Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

L'Hermétisme

25 Mai 2012 Publié dans #Hermétisme

L'HERMÉTISME : Est une doctrine issue d'Égypte qui connut un certain succès dans le monde antique et au Moyen Age. On retrouve à son origine de nombreux ouvrages attribués à Hermès (cf. ce mot). Ils avaient été publiés, traduits en grec, en latin et en copte. Cette doctrine, connue dès les premiers temps de l'Égypte ancienne, était aussi désignée sous les noms d'art hermétique, d'art sacré.

L'hermétisme essaya d'adapter les moyens d'expression de la philosophie à la pensée traditionnelle. Un ouvrage, le Corpus hermeticus, contient des textes d'inspiration authentiquement égyptienne : notamment, une définition du langage tel que l'Égypte l'a conçu, le portrait d'un pharaon idéal, élu des dieux et, sans doute, la plus exacte définition et interprétation du rôle d'un temple égyptien.

La décadence des mystères de la haute Antiquité, déjà sensible au IVème siècle avant Jésus-Christ, l'influence de la civilisation grecque qui avait pénétré toute la région orientale du Bassin méditerranéen, contribuèrent pour une large part à la réalisation de la synthèse sacerdotale gréco-égyptienne, dont un des effets les plus importants et les plus durables fut la formation du mythe d'Hermès Trismégiste, support désormais définitif et capital de l'hermétisme.

Durant cinq siècles, du IIème avant J.-C. jusqu'au IIIème après, l'hermétisme subit l'influence de toutes les doctrines ayant cours en Égypte et dans toute cette région. Ces apports extérieurs, s'ils influencèrent l'hermétisme, eurent cependant un avantage : en vertu de sa flexibilité et de sa facilité d'accueil, la doctrine traditionnelle sut s'adapter remarquablement aux milieux divers où elle fut transportée. Elle bénéficiait en effet du précieux privilège d'être en parfait accord avec la philosophie dominante.

La doctrine. Le premier principe de l'enseignement hermétique est l'unité. On en trouve la preuve et l'énoncé dans la Table d'Émeraude (cf. ce mot)

« Toutes les choses sont et proviennent d'Un, par la médiation d'Un. Toutes les choses sont nées de cette chose unique... » Son symbole est le cercle u qui s'achève en soi-même » ou le serpent qui se mord la queue (ourobouros). Ce symbole exprime l'univers à Un le Tout ».

L'immanence, la présence dans l'homme de toute possibilité est un autre principe fondamental de l'hermétisme : « Tu es Tout... Tout est en toi. » Ce principe trouve sa correspondance dans les premières phrases de la Table d'Émeraude : a Ce qui est en haut, est comme ce qui est en bas. Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut. » Tout ce que possède le macrocosme, l'homme le possède aussi.

Autour de ces principes fondamentaux, on se trouve en présence d'un ensemble de notions si diverses, si hétéroclites, qu'il est extrêmement difficile d'y retrouver une cohérence de conceptions. Sa diffusion, extrêmement étendue et rayonnante, donnera à la doctrine initiale, une empreinte différente.

L'expansion de l'hermétisme. En Grèce, l'hermétisme devint très rapidement synonyme d'alchimie. L'alchimie grecque, en effet, pouvait se permettre, étant donné ses origines fort anciennes, de se réclamer d'Hermès, maître de toute science. Des travaux récents permettent d'envisager sa naissance dans l'île de Samothrace. Cette île était célèbre dans l'Antiquité par le culte des Cabires, culte à mystères, peut-être d'origine phénicienne, sûrement préhellénique, que l'on y pratiquait en 4500-4000 avant notre ère. C'était une île sacrée. Les Cabires de Samothrace, avec les Dactyles de l'Ida (ceux qui savaient se servir de leurs doigts), les Telchines de Rhodes, les Curètes de Crète, étaient considérés comme des magiciens et des artistes car ils étaient les inventeurs du travail du fer. Ils fabriquèrent les premiers outils. Lorsque l'on sait que toute activité sociale dépendait presque exclusivement de leur fabrication, que, sans l'outil, la main de l'homme est dépourvue d'efficacité, on comprend que ceux qui disposaient de cet outil commandaient à toute civilisation. C'étaient des guides, des chefs. Leurs dieux constituèrent la première triade : Héphaistos (Vulcain, dieu des Forgerons), Hélios (le Soleil), Hermès (Logos). Dans le Cratyle, Platon identifiait le Logos à Hermès. Ce furent ces peuples qui apportèrent aux premiers groupements humains voués à une vie pastorale, l'écriture, le métal, l'outil, les techniques de la construction (habitations fixes, sur terre et bateaux) et de la navigation. On sait à cet égard le rôle initiatique et complexe du forgeron africain, redouté et méprisé, admiré et haï.

La religion des Cabires se répandit dans tout le Bassin méditerranéen d'abord, et dans tout l'Occident ensuite. Elle arriva aux Arabes sous forme de tradition métallurgique... et elle n'était alors ni secrète ni cachée. Bien plus tard, cette religion fut celle d'associations à type corporatif qui usaient d'un jargon technique destiné à préserver la valeur marchande de leur fabrication : en somme, une sorte d'argot de métier. Mais sous cette couverture artisanale, se dissimulèrent des sociétés secrètes, réellement hermétiques, celles-là. Certainement, il y avait des « opératifs » dans ces nouveaux groupements, qui travaillaient encore le métal. Ils étaient rares. Vraisemblablement les techniques opératives n'étaient plus qu'un apprentissage, une préparation du néophyte à la compréhension des vérités initiatiques. Ces vérités ne pouvaient être communiquées sans d'extrêmes précautions.

A Rome, les habitudes syncrétistes de l'Égypte s'adaptèrent au milieu et à ses tendances. On y avait d'ailleurs adopté depuis longtemps la théogonie égyptienne et on y admettait fort bien que les dieux pussent posséder des personnalités diverses, lesquelles se retrouvaient dans le dieu unique adoré par les Romains.

Les Sabbéens faisaient aussi figurer Hermès dans leur plus lointaine ascendance. Pour les Manichéens, Hermès était l'un des cinq grands prophètes ayant précédé Mani. Des Manichéens, l'hermétisme passa en Islam. De nombreux ouvrages figurent dans sa tradition hermétique. Hermès convenait parfaitement à sa doctrine. Hermès, Platon et Zoroastre dominaient leur philosophie : d'une part, la sagesse hermétique et d'autre part la conjonction Zoroastre-Platon qui inspira, à l'aube de la Renaissance, la philosophie médiévale.

L'hermétisme, comme on s'en aperçoit, fut le résultat d'un long effort pour concilier les traditions égyptiennes avec l'astrologie chaldéenne d'abord, puis avec la civilisation grecque par la suite. C'était une doctrine strictement philosophique et littéraire. On n'y trouve trace ni d'un clergé ni d'une religion. Et cette doctrine aura servi d'étiquette à d'autres doctrines fort diverses, hétéroclites, comme on l'a dit plus haut, qui avaient un caractère cependant commun : l'ésotérisme. L'alchimie et la gnose paraissent avoir été les points forts de cette diversité.

Et nous retrouverons ces deux « points forts » au cours des siècles suivants créant, non une filiation bien difficile à prouver, mais une « ambiance initiatique » dans laquelle se développera un symbolisme fondamental conduisant à des rituels correspondants et souvent identiques.

La Gnose (cf. ce mot) fut un mouvement religieux non chrétien à ses débuts, puisque vraisemblablement préchrétien, qui emprunta beaucoup aux cultes à mystères et à l'hermétisme, avant de devenir chrétienne ou manichéenne et cathare. Une des formes modernes de la gnose chrétienne se manifeste dans la doctrine des Fraternités de Rose-Croix. Ce sont des sociétés secrètes initiatiques qui exercèrent une grande influence sur la Franc-Maçonnerie. On a attribué à Valentin Andraee et un cercle d'initiés qui l'entouraient, l'origine de ces fraternités. En réalité la doctrine rosicrucienne ne sortit pas toute prête de son cerveau. Le mouvement bénéficia de toute la tradition alchimique et de la terminologie hermétique.

Valentin Andraee publia, en 1616, trois ouvrages, Confessio, Fama et Noces chymiques qui exposaient la doctrine et inventaient surtout le mythe de Christian Rosenkreutz.

Les premières associations se créèrent en Allemagne, puis essaimèrent en Europe. En France, on commença à en parler en 1622. En Angleterre R. Fludd répandit et développa la doctrine. Deux adeptes célèbres, Ashmole et T. Waughan, continuèrent son ceuvre.

Ashmole joua un rôle prépondérant dans la transformation de la Maçonnerie dite opérative en Maçonnerie spéculative. L'influence rosicrucienne est manifeste dans la Franc-Maçonnerie des trois premiers grades et l'on trouve dans les rituels d'initiation de nombreuses traces de cette influence qui relève de l'alchimie et de l'hermétisme. Le mot V.I.T.R.I.O.L. inscrit sur les parois du Cabinet de Réflexion est formé par les initiales d'une formule hermétique. Le dépouillement des métaux (cf. ce mot) relève de la plus pure technique de a transmutation alchimique. La fameuse lettre G, enfin, que l'on voit au centre de l'étoile flamboyante -et qui orne tous les temples maçonniques peut être l'initiale du mot gnose. Cette étoile s'inscrit dans le pentagramme régulier construit par Pythagore, or Pythagore avait eu connaissance de nombreux mystères égyptiens, lors de son séjour dans les temples initiatiques de la vallée du Nil, séjour qui dura vingt-deux ans.

Nous citerons pour terminer une interprétation hermétique de certains termes utilisés dans le vocabulaire maçonnique : Soufre (Vénérable), Mercure (1" Surveillant), Sel (2` Surveillant), Feu (Orateur), Air (Secrétaire), Eau (Hospitalier), Terre (Trésorier).

On a là les trois principes et les quatre éléments des alchimistes.

Le feu est sec et chaud; l'air est chaud et humide; l'eau est humide et froide; la terre est froide et sèche.

Source : http://rosamystica.kazeo.com/l-hermetisme/l-hermetisme,r249485.html

Partager cet article

Commenter cet article