Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

L'Epée au fourreau

16 Juin 2012 , Rédigé par B. Em. Ch. Jean La Roque Publié dans #Planches

Vénérable Maître,

Il y a quelque temps, on m’avait demandé de choisir par moi-même un sujet de travail. Aimant beaucoup la symbolique et l’objet en lui-même, j’avais choisi: l’Epée. Mais un Frère Maître de la loge ayant rajouté à mon choix:

« Au Fourreau »! J’avoue bien franchement que je n’ai pas trouvé une seule littérature sur ce sujet précis qu’est : L’EPEE AU FOURREAU

J’éviterai donc de parler du symbolisme de l’épée, qui par contre est très souvent disserté dans nos textes, pour ne vous parler que de l’épée au fourreau vue d’un coté personnel et spirituel. Quelques mots sur le fourreau tout d’abord.

 C’est avant tout un instrument de protection. Protection du Chevalier, Protection de son cheval, Mais surtout, protection de la lame, car il sert à éviter le contact avec les choses de l’extérieur, Les choses sur lesquelles elle n’a pas à agir.

Cet écran évitera à la lame de s’émousser, ou de s’épointer.

Cette lame ne devrait jamais agir contre la nature végétale ou animale; ni même contre la nature humaine. A moins que cette nature humaine n’agisse à l’encontre des lois du Créateur. 

L’épée étant le prolongement de nous-mêmes, c’est le bras Armé du chevalier. Ce bras armé ne devrait servir qu’à défendre la veuve, l’orphelin, et l’église du Christ.

On comprend dès à présent la nécessité d’avoir un fourreau.

Un fourreau ajusté à la forme de la lame qu’elle épousera dans une symbiose parfaite pour créer: L’HARMONIE.

L’épée du Chevalier va donc devenir notamment le symbole d’une partie matérialisée de son âme intérieure, de sa spiritualité, et le fourreau l’endroit sombre de son recueillement.

Le chevalier, son épée et son fourreau ne feront plus qu’un.

Lorsque cette harmonie sera créée, l’épée représentera pour le Chevalier le symbole ultime décrit dans l’Apocalypse de Jean dans la lettre aux sept Eglises, il décrit sa vision du Christ: (Paragraphe 1 Versés 14 à 16); je cite:

«  Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige, et ses yeux comme une flamme de feu, et ses pieds semblables à du bronze qu’on aurait purifié au four, et sa voix comme la voix des grandes eaux. Et il y avait dans sa main droite sept étoiles, et de sa bouche sortait une épée acérée à double tranchant, et son visage était comme le soleil quand il brille dans sa puissance ».

L’épée c’est le Verbe, la Parole de Dieu qui vous traverse jusqu’au plus profond de vous mêmes.

Le Christ lui-même a vécu des moments ou il se donnait au monde de manière visible; mais il a aussi souvent souhaité être seul dans la solitude, face à son Père et à l’Esprit.

Nous en avons un premier exemple en lisant Matthieu, Chapitre 4, qui raconte les quarante jours que le Christ passe dans le désert en se retirant du monde, dans la solitude et la discrétion, pour se préparer à l’action future dont il est venu nous délivrer : le mal.

A la veille de sa Passion, le Christ s’est retiré de nombreuses fois tout au long des Evangiles.

On s’aperçoit que Jésus fuit la foule lorsque celle-ci commence à l’aduler.

Tous ces exemples montrent que nous devons être à cette image, c’est à dire avoir des temps de recueillement et de méditation dans la solitude.

Un dernier exemple au dessus de tout, cité par Jésus lui-même, et que l’on peut lire dans l’Evangile de Matthieu, (Chapitre 6, Versé 6.)

« Et lorsque vous priez, vous ne serez pas comme les hypocrites, qui aiment prier debout dans les synagogues et aux coins des places, afin de se faire voir des hommes.  En vérité je vous le dis: Ils ont touché leur salaire.  Pour toi, lorsque tu pries; entre dans ta resserre, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans ce qui est secret, et ton Père, qui voit dans ce qui est secret te le rendra. »

C’est la prière dans la solitude, c’est l’âme qui se retrouve seule en tête à tête avec son créateur, c’est le fils qui se retrouve face au Père.

Le fourreau, c’est aussi la cellule du moine dans laquelle celui-ci se retire pour pouvoir accumuler les vertus essentielles: Simplicité, Humilité, Charité, Obéissance.

Ensuite ce moine pourra faire profiter sa communauté de ce qu’il a acquis en cellule et dans le silence.

Le fourreau c’est encore la caverne de l’ermite qui a fait le choix de passer sa vie seul, dans un endroit sombre, car sans lumière du soleil, face à Dieu, pour mieux tenter d’acquérir et de devenir le réceptacle de la vraie Lumière irradiée du Christ.

Ce silence, cette « ombre » retrouvée dans le fourreau, ne serait-elle pas la source d’où la parole émerge?  Alors, on pourrait parler non seulement de rencontre, mais de fusion entre silence et parole, qui s’unifient pour participer à un même amour.

Il est donc nécessaire pour chacun de nous, d’avoir des temps de retraite et de repos spirituels pour se retrouver face à soi-même, face au divin, pour se recentrer dans la Création.

L’épée au fourreau c’est l’expression visible d’une capacité à ...

Mais capacité à quoi ?...

Au premier degré c’est calmer ses impulsions et ses instincts de vengeance, le dualisme.

L’exemple que Jean cite lors de l’arrestation de Jésus, nous fait comprendre que le Christ veut que les écritures s’accomplissent, sans haine, ni violence, par ces paroles. « Pierre, remets le glaive au fourreau ».

Qu’elle soit rentrée ou sortie du fourreau, l’épée laisse toujours dépasser sa poignée, la croix, toujours prête à servir Dieu, l’Eglise, et la Foi.

C’est aussi l’expression visible d’un niveau reconnu dans le chemin spirituel :

Il y a ceux qui portent l’épée

Il y a ceux qui ne la portent pas,

Il y a aussi ceux qui l’ont portée, et qui ne la portent plus, ayant dépassé ce stade.

Vénérable Maître, je ne pourrai conclure ce modeste travail qu’à travers l’expression: « Fais moi voir ton épée, et je te dirai qui tu es ».

Et je ne peux m’empêcher de me poser les questions suivantes: Suis-je digne de l’avoir reçue? Suis-je digne de la porter? Est-elle propre, sans tache et sans souillure? N’est elle pas épointée ou émoussée?

N’ai-je pas plus tendance à faire voir mon épée hors du fourreau, que dans le fourreau?...

Partager cet article

Commenter cet article

Jean-Claude Villant 16/06/2012 18:42


Pour info: on trouve "épée au fourreau" dans le grade d'apprenti de la Strite Obsrvance.


On trouve aussi dans les grades de Chevalier du Temple toute la gestuelle de la mise de l'épée au fourreau.


Eques a Leopardo aureo    jvillant@yahoo.fr