Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hauts Grades

L'homme debout se met en marche

25 Mars 2013 , Rédigé par X Publié dans #Planches

La religion chrétienne a magnifié le symbolisme de la croix. Les quatre bras de la croix du Christ sont les quatre horizons qui crucifient le monde. Le pied, planté en terre, représente les assises, les fondations de la vraie foi. Le montant vertical est l’Ascension.
Les deux bras horizontaux sont ceux de Jésus qui embrasse le monde dans un geste de charité et d’amour fraternel. Une légende veut que la Croix fût faite du bois d’un acacia planté par Seth sur la tombe d’Adam.
Le Golgotha est donc, selon cette tradition, le lieu où repose le premier homme de l’ancienne humanité et où meurt pour renaître l'homme d'un nouveau monde.
Une autre légende, affirme que la Croix est faite du bois de l'Arbre de Science. Ainsi, l'arbre ayant causé la chute d'Adam est celui de la Rédemption.

Ces deux récits mythiques, d'une grande richesse symbolique, font que l'Arbre de Vie, l'Arbre de Science et la Croix sont axes du monde.
La croix évoque aussi la fusion ou la séparation, l'implosion ou l'explosion, selon que l'on considère un mouvement centripète ou centrifuge.
La Croix du Golgotha, avec son pied planté en terre, est récepteur d'énergies, mais aussi émetteur.
La croix évoque également le chiffre quatre : les quatre points cardinaux, les quatre saisons, les quatre éléments, les quatre Évangélistes...
La croix est un symbole qui, sous ses formes diverses, se rencontre à peu près partout, et cela dès les époques les plus reculées; elle est donc fort loin d'appartenir proprement et exclusivement au christianisme, comme certains pourraient être tentés de la croire.

Adam, le premier Homme symbolique, était Androgyne et Inconscient de sa nature. Il possédait encore, dans son expression de l’unité vivante, toutes les potentialités futures. Il s’assimilait à l’Unité Universelle.

Au début de l’involution, la Croix se révèle par deux lignes qui se croisent. Par la suite, chacune des quatre branches de La croix désigne la même force, mais considérées dans leurs états vibratoires opposés.
Le trait vertical, qui représente à mes yeux mon fil à plomb, ma recherche intérieure; celui qui m’a permis de découvrir les richesses enfouies au plus profond de moi-même, d’élever mon esprit, est de nature active et positive, il manifeste sa force dans le plan divin et dans le plan physique. C’est pour cela que je puis dire que «Tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas et tout ce qui est en bas est comme ce qui est en haut.»
Ce trait vertical est la Perpendiculaire, la ligne de connaissance de soi. Elle m’est indispensable pour corriger mes penchants excessifs, éviter des erreurs ou les rectifier; elle me permet également de déceler et excuser les erreurs ou les fautes des autres, de peser mes mots et mes gestes.

Le trait horizontal, ou mon Niveau, est quant à lui de nature passive, réceptive, il manifeste également ses qualités dans les deux plans, il m’a permis de m’élever encore plus dans le plan spirituel.
Grâce à lui je remets de l’ordre dans ma vie quotidienne, je lâche prise sur le passé et repars d’un pied neuf chaque jour.
Les extrémités de la ligne horizontale de la Croix ou du niveau symbolisent un état passif: l’un plonge dans l’accessible et l’autre s’étend dans l’éternité de l’esprit.
Je suis fascinée par la croix elle me prouve visuellement que le contacte que j’établis entre mon fil à plomb et ma règle graduée et que je nomme «ma ligne de foi» a crée des changements dans ma vie intérieure qui se répercutent dans ma vie extérieure.
Pour moi le centre d’une croix est le cinq, l’homme réalisé, c’est le pilier invisible qui représente chaque maçon en évolution, le quatrième pilier de notre carré long.

La Croix est l’un des cinq symboles fondamentaux qui sont, suivant l’ordre de leur apparition dans le monde de l’intelligence Humaine :
le centre ou le point.
le cercle.
le triangle.
le carré.
la croix.

A mesure que l’homme les assimile, ces symboles se complètent et s’adaptent à la Connaissance Humaine.
D’un point, qu’est la première figure tracée par le compas, je trace un cercle. Du point, symbole du début de toute manifestation, de nous même, grain qui meurt pour renaître, nous formons le cercle.
Le carré apparaît dans la mouvance du cercle. Le plus irregulier des carrés n’est rien d’autre qu’un cercle cabossé, qui se souvient de son ancienne perfection.
Dès lors il y a possibilité à un observateur de se trouver à l’intérieur. Symboliquement un homme intérieur est appelé centre.
Comme le cercle, le carré est une figure centrée. Le centre du carré coïncide avec le centre du cercle. Ce point commun est le lieu favorable de toutes les ruptures, de tous les passages d’un monde à un autre.
La croix est le symbole qui fait passer du carré au cercle. La croix est une figure qui joint deux à deux les points diamétralement opposés, communs au cercle et au carré inscrit. En elles se joignent le ciel et la terre, entre elles se mêlent le temps et l’espace.

En commençant ma planche je ne réalisais pas ou allaient me mener mes recherches.
Attirée par l’Etoile Flamboyante, dévoilée à mes yeux et à mes sens par un parcours douloureux que j’ai comparé à un chemin de Croix, je n’ai jamais pu les dissocier complètement.
Je les superposais toujours et j’ai fini par déceler l’Homme en chacune d’elles sans trop savoir m’en expliquer les raisons.
Maintenant je connais les origines de cette attirance. Je vois, reconnais, le symbole de vie dans la Croix; elle représente à mes yeux Immortalité et Résurrection comme l’Etoile.
Je suis fascinée par ces deux symboles au travers desquels il m’est permis de voir la force centrifuge émanent du centre du cercle où il m’est possible de les inscrire à l’aide de mon Compas.
Avec mon compas ouvert à 45 degrés je commence à dominer la matière, je travaille avec plus de discernement et de justice.

« Nul Homme terrestre ne percevra l’Esprit, si ce n’est en sa propre Chair ». Scwaller de Lubicz.

Le centre de la croix représente l’Homme dans sa totalité, dans ce qu’il a de divin, la conscience. Ce centre d’où tout part et où tout revient, le cinquième point ou l’Unité, le Verbe, l’Amour Universel.
Ce point et ce cercle sont donc à mes yeux, l’amour et la sagesse.
Le cercle représente l’Univers, le point L’Etre suprême qui le tient et l’anime.
Ce centre est le point ou je pose mon levier, je m’appuie sur l’Amour.
L’amour c’est travailler à son propre bonheur pour ensuite l’offrir à l’autre.
Dans mes recherches sur la croix, J’ai constaté que la croix est également, l’homme debout, qui a pris conscience de son état.
Etre debout ne suffit pas, il faut être en marche, pouvoir agir, ce qui m’amène à mon étoile.
L’Etoile est le chemin initiatique de la compagnonne. Je suis matière et j’ai la possibilité de me transformer, de me définir.
Avant d’agir, je peux me déplacer en parcourant intérieurement le tracé de mon étoile.
De l’Orient, surgit une impulsion créatrice, l’éveil du sens des responsabilités et je passe du haut vers le bas; vers la Force source de volonté, de courage et de joie afin que mes actions soient bien fondées.
L’idée remonte doucement vers la Raison, la puissance expansive de l’amour réel, impersonnel, le don de soi afin de rencontrer la stabilité provisoire et de permettre la visualisation par l’Intuition.
La chute douce développe avec harmonie l’action dans la sage direction du Feu qui anime, vers la Beauté. Elle permet la réalisation de l’action avec Sagesse et permet ma transformation en être authentique, autonome et réfléchi.
Pour qu’elle devienne flamboyante je dois être bien dans «ma peau» et pour cela je dois être capable, afin de rayonner, d’équilibrer: tout ce que j’ai en moi de beauté et d’imagination, sans perdre la raison mais avec la force décuplée que me donne mon levier afin d’arriver vers la Sagesse.

Ayant trouvé l’équilibre entre la Matière et l’Esprit, n’étant plus complètement dans les Ténèbres, j’ai poursuivi mon chemin avec sincérité droiture et discernement.
Etant en mesure de concilier les extrêmes en m’appuyant sur les bases, on ne peut plus solides, que mes Instructrices m’ont transmises, je pense être enfin arrivée à la Synthèse; que j’espère réussir, avec l’aide de vous toutes mes Sœurs.

La Première Instructrice ou deuxième surveillante m’a fait passer du Deux au trois, elle m’a montré la Lumière qui Luit dans les Ténèbres et que le gris peut être cette Lumière.
Que rien n’est Tout Blanc comme Rien n’est Tout Noir, que le Trois est, cette Lumière. Elle m’a montré le Cinq, donc moi-même.

La Deuxième Instructrice ou première surveillante, n’a pas eu la tâche plus facile!!!!!
Celle-ci m’a montré les Dangers des outils mal employés. Elle m’a enseigné l’Art de Construire.
J’ai donc appris à utiliser ma Règle et mon Niveau.
J’utilise maintenant mon Equerre pour Contrôler et Vérifier mon Levier avant de l’utiliser.

Le cordon de ma première surveillante est orné d’un niveau à son extrémité. Il lui permet de seconder la vénérable Maîtresse durant les travaux en Loge et faire en sorte que toute la tenue se déroule selon les usages de la F M au Rite Ecossais Ancien et Accepté.
Si nécessaire, elle peut, d’un seul coup de maillet, prendre la parole et ainsi aider la Vénérable Maîtresse quant à la direction et le sens des travaux en cours.
Après la Vénérable, elle est la première à avoir la parole, elle l’assiste directement pour ouvrir et fermer nos travaux , et veille, avec la collaboration de la Couvreuse, à ce que le Temple soit couvert.
Le Fil à Plomb suspendu sur l’angle droit, lui indique ou rappelle son état d’Apprentie permanent et les difficultés que nous rencontrons toutes.
La droiture et la rectitude dont elle est garante, ne doivent pas être contestées, troublées durant les travaux en cours.

Au cours des instructions, elle s’efforce de trouver le niveau des compagnonnes placées sous sa responsabilité. Elle se place au niveau de chacune, et, à l’aide de son propre Niveau, elle détecte la sensibilité, la perspicacité de chacune, avec beaucoup de patience.
Ce travail accompli, elle pourra rectifier quelques imperfections, sinon toutes, avec sa règle.
Ainsi, je peux m’élever en toute rectitude et droiture au plus haut niveau que je serai capable d’atteindre.

Lentement , mais sûrement., en essayant à chaque voyage, d’élever mon propre Niveau, je reviens vers ma surveillante Epanouie, rayonnante et plus Forte.
L’équerre mesure la Rectitude, voire les aspérités de la Pierre du Temple Vivant que je suis.
Je cherche le meilleur emplacement, le point d’appui qui me permettra de poser mon Levier et de m’élever, tel un oiseau , vers des niveaux toujours plus hauts, infinis.

J’ai dit V\M\

Source : www.ledifice.net

Partager cet article

Commenter cet article

Brackman 25/03/2013 15:06


C'est excellent mon TCFrère,


Je vois que ta source vient de l'édifice que je connais très bien, pourrais-je connaître le numéro ou le titre des planches ?


Je te remercie à l'avance

T.D 25/03/2013 18:09



En fait, ce sont des planches que je trouve "en libre service" sur le net et je n'en connais pas les numéros.