Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

L éducation des jeunes spartiates : Passant, va dire à Sparte qu'ici ses fils sont morts pour obéir à ses lois.

30 Septembre 2012 , Rédigé par Joël Borduas Publié dans #Chevalerie

Il ne fait aucun doute que Sparte, cité-État du Péloponnèse, a joué un rôle prépondérant dans l’histoire de la Grèce antique. Reconnue pour le courage, la résistance et l’efficacité de son infanterie au combat, cette cité belliqueuse présentait également une société extrêmement unie et fonctionnelle, hautement hiérarchisée, où la raison d’État primait toujours sur l’individu. Totalement soumise à la volonté des aînés, l’éducation rude et exigeante imposée aux jeunes Spartiates avait-elle un impact suffisant pour que ceux-ci constituent la base d’une société docile et guerrière ? Pour répondre à cette question, nous analyserons les liens entre les différents aspects de l’éducation des jeunes à Sparte ainsi que leurs effets sur la personnalité et le caractère des individus.

L’éducation donnée aux jeunes Lacédémoniens (Spartiates) était probablement la plus physiquement éprouvante qui ait existé. Si les faibles n’avaient aucune place dans cette société, ce n’était pas par cruauté mais par nécessité. En effet, la société spartiate était composée à environ 97% d’hilotes, esclaves sans liberté travaillant pour les Égaux, (homoioi), citoyens aristocrates, seuls à posséder des droits civiques et dont les enfants étaient également les seuls à recevoir l’instruction militaire dont il est question ici. Pour garder la domination sur cette impressionnante population asservie, les Égaux se devaient d’être forts, puissants et infaillibles physiquement. Ainsi, chaque enfant nouveau-né était présenté par son père à un conseil des Anciens qui décidait si l’enfant était digne de devenir citoyen spartiate ou non. « S’il est jugé faible ou contrefait, il est jeté sans merci aux Apothètes, gouffre voisin du Taygète. » Parfois, un enfant rejeté avait plus de chance. Il était simplement abandonné dans la ville et peut-être était-il recueilli par une âme charitable, probablement un hilote !!!

Une fois l’enfant officiellement approuvé par les Anciens, il était laissé aux soins de sa mère jusqu’à l’âge de sept ans. À ce tournant de sa jeune vie, il était arraché à sa famille pour apprendre la dure vie du Spartiate modèle, entouré de jeunes de son âge. La famille ne constituait pas un noyau social très important dans la société spartiate; il arrivait même que des maris demandent à de jeunes hommes robustes de féconder leurs femmes, elles-mêmes vertueuses et de solide constitution, afin de donner naissance à des enfants génétiquement bien prédisposés. Même si le mari adoptait ensuite cet enfant, ce croisement n’avait souvent pour but que de perpétuer une race forte pour l’État spartiate. Ainsi, dès le début, les enfants étaient perçus davantage comme un apport pour le bon fonctionnement de la cité que comme un motif de fierté familiale.

Dès l’âge de sept ans, on rassemblait les enfants en plusieurs groupes, sous la surveillance d’un instructeur nommé paidonome et de quelques jeunes auxiliaires. Les jeunes étaient contraints de s’organiser eux-mêmes en une sorte de micro-société (la bande) dont ils choisissaient un chef et où ils devaient coopérer en vue du bon fonctionnement général. Ils vivaient toujours ensemble, partageant les jeux, les travaux et obéissant à une discipline stricte. Par ce mode de vie, on voulait leur inculquer le respect de la hiérarchie auquel ils seront soumis plus tard.

À l’âge de douze ans, le jeune qu'on appelait pais, passait à un autre niveau d’éducation. On lui fournissait un seul manteau grossier qu’il portait en tout temps et on le soumettait à l’autorité de chefs plus âgés qui avaient pour mandat de resserrer la discipline. Par exemple, les maigres rations ne lui permettant pas de se nourrir à sa faim, on encourageait le jeune pais à voler de la nourriture en ville. Par contre, s’il était surpris dans l’acte, on le rouait de coups et on le fouettait, non pas parce qu’il avait commis un larcin, mais bien parce qu’il s’était fait prendre. Ainsi les jeunes Spartiates continuaient de s’endurcir physiquement, tout en pratiquant la ruse; ils apprenaient par la même occasion à devenir des individus autonomes. Les pais dormaient ensemble dans un dortoir, sur des paillasses de roseaux. C’est là que commençait une tradition purement dorienne - celle des relations amoureuses, sinon sensuelles, entre enfants et adultes - qui était nécessairement liée à la vie commune et séparée que menaient les jeunes mâles. «Entre l’amant et l’enfant qu’il avait distingué s’établissait une étroite solidarité; l’amant servait à la fois de tuteur et de modèle, et ces liens d’une nature si particulière, que l’on retrouve chez d’autres peuples doriens, créaient une émulation qui servait à développer encore la valeur guerrière. »

À seize ans, au tournant de l’adolescence, les pais devenaient des ilènes. À cette époque de leur instruction, les jeunes ilènes passaient par une longue et éprouvante succession d’initiations et d’épreuves diverses, ponctuée de danses et de fêtes. La dernière de ces épreuves, celle qui consacrait le passage de l’ilène à un « homme fait », était dénommée la cryptie. Elle consistait en un exil du jeune éphèbe (ilène de dix-huit à vingt ans) en dehors des limites de la ville, où celui-ci devait subsister en volant sa nourriture tout en évitant le moindre contact avec des Égaux spartiates. De nombreuses interprétations existent sur cette épreuve ultime, certaines racontant que les ilènes la subissant se voyaient octroyer le droit de surprendre et de tuer tout hilote qu’ils trouveraient attardé sur son champ, après la tombée de la nuit.

Après environ treize années d’entraînement physique intense, de discipline étouffante, de tests et compétitions où il devait prouver sa valeur, le jeune Spartiate était enfin considéré comme un homme fait, un homme libre ayant sa place parmi les Égaux. Pourtant, avant l’âge de trente ans, le jeune homme devenu hoplite (fantassin) devait encore dormir et habiter avec ses camarades et cela, même s’il était marié. De plus, il n’avait que très peu de droits politiques et devait poursuivre le service militaire jusqu’à l’âge de soixante ans, moment où il pourra enfin faire partie de la Gérousia, le conseil des Anciens. Habitué à la rigueur de la discipline militaire qui régnait dans sa cité, le guerrier spartiate ne se plaignait pas de son statut et faisait preuve de patience silencieuse. Son instruction avait fait de lui un membre productif et obéissant de la société et un combattant hors pair, ce qui, sans conteste, faisait de l’armée de terre spartiate la plus efficace et disciplinée de toute la Grèce antique. Par ailleurs, les Spartiates semblent avoir eu un réel talent pour la musique, grâce à leur grande maîtrise du rythme et, bien qu’étant lettrés uniquement par nécessité, leurs pensées se formulaient avec précision et concision, véhiculant des concepts bien définis d’honneur et de vertu qui affirmaient avec force la suprématie lacédémonienne.

Bien qu’étant une oligarchie fort restrictive au niveau des droits, la société spartiate, contrairement à la démocratie établie à Athènes, permettait une participation relativement importante des femmes au sein de la société. Premièrement, les femmes spartiates, contrairement aux Athéniennes, n’étaient pas confinées au gynécée; elles pratiquaient entre elles, au même titre que les garçons, des activités physiques diverses. De plus, elles portaient des tuniques légères et, comme les hommes, participaient nues à certaines cérémonies. Bien que n’ayant aucune possibilité de siéger à un poste dans l’organisation politique spartiate, les femmes prenaient pleinement la place qui leur revenait et avaient souvent beaucoup d’influence auprès de leurs maris. Leur éducation, similaire à celle des hommes, leur permettait également de constituer des éléments productifs essentiels au fonctionnement et au maintien de la société spartiate, ne serait-ce que pour la perpétuation de ces guerriers solides, fiers et belliqueux.

Ainsi, on peut affirmer sans crainte de se tromper que l’éducation des jeunes a eu un lien direct et évident sur le type de société observé à Sparte. En effet, leur éducation était une opération complète les préparant aux épreuves et aux situations, aussi bien civiles que militaires, qu’ils auraient à affronter plus tard. Les jeunes Spartiates, devenus Égaux, étaient donc parfaitement préparés au maintien d’une société répondant en tous points aux valeurs qui leur avaient été inculquées. Le Passé composé, no 5 (mars 2003)

© CVM, 2004 Joël Borduas (Histoire et civilisation)

La bataille des Thermopyles – Après être passées par la Thessalie, les soldats perses descendirent vers le sud. La flotte, quant à elle, attendit pendant une dizaine de jours afin que la jonction entre les troupes terrestres et maritimes puisse avoir lieu au bon moment.

Eurybiade, voyant arriver cette imposante escadre, préféra quitta l’Artémision, longeant le canal d’Eubée jusqu’à Chalcis, où il prit position.

Voyant le repli de leur adversaire, la flotte perse décida de descendre plus vers le sud. Cependant, une violente tempête s’abattit sur les Perses, qui perdirent en quelques jours plusieurs centaines de navires (entre 300 et 400.).

Apprenant la nouvelle, Eurybiade décida de reprendre sa position à l’Artémision. C’est alors qu’Achéménès, l’amiral de la flotte perse, décida de faire diversion. Il envoya 200 navires contourner l’Eubée par le sud, mais ces derniers furent pris dans une nouvelle tempête, et sombrèrent tous.

En août 480 avant Jésus Christ, les Perses décidèrent alors de s’attaquer aux Thermopyles. Cependant, bien que disposant d’une armée supérieure en nombre, les Perses ne parvinrent pas à prendre le défilé, vaillamment défendu par Léonidas.

C’est alors que les Grecs furent trahis par un citoyen de Malia nommé Ephialtès. Ce dernier révéla aux Perses qu’il existait un sentier qui leur permettrait de prendre Léonidas et ses troupes à revers.

Léonidas, se rendant compte de la manœuvre des Perses, renvoya ses alliés grecs. Il décida de rester sur place, seulement accompagné de 300 Spartiates, afin que l’armée grecque puisse se retirer en bon ordre et se réorganiser.

Les troupes de Xerxès, ayant réussi à encercler les Spartiates, les tuèrent tous, jusqu’au dernier.

Plus tard, un mausolée fut érigé en ce lieu, portant l’inscription suivante : Passant, va dire à Sparte qu'ici ses fils sont morts pour obéir à ses lois.

Partager cet article

Commenter cet article

Spartandays 12/08/2013 22:45


BOYCOTT MONTREAL!


 


BOYCOTTEZ MONTREAL. Ne venez pas faire de
tourisme a Montreal. Il y a beaucoup de choses qui s y passent : extorsion, chantage, harcelement, menaces de mort, surveillance illegale. Techniques d attrition visant etranger Europeens et
refus


d enregistrement de plaintes par la police. Ce sont des ordures. Je parle meme de la population qui est complice.
Allez ailleurs et evitez Montreal.


Il n est pas possible que ces gens, une population criminelle, ne soit pas visee par la reciprocite que ses actes
ont genere. BOYCOTTEZ MONTREAL jusqu a ce que ces gens soient en prison, FAITES PASSER L INFORMATION.


 


BOYCOTT MONTREAL! Dont come to do tourism in Montreal. Many things
happen here : extorsion technics, chantage, harassment, illegal surveillance. They use attrition technics targeting intentionally European and the police services refuse to


engage prosecution and apply law. it s all garbage. I also speak
about the population which has an established complicity in crimes. Go elsehere and boycott Montreal.


This population deserves reciprocity of thir acts. All Europeans,
boycott Montreal till these people are in jail. Pass the information.


 


Organizen el boycott de Montreal! Ne lleguen a Montreal para hacer turismo! Muchas cosas pasan aqui : extorsiones,
presiones illegales, accoso, amenazas de muerte, privaciones intencionales y tecnicas de attricion especialmente contra Europeos. La


policia rehusa proceder a arrestos y protege una poblacion criminal. Vayan a otra provincia hacer turismo, no lleguen a Montreal.Boycott Montreal! Tienen que pagar por lo que han hecho. Europeos!
Boycotten Montreal hasta que esten en la carcel.Hagan pasar la informacion! μολὼν λαβέ!