématiques dans la psyché.

 

Comme les archétypes, les principes Mercure, Soufre et Sel qui  transparaissent dans les rituels sont susceptibles de se manifester dans la psyché lors de circonstances critiques, soit à la suite d'événements extérieurs illustrés au 15ème degré par la fin de la captivité des Hébreux à Babylone et les combats préalables au passage du fleuve Starbuzanaï, soit du fait de quelque modification intérieure[] comme le refus des Samaritains au 16ème degré d’œuvrer pleinement à la reconstruction de Temple à Jérusalem. Pour Jung et ses continuateurs, les archétypes sont vivants au sein de l'âme psychique, ils sont par ailleurs la clé du développement de l'individu.

 

Plus précisément au 16èmedegré, l’apparition des Samaritains, Soufre « déviant » par leur refus de « substituer » à leurs dieux païens multiples un Dieu unique, peut s’apparenter à celle d’une « ombre » jungienne, phénomène psychique à l’origine notamment de la peur de l’autre, et surtout du « Tout Autre » : Dieu. Afin d’intégrer cette crainte de Dieu à leur psyché, les Hébreux     délèguent au 16ème degré une ambassade  auprès de Darius à Babylone, autrement dit « projettent » sur lui leur « défaut résistant », permettant à leur conscience de prendre du recul. Puis l’ambassade revient triomphalement à Jérusalem, les Hébreux effectuant un « retrait de projection », afin de repolariser l’énergie psychique non au-dehors mais en eux-mêmes par un travail de conscience.

 

Le retour des Samaritains dans l’esprit du Soufre « initial » illustre la « réincrudation », terme de technique hermétique qui signifie rendre cru, c'est-à-dire remettre dans un état antérieur ou « rétrograder ». Les alchimistes accomplissent cette opération en vue de réanimer les corporifications, c'est-à-dire de rendre vivants les métaux morts. Ce « retour » à l'Âme ( ) par la médiation de l'Esprit exprime un mouvement spirituel dynamique et traduit le feu de la passion, l’ardeur d'un sentiment symbolisés par la joie partagée du peuple hébreu au retour triomphant des ambassadeurs.

 

Le feu du cœur est essentiel dans ces « projections » et « retraits de projections », d’où la place centrale qu’il occupe dans les rituels capitulaires vécus collectivement dans l’« émulation », et des prises de conscience individuelles des Chevaliers. « Ceux qui ne se rendent pas compte de la tonalité affective particulière de l'archétype ne se retrouveront qu'avec un amas de concepts mythologiques, que l'on peut sans doute assembler de façon à montrer que tout a un sens, mais aussi que rien n'en a. Les cadavres sont tous chimiquement identiques, mais les individus vivants ne le sont pas. Les archétypes ne se mettent à vivre que lorsqu'on s'efforce patiemment de découvrir pourquoi et comment ils ont un sens pour tel individu vivant. » (Jung) C’est là tout le sens de l’étude des symboles et rituels maçonniques depuis le premier degré du Rite.

 

La réincrudation est l’équivalent du concept d’« individuation » sur lequel Yung a forgé tout son système.  La réincrudation ou albedo, purification, fait bien suite à la nigredo ou dissolution dans l’Œuvre alchimique, et précède la rubedo ou coagulation et accrétion du Soufre illustrée au 18ème degré du Rite. Ces trois phases, l’Œuvre  au noir, l’Œuvre  au blanc, l’Œuvre  au rouge, correspondent régulièrement aux couleurs dominantes des degrés du Rite.

 

La couleur « aurore » des bandeaux des Princes de Jérusalem au 16ème degré est celle de « l'Auro hora », l’heure d’or, l’aurore de l'Œuvre. L’aurore brille d’une double couleur, jaune et rouge, et luit entre la nuit (nigredo) et le jour (albedo). Cette heure où « les malades sont soulagés de toutes les infirmités nocturnes et se reposent », est semblable à l’aurore alchimique où « toutes les odeurs et vapeurs mauvaises attaquant l’esprit de l’opérateur s’évanouissent et disparaissent, selon la parole du psaume : Le soir dureront les pleurs et au matin ce sera la joie. » ( Aurora Consurgens, p210, Marie-Louise Von Franz)

 

« La variante « aurea hora » est aussi essentielle chez les mystiques du haut Moyen Age, et dans la parole de Saint Bernard extraite de son commentaire du Cantique « rara hora et parva mora » (heure rare et court instant). Cette expression désigne « l’heure rare » ou l’heure d’or et le « court instant » où la connaissance humaine est en contact direct avec la sagesse de Dieu, c’est-à-dire avec Dieu lui-même, et la goûte dans l’extase. Ainsi le « lever de l’aurore » (dans l’ouvrage « Aurora Consurgens » attribué à Saint Thomas d’Aquin) est-il en réalité l’instant de l’union mystique avec Dieu » (idem p212).

source : http://www.patrick-carre-poesie.net/

Partager cet article

Commenter cet article